]]>

24 janvier 2006

Un logement pour nos enfants !

Partager
Nous revendiquons un logement pour nos enfants !

RASSEMBLEMENT DEVANT LE MINISTERE DE LA COHESION SOCIALE
MERCREDI 25 JANVIER à 16H à la sortie du métro VARENNE

Après l’occupation, mercredi 11 janvier, des bureaux du défenseur des droits de l’enfant par une soixantaine de personnes dont trente enfants mal-logées, une délégation de l’association a été reçue par Madame Claire BRISSET.

Cette dernière a reconnu la situation de crise du logement et les conditions de vie particulièrement précaires des enfants. Elle s’est engagée à signaler aux institutions en charge du logement les situations qui lui seront soumises, tout en reconnaissant ne pas avoir de pouvoir dans ce domaine.
Pourtant, le « droit au logement convenable » a été reconnu, entre autres, dans la déclaration universelle des droits de l’homme, le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et la convention relative aux droits de l’enfant.

Pourtant, les conditions de logement pour les mal-logés ne cessent de se dégrader et les enfants en souffre directement. Selon une étude du CERC (conseil emploi revenu et cohésion sociale) : « l’échec scolaire est souvent lié aux conditions de vie des enfants comme un surpeuplement du logement qui permet mal de s’isoler pour travailler (…) vivre dans une famille pauvre conduit souvent à habiter un logement surpeuplé et développer des risque en matière de santé ».

En effet, ces enfants vivent depuis leur naissance dans des conditions de logement lamentables, en totale inadéquation avec les besoins fondamentaux qu’ils sont en droit de réclamer. Les enfants sont souvent les premiers à souffrir de ces conditions de logement : souffrances psychologiques, pathologies respiratoires, saturnisme, accidents domestiques. Lors des terribles incendies qui ont touchés l’année passée les mal-logés, c’est encore une fois les enfants qui ont été les premières victimes !

La France compte aujourd’hui un million d’enfants pauvres (soit 8% des enfants). Trois millions de ménages sont mal-logés en France et plus de 100 000 demandeurs sont inscrits comme demandeur HLM à la Ville de Paris.

A partir du 15 mars, les expulsions locatives vont reprendre et des familles entières seront jetées à la rue sans aucune solution de relogement, contrainte de trouver pour quelques nuits une chambre d’hôtel au prix exorbitant. Les fonds de l’Aide Sociale à l’Enfance vont servir à payer des nuitées hôtelières, faute de logement.

Ces familles sont toutes demandeuses d’un logement social, parfois depuis de très longues années. Souvent, elles déposent leur première demande lors de la naissance du premier enfant. Les enfants grandissent et le logement ne vient pas….

Elles sont toutes reconnues comme prioritaire d’après le règlement départemental d’attribution.
Nous interpellons Monsieur BORLOO, Ministre de la Cohésion sociale, sur les difficiles conditions de logement de ces familles. Comment parler d’égalité des chances, lorsque des enfants restent mal-logés toute leur enfance ?

Nous revendiquons avec les enfants et parents mal-logés :
- Le relogement en urgence des familles prioritaires et anciennes demandeuses ;
- La construction de logements sociaux neuf ;
- La transparence dans les attributions de logements ;
- L’arrêt des expulsions locatives.
Lorsque les droits des parents sont négligés, les enfants sont en difficultés.

Monsieur le Ministre : Relogement des mal-logés !


Contact presse : Fatoumata Danfakha et Judith Skira
______________________________________________
Comité Actions Logement
Maison des associations boîte 29
15 pass Ramey 75018 Paris
Tel / Fax: 01-42-57-14-62
calcom@club-internet.fr

Libellés :

1 Commentaires:

Anonymous Anonyme dit ...

Leur site
http://www.comite-actions-logement.org

22 mai, 2006 16:50  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home