]]>

11 juin 2006

La bulle royale

Partager
Marie-Ségolène Royal a toutes les raisons d'être inquiète quant à son avenir présidentiel de 2007. A croire que tous font semblant de négliger les bulles médiatiques. Ségolène ne sera très certainement pas élue en 2007, je m'en réjouis.

Petit retour dans le passé de la Ve République. Si les sondages avaient eu raison, Lecanuet, Poher, Chaban-Delmas, Rocard, Barre, Balladur, Delors et Jospin auraient été nos présidents ...

En 1965, les sondages et medias français trouvent leur Kennedy : le prochain président sera Jean Lecanuet ! Malgré un sondage de l'IFOP le créditant de 20% des voix (face à Mitterrand et de Gaulle),
le démocrate-chrétien au sourire Colgate (à en faire palir de jalousie Sandrine Bonnaire) voit notre général national être réélu contre Mitterrand au second tour.

De Gaulle démissionne, le chouchou des sondages devient Alain Poher, ratissant ses fans sur l'ensemble de l'échiquier politique. Au summum de sa gloire, le centriste frôle les 40% d'opinions favorables. Son succès semble inévitable. Et pourtant Pompidou l'emportera avec le vote de plus de 58% des électeurs.

Un mois avant la victoire de Valéry Giscard d'Estaing en mai 1974, les sondages sont unanimes en publiant des sondages destinant Jacques Chaban-Delmas comme le successeur de Pompidou. Chirac jouant les trouble-fêtes, le maire de Bordeaux ne cessera de voir sa côte s'écrouler, perdant plus de 10 points en un mois.

Fin des années 70, les medias et sondages ne peuvent se tromper : l'avenir de la gauche passe par un homme, Michel Rocard. Et pourant, lâché par son parti, le leader de la deuxième gauche se verra obligé de retirer sa candidature à la présidentielle 8 mois avant le sacre de Mitterrand le 10 mai 81.

Fin 1987, les sondeurs créditent Raymond Barre de prêt de 30% des voix françaises : les jeux semblent faits et le leader de l'UDF devait affronter Tonton. La surprise viendra de la percée fulgurante de Jean-Marie Le Pen, et d'un Chirac devançant un Barre obtenant finalement seulement 16% des votes.

Pour les élections de 1995, deux favoris se succèderont : le très sérieux Jacques Delors semble profiter des affaires de corruption de la classe politique : 7 mois avant les échéances électorales, il obtenait de la confiance d'un tiers des français au premier tour, pulvérisant Jacques Chirac avec 61% des votes, si ce dernier avait été son adversaire de second tour. Parallèlement, le leader incontesté de la droite, profitant du renfort de Nicolas Sarkozy, se nommait Edouard Balladur, obtenant le soutien de prêt de 30% des français et de la majeure partie de la presse française. Malheureusement pour lui, "double-chin" manquera de 2 points l'accès au second tour, profitant alors au futur président Chirac, pourtant devancé par Jospin au premier tour.

Personne n'a oublié les présidentielles de 2002 : tout le monde voyait Lionel Jospin accèder aux dorures de l'Elysées, fort du soutien d'un tiers des français un an avant les échéances. Il terminera avec 16,2%, devancé de 0,7 point par un Le Pen, affrontant au second un Chirac ré-intronisé avec un score stalinien.

Alors, fort de ce passé, les partisans de la dame du Poitou ont du soucis à se faire. La MAM de gauche risque de ne venir que confirmer la règle : les favoris des sondages, les chouchous des sondages ne restent dans l'histoire de la République que des chiffres ne leur permettant pas d'accèder à leurs désirs d'un avenir présidentiel.

Libellés : ,

9 Commentaires:

Anonymous céleste dit ...

très sympa votre article, et puis clair et tout et tout..

Sinon, j'ai vu avec plaisir dans vos "détails" que vous aimiez Devdas, en tant que fan du cinéma indien je vous conseille d'aller voir Veer Zaara..
un bijou (si on aime le genre)
si vous voulez en savoir plus, pas de pb, vous savez où me trouver

11 juin, 2006 17:37  
Blogger Alcibiade dit ...

