]]>

20 novembre 2006

A mes camarades ségolo-royalistes

Partager
Militant au sein du courant d’Arnaud Montebourg, j’ai décidé de démissionner de Rénover Maintenant, désormais une coquille vide, et donc de mon poste de membre du Conseil d’Administration de l’association parisienne. Retour sur une grande déception. Sur une année perdue à militer dans un courant ne se révélant être qu’un mini-tremplin pour des chefaillons prêts à retourner leur veste. Prêts finalement à tout pour servir leurs ambitions personnelles.

Ségolène Royal aura donc réussi à tuer le Parti Socialiste. La main mise du couple Royal-Hollande sur notre parti pousse tous les lieutenants attendant leur heure à rallier celle qui est désormais la candidate officielle. Avec Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, les deux candidats imposés par les médias et les sondages, tout débat sur le fond semble irrémédiablement confisqué. Notre démocratie ressemble désormais étrangement à celle des Etats-Unis, avec son lot d'illusions et de mensonges. Nous élisons des people, pas des hommes ou des femmes politiques. Après Schwarzenegger en Californie, verrons-nous Diam’s ministre de la Culture en France ?

Je n’ai pas voté pour Ségolène Royal jeudi dernier. Elle ne correspond pas à la conception que je me fais d’un chef de l’Etat : quelles convictions portent-elle lorsqu’elle déclare que son « opinion est celle du peuple français » ? Je ne la crois pas capable de battre Nicolas Sarkozy : sinon pourquoi celui-ci aurait-il déclaré : « si c’est Ségolène Royal, c’est tout bénéfice » ? Elle n’est portée uniquement que par une excellente image dans la quasi-totalité des médias, que par des sondages aussi répétitifs qu’inutiles (souvenons-nous de Jospin en 2002).

Fidèle à mes convictions – mais pas à mon parti diront certains – je ne participerai donc pas à sa campagne. Et je ne voterai pas pour elle en 2007. Je refuse le tournant libéral, fortement inspiré par la Troisième Voie de Tony Blair, qu’elle nous propose en matière de politique économique et sociale. Je ne conçois pas de soutenir celle qui détiendrait les manettes de l’arme nucléaire après l’incompétence dont elle a fait preuve en parlant du nucléaire civil iranien. Quel crédit accorder à celle qui se pose systématiquement en victime du machisme dès qu’elle est attaquée sur le fond ? Comment comprendre son programme, qui est officiellement celui du PS, mais qui s’en éloigne dès qu’elle parle des 35h, des enseignants, de l’éducation, de la famille, de la prévention de la délinquance, ... ?

Je quitte un courant, pas un parti. Car j’espère encore qu’il reste un espace pour reconstruire un véritable courant de gauche. Mais sans Arnaud Montebourg. Comment se retrouver, alors que celui-ci s’est rallié avec l’une des signataires oui-ouistes de la synthèse du Mans ? Comment prôner la rénovation avec celui qui a ostracisé, voire suspendu, les camarades de son courant qui ont fait le libre choix de soutenir la candidature de Laurent Fabius ? Comment dialoguer avec celui qui a menacé de poursuite judiciaire les auteurs d’un blog (1) lui déplaisant ? Le héraut de la rénovation n’est devenu qu’un éléphanteau parmi les autres.

Pendant cette campagne à l’investiture, j’étais donc officiellement dans un courant soutenant Ségolène Royal. Il suffisait d’ailleurs de consulter le site Internet de notre courant pour s’en rendre compte. Nous avons vu fleurir une multitude de lettres de soutien à la candidate Royal. Après la naissance difficile de notre courant, et une activité militante plus que limitée, Rénover Maintenant est devenu un instrument de propagande pro-Ségolène.

