]]>

25 mai 2007

Portrait officiel de Sarkozy (II)

Partager
(Musique : Le petit bonhomme en mousse, de Patrick Sébastien)



Revenons à ce portrait officiel de Nicolas Sarkozy, qui va envahir toutes les mairies et autres lieux publics. Je sais, je suis un peu en retard, mais je ne peux pas m'en empêcher. Tellement ce portrait se trouve être le comble du ridicule.

Mais d'abord un point positif : le drapeau européen. Comme europhile plus que convaincu voire exacerbé, je m'en réjouis. Malheureusement, il n'est pas avéré que ce soit la volonté de Nicolas Sarkozy ou de son équipe, mais du photographe lui-même.

Mais la disposition des drapeaux ostensiblement proches de Nicolas Sarkozy donne un air serré, le nouveau président se retrouvant coincé contre ceux-ci. De même que leur hauteur étonnante rappelle la petite taille du représentant suprême de l'Etat français.

Philippe Warrin, photographe chez Cippa, publie donc de nombreuses photographies (uniquement des portraits) pour des magazines "people" dans des journaux passionnant tels que Paris Match (propriété de Lagardère rappelons-le !). La nouvelle ministre de la Culture, Christine Albanel, peut se faire du soucis concernant l'importance de son portefeuille, l'art photographique se voyant une fois de plus malmené.

Revenons-en à ce cliché. Ce qui attire l'oeil en premier, c'est évidemment la retouche. Rien ne semble naturel. Nicolas Sarkozy lifté à la souris, les livres recolorés avec trop d'homogénéité donnant l'impression que le président se trouve devant la fausse bibliothèque d'une maison témoin.

Certains (la majorité sarkozystes affirmant le contraire) trouveront toujours des excuses et une justification sur la médiocrité de cette photo. Notamment le bras gauche inanimé qui tombe, la manche de veste légèrement trop longue (il faudra demander à Prada de revoir le sur-mesure !). Egalement le seul et unique bouton fermé, entre la décontraction de la veste ouverte, signe de modernité, et celle totalement fermée donnant l'air engoncé. Mais au final, l'entre-deux renvoie une impression d'approximation. Ce même costume qui fermé exacerbe le léger embonpoint de notre président joggeur pour caméras