]]>

24 avril 2007

Le poker de Bayrou

Partager
(Musique : Sexy Boy par Air)



Demain après-midi à l'hôtel WESTIN [merci Bixente], François Bayrou tient une conférence de presse pour nous parler du second tour. Normalement. Peut-être rencontrerait-il Ségolène Royal dans la matinée, c'est ce que Guy Birenbaum annonce, avec précaution sur le DEL. Je doute que le leader centriste annonce clairement un soutien à l'un ou à l'autre des deux finalistes.

Un soutien à Nicolas Sarkozy ferait probablement plaisir à de nombreux députés et élus UDF, élus pour leur grande majorité avec les voix de la droite, pour certains d'entre eux avec un discours plus conservateur, avec un fond plus démocrate-"catholique" que libéral et atlantiste. Mais l'importance pour les notables de province d'une réélection n'est pas négligeable. Mais je doute de ce soutien clair au candidat UMP, tout simplement car François Bayrou n'aurait de fenêtre de tir dans un gouvernement de droite, Jean-Louis Borloo incarnant déjà "l'aile gauche" de Nicolas Sarkozy. Egalement car Nicolas Sarkozy manie plus le bâton que la carotte pour obtenir le soutien de l'électorat centriste, comptant sur la pression des élus UDF pour faire plier le bambou Bayrou. Et que ce dernier ne doit pas céder à ses menaces, fier béarnais qu'il est !

Un soutien à Ségolène Royal pourrait sembler plus évident, dans le refus de laisser tous les pouvoirs à la droite. Le problème évident serait le report de voix, la moitié des soutiens de François Bayrou étant clairement de droite. Mais quid de l'autre moitié ? Soutiendrait-il une démarche d'alliance avec le Parti Socialiste ? Sous quelles conditions ? La création d'un parti démocrate, fusion de l'UDF et du PS, semble peu probable avant le second tour. Mais plus envisageable après une éventuelle défaite de Ségolène Royal, avec le soutien des strauss-kahniens. Afin de picorer le maximum de sièges aux législatives.

En annonçant son soutien à Ségolène Royal, François Bayrou risquerait que son électorat ne le suive pas, et que malgré ce soutien, Ségolène Royal ne soit pas forcément élu. Ce qui serait catastrophique pour le leader "orange" se voulant la clé d'accès à la présidence. Pour la candidate socialiste, cet accord serait d'ailleurs pour moi pas si bénéfique. Comment peut-on imaginer une sorte d'union de la gauche, du centre, et de l'extrême gauche ? Avec un ticket Royal-Bayrou, les électeurs de Laguiller, de Bové, de Besancenot, de Buffet, et de Voynet même, apporteraient-ils toujours leur bulletin pour contrer Nicolas Sarkozy ? Le risque d'abstention et de vote blanc venant de la gauche du PS semble dangereux.

Je ne suis pas très original donc, et je prévois un non évènement demain, avec aucun soutien évident venant de François Bayrou, à moins qu'il ne prenne les devants, et annonce clairement la création d'un parti démocrate, prenant ainsi de court les socialistes. Ou alors annoncera-t-il qu'il se donne le temps de la réflexion, de voir l'issue du débat télévisuel entre les finalistes.

En tout cas, voilà de François Bayrou l'un des hommes les plus courtisés de France, comme quoi on peut vraiment être sexy et centriste.

Libellés : , ,

8 Commentaires:

Anonymous Bixente (iSubway) dit ...

A l'échelle nationale, Bayrou n'a aucun intérêt à soutenir Sarkozy : ça reviendrait presque à un suicide.

A l'échelle locale, les députés de Bayrou n'ont aucun intérêt à soutenir Royal : ça reviendrait presque à un suicide.

Dilemne donc. Tout réside dans ce qu'il obtient des négociations... Fort peu probable qu'il soutienne Sarkozy, mais il peut aussi négocier avec lui l'absence de soutien en échange de la non présentation de candidats UMP contre ses sortants. L'UDF peut conserver son groupe mais ça reste un petit groupe. Or, il serait intéressant de conforter l'élan centriste des présidentielles aux législatives.

L'autre possibilité est que l'UDF négocie avec le PS un soutien de Royal. Certes, elle n'a quasiment aucune chance d'être élue et ça peut nuire à la position de Bayrou comme faiseur de roi. Cependant, je pense que le béarnais à plus d'intérêt dans une présidence Sarkozy que Royal. Elle lui permettrait d'être pleinement dans l'opposition et même d'en prendre le leadership, Royal n'étant pas très douée dans l'attaque de ses adversaires et ayant peu de chances de devenir leader de l'opposition.

Le PS a besoin de nouveaux alliés, les Verts et le PCF ne pouvant plus être ceux-là vu leur faiblesse. Un accord législatif du PS avec l'UDF (ou plutôt le nouveau parti social-démocrate) peut permettre à Bayrou d'espérer augmenter la taille de son groupe (une cinquantaine de députés ?) dans l'optique d'une plus grande force parlementaire pour 2012. Mais quel prix le PS est-il prêt à payer pour éviter une défaite trop cuisante de sa candidate ? Et comment les sortants UDF pourraient-ils gérer le grand écart ? Hier, élus avec la droite, demain avec la gauche ?

