]]>

30 janvier 2006

Angoulême

Partager
Je ne le connais que très peu, mais un peu plus ces ouvrages, alors je félicite Lewis Trondheim pour son grand prix au Festival de la BD d'Angoulême ! Me concernant, j'ai principalement lu les Lapinot ou Donjon ou autres Nimrod, mais personnellement je préfère La Mouche. En plus d'être un super dessinateur et scénariste, il est aussi l'un des fondateurs de l'Association, la boite d'éditon de BD (avec David B, JC Menu, Killofer, Matt Konture, et d'autres).

Je lui laisse les mots de la fin, lors de sa conférence de presse : «nous allons créer un prix qui distingue la plus belle rencontre entre un dessinateur et un scénariste, ce sera le «Prix Carrefour». Un prix écologique, destiné à remplacer le Prix Tournesol, sera nommé le «Prix Auchan», un prix récompensant les vieux dessinateurs qui n’ont jamais reçu de prix s’intitulera le «Prix Mammouth», enfin un prix récompensant l’auteur qui a eu la chance de vendre plein d’albums alors que sa BD est nulle recevra un «Prix Casino».

Libellés : ,

29 janvier 2006

Narcisse en biscotte

Partager

Libellés :

Auto-portraits

Partager

Libellés : ,

Regina Spektor

Partager
Mon coup de coeur musical du moment : Regina Spektor ! Son style musical : du rock décalé, de l'anti-folk assumé. On pourrait la comparer à Tori Amos comme à Fiona Apple ou PJ Harvey, et pourtant j'ai du mal à la comparer tellement elle a un univers personnel troublant. Trois albums à ma connaissance : 11.11, Soviet Kitsch et Live at Tonic.

Originaire de russie, new-yorkaise d'adoption dans le Bronx, pianiste talentueuse, chanteuse remarquable, albums envoutants : elle n'a à peine 25 ans et déjà un vrai style musical. Elle provoque, elle trouble, elle énerve les puristes de tous genres, mais écoutez !! Juste l'écouter, c'est presque l'adopter ... Des textes extravagants ou mélancoliques, des mélodies douces ou violentes, des thèmes provocateurs ou gentillets, dans tous les cas une folie certaine !

A déconseiller aux obtus, à conseiller à tous les curieux de nouveaux talents !

Libellés : ,

24 janvier 2006

Un logement pour nos enfants !

Partager
Nous revendiquons un logement pour nos enfants !

RASSEMBLEMENT DEVANT LE MINISTERE DE LA COHESION SOCIALE
MERCREDI 25 JANVIER à 16H à la sortie du métro VARENNE

Après l’occupation, mercredi 11 janvier, des bureaux du défenseur des droits de l’enfant par une soixantaine de personnes dont trente enfants mal-logées, une délégation de l’association a été reçue par Madame Claire BRISSET.

Cette dernière a reconnu la situation de crise du logement et les conditions de vie particulièrement précaires des enfants. Elle s’est engagée à signaler aux institutions en charge du logement les situations qui lui seront soumises, tout en reconnaissant ne pas avoir de pouvoir dans ce domaine.
Pourtant, le « droit au logement convenable » a été reconnu, entre autres, dans la déclaration universelle des droits de l’homme, le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et la convention relative aux droits de l’enfant.

Pourtant, les conditions de logement pour les mal-logés ne cessent de se dégrader et les enfants en souffre directement. Selon une étude du CERC (conseil emploi revenu et cohésion sociale) : « l’échec scolaire est souvent lié aux conditions de vie des enfants comme un surpeuplement du logement qui permet mal de s’isoler pour travailler (…) vivre dans une famille pauvre conduit souvent à habiter un logement surpeuplé et développer des risque en matière de santé ».

En effet, ces enfants vivent depuis leur naissance dans des conditions de logement lamentables, en totale inadéquation avec les besoins fondamentaux qu’ils sont en droit de réclamer. Les enfants sont souvent les premiers à souffrir de ces conditions de logement : souffrances psychologiques, pathologies respiratoires, saturnisme, accidents domestiques. Lors des terribles incendies qui ont touchés l’année passée les mal-logés, c’est encore une fois les enfants qui ont été les premières victimes !

