]]>

31 octobre 2006

Front Anti Steevy (II)

Partager
Le Porte Parole du Front Anti Steevy, le sous adjudant Andros, intervient pour la seconde fois depuis la revendication de l'enlèvement de Bourriquet et l'exigence de démission de Steevy avant le 31 décembre 2006. La cap reste fixé: KARCHERISONS STEEVY !!!
N'hésitez pas à contacter le FAS :
membre.fas@free.fr.



Libellés : , ,

29 octobre 2006

No comment

Partager

Je te donne ces vers afin que si mon nom
Aborde heureusement aux époques lointaines,
Et fait rêver un soir les cervelles humaines,
Vaisseau favorisé par un grand aquilon,

Ta mémoire, pareille aux fables incertaines,
Fatigue le lecteur ainsi qu'un tympanon,
Et par un fraternel et mystique chaînon
Reste comme pendue à mes rimes hautaines ;

Être maudit à qui, de l'abîme profond
Jusqu'au plus haut du ciel, rien, hors moi, ne réponds !
- Ô toi qui, comme une ombre à la trace éphémère,

Foules d'un pied léger et d'un regard serein
Les stupides mortels qui t'ont jugée amère,
Statue aux yeux de jais, grand ange au front d'airain !

Charles Baudelaire - Les fleurs du mal (1857)

Libellés : ,

25 octobre 2006

Les petites phrases

Partager
Plutôt que de parler du bikini de Ségolène Royal, voici un florilège de petites phrases de la prétendante à l'investiture présidentielle. Je vous laisse apprécier ...

Ajout du 31 Octobre :

- "moi, j'apporte des solutions de gauche. Il n'y a aucune ambiguïté là-dessus. Je mets toujours le progrès de la personne au centre de la décision". (Ouest France, 31 Octobre 2006)

- "Je ne parlerai ni des attentats ni des incendies, je ne parlerai que de
la Corse qui travaille". (15 juillet en Corse)

- "Si cette Constitution n'est pas adoptée, la base juridique qui permet la protection des services publics disparaîtra". (Le Monde, 29 mars 2005)

- "Si le Non l'emporte, je serai obligée de privatiser les cantines
scolaires du Poitou ­ Charentes". (Mots Croisés - France 2, ­ 16 mai 2005)

- "Il n'y a pas de tabou. Il faut être curieux de tout et essayer ce qui
marche. Certains ont tort en France de caricaturer. Je n'oublie pas que Tony Blair a gagné les jeux Olympiques et que nous les avons perdus. Dans les dossiers français, j'ai vu beaucoup d'arrogance et peut-être une vision passéiste de ce qu'est la France. Blair a été beaucoup plus offensif sur l'identité multiculturelle du Royaume-Uni". (MIDEC, 3 février 2006)

- "Je maintiens ce que j'ai dit sur Tony Blair. On ne doit pas être sclérosés et enfermés dans des référents idéologiques qui nous empêchent de faire bouger les lignes". (Le Parisien, 23 février 2006)

- "Il est devenu insupportable de défaire la nuit ce que Pénélope a fait le jour ! Je ne déferai pas pour le plaisir ce qu'a fait la droite. J'essaierai de régler les problèmes avec un souci d'efficacité tout en étant au clair avec les valeurs de la gauche". (Le Parisien, 23 février 2006)

- "C'est la motivation individuelle au travail qui fait la croissance. [...]
Des chefs d'entreprises [...] n'innovent plus parce qu'ils ont le sentiment d'une accumulation de réglementations qui les paralysent. [...] En effet, il faut donner davantage de libertés, en effet il faut mettre fin à un certain nombre d'archaïsmes en matière de réglementations. [...] On est dans un système ultra étatisé, ultra administré." (Institut Montaigne, 21 novembre 2005)

- "Nous ne devons être bloqués sur aucun sujet, comme les 35 heures par exemple". (Financial Times, 2 février 2006)

- "Il y a déjà eu des assouplissements avec la possibilité d'heures supplémentaires, d'autres méritent réflexion. C'est possible d'ouvrir des portes et des fenêtres. Il y a des salariés qui ont envie de travailler plus et cette liberté-là doit leur être donnée. A condition bien sûr que ce soit en accord avec les partenaires sociaux et que ce ne soit pas imposé". (Le Parisien, 23 février 2006)

- CPE : "Il faut savoir ce qu'on met à la place avant d'avoir un discours sur l'abrogation." (Le Point, 6 avril 2006).

