]]>

07 mars 2007

En 2008 ... Sarkozy est président.

Partager
La France d’après est une fiction d’anticipation sur l’après mai 2007. 17 auteurs de littérature noire y ont contribué. Ce livre, qui est leur sombre description d’une France qui serait dirigée par Nicolas Sarkozy, paraît jeudi 8 mars aux éditions Privé. Pour vous le faire découvrir, j’ai posé quelques questions à l’initiatrice du projet.

Quelle est la forme narrative de La France d’après et pourquoi ce choix ?

La France d’après est une uchronie, à savoir ici une vision pré-écrite de l’après mai 2007 (un à deux ans après les présidentielles). Les 17 auteurs ont tous respecté ce cadre temporel. Tous se sont également engagés à écrire ensemble une politique-fiction noire. Chaque auteur apporte sa vision cauchemardée de la société française dans les années qui viennent si Nicolas Sarkozy était élu.


Quels sont par exemple les thèmes abordés par les auteurs ?

Le livre aborde de nombreux thèmes : marchandisation des individus ; ghettos urbains pour riches ; déchaînement de violences policières ; contrôle autoritaire des familles ; asservissement quasi-volontaire de la presse ; manipulation et instrumentalisation de la vie privée ; démence de la télévision et des communicants ; disparition de la création artistique ; gouvernants sous le contrôle du pouvoir financier ; et même, au bout du cauchemar, une nouvelle configuration politique... pour le moins déroutante.


La France d’après est une politique-fiction noire, mais est-ce une histoire vraisemblable ?

Tous les gens qui ont lu l’intégralité de La France d’après me disent que c’est hélas aussi effrayant que vraisemblable. Les auteurs ne sont pas des conteurs pour enfants, ils n’ont pas créé de toutes pièces un monde imaginaire. Souvenons-nous de 1984 de George Orwell... La réalité rejoint parfois la fiction. Il y a des nouvelles très réalistes. Nous sommes des auteurs militants éclairés, mais je vais vous rassurer tout de suite : nous sommes de très mauvais prévisionnistes.


Ce livre, c’est de la politique, ou de la littérature ?

Les 17 auteurs sont des « plumes » militantes et acérées. La quasi-totalité sont auteurs de polars, plusieurs sont même bien connus. C’est d’abord la dimension politique de ce projet qui a spontanément motivé leur participation. Leur engagement ne tient pas à l’urgence des échéances, mais bien plus au devoir de lutter contre la menace qui pèse sur les valeurs universelles défendues jusqu’ici dans notre pays. Ce sont des auteurs lucides qui voient au-delà du 6 mai 2007. Face à l’omniprésence verbeuse d’une minorité de penseurs « alignés » et d’une majorité de journalistes censurés ou pire, autocensurés, ces 17 auteurs noirs entrent en résistance en livrant une oeuvre collective d’anticipation politique. Mais ils n’inventent pas une énième utopie pour (r)éveiller les esprits : ils dévoilent seulement un futur proche qui pourrait bien se révéler très obscur.


Quel est le véritable objectif militant de La France d’après ?

La France d’après est une oeuvre collective de résistance à Nicolas Sarkozy. Notre combat de mots contre son idéal de maux. « La France, c’est pas fini », annonçait Nicolas Sarkozy lors de ses voeux pour 2007. Eh bien, non, la France des libertés, du partage des richesses, de la solidarité nationale, de la protection sociale, du droit d’asile..., c’est pas fini. « La France d’après », que l’on nous vend à coups de slogans publicitaires et de promesses électorales, nous horrifie déjà. Et pourtant, la France d’aujourd’hui, c’est déjà : un système politique oligarchique, une économie sous le joug des marchés financiers, des médias anesthésiés par excès de frilosité...

Devons-nous nous laisser imposer un modèle de société encore pire ? La réponse doit désormais devenir pour le plus grand nombre une évidence : il est grand temps de dire STOP à ce cauchemar d’avenir.


Vous ne craignez pas certaines pressions en cette période pré-électorale assez tendue ?