La France compte aujourd’hui un million d’enfants pauvres (soit 8% des enfants). Trois millions de ménages sont mal-logés en France et plus de 100 000 demandeurs sont inscrits comme demandeur HLM à la Ville de Paris.

A partir du 15 mars, les expulsions locatives vont reprendre et des familles entières seront jetées à la rue sans aucune solution de relogement, contrainte de trouver pour quelques nuits une chambre d’hôtel au prix exorbitant. Les fonds de l’Aide Sociale à l’Enfance vont servir à payer des nuitées hôtelières, faute de logement.

Ces familles sont toutes demandeuses d’un logement social, parfois depuis de très longues années. Souvent, elles déposent leur première demande lors de la naissance du premier enfant. Les enfants grandissent et le logement ne vient pas….

Elles sont toutes reconnues comme prioritaire d’après le règlement départemental d’attribution.
Nous interpellons Monsieur BORLOO, Ministre de la Cohésion sociale, sur les difficiles conditions de logement de ces familles. Comment parler d’égalité des chances, lorsque des enfants restent mal-logés toute leur enfance ?

Nous revendiquons avec les enfants et parents mal-logés :
- Le relogement en urgence des familles prioritaires et anciennes demandeuses ;
- La construction de logements sociaux neuf ;
- La transparence dans les attributions de logements ;
- L’arrêt des expulsions locatives.
Lorsque les droits des parents sont négligés, les enfants sont en difficultés.

Monsieur le Ministre : Relogement des mal-logés !


Contact presse : Fatoumata Danfakha et Judith Skira
______________________________________________
Comité Actions Logement
Maison des associations boîte 29
15 pass Ramey 75018 Paris
Tel / Fax: 01-42-57-14-62
calcom@club-internet.fr

Libellés :

Rénovons à gauche aujourd'hui

Partager
Nous sommes des militants socialistes, associatifs, syndicalistes, des acteurs du mouvement social, proches d'Attac, du MRC ou des collectifs anti-libéraux… Tous, nous sommes déçus par les résultats du dernier congrès socialiste du Mans.

Au sein du PS, certains d'entre nous se sont retrouvés à la gauche de ce parti, dans des réseaux ou sensibilités diverses comme NPS, PRS, Gauche socialiste, Nouveau Monde, Alternative Socialiste, Rassembler à gauche, Démocratie-Egalité, Forces militantes, Démocratie et Socialisme, et d’autres encore…pour militer dans la continuité des combats du parti ouvrier socialiste unifié de 1905.

Aujourd’hui, face à la synthèse opportuniste réalisée au Congrès du Mans pour interdire aux militants et aux électeurs d’affronter les vraies questions de la rupture avec les directives de Bruxelles les plus anti-sociales, de la défense des conquêtes des gouvernements de gauche et de l'abrogation des principales réformes du gouvernement actuel de droite, il est absolument nécessaire de regrouper rapidement tous les courants et militants qui veulent aller vers un parti socialiste capable d'assumer en 2007 la direction d’un gouvernement de reconquête sociale et politique, avec et pour le peuple.

Face à une 5e République, dont les institutions deviennent le relais de la commission de Bruxelles et des puissances financières, il faut rétablir la démocratie, redonner du pouvoir au peuple, consolider la souveraineté et l’unicité de la nation tout en défendant notre idéal européen.

Il faut créer un rapport de force favorable pour peser sur la mondialisation libérale, faire de l'Europe un espace d'équité sociale et instaurer une nouvelle république, qui redonne le pouvoir au peuple et à ses élus.

Il faut enfin rénover nos pratiques politiques en écoutant davantage les aspirations des salariés, des chômeurs et de tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche.

Dans ce sens, nous rejoignons la démarche de «Rénover maintenant» et d’Arnaud Montebourg sans plus attendre. Il n’est plus temps de tergiverser : quand la droite met à bas nos conquêtes sociales, il est urgent de l’arrêter !

Nous voulons nourrir publiquement une démarche collective de rénovation urgente du parti socialiste et de la représentation politique offerte aux français. Notre contribution propre doit être représentée fortement au sein de «Rénover maintenant» car la prise en compte des enjeux économiques, politiques et sociaux reste notre priorité dans les combats socialistes d’aujourd’hui et de demain.

Aussi, nous vous invitons à rejoindre «Rénover maintenant» dès aujourd’hui en participant activement aux assemblées générales constitutives qui auront lieu dans tous les départements.