- CPE : "Il serait paradoxal de subventionner un contrat qui expose l'entreprise à des coûts supplémentaires [...] : le gouvernement a précisé, en cas de rupture du CNE, que les aides accordées devraient être remboursées". (Le Monde, 17 mars 2006)

- Banlieues : "L'image de la France est, après la révolte des banlieues, une
nouvelle fois très dégradée. C'est mauvais pour la croissance économique". (Paris Match, 6 avril 2006)

- Education : " Les parents ne doivent plus être exclus de l'école, mais associés étroitement à sa vie" . (Femme actuelle, 27 février 2006)

- Education : "Il faut passer un pacte avec les organisations syndicales
d'enseignants, qui porterait en particulier sur le changement de méthode et de travail. Une évolution du rôle et du métier des enseignants est nécessaire. Ceux-ci ne peuvent plus se contenter de transmettre du ou des savoirs : il leur incombe aussi un rôle d'animateur, de dialogue avec les enfants et les parents. [...] L'extension de la durée hebdomadaire de présence des enseignants dans les établissements scolaires [...] serait une des contreparties d'une plus grande liberté pédagogique. [...] L'emploi du temps des élèves et les rythmes scolaires doivent être totalement revus : la séquence d'une heure de cours ne semble plus vraiment adaptée". (Commission nationale du projet, 18 janvier 2006)

- Education : Dénonçant "les corporatismes et les pesanteurs des syndicats de
l'éducation nationale" elle déclarait : "Nous avons décidé de ne plus faire de cogestion avec les syndicats". (Le Monde, 10 décembre 1997)

- Education : "La question de l'école est à mon avis la question majeure. Il va
falloir faire une révolution dans le système scolaire". (Nouvel Observateur, 6 avril 2006)

- "La vraie notion de la laïcité, ce n'est pas le refus des religions, mais le respect de toutes les religions et de ceux qui les pratiquent". (Le Parisien, 23 février 2006)

- "La question du voile et des signes religieux est "un problème délicat"
et il faut "éviter de l'aborder de façon trop brutale. Au fur et à mesure que ce débat se déroule, on sent monter un certain malaise et les autres grandes religions sont réticentes. Une décision d'interdiction n'est pas suffisante".

- "Qu'est-ce qui est le plus inquiétant pour les valeurs françaises ou européennes ? Trois filles qui portent un foulard et qui finissent par l'enlever ou bien le fait que tous les jours des millions d'enfants voient pendant trois heures d'affilée des dessins animés japonais où on s'entretue... [...] Moi je pense que c'est beaucoup plus grave, ce qui se passe à la télévision, et tout le monde s'en fiche."

- Piscines : " Dans certains cas, si les municipalités le font,
c'est peut être que ça correspond à une demande. Les femmes enceintes ou les filles qui se font embêter à la piscine par les garçons, ça mérite d'être regardé." (RTL)

- A l'école, elle suggère de "réfléchir à des aménagements d'espaces non mixtes, des moments d'accalmie. Lors des cours d'éducation sexuelle par exemple, c'est indispensable. En éducation physique, à la piscine, pourquoi pas. Et même à la cantine qui est un moment fort de déclenchement de violence : on s'y bouscule beaucoup." (Le Parisien, 8 septembre 2003)

- Justice : "Sauf huis clos à la demande des victimes, je suis favorable à la
transparence et à la présence des médias pendant les procès. La justice n'est-elle pas rendue au nom du peuple ? [...] Ce drame [Outreau] a jeté le discrédit sur la justice. Je comprends que cela fasse peur, car, dans un pays, les institutions doivent tenir." (Le Parisien, 23 février 2006).

