]]>

02 septembre 2005

Poèmes en vrac

Partager
La force des obscurs êtres
N'est nulle pensée que paraître
A quoi vouloir changer ses mécréants
Pensant contrôler par le néant


Que tu prospères ou vives en taule
Au final je nous accorde le même rôle
Celui de comprendre notre existence
Qu'importe les prix et résistance


Dès la première heure
J'ai compris les beaux parleurs
Comme n'étant que des leurres
Ils ne souhaitent que notoriété
Ne parlent que par amitié
Pour mieux te baiser
Leur âme n'est que noirceur
Nul sentiment dans leur coeur
Si ce n'est la haine et l'aigreur
Changeons cette société
Retrouvons le rêve de la réalité
La victoire est à notre portée

Libellés : ,

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home