Quelques camarades ont pourtant résisté au ségolo-stalinisme montebourgeois, notamment autour de Michaël Moglia. Refusant la candidature de Ségolène Royal, qui rappelons-le, n’intègre aucune des propositions de notre défunt courant (2) (big bang de l’emploi, maîtrise de la mondialisation et du capitalisme financier, 6ème République, République Européenne), nous avions trouvé dans la candidature de Laurent Fabius plus de convergences politiques. Malheureusement, Michaël Moglia, et beaucoup d’autres parmi les rebelles rénovateurs ont appelé (3), suite à la défaite de Laurent Fabius, à se joindre au rassemblement autour de Ségolène Royal. Refusant d'être assimilé de force au camp royaliste, je ne trouve plus ma place au sein d’un courant dont je me sens orphelin. Je n’ai donc plus d’autres choix que d’en démissionner.

Je souhaite beaucoup de courage à tous ceux qui soutiennent désormais – souvent sans enthousiasme – la candidature de Ségolène Royal. Ils ont en partie sacrifié l’énergie rénovatrice d’un courant, au nom d’une ambition personnelle à portée de vue. Les barons socialistes confortent les médias et les sondages dans la dictature du duel annoncé, Ségo vs Sarko. Entre-temps, où est passé le combat pour l’avènement d’une 6e République ?

Luc Mandret
Paris, le 20 Novembre 2006.

Libellés : ,

15 Commentaires:

Anonymous Marco dit ...

Beaucoup de ces choix et de ces constats, je les ai vu ou ressenti.
Ségolène Royal, candidate de l'appareil PS peinera sûrement face à Sarko. Mais, nous serons pour ce Parti que nous aimons sur le terrain afin de porter et défendre notre idéal.
En tout cas, il est évident maintenant que la rupture antilibérale portée par le PS ne sera pas à l'ordre du jour de 2007. Rappelons que la motion sociale-démocrate possède encore la majorité absolue au sein de notre parti. Mener aux affaires une politique antilibéral est conditionnée nécessairement par l'adhésion majoritaire de nos convictions politiques et idéologiques. Ce n'est pas encore le cas et par conséquent, un nouveau travail de rénovation débute au sein de la famille socialiste.
Rénovation idéologique et des pratiques.
A nous de fonder ce projet.

Amitiés socialistes
Marco
++

20 novembre, 2006 07:29  
Anonymous Matthieu Duvail dit ...

Laurent Fabius ou le néant, c'est ainsi que je comprends cette note. Laurent Fabius n'ayant pas été choisi tu préfères le néant. Je crois que c'est assez malhonnête dans la mesure où cette élection interne se basait sur le postulat suivant : accpeter la procédure interne c'est accepter au lendemain de ses résultats de se rassembler derrière le ou la candidat(e) choisi(e) par les militants. Si, dès l'origine, tu avais fait le choix de ne pas suivre ce postulat pourquoi dès lors suivre la procédure interne? On ne peut pas suivre la procédure interne et se refuser ensuite d'accepter son pendant à savoir le rassemblement. C'est qui plus est une curieuse vision de la démocratie que de se soumettre à une procédure interne mais de s'en retirer lorsque les résultats ne sont ceux que vous en espériez.
J'espère que tu reviendras sur ta décision, notamment quand tu constateras que ta vision sur Ségolène Royal est largement en décalage avec ce qu'elle est en réalité à savoir une candidate compétente et de convictions qui est la plus à même à battre Nicolas Sarkozy. Je n'essaie pas de t'en convaincre dans l'immédiat, je crois que seul le temps te le prouvera.

20 novembre, 2006 09:15  
Anonymous Armony dit ...

Je comprends et partage tout à fait ta déception, mais pas ta démission. Que tu ne veuilles pas faire campagne, je le comprends et m'interroge moi-même sur ma capacité à soutenir quelqu'un qui a pour seule politique la médiatisation de sa personne et pour arme l'instrumentalisation du féminisme ! Mais quand tu dis de ceux qui soutiennent sans enthousiasme sa candidature : "Ils ont en partie sacrifié l’énergie rénovatrice d’un courant, au nom d’une ambition personnelle à portée de vue", je ne suis pas d'accord. Car je voterai socialiste, même si c'est elle, et je n'ai pour seule ambition que de faire tomber la droite qui a suffisamment fait de dégâts depuis 5 ans. Ce n'est pas en quittant le navire qu'on pourra influencer le capitaine à changer de cap. Nous sommes nombreux, j'en suis sûre, à éprouver ta déception, à nous de faire entendre notre voix ;-)

20 novembre, 2006 11:35  
Anonymous Nathanael Uhl dit ...