Premiers signataires :
Jean Bachelerie (PS – 19), Alain Buhsing (PS – 94), Jean Estager (PS – 19), Luc Mandret (PS et MJS – 75), Pascal Nicolle (PS - 75), Gilbert Soulet (PS, CGT, Démocratie et socialisme – 84), Nathanaël Uhl (PS, CGT – 75)

Libellés : ,

23 janvier 2006

No need to argue

Partager
Les branchés doivent trouver ce morceau ringard, pour les intellos: trop simplistes, pour les alter: trop commercial, pour les autres: ils connaissent pas ... Moi j'adore ! Ce morceau des Cranberries, tiré de l'album du même nom sorti en 1994, a été négligé par le succès de Zombie. Pour cette piste n°13 est simplement sublime : musique intimiste, voix presque a-cappella, une langueur qui monte lentement, très peu de paroles. Le tout monte lentement, les instruments prennent de l'ampleur si légèrement que c'est à peine perceptible ; en même temps je reste toujours dans l'attente de l'apothéose, du moment où l'on atteint le summum, du somment de cette chanson. Et une fois cet instant arrivé, le soufflé retombe, et fin du morceau sur une longue note d'orgue. Juste mémorable. A chaque fois la même émotion, et pourtant je l'ai écouté des centaines de fois. La même attente, les mêmes larmes qui montent. Et toujours la même surprise de la retombée. Je connais le processus par coeur désormais, et je suis toujours surpris de cette géniale construction.

There's no need to argue anymore.
I gave all I could, but it left me so sore.
And the thing that makes me mad,

Is the one thing that I had,

I knew, I knew,
I'd lose you.
You'll always be special to me,

Special to me, to me.

And I remember all the things we once shared,

Watching T.V. movies on the living room armchair.

But they say it will work out fine.
Was it all a waste of time.

'Cause I knew, I knew,
I'd lose you.
You'll always be special to me,

Special to me, to me.

Will I forget in time, ah,

You said I was on your mind ?

There's no need to argue, No need to argue anymore.
There's no need to argue anymore.

Ouuu, ouuu, ouuuu...
Special.

Libellés : ,

12 janvier 2006

This is a rebel song

Partager
Pour toi mon bébé ...

I love you my hard englishman
Your rage is like a fist in my womb
Can't you forgive what you think I've done
And love me, I'm your woman

And I desire you my hard englishman
And there is no more natural thing
So why should I not get loving
Don't be cold englishman

how come you never said you love me
in all the time you've known me
how come you never say you're sorry

i do

Oh please talk to me englishman
What good will shutting me out get done
Meanwhile crazies are killing our sons
Oh listen, englishman

I've honored you hard englishman
Now I am calling your heart to my own
Oh let glorious love be done
Be truthful englishman

how come you never said you love me
in all the time you've known me
how come you never say you're sorry

i do
i do

Libellés : ,

banniere

Partager




10 janvier 2006

Rénovons, maintenant !

Partager
"Ce logo est la traduction des valeurs socialistes, il se veut emblème de la rénovation des idées et symbole de progrès social.

Pour permettre de bien situer "Rénover maintenant" dans l’univers socialiste, ce logo intègre tel quel celui du parti socialiste, et il reprend ses codes emblématiques : sa couleur (le rouge) et son symbole (la rose, identifiant des socialistes partout en Europe).

"Rénover maintenant", qui s’adresse autant aux militants socialistes qu’aux sympathisants, est incarné par une nouvelle rose rénovée et modernisée, à la manière de ce qu’ont fait, ces dernières années, la plupart des partis socialistes d’Europe, y compris le Parti socialiste européen. Elle apparait, pour "Rénover maintenant", plus dynamique et plus ouverte au monde.

Le combat des socialistes, habituellement symbolisé par le poing se retrouve ici dans la force des mots :
- l’action par l’usage d’un verbe,
- l’urgence par le terme "maintenant" en gras. Les mots "rénover" et "maintenant" se détachent, le mot "maintenant" apparaissant en gras pour souligner le caractère urgent et impératif de la rénovation politique souhaitée par Arnaud Montebourg."

http://www.renover-maintenant.org/

Libellés : ,

08 janvier 2006

Lord of War

Partager
Vous voulez un chef d'oeuvre ? Vous l'avez en ce moment au cinéma : Lord of War, le dernier film du réalisateur Andrew Niccol. Après la réalisation et l'écriture des Gattaca en 1997 et Simone en 2002, plus l'écriture de The Truman Show en 1998, le jeune réalisateur (41 ans) new-zélandais revient avec cet ovni cinématographique: Lord of War.