Bien entendu, Bayrou négociera certainement (des deux côtés) l'introduction de la proportionnelle qui donnerait de l'air à son parti. Mais ça ne serait que pour dans 5 ans... La question qui se poserait alors est : comment tenir jusque-là sur la même ligne ?

24 avril, 2007 18:08  
Anonymous d3log dit ...

Il y a manière et manière de ne pas rallier l'un ou l'autre camp... Il pourrait ne pas prendre position tout en penchant ou en confiant ce soin à certains de ses généraux... Un ralliement franc et massif à Ségo, je suis d'accord avec toi, ne serait bénéfique ni pour l'un ni pour l'autre... Le problème pour Bayrou reste entier... S'il ne prend pas parti, on risque de lui en faire voir aux législatives... En cas de non désistement au second tour, et en cas de triangulaire, ses candidats risquent de se faire laminer. Pas de groupe à l'assemblée et le mouvement orange n'aura été qu'un feu de paille.

24 avril, 2007 18:19  
Anonymous filaplomb dit ...

Tu prends la situation électorale de manière trop courte.
Je m'explique : les députés UMP ont aussi besoin des voix (19%) de l'UDF pour se faire élire. Sans compter que Bayrou peut espérer que localement son "parti démocrate" ramasse l'adhésion des électeurs.
Les pressions de l'UMP sont donc idiotes et reviennent à se tirer une balle dans le pied.

Mais penser aux législatives, c'est nier qu'on est entre les deux tours d'une présidentielle et que Bayrou souhaite (si j'ai bien compris) changer les structures de l'Etat.
Sur cet argument, il trouvera un terrain d'entente du côté de Ségolène Royale.
Celle-ci joue d'ailleurs très bien l'ouverture, sans manigance ni pression…

Faire gagner le camps qui veut changer la République semble nécessaire pour l'UDF. Même s'il ne doit pas s'aligner mais simplement soutenir…

La position est compliquée mais vous l'avez voulue comme ça ! :-)

24 avril, 2007 18:27  
Anonymous Sylvain dit ...

La Sofrès ne donne pas les mêmes tendances que toi sur la sociologie des votants pour Bayrou (Ségolène Royal remporte l’adhésion de 46% des sondés qui ont voté Bayrou au premier tour, tandis que seuls 25% d’entre eux voteraient pour Nicolas Sarkozy au second tour. 29% des électeurs centristes n’ont pas exprimé d’intention de vote. )... sondage d'ailleurs qui montre que rien n'est joué (51/49 .. et c'est pas ces manipulateurs de CSA) ...

De plus Bayrou aurait tout interêt à donner des signaux fort envers Royal (du genre : Je ne suis pas du tout d'accord avec elle sur tel ou tel point .. mais elle est plus a-même d'avoir une france apaisée, sans dérives totalitaires, et surtout réformer le système .. que le candidat de droite). En effet cela le "laverait" de son image d'homme venant de la droite, et le placerait en bon centriste pour 2012 (Quelque soit le résultat du scrutin du- mai).

(PS : Même Birenbaum annonce qu'il ne votera pas blanc ce coup-ci, mais SR ...)

24 avril, 2007 19:09  
Blogger brigetoun dit ...

fera plaisir à de nombreux parlementaires UDF ? mais comme prévisible ils n'attendent pas pour ralier "leur famille d'origine" comme dit Robien, comme ils votaiet allègrement les lois qui avaient fait l'objet de discours incendiaires de leur leader

24 avril, 2007 22:44  
Anonymous Elrali dit ...

Si Bayrou suit sa logique actuelle, j'espère qu'il apportera un soutien, tacite à Ségolène qui porte des idées assez proche des siennes.
IL n'y a qu'a lire le Pacte Présidentiel et le programme de François Bayrou.

Ne pas contrer la machine infernale et dangereuse du tout UMP risquerait d'affaiblir son parti et de le détruire.

Alors qu'une alliance PS/UDF serait, à mon avis, une innovation politique dont on a vraiment besoin pour redresser la France.

25 avril, 2007 00:14  
Anonymous Morgan dit ...

Je crois que nous sommes enfin en train d'assister à la création d'un vrai parti démocrate où nous aurons plus peur de mélanger et de parler de social ainsi que d'économie libéral. J'ai bien l'impression que le deuxième tour va faire éclater les partis politiques, permettant à chacun de se repositionner sur l'echelle politique. Je serai demain à la conférence de presse, je ne crois pas à la surprise

25 avril, 2007 00:26  
Anonymous nigloo dit ...

oh lala que des analyses très pointues!moi ttrès primaire,je vais faire l'essai à la peinture:
2 doses de rose
1 dose d'orange
1/2 dose de rouge
et je vais vois si c'est agéable à regarder...

25 avril, 2007 07:48  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home