Chères et chers camarades,

Lorsqu’en décembre 2005 j’ai lancé l’appel Le NPS c’est nous aussi, pour refuser la synthèse du Mans, j’ai souhaité qu’un nouveau courant émerge pour porter la rénovation des pratiques mais aussi du contenu politique au sein du Parti socialiste. La création de « Rénover Maintenant », à l’initiative d’Arnaud Montebourg et de quelques autres camarades, m’a semblé répondre à ce besoin vital, que nous avons ensemble diagnostiqué.

Nous refusions alors les ralliements politiciens, négociés dans les couloirs par quelques leaders sans consultation a priori des militants. Nous rejetions alors les manœuvres d’appareil et les combinaisons politiciennes destinées à assouvir la soif de pouvoir de quelques uns au détriment de notre ligne politique.

Nous estimions, en quelque sorte, que la lutte des classes devait enfin reprendre le pas sur la lutte des places.

Nous pensions, naïvement, que la rénovation ne se limitait pas à vouloir prendre la place des « vieux ».

Nous avions chevillée au corps l’idée que le double discours et la duplicité devaient être bannis de notre pratique politique.

Force est de constater que ces espérances ont été vaines. Les animateurs de Rénover Maintenant ont, point par point, déçu nos attentes et contrevenu à chacun de ses points, pourtant essentiels dans le cahier des charges de notre courant.

Pourtant, et malgré cela, nous pouvons nous satisfaire d’un certain nombre d’avancées théoriques.

La question des institutions, et de la nécessaire avancée vers une 6e République, est désormais partagée par l’ensemble des socialistes. Certes, avec des réponses différentes, chacune des sensibilités existant au sein du Parti socialiste a fait sienne cette ambition.

De même, chacune des structures organisées au sein du Parti a pu mesurer que la rénovation des pratiques ne pouvait désormais rester un vœu pieux.

En conséquence, « Rénover Maintenant » n’a désormais d’autre utilité que d’être le marche-pied des ambitions personnelles, légitimes certes, de quelques camarades.

Je n’ai donc plus de raison d’en faire partie. Les objectifs politiques que nous poursuivions ensemble sont atteints. Les objectifs personnels ne sont plus de mon ressort. Je démissionne donc de « Rénover Maintenant ».

Nathanaël Uhl

20 novembre, 2006 14:06  
Blogger Alcibiade dit ...

@ Marco
Battre Sarkozy, je suis d'accord. Etre sur le terrain pour défendre la candidature de Ségolène Royal, ce sera sans moi, tu l'auras compris !
Quant à dire que le PS est devenu majoritairement social-démocrate, je n'en suis pas aussi convaincu que toi. Je pense que nombre de militants pro-Ségolène sont plus des "supporters" plutôt que des adeptes de ses idées.
Et il reste à mon avis un boulevard pour la gauche du parti ...


@ Matthieu
Tu te trompes, ce n'est pas Fabius ou le néant. Car je ne suis pas fabiusien. Et si être fidèle à ses convictions, c'est prôner le néant, alors peut-être. Mais j'ai l'impression de revivre le débat lors de mon engagement à faire la campagne du NON au TCE. A cette époque, les ouiouistes me faisaient le même procès. Aujourd'hui, les mêmes font campagne avec certains nonistes, sans que cela les dérange.


@ Armony
Je connais tes convictions, donc je ne me fais pas de doute sur celles-ci. Mais quand je parle des militants-cadres ayant sacrifié la rénovation de notre parti, je m'adresse à ceux qui se sont officiellement porté comme soutiens de SR, sans adhèrer à ces idées. Si tu savais le nombre de militants que je peux croiser, qui disent en off : "elle est nulle", et qui dans la presse annonce : "pour nous, c'est elle". Ca je le refuse !
Bises
L.