Tellement de (bonnes) choses à dire, que j'ai peur d'en oublier mais je vais essayer d'être concis. Tout d'abord la réalisation. Pour moi, c'est probablement un des metteurs en scène les plus doués, qui cherchent le plus et qui trouvent le mieux, des plans sublimes, des travellings hors de l'ordinaire, une maitrise du cadre éblouissante, des champs-contre champs sublimes. Notamment un des premiers plans avec Nicolas Cage debout sur un ponton portuaire en forme de croix, tellement biblique et décalé. Notamment le travelling du début qui se termine de façon tellement trash que l'on est scotché au bout de la première minute. Bref, un génie !

Ensuite les acteurs. Cage est fidèle à lui-même et rien d'étonnant de retrouver cet acteur génial. Personnellement j'ai été subjugué par le jeu d'acteur de Jared Leto, officiant le frère défoncé à la coke, looser inconditionnellement pommé. Cet acteur peu connu accuse tout de même dans sa filmographie quelques très bons films, dont, excusez du peu : La ligne rouge, Requiem for a dream et Fight Club ... Je ne vais pas parler du casting en entier; tellement il est malin; tellement on est peu être content que Niccol ait préféré Bridget Moynahan à Monica Bellucci pour le rôle de la femme actrice-peintre-mannequin ratée; tellement on est content de retrouver un Ethan Hawke au summum de sa forme. Cependant, j'aimerais parler de cet acteur que je ne connaissais pas du tout : Eamonn Walker, jouant le rôle du dictateur africain sanguinaire, est terriblement effrayant et son jeu m'a donné des frissons terribles.

En outre d'être un metteur en scène talentueux, Niccol agace par la qualité de son scénario. Alors que le sujet semble lourd (la vente d'arme pseudo-illégale pour les pires de toutes les dictatures), avec des images parfois très violentes et bouleversantes, Niccol arrive à donner une pointe d'humour (souvent noire sur la guerre, les enfants-soldats, les dictaures, les meurtres gratuits, le SIDA, ...) très réussie. Les dialogues sont toujours totalement juste et réfléchi, l'humour pas vulgaire, et celà n'empêche jamais le discours politique d'arriver à son but, et la condamnation souhaitée par ce film est totalement réussie. Et c'est probablement là où le génie excelle, quand le film arrive, par une fiction, à passer un message politique tout en faisant un film (et non en documentaire, donc l'ambition est encore plus casse-gueule) sans rentrer dans l'idéologisme primaire.

Je terminerai avec une partie des dessous, et principalement sur le financement, de cette oeuvre. Autant dire que la recherche des 50 millions de dollars nécessaires due être une tâche compliquée, et alors que Hollywood se médiatise comme plutôt une industrie de gauche, les grandes major ont refusé d'investir dans ce sujet polémique, ce qui explique que les fonds sont principalement européens.

Chapeau bas, Andrew Niccol ! Vivement le prochain film ...

Libellés : ,

De retour

Partager
Mais oui, mais oui, les vacances sont finies ...

15 jours de vacances, le bonheur ... Quelques jours chez mes parents dans ma patrie nantaise pour fêter Noël en famille. Une dizaine de jours en Egypte pour se repose, prendre le soleil, visiter l'histoire de ce pays: Le Caire, Assouan et Louxor, quel bonheur après 2 ans sans vacances ! Puis une petite escale d'une journée à Budapest pour profiter des bains et finir les congés en beauté.

Autant dire que je rentre requinqué, dans une forme éblouissant, légèrement bronzé (oui, oui, les roux aussi peuvent bronzer !), motivé à bloc, épanoui, un peu grossi (ça ne fait pas de mal) ...

Bref, l'année 2006 commence sur de bons augures, et il est le moment de te souhaiter, à toi lecteur de mon blog, une excellent année: quelle soit celle du combat contre la médiocrité, la bien-pensance, l'abetissement, celle pour la recherche de la vérité, l'humour, de la pédagogie, de la culture !

Luc

Libellés : ,