- Au Salon de l'Agriculture, "La France a besoin de garder son identité rurale. C'est une identité traditionnelle, mais aussi moderne". (Le Parisien, 1er mars 2006)

- "Il faut rétablir un ordre juste par le retour de la confiance". (Nouvel
Obs, 6 avril 2006)

- "Avoir la nostalgie des « valeurs traditionnelles » ne vaut pas
fascisation des cervelles et même trouver qu'il y a «trop d'immigrés» ne signifie pas consentir à leur discrimination". (desirsdavenir.org, 6 avril 2006)

- "Si chaque famille mange deux volailles par semaine, on peut sauver la filière avicole en région et remettre sur le terrain les 400 emplois perdus depuis le début de la crise. Henri IV faisait la poule au pot le dimanche, nous on double la mise. [...] Je crois qu'en déclenchant un mouvement, en créant une solidarité, on peut surmonter la crise". (AFP, 29 mars 2006)

- "Je pense que le moment des femmes est venu, non pas pour les femmes, mais
pour l'harmonie de la vie tout simplement, et pour le bonheur des hommes et des femmes". (TF1, 6 avril 2006)

- "Bien sûr que je me sens plus proche du modèle scandinave même s'il faut
arrêter de raisonner en termes de «modèles». C'est un raisonnement typiquement masculin". (Nouvel Observateur, 6 avril 2006)

- Internet : "Le citoyen prend la parole individuellement mais, très vite,
il entre en interaction avec les autres, et un nouvel espace public se reconstruit, plus complexe donc plus vrai. A moi ensuite, forte de ce collectif reconstitué, de jouer mon rôle de médiatrice de la démocratie républicaine. En proposant une synthèse, de dire ce que je retiens et ce que je ne retiens pas". (Nouvel Obs, 6 avril 2006)

Libellés : ,

23 octobre 2006

New look

Partager
Vous avez pu le remarquer, le look de ce blog s'est légèrement modifié. J'attends que vous me faisiez part de vos impressions. Et des éventuelles modifications que je pourrais effectuer pour améliorer encore le design.

A vos claviers !

Libellés :

21 octobre 2006

Ségolène, reine du vide

Partager
Je n'aime pas les sondages, mais celui-ci est tellement parlant que je me vois obligé de vous le faire partager ...

En haut, la personne la plus convaincante, suite au débat entre prétendants socialistes, pour les personnes ayant vu le débat.

En dessous, la personne la plus convaincante, pour l'ensemble des français, ayant vu, ou pas, le débat.

Qu'en ressort-il ? Que prêt de la moitié des personnes qui ont vu le débat ont trouvé que Dominique Strauss-Kahn était le plus convaincant. Alors que pour l'ensemble des français, un quart pense que c'est Ségolène Royal la plus convaincante.

J'ai déjà du mal à imaginer comment "les français" qui n'ont pas vu les sondages peuvent se prononcer, mais passons, et j'imagine que cela explique les 51% de personnes qui ne se prononcent pas.

Vu que l'audience de ce débat est une catastrophe, environ 600 000 personnes, on comprend désormais mieux pourquoi le PS a refusé que ce débat passe sur une chaine nationale hertzienne. Il ne faut pas chercher plus loin : lorsque les prétendants débattent, c'est DSK qui ressort comme le plus convaincant ! Donc surtout, pour tous ceux qui soutiennent Ségolène Royal, il faut impérativement qu'elle ne s'exprime pas, ou le moins possible, vu que cela profite à l'un de ses concurrents.

Moralité : Ségolène, moins tu parles, plus on t'aime. Ségolène, le vide. La bulle médiatique, rien de plus.

Libellés : , , ,

19 octobre 2006

Gérard Miller, le salaud "lumineux"

Partager
Un coup de gueule. Mais d'abord pourquoi ce titre ? Vous pouvez écouter ici un extrait de l'émission de Laurent Ruquier du 17 Octobre. Sur France 2 ce mardi, Gérard Miller a qualifié l'écrivain Marc-Edouard Nabe de "salaud lumineux". Il se l'est autorisé, se justifiant même, car Jacques Vergès l'aurait employé lui-même. Donc si Vergès le dit, alors Miller peut le dire de Nabe. Donc moi, gamin que je suis, je me permets de l'employer pour Miller. Sauf que les guillemets me semblent plus appropriés.