@ Nathanaël
Welcome !

20 novembre, 2006 15:46  
Blogger L'Anonyme de Chateau Rouge dit ...

désolé je n'ai pas eu l'occasion de réécrire mon commentaire sur fafa et puis maintenant tout ceci n'a plus aucun interet. j'espere que tu ne va pas mettre ta menace à execution pour autant (-:
Bon sinon tu tires les bonnes conclusions et quand on a des convictions, il faut les défendre jusqu'au bout même si on se retrouve isolé. C'est peut être une des raisons qui m'a toujours empechée d'adherer à un parti. Peut être faudrait il même que tu quittes le parti, isolé tu as peu d'influence sur la suite de l'histoire. Ou bien tu penses que d'autres socialistes comme toi (des types de gauche quoi) peuvent ensemble eviter que le parti se gauffre dans le libéralisme social. Mais dans ce cas là je ne comprend pas pourquoi tu ne comprend pas la démarche de tes camarades qui ont décidés de rejoindre Segolene Royal. Puisque le pire a été voté, mieux vaut finalement faire en sorte d'adoucir la future politique socialiste gouvernementale. Et ce n'est pas en fuyant Royal et les libéraux socialistes que cela va se faire ! Ou bien il faudrait rejoindre la gauche de la gauche (les collectifs multipartistes et l'extreme gauche) et faire en sorte que cette "vraie" gauche fasse un score au premier tour tellement important qu'elle donnera un signe clair aux Socialistes aux seconds tour. Seulement vu la propagande sur le vote utile la gauche de la gauche va sans doute pas casser des briques (surtout vu la division qui y regne). Donc supporter la campagne de Segolene Royal pour un socialiste qui ne la supporte pas, n'est pas contradictoire. c'est peut être plus interessant d'un point de vue strategique.

Pour finir: tu peux en dire plus sur ce blog interdit par Montebourg (il ne serait pas qu'un gentil Docteur Justice se battant contre les méchants financiers?)

20 novembre, 2006 16:06  
Anonymous Anonyme dit ...

Bon courage.

L'ancien du "camps d'en face" que je suis ne peut que comprendre ce que tu ressens. Quand tu te leves le cul et l'ame pour des idées, des valeurs, pour changer le monde selon tes couleurs, selon ta vision, et que tu te réveilles un jour en voyant que tout ton effort ne profite qu'à une ou deux personnes qui a profité de toi, et pour qui le confort d'un maroquin et d'une place est plus importante que les convictions et les valeurs, ça fait mal à la gorge. Bon courage.

Maintenant, restes comme tu es. Avec tes valeurs, avec le pouvoir que tu as le soir de te regarder dans une glace.

Il a surpris Arnaud Montebourg...

20 novembre, 2006 18:03  
Anonymous Anonyme dit ...

je suis entièrement d'accord ac ton analyse, bien que je ne sois pas de ton courant (enfin celui auquel tu étais rattaché) !
pour ma part, adhérent du parti socialiste, je garde ma carte en attendant des jours meilleurs... MAIS comme toi je ne ferai pas campagne pour Mme Royal, ni voterai pour elle en 2007 !!
honnêtement je me vois mal défendre sur les marchés l'Ordre juste (Ordre moral voulez vous dire!) et l'encadrement militaire lol
val

20 novembre, 2006 19:47  
Anonymous BelgoCoucou dit ...

bon,
je vais precher pour ma chapelle.

Je pense que tu devrais accepter de passer un peu de temps à survoler "la flamme et la cendre" de Dominique Strauss Kahn en prenant le temps de t'interroger si ce que tu lis est bien social-libéral.

Tu jugeras sur pieces.

Juste une info : pour certains auteurs de droit constitutionnel, nous sommes dans la 6e République depuis 1962.
D'un certain point de vue, on peut donc dire que l'appellation C6R est à double sens...