Non, le ministre de l’Intérieur, ancien ministre de la communication, je vous le rappelle, est toujours à l’écoute. Très à l’écoute... Et puis, Nicolas Sarkozy a déclaré « Je préfère l’excès de caricature à l’excès de censure », je ne peux donc être que rassurée. Non ?

La France d'après - Editions Privé - 288 pages - 15 euros
En librairie le jeudi 8 mars
Commande en ligne

17 auteurs de littérature noire ont imaginé le pire...
Christian Lehmann - Serge Quadruppani - François Thomazeau - Romain Slocombe - Jacques Bullot - Gérard Streiff - Jean-Michel Ripaud - Thierry Crifo - Catherine Fradier - Jean-Jacques Reboux - Alexandre Dumal - Christian Roux - Jean-Bernard Pouy - Philippe Motta - Anne Bosser - Jérôme Leroy - Gérard Delteil

Libellés : , , , ,

10 Commentaires:

Anonymous jca dit ...

elle fait peur, cette France d'après, en effet! et elle a même déjà commencé! va falloir s'activer pour sortir le ministre-candidat, le renvoyer à ses problèmes de banlieue chic! même si pour certains d'entre vous ça va pas être agréable, il va falloir voter utile dès le 1er tour, et refuser en bloc le césaro-communautarisme sécuritaire! courage, il faut tenir!

07 mars, 2007 12:07  
Anonymous RoseNoire dit ...

Une partie de tout homme
La force manipule
D'un rien il suffit pour que l'être bascule
Petit présomptueux ne vois-tu pas le nombre déployé
L'armée des ombres, tu seras éliminé
N'aies pas peur, ouvre-moi ton coeur, viens vers l'Empereur
Sentir la chaleur de l'obscurité pour toi il est l'heure
De rejoindre l'armée des guerriers de l'ombre
Ne sens-tu pas ton coté clair qui succombe?
C'est ta destinée pourquoi vouloir lui résister
Sans peine je ferais sauter les verrous de ta volonté
Sois l'hôte dans la noirceur la plus pure de l'Empereur
Et arbore les couleurs du Coté Obscur...

IAM - L'Empire du Côté Obscur

Hé hé. Sombre Dame des Sith à mes heures...la Force est puissante en moi.. :-)

07 mars, 2007 12:53  
Anonymous Anonyme dit ...

Ce livre est ridicule. Sarkozy, c'est Hitler si je comprends bien ?

T.

07 mars, 2007 17:51  
Anonymous d3log dit ...

Je crois que la science fiction d'anticipation et notamment la dystopie (utopie inversée) est ce qui correspond le mieux à notre France d'après sous Sarkozy... Une différence de taille cependant: dans les dystopies classiques c'est l'excès de perfection qui nuit, ce sont les bonnes intentions et la tentative de créer une société parfaite qui voit l'avènement d'une société totalitaire... Dans le cas présent, Sarkozy joue cartes sur table... On ne pourra même pas dire qu'on n'était pas avertis et qu'on nous a bercé avec des illusions... Le projet de société qu'il nous propose se présente d'emblée de jeu comme un projet... comment dire? Heu... avec des relents de... Enfin bon mettez-y ce que vous voulez... Vous êtes libres. Je ne vous contraint pas... Je ne vous impose rien...

07 mars, 2007 18:17  
Blogger comité-de-salut-public dit ...

Ouuuh, mais ça a l'air drôlement interessant, ce truc! Et c'est pas des demi-sels qui s'y sont collés...je prends! (et je te fais la pub sur mon blog, c'est-y pas du trotskyste gentil tout plein, ça, mh?)

08 mars, 2007 00:48  
Anonymous Stéphane dit ...

Admiratif du sérieux de ton blog!!! Chapeau bas...pour le reste je préfère garder ma liberté et légéreté et ne me commettrait pas en commentaires pro ou anti Sarkhosy!!!! Juste une chose...La vie n'est faite ni de noir ni de blanc...juste d'une multitude de tons gris!!! Stéphane
ps: T mimi sur la photo!!!

08 mars, 2007 23:21  
Anonymous Julia O'Brien dit ...