Un coup de gueule donc, suite à cette émission. Vous aurez compris que j'apprécie la plume de Nabe, même si je n'adhère pas à l'ensemble de ces propos. Mais pour moi, il est important de pouvoir dissocier l'oeuvre de l'homme (Frédéric Vignale, si tu me lis !). Pour étayer sa théorie - Nabe est un vilain raciste-antisémite-homophobe - Miller a mis des trémollos dans sa voix et nous a lu des extraits de la réédition de "Au régal des Vermines" de M.E.N. (Ed. Le Dilletante). Soit, les extraits sont violents. Alors je me permets de vous porter ci-dessous cet extrait, tiré du même livre :

La Musique est ce par quoi tout art veut terminer. C'est le dernier soupir. Le langage poétique est une musique difficile. Le vrai langage, c'est tout dire avec des notes, avec des onomatopées. Tout transformer en musique, comprendre chaque bruit comme si c'était un mot, un sous-mot.
J'aime beaucoup les onomatopées. J'aimerais même qu'on ne puisse s'exprimer que comme ça. J'aurais souhaité que l'expression fût totale avec des onomatopées.
Le Jazz y réussit magistralement. Tout est dans le Jazz. Le Jazz suffit. Quand trois cents milliards d'individus butés seront persuadés que Ravel et Monk, c'est rigoureusement la même chose, il n'y aura plus d'Apocalypse, d'elle-même la fin du monde ira se "finir" ailleurs, dans les étoiles ...

Selon moi, ces quelques lignes peuvent à elles seules illustrer le génie de l'écrivain. Et si Miller avait lu ces lignes à l'antenne, quelles impressions auraient été celles du téléspectateur ? Alors oui, j'en ai marre de ces chroniqueurs s'autorisant de donner un jugement moral, et non artistique sur un auteur. Avec des extraits, l'on peut faire dire tout et n'importe quoi ! Marre de ces avocats de la bienpensance !

Poussons la logique de Miller un peu plus loin. Imaginons que ce cher homme nous lise sur notre bienaimé service public audiovisuel cet extrait-là :

Je me sens très ami d’Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu’ils ont bien raison d’être si racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus. Je trouve que nos vrais ennemis c’est les Juifs et les francs-maçons. Que la guerre qui vient c’est la guerre des Juifs et des francs-maçons, que c’est pas du tout la nôtre. Que c’est un crime qu’on nous oblige à porter les armes contre des personnes de notre race, qui nous demandent rien, que c’est juste pour faire plaisir aux détrousseurs du ghetto. Que c’est bien la dégringolade au dernier cran de dégueulasserie.

Vous vous demanderiez quel être aussi immonde a pu écrire ces quelques lignes ? J'ai déterré ce passage de L'école des cadavres, l'un des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline. Bien que cet auteur ait pu écrire des ignominies, cela fait tout de même de Céline l'écrivain français du XXème siècle le plus traduit et le plus diffusé. Et il n'est pas rare que Voyage au bout de la nuit ou Mort à crédit soit étudié à l'école. Mais avec un Gérard Miller distribuant les bons et les mauvais points, ces grands auteurs seraient mis au ban de la littérature depuis bien longtemps ...

Parlons justement des fusillés ! Pendant cette émission, Gérard Miller dit très clairement :

Le dénommé Rebatet qui a été, je crois, fusillé à la libération, en tout cas qui le méritait, il a écrit un livre qui s'appellait Des cons. Il avait une formidable plume ! Il avait un grand talent d'écriture ! Simplement lorsqu'il parlait des juifs, il disait cette phrase célèbre : "les juifs il faut pas seulement les déporter, il faut également emmener les petits".

OK cette phrase de Lucien Rebatet est atroce. Je ne dirai jamais le contraire. Je tiens à être clair ! Passons outre le fait que Rebatet ne soit décédé qu'en 1972, après avoir été emprisonné entre 1945 et 1952, et que Gérard Miller devrait revoir son histoire. J'ai été terriblement choqué par cette phrase : "Rebatet qui a été [...] fusillé à la libération et qui le méritait". Lui, Gérard Miller, le démocrate auto-proclamé, il nous ressort la justification de la peine de mort ! Et pas pour un criminel ! Non pour un écrivain, pour un journaliste ! Il nous dit très clairement que la mort peut être méritée ...

