]]>

30 janvier 2007

Cambodge, pays d'histoire (3) : Bokor, le Sud

Partager
Dernière étape du voyage au Cambodge. Après Phnom Penh, nous avons pris un car pour nous rendre dans le Sud du Cambodge. Deux étapes : le plateau du Bokor et Sihanoukville. L'occasion de parler du roi Norodom Sihamoni et de son père Norodom Sihanouk !

Pour accèder au Bokor, nous passons la nuit à Kampot. Petite ville provinciale sans charme, infestée de moustiques, la chaleur est rendue étouffante par la moiteur suante. Le lendemain à l'aube, l'escalade du Bokor est une véritable aventure ! Dans une vieille Toyota, la montée dure deux longues heures. Dans une jungle luxuriante, la route est une continuation de nids de (très grosses !) poules, de pierres acérées et parfois de morceaux de goudrons. A l'arrivée, l'estomac en vrac, à 1000 mètres d'altitude, l'air frais est plus que le bienvenue.

Le Bokor est un lieu totalement surprenant, et l'on ne regrette pas la grimpette ! D'ailleurs le côté inaccessible, faisant fuir les touristes, rend l'endroit encore plus mystérieux. Ici, des maisons coloniales abandonnées, un palais du roi Sihanouk inhabité. Le tout avec une vue à 360° absolument merveilleuse, la mer au loin, surplombant la forêt. Un village fantôme : une église chrétienne. L'endroit magique de cet endroit est sans nul doute le casino, le Bokor Palace. A l'intérieur, on pourrait croiser les fantômes des français ayant fréquentés cette station dans les années 60.

Suite aux différentes guerres, le Bokor a donc été abandonné de tous, du roi aux français. Mais un temple bouddhiste accueille tout de même des bonzes dans cet endroit perdu. Et ici des oies et un singe donne de la vie à ce plateau déshumanisé ...

Lors de la dernièr étape de notre voyage, pas de photo. Désolé. Mais Sihanoukville est un lieu de repos. Des plages. La mer chaude. Dormir dans un bungalow avec vue sur la mer. Tout cela, pas besoin de photo pour l'imaginer. Vraiment reposant. Pour terminer les vacances, rien de mieux ... Sihanouville tire donc son nom du précédent roi du Cambodge, Norodom Sihanouk. Etonnant roi, cinéaste ayant lancé son festival, qui s'est retiré du pouvoir pour le laisser à son plus jeune fils, chorégraphe et danseur à Paris. Un roi dans une dictature. Car les riches et les puissants ont tous les droits sur les pauvres. Mais à côté, un pays très libéral, avec notre regard d'occidental :
les voitures sans plaque d'immatriculation sont courantes, des restaurants "happy herb pizza" avec pignon sur rue montrent que la drogue n'est pas une préoccuppation ici (cela nous sera d'ailleurs confirmé à demi-mots par le premier consul de France). Dans les rues de l'ensemble du Cambodge, nous ne croiserons jamais de militaires ou policiers armés. Une dictature donc, mais la violence est invisible.

Un pays magique, une seule envie : y retourner ! Un pays pauvre, un peuple fier et chaleureux. Une histoire dure et tragique. Espèrons que l'avenir sera meilleur, sans tomber dans le tout-mondialisé comme ses voisins asiatiques.

Pour terminer en musique, ci-dessous un "clip" de l'ancien roi, Norodom Sihanouk, dans une ôde à Monica, sa femme. Epatant !


Toutes les photos présentes sur le blog peuvent être agrandies en cliquant dessus.
Toutes les photos du Bokor sont ici.

Libellés : , , ,

1 Commentaires:

Blogger les tamaris dit ...

ah bokor et cette route incroyable pour y arriver... vous avez poussé jusqu'à krampot qui a aussi un certain charme...

j'ai passé 3 semaines au cambodge en décembre 2005.

tes quelques posts ont permis de rafraichir mes souvenirs... c'est plutôt agréable

merci ;)

31 janvier, 2007 12:30  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home