]]>

25 février 2006

Antisémitisme et électoralime

Partager
Je souhaite revenir sur l'histoire du meurtre d'Ilan Halimi, énervé par la tournure que prend ce fait divers. Car pour moi il ne s'agit, à la base, que d'un fait divers sanglant et sordide. Dès la nouvelle de l'assassinat, les politiques et les medias s'en sont emparés très rapidement, trop rapidement. Surgit un détail : Ilan est de confession judaïque. Les lobbys de défense de la comité juive s'en empare de suite pour condamner un meurtre antisémite. Bon je passe outre que je ne fais pas de différence entre antisémitisme et racisme, les sémites étant une "race" à la base et ne désignant pas que les juifs.

Mais le CRIF et l'UEFJ ont été fidèle à eux-mêmes et ont joué le rôle qu'ils jouent depuis bien longtemps ; et je ne porterai pas de jugement sur cela. Mais là ou cela devient choquant c'est que Chirac, Villepin (avec la kippa !) et une flopée de politiciens de gauche comme de droite se rendent à la synagogue de la Victoire à la cérémonie en hommage à la victime : la laïcité est une fois de plus bafouée.

Souvenons-nous l'affaire du RER D, Outreau et nombres d'affaires reprises aussitôt par les medias et les politiques. Voilà ou nous en sommes arrivés : la course aux hommages, à qui se prosternera le plus vite, au politique qui recevra le premier la famille, au ministre qui présentera le plus rapidement ses condoléances, au medias qui vendra le plus en titrant sur l'antisémitisme. Une course acharnée, au mépris de la justice, au mépris de la présomption d'innocence. Notre République n'est pas bafouée par ce crime - antisémite ou non - mais notre justice, elle, est bien négligée et reniée.

Hier à la radio, j'enteds que Ilan aurait été "achevé" car il aurait reconnu ses agresseurs. Un crime crapuleux probablement, mais aucune preuve d'antisémitisme là-dedans. Si certains des coupables présumés ont fait savoir que l'avantage des juifs est qu'ils ont beaucoup d'argent et peuvent payer une rançon, n'est-ce pas plutôt une preuve de sottise (aussi tragique en soit le résultat) ?

Non, vous politiques ne connaissez pas le dossier, n'êtes pas juges ni avocats ni policiers et n'avez pas à vous emparer de cette affaire tant que le jugement n'est pas prononcé ! C'est le mépris de notre justice indépendante ! C'est de la basse manoeuvre politicienne de récupération électoraliste !

De plus, pourquoi ce battage sur cette affaire-ci particulièrement ? On surfe sur l'affect des gens après les "émeutes en banlieues" ? On vogue sur le communautarisme, sujet bien d'actualité dont on parle beaucoup et ne fait rien pour le contrer ? On essaye de faire oublier l'histoire des caricatures de Mahomet ? Au final, on peut être persuadé que le résultat ne sera pas celui escompté de renouer avec le pacte républicain, d'insuffler la fraternité, ... mais que ce fait-divers ne fera qu'attiser les ghettoisation et les replis identitaires : à qui profitera ce lynchage : aux extrémistes religieux et politiques !


Libellés : ,

3 Commentaires:

Blogger brigetoun dit ...

Théo Klein avait une position impeccable de mesure hier soir sur France Culture, contre précipitation et récupération. Par contre parler de ce meurtre et du reste des actions de la bande c'est assez normal. Voir le mal qui est en nous. Et bien sur agir pour sanctionner

25 février, 2006 20:56  
Blogger Alcibiade dit ...

Interviex de Théo Klein sur Europe 1. A méditer ...

Théo Klein : Je ne pense pas d'ailleurs que l'antisémitisme soit la raison même de l'acte, mais il n'est pas impossible effectivement qu'ayant constaté que celui qui avait été pris était juif, ça se soit ajouté. Je ne pense pas qu'il faille considèrer l'antisémitisme comme étant la raison même de cette action, c'est-à-dire que le choix de ce jeune Ilan Halimi a été dicté par le fait qu'il était juif. Mais d'une manière générale -c'est peut-être l'avocat qui m'incite à parler comme cela - je crois qu'il vaut mieux attendre le résultat des enquêtes. Il n'y a aucune urgence à décider qu'un acte est antisémite ou ne l'est pas.

Luc Evrard : La ligue des droits de l'homme dit ce matin qu'il en faut pas s'emballer, qu'on est pour l'instant face à fait divers.

Théo Klein : Je pense comme la ligue des droits de l'homme en l'occurrence - je ne suis pas toujours d'accord avec elle - mais je crois qu'il en faut pas immédiatemment entrer dans uen espèce de chasse à l'antisémitisme, avant de savoir si réellement l'acte avait un caractère de ce genre. De toute façon c'est une bande mafieuse qui a commis ce crime, ce n'est pas une organisation qui chercherait à nuire systématiquement aux juifs. Donc je crois qu'il faut faire attention. L'antisémitisme, c'est une chose extrêmement sérieuse. On a déjà beaucoup abusé de cela dans les dernières et on a parlé d'un antisémitisme en France que finalement on n'a pas tellement trouvé.

Luc Evrard : Il y a deux semaines à peine, les statistiques officielles d'ailleurs faisaient état d'un recul des actes antisémites.

Théo Klein : Moi je n'ai pas été toujours été persuadé que ces actes, recensés comme antisémites, n'étaient vraiment pensés comme tels. Je crois qu'il y a une délinquance et je crois que dans la délinquance il y a aussi des injures. Et injurier quelqu'un en le traitant de "sale noir", de "sale arabe" ou de "sale juif" ou de "sale breton" éventuellement, c'est quelque chose qui fait partie du travail de ce que quelqu'un de très connu a appelé la "racaille".

Luc Evrard : Il reste que le juge d'instruction a cru bon de reconnaitre comme motif aggravant le fait qu'effectivement il y ait pu avoir des mobiles antisémites.

Théo Klein : Je pense que le juge d'instruction a eu raison, puisque c'était le sentiment de la famille de ce garçon. Et donc il est nécessaire que le juge d'instruction instruise la-dessus aussi. Il a eu totalement raison, mais laissons-lui le temps et faisons lui confiance pour cette instruction. Attendons les résultats. Il sera bien assez temps à ce moment-là pour dire qu'il y a eu ou qu'il n'y a pas eu un acte d'antisémitisme. Et je regrette personnellement que cette affaire ait pu occuper un temps de ce diner du CRIF

Luc Evrard : qui avait lieu hier avec Roger Cukierman et Dominique de Villepin.

Théo Klein : Il se trouve que c'est moi qui ait inventé ce diner du CRIF et je regrette qu'il ait été utilisé pour un incident de ce genre. Attendons encore une fois les résultats de l'enquête.

26 février, 2006 20:33  
Anonymous Marc-Henri dit ...

Voilà un post qui va dans le sens profond d'un de mes articles.
Nos pensées concordent sur ce point là.

A +
Marco

27 février, 2006 00:32  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home