Monsieur Miller, cessez donc de nous faire perpétuellement des leçons de morales. Réfléchissez un peu avant de sortir de telles inepties : le fascisme n'est pas forcément là où l'on croit qu'il est ...

Libellés :

18 octobre 2006

Morandini le censeur (suite)

Partager
Suite à l'histoire d'hier, je me suis permis d'envoyer un mail à Colombe Schneck. Je lui écrivais notamment ceci :

J'imagine que vous devez être au courant de sa note sur son blog, mais mon mail n'en trouve pas là son origine. Je suis assez indigné de constater que Morandini censure tout commentaire qui se permette de faire la moindre critique sur la partialité et la déontologie de ce monsieur. J'ai vu mes commentaires tous censurés du site ...


Et ce matin, voici, en partie, le mail que j'ai reçu de la part de Colombe Schneck :

Bien sur et j'ai trouvé ça dingue. Ma réponse aussi a été censuré sous pretexte qu'il s'agissait peut être d'une usurpatrice !


Entre temps, relisons la réponse de Jean-Marc Morandini, le monsieur le mieux informé par ses sources sûres mais confidentielles, suite aux commentaires sur cette note. Accrochez-vous, voilà ce qu'il écrit :


J'ai enlevé un message d'une certaine "Colombe" se faisant passer pour Colombe Schneck doutant fortement de la vraisemblance de celui ci, tout le monde pouvant se faire passer pour elle.

Colombe a mon téléphone, et j'apprécie son travail, que ce soit dit une fois pour toute.

Il n'y avait aucun mot méprisant dans l'info que j'ai posté. C'est une très bonne journaliste.

Cessons donc de créer des polémiques où il n'y en a pas.

Elle fait bien son boulot, son émission est bonne et différente de la mienne, je pense simplement que la programmer face à moi était une faute.

Elle le sait car je lui avais dit de vive voix.

Il n'y a pas d'autre débat.

Jean Marc Morandini

Donc, pour résumé, Jean-Marc Morandini s'est autorisé à censurer de nombreux commentaires, ces derniers lui déplaisant, étant probablement une atteinte à sa petite personne et à sa crédibilité. Malheureusement, parmi ces réponses censurées se trouvaient celle de Colombe Schneck, réagissant bien normalement au "scoop" de Morandini. Et là, c'est le monde à l'envers. Morandini a supprimé le commentaire de Colombe, car il "doute" que la Colombe intervenant sur son blog soit la vraie Colombe Scheck. Pour se justifier, il argue que la vraie Colombe Schneck l'aurait appelé. Sauf que Colombe Schneck se met à la hauteur du monsieur : il publie une info sur son blog, elle répond sur son blog. Logique. Aurait-il eu la politesse, le professionnalisme de l'appeler, vu qu'il a son téléphone, pour l'informer de la publication de cette info ? Ou au moins pour vérifier que le commentaire était bien celui de Colombe Schneck ? Bien sûr que non ! Morandini a toujours raison, il décide là ou il y a débat ou pas. Les personnes incriminées sur son blog n'ont pas le droit de réponse.

Alors oui Morandini est un censeur. Ajouté à cette censure un manque de politesse et de professionnalisme. Son métier n'est que de relayer des potins et des rumeurs, sans vérifier. Son métier n'est que du commerce exécrable, sous couvert de pseudo-journalisme.

Au minimum, j'espère que Monsieur Morandini présentera publiquement ses excuses à Colombe Schneck.

Libellés :

17 octobre 2006

Morandini le censeur

Partager
Je me suis rendu hier sur le site de l'animateur Jean-Marc Morandini. Il y annonce en effet la suppression de la grille des programmes de France Inter de l'émission de Colombe Schneck.
Voici l'article de son site:

Selon nos informations, France Inter s'apprète à supprimer son émission "médias" qui avait été lancée sur l'antenne au mois de septembre.