Je suis venu ici suite à ton msg chez Fraise. Bon courage...

Pierre le Belge de Lille

20 novembre, 2006 21:12  
Anonymous céleste dit ...

Ta déception doit être grande.
j'ai été, quoique de loin, moi aussi séduite par Montebourg, qui me semblait intelligent, constructif.
je n'ai pas aimé son ralliement, opportuniste, à Ségolène Royal

Ton analyse est intéressante;
La candidature de Royal apparait de plus en plus comme le résultat d'une stratégie entre Royal/ Hollande.

Et le socialisme, dans tout ça?

C'est triste.

Tu as 23 ans, et une belle maturité intellectuelle, chapeau!

merci de ta visite chez moi

20 novembre, 2006 21:33  
Blogger Alcibiade dit ...

@ Anonyme de CR
Tu développes 2 stratègies si je te comprends bien :
- rejoindre la gauche de la gauche, malheureusement je ne me retrouve pas dans leur démarche politique. Pour le moment ils sont encore plus déchiré que le PS (c'est dire), et nombre d'entre eux ne se présentent pas pour assumer le pouvoir. Ce qui est compliqué pour moi.
- il faut adoucir la politique de Ségolène Royal, en entrant dans ses soutiens, on pourrait "gauchir" sa politique. Malheureusement, nous avons vu que ça n'a rien donné lorsque Arnaud Montebourg, Vincent Peillon ont rejoint sa candidature, avec ces mêmes arguments. Il suffit de voir la déclaration de Julien Dray sur la sécurité ...
J'espère avoir répondu à tes questions ...


@ Fabien
Tu es trop gentil ;-)


@ Val
On est d'accord ... L'Ordre Juste, c'est St Thomas d'Aquin. Etant anti-clérical, j'aurais du mal aussi !


@ Céleste
Je pense que tu as pointé le nerf de la guerre : la conquête du pouvoir à tout prix ! Quels que soient les arguments et les idées.
J'en profite pour encourager tous les lecteurs de mon blog à consulter ton blog : il est un véritable rayon de soleil dans ce monde barbare !

20 novembre, 2006 23:20  
Blogger Alcibiade dit ...

@ Pierre le Belge de Lille
Tu peux développer sur la 6e République STP ?

Sur le social-libéralisme, n'est pas DSK lui-même qui se définit comme tel ?

21 novembre, 2006 00:27  
Anonymous metallah dit ...

Je vous souhaites bien du courage pour ceux qui défendront la candidate Ségolène... cela ne va pas être facile

21 novembre, 2006 18:08  
Anonymous Anonyme dit ...

On est d'accord sur Madame Royal... d'ailleurs même Boutin pense qu'elle est plus sociale qu'elle lol
par contre je ne comprends toujours pas la dent que tu as contre Strauss Kahn... et pour le coup je rejoins entièrement le commentaire de pierre le belge ! certes il se définit lui même comme social démocrate... mais faut il s'arrêter aux mots ?? pour ma part, je reste convaincu que DSK aurait été le meilleur candidat pour le PS... le plus brillant et le plus crédible ! surtout, même en étant social démocrate, il est certainement beaucoup plus à gauche que ségo !!!
avoues au moins que cela aura été plus facile de voter pour lui que pour mme royal ;-)) val

21 novembre, 2006 22:53  
Blogger L'Anonyme de Chateau Rouge dit ...

Tu as répondu aux questions sauf une: qu'est ce donc que cette histoire de censure de blog par Montebourg?

Tu vas un peu vite avec Montebourg et Peillon. On verra comment ils agiront lorsque la Royal sera sur le trone. Ils font partis des socialistes qui ont fait honneur à votre parti, leurs ralliement à Segolene ça été un peu choc pour moi, mais je suis d'un naturel optimiste...donc on verra.

la gauche de la gauche c'est le bordel complet c'est sur et ça me réjouis pas beaucoup....

22 novembre, 2006 22:03  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home