Je regarderai si j'ai ça dans ma DVDthèque, mais, promis je regarderai ce film que je ne connais pas ...

11 juin, 2006 17:44  
Blogger L'Anonyme de Chateau Rouge dit ...

vu la fin de Devdas sur F4 ce soir, c'est beau. le montage massacre les chorégraphies, c'est dommage. enfin bon je suis tout retourné par les beautés des actrices...en mouvement elles me donnent le vertige.
sinon pour Ségolene, ce qui me chagrine c'est finalement que même la gauche serait pret à voter pour ses idées. Qu'elle soit élu ou pas, ces idées réacs ont déjà contaminées les esprits.

12 juin, 2006 02:28  
Anonymous Arnaud dit ...

Ne sont pas militants ceux qui se réfugient dans le confort des sondages !

13 juin, 2006 17:11  
Blogger brigetoun dit ...

problème les sondages et résultats cités correspondent aux candidats retenus et non aux candidats à la candidature ; ils prouvent que si Ségolène Royal est notre porte drapeau elle perdra, ce qui ne me réjouit pas compte tenu de ce que sera le gagnant

16 juin, 2006 19:44  
Anonymous céleste dit ...

@ l'anonyme de chateau rouge,
moi je ne trouve pas que le montage massacre les chorégraphies, c'est le style,mais c'est vrai que je vois tellement de films indiens que je me suis habituée.

@ brigetoun
Tout à fait d'accord avec vous, Segolène ça n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais si elle n'est pas élue qui le sera??? angoisse

19 juin, 2006 11:00  
Blogger ben dit ...

L'histoire ne se répète pas...

Toutes ces pseudo-prévisions fondées sur des exemples passés sont, à mon avis, fort inutiles.

Si Ségolène Royal est bien placée dans les sondages, elle n'a aucune chance ? Donc Francois Hollande, ou autre bon dernier des sondages au PS (Fabius par exemple), ont de sérieuses chances ?

Quelle blague.

27 juin, 2006 18:04  
Anonymous Matthieu Duvail dit ...

Il y a un bémol important à faire sur votre note qui est de la popularité de Ségolène Royal n'est pas le fait de quelques semaines ou de quelques mois contrairement à ce que vous sous-entendez. Elle était à ce même niveau en 1997, il y a presque 10 ans déjà. Plusieurs articles récents ont fait part de ce fait là.
Ceci explique dans le même temps qu'il ne peut s'agit d'une bulle médiatique comme on l'a souvent entendu puisqu'il n'y a pas de bulle. Car une bulle de 10 ans n'est pas une bulle.
Ce qui est nouveau en revanche, c'est que cette popularité s'est traduit il y peu, dans les enquêtes d'opinion par une volonté de vote.

10 juillet, 2006 21:39  
Anonymous Anonyme dit ...

salut,
ben j'spr que tu as raison et que sa popularité n'est que l'effet d'un coup médiatique et dc éphémère... ce qui est inquiétant c'est que comme sarkozy elle joue à merveille des médias! cpdt, je m'inscris en faux sur le commentaire de matthieu: je ne crois pas que cette popularité va se traduire en bulletins de vote en mai prochain car entre dire qu'elle est sympathoche à un an de l'élection et voter pr elle le jour J, il y a une sacrée différence! srtt ds un duel face à sarkozy elle se fait laminer en moins de 1/4h!! Pour ma part, je la trouve populiste, démagogue, sans fond et réactionnaire... en novembre prochain je voterai pr le candidat PS le mieux à même de pouvoir la battre, et dc certainement DSK! Sur le fond, sa popularité et cet engouement me parait grave car révélateur de ce qu'est en train de devenir la politique francaise: un concours médiatique et de séduction, bref une politique à l'américaine! Enfin j'aurais rêvé de voter pour une femme à l'Elysée, mais Ségolène ce n'est pas possible... je refuse de voter pr une femme juste parce que c'est une femme!! vangélis

19 juillet, 2006 15:24  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home