L'émission présentée par Colombe Schneck est diffusée chaque jour de 10h30 à 11h. Selon les premiers résultats d'audiences confidentiels, elle n'aurait pas trouvé son public.

Selon nos informations, la direction de France Inter a consulté plusieurs animateurs afin de leur proposer de reprendre la tranche dès le mois de janvier et de présenter une nouvelle émission qui ne parlera plus du tout de média.

Les résultats des sondages intermédiaires ne seraient pas bons du tout pour cette émission, d'où la volonté de la direction de France Inter d'intervenir rapidement.

L'émission avait été lancée à 10h30 pour contrer l'émission sur la télé diffusée à la même heure sur Europe 1.

Souhaitant réagir à cet article, je me crée un compte et poste un commentaire. Quelle ne fut pas ma surprise ce matin de voir mon commentaire tout simplement supprimé. Malheureusement aucune preuve. Alors je récidive ce midi et y poste le commentaire suivant :

Censure ???? (posté par Lancelot à 13h37)

Merci la censure sur ce site ...
Mes deux commentaires ont été supprimés, j'y disais pourtant simplement :

1/ si JMM est aussi sûr de ces infos sur la suppression de l'émission de Colombe, lui qui a annoncé à de nombreuses reprise la fin de ASI, l'émission de Daniel Schneidermann

2/ si cela ne le dérangeait pas de balancer ce genre d'infos en "oubliant" de dire que le concurrent direct de l'émission de Colombe sur Inter est ... la sienne sur Europe 1 ! Le minimum de déontologie de la part d'un vrai journaliste aurait été au minimum d'en informer les lecteurs de ce site ...

Et moins d'une heure après, re-censure ... Malheureusement pour Jean-Marc Morandini, je suis très têtu, et j'ai renouvellé mon action à 14h14. Combien de temps ce commentaire restera-t-il en ligne ?

Quid de la neutralité et de la déontologie de l'animateur ? Lui le salarié de la radio d'Elkabbach, et de la télévision de Bolloré, se vantant d'annoncer des scoops (notamment en ce moment un très drole sur un supposé évincement d'une journaliste de France 2 par Ségolène Royal), oubliant très bizarrement de sortir ceux ayant un rapport avec Nicolas Sarkozy, des amis très proches de ses employeurs ?

Libellés :

13 octobre 2006

Front Anti Steevy

Partager
Ceci est un communiqué du Front Anti Steevy.

Nous détenons Bourriquet !

Depuis 5 ans, nous subissons la bêtise pathologique de Bourriquet et de son âne Steevy Boulay. Chaque soir, Steevy Boulay déverse sa propagande pour l' UMP sur le service public audiovisuel. Cette propagande se fait sous le couvert d'une émission de divertissement creuse.

Steevy Boulay doit quitter France 2 et le service public avant le 31 décembre 2006. Après cette date nous serons contraints de faire sauter Bourriquet.

Pour l'heure nous tenons a rassurer tous les habitants de la forêt : Bourriquet va bien. Il sera restitué à Steevy Boulay dès l'annonce de sa démission de France 2 et du service public.

C'était un communiqué du Front Anti Steevy.

Le 30 septembre 2006

Pour le FAS,
Le Porte-parole,
Le Sous-adjudant Andros



Libellés : , ,

10 octobre 2006

Zidane la racaille

Partager
Je vous donne ci-dessous la possibilité de lire un texte plutôt polémique de Marc-Edouard Nabe, artiste multi-fonction à la réputation sulfureuse ...

Ici, Nabe prend son tablier d'écrivain pour revenir sur le "coup de tête" de Zidane. Je ne souhaite pas résumer son texte, n'ayant vraiment pas le talent d'écriture qui est le sien. Je n'adhère pas totalement au propos que développe Nabe, cependant je trouve intéressant de le faire partager, tellement ce genre d'avis peut être rare dans notre paysage littéro-médiatique.

Libellés : ,

06 octobre 2006

Objectivité des sondages

Partager
Dépêche de l'AFP.

Quatre députés socialistes ont adressé jeudi une lettre ouverte au CSA lui demandant de "rappeler solennellement et publiquement les médias à leur devoir d'objectivité et de rigueur" à propos des sondages consacrés aux primaires au sein du PS.