Uchronie - je me sens dans mon element...(plus a venir la dessus) Par contre, vue des Etats-Unis d'ou je t'ecris, la vision d'un Sarkozy en train de transformer la France en grand South Central, c'est tres caricatural. D'une part, parce que certains coins de France y sont deja - ce que George Bensoussan a appele "Les territoires perdus de la Republique"; d'autre part parce que meme aux Etats-Unis la revolution conservatrice touche aujourd'hui a sa fin. D'apres les derniers sondages, le sujet avec l'Irak qui fera l'election de 2008 sera la couverture sociale - la plupart des sondes sont meme prets a des augmentations d'impot pour l'ameliorer. Alors la-dessus, faire de Sarkozy un epouvantail proto-fasciste j'imagine aux ordres de Bush... ce n'est pas de l'uchronie. C'est de l'utopie ideologisante.

A part ca, bravo pour la tenue du blog, c'est tres professionel et tres interessant.

09 mars, 2007 07:59  
Anonymous Ditom dit ...

Je suis d'accord avec T... Si un seul homme avait le pouvoir de tout changer ça se saurait depuis longtemps... Arrêtons de diaboliser autour de Sarkozy...
Très bon blog!

12 mars, 2007 19:24  
Anonymous Anonyme dit ...

Je pensais que la littérature devait être rédigée par des gens "bien", j'entends par ce terme, des écrivains tolérants, ouverts aux autres, capables de faire la différence entre leur opinion personnelle (encore plus si elle n'est pas argumentée)et le respect de l'opinion publique et la capacité de laisser à chacun son pouvoir décisitionnel, y compris en matière de politique. Oui, la liberté d'expression est un droit et chacun peut écrire librement ce qu'il pense, c'est une chance dans notre pays. Ce qui me choque avec ce bouquin, c'est la peur extériosée d'auteurs qui, ne vivant pas dans le vrai monde, avec une vraie réalité (je précise que je connais extrêmement bien ce milieu...) n'hésitent pas à utiliser leur plume pour salir une société à venir qu'un seul homme et sa seule politique pourrait détruire. Le seul fait de rédiger une fiction torchon pourrait me faire encore sourire, si ce n'était que pour moi, qui considère la littérature et l'acte d'écrire, ainsi que d'être publié, comme une opportunité de rendre les gens heureux, d'aimer le plaisir des mots, de la langue, des idées rédigées avec intelligence, qui, indépendamment de toute opinion qu'elles peuvent traduire, amènent le lecteur à rêver, prendre plaisir,aimer lire, s'évader, tout simplement. Tout n'est pas joli dans notre société, on le sait, on s'en doute, mais si les écrivains se pensent désormais plus compétents que des politologues, il ne faut pas qu'ils s'étonnent que les ouvrages de personnalités politiques se vendent aussi bien ,même beaucoup plus que les leurs en période électorale...Il ne s'agit nullement dans "ce petit billet d'humeur" de défendre un parti ou un autre (j'ai choisi mon candidat depuis longtemps), mais j'avais envie et je devais réagir face à ce livre inutile, sans aucune position réaliste, qui ne réflète que la peur de certains, et ce, d'autant plus que connaissant à titre personnel un auteur du collectif, je suis surprise de voir qu'on peut dégrader l'image d'un candidat, que l'on ne connaît qu'à travers ce que les médias peuvent bien en dire, sans avoir au minimum l'intelligence de s'interroger soi-même sur ses propres valeurs : il semble qu'il soit beaucoup plus facile pour certains de "dégueulasser" sur le dos des autres en se servant de l'écriture que de se regarder tel qu'on est: qui sont les plus manipulateurs dans l'histoire?

24 avril, 2007 13:15  
Blogger Lancelot dit ...

Au moins ces auteurs ont le mérité de signer de leur nom, et de ne pas se cacher derrière l'anonymat !

Et franchement, je me demande quelle genre de littérature vous pouvez lire, à part les tracts de l'UMP et les Martine, pour trouver des auteurs qui savent "faire la différence entre leur opinion personnelle et le respect de l'opinion publique".

Enfin, je suis persuadé que vous n'avez pas lu ce livre, votre argumentaire ne citant aucun des thèmes ou idées de ce livre ...

24 avril, 2007 13:20  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home