Selon Pierre Bourguignon (Seine-Maritime), Didier Mathus (Saône-et-Loire), Paul Quilès (Tarn) et René Rouquet (Val-de-Marne), "le véritable matraquage de sondages sur les primaires au sein du PS qu'imposent les médias aux adhérents est devenu insupportable" et "devant tant d'excès, la déontologie des médias est en cause".

Dans la campagne pour l'investiture socialiste, MM. Bourguignon et Rouquet apportent leur soutien à Dominique Strauss-Kahn, tandis que MM. Mathus et Quilès ont pris position pour Laurent Fabius.

Evoquant la récente prise de position de la Commission des sondages, rappelant dans Libération que les sympathisants du PS sondés sur leur préférence, ne sont pas les adhérents socialistes qui vont voter, les quatre députés mettent notamment en cause un sondage Ipsos rendu public jeudi, reposant sur un échantillon de 245 personnes "proches du PS".

"Si l'on considère que cela [le nombre de sympathisants du PS, NDLR] correspond à environ 6 millions d'électeurs pour 180.000 adhérents, les militants représentent 3%, soit dans cet échantillon d'IPSOS, seulement 7 personnes", assurent-ils.

"Les sondages fabriqués dans ces conditions ne peuvent pas être scientifiquement et techniquement fondés", poursuivent MM. Bourguignon, Mathus, Quilès et Rouquet.

"En les présentant de manière fallacieuse et en entretenant sciemment et délibérément la confusion entre adhérents et sympathisants, les médias contribuent à donner à voir aux adhérents du PS une réalité qu'on voudrait leur imposer et qui est certainement de nature à orienter leur choix", concluent-ils.

Libellés : , ,

04 octobre 2006

Police spectacle (suite)

Partager
Après celui des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, c'est au tour du quartier des Musiciens aux Mureaux d'être la victime de la politique ultra-sécuritaire de Nicolas Sarkozy.

Encore une fois, les personnes ayant subi une perquisition ont vu la police être accompagnée de tout ce que la presse compte de rédactions aux ordres du ministre de l'Intérieur.

Sauf que certains journalistes n'ont pas eu peur de relayer les témoignages des habitants de la cité. Et d'évoquer les bavures lors de ces perquisitions. Là, un gamin de deux ans et demi sur lequel on braque un pistolet à la tempe.
Ici, une mère de famille jetée à terre reçoit de l'huile chaude sur les pieds, versée par des policiers. Ou encore, un garçon trisomique de 6 ans qui est braqué dans son lit par les forces de l'ordre. Sans parler des appartements visités par erreur, ce que les policiers reconnaissent eux-mêmes après avoir défoncé la porte d'entrée, vidé les armoires, retourné les matelas, cassé les meubles.

Sans parler du traumatisme moral qu'on du ressentir les familles ayant eu à subir ce genre de violences policières. Certaines personnes pensent à porter plainte. J'espère que cette sage réaction l'emportera sur le désir de vengeance qui doit, à juste titre, hanter les habitants des Mureaux. J'espère que les plaintes seront relayées, elles aussi, par la presse. Que la suite qui y sera accordée sera positive, et, si violence il y a eu, les policiers responsables punis.

Cette descente aux Mureaux intervient étrangement alors que des révélations sortent dans Le Monde, suite à celle de Corbeil-Essonne.

On apprend que les preuves matérielles (des traces d'ADN) recueillies sur place ne permettent pas de donner de suite, et que l'enquête repose désormais uniquement sur des témoignages.

On apprend également les mensonges du préfet de l'Essonne, Monsieur Gérard Moisselin, et du ministre de l'Intérieur, Monsieur Nicolas Sarkozy. En effet, le premier avait parlé d'agression "manifestement préméditée" et le second disait que les "jeunes", ayant agressé les CRS, s'étaient cachés en les attendant. Or le procureur de la République d'Evry, Monsieur Jean-François Pascal, a ouvert l'information judiciaire sans prendre en compte la préméditation.

Une descente aux Mureaux pour n'interpeller qu'une et une seule personne. Risquant de mettre le feu aux poudres.
Des policiers qui reconnaissent l'échec de cette opération, notamment à cause de la présence de la presse. Amenée par un ministre d'Etat qui ment à ses concitoyens.

A quoi joue Nicolas Sarkozy ? Souhaite-t-il une nouvelle vague de violence dans les banlieues françaises ? Ne faudrait-il pas commencer sérieusement à se poser des questions sur l'état psychique de ce ministre qui joue aux playmobil avec ses troupes ?

Libellés : ,

02 octobre 2006

Aidez Zalea à pièger le CSA !

Partager
Un message de Zalea TV, que j'ai la joie de diffuser. Surtout n'hésitez pas à en faire de même. Plus d'infos ici.

Zalea TV est une télévision libre, associative, non-marchande, qui se bat depuis maintenant 6 ans pour la démocratisation de l’accès à la télévision et pour qu’existe en France des chaînes alternatives citoyennes accessibles à tous, un véritable contre-pouvoir à l’hégémonie toxique des chaines commerciales et publico-commerciales.

Nous diffusons actuellement 24h sur 24 en ADSL sur le canal 79 de la Freebox, et en VOD sur notre site. Mais cela est très loin de nous permettre de toucher le grand public. Et tous les autres canaux de diffusion nous sont à l’heure actuelle interdits, soit par le CSA pour la diffusion hertzienne, soit par les grands groupes financiers qui contrôlent le câble, le satellite et les autres réseaux ADSL. Et ceci est aussi vrai pour les autres télés libres qui mènent le même combat. Cette situation n’est pas acceptable au regard du pluralisme et de la liberté d’expression, puisque ce sont ainsi tous les programmes issus du monde des associations, des ONG, des réalisateurs non-alignés et de l’engagement citoyen qui sont censurés.

C’est pourquoi nous sommes candidat pour la troisième fois à la TNT (télévision numérique hertzienne). Il s’agit cette fois d’un appel à candidatures du CSA portant seulement sur la Région Parisienne. Nos 2 candidatures précédentes pour une diffusion nationale ont été rejetées par le CSA, qui n’a sélectionné que des chaînes commerciales contrôlées par les grands groupes.

Fort de notre expérience, nous savons que le CSA se retranche toujours derrière des arguments économiques oiseux pour nous écarter, privant ainsi les programmes associatifs et alternatifs de toute chance de diffusion hertzienne. Une association à but non-lucratif comme la notre n’étant pas "capitalisée", notre chaîne étant non-commerciale et non-marchande, et tout financement institutionnel étant conditionné par l’obtention préalable de l’autorisation de diffusion, le CSA a beau jeu d’émettre des doutes sur la viabilité économique de notre candidature.

Cette fois ci, nous sommes décidés à empêcher le CSA de nous censurer sous des prétextes financiers. Mais pour y arriver, nous avons besoin de votre aide.

Le calcul est simple : le budget de Zalea TV pour faire une chaîne gratuite en TNT sur l’Ile de France est d’environ 200.000 euros par an (dont près de la moitié pour la diffusion depuis la Tour Eiffel par TDF). Si 2.000 personnes promettent de souscrire à un abonnement de soutien de 100 euros par an au cas où nous soyons autorisés par le CSA, le financement de ce budget prévisionnel sera garanti par cette "redevance citoyenne" sans que personne puisse y trouver à redire.

Alors aidez-nous à piéger le CSA en nous renvoyant la "promesse d’abonnement de soutien" ci-dessous à 27 centimes d’euros par jour (soit 100 euros par an, mais les promesses n’engagent que ceux qui y croient... ). Et faites circuler cet appel dans votre entourage pour qu’on boucle ça avant le 16 octobre 2006 (date limite de dépôt des candidatures au CSA). Et si on a plus de 2.000 personnes qui promettent, on vous promet de vous rembourser la différence :=)

Toute l’équipe (bénévole !) de Zalea TV vous remercie d’avance.

SANS DÉMOCRATIE AUDIOVISUELLE, PAS DE DÉMOCRATIE... SANS MÉDIAS LIBRES, PAS DE LIBERTÉ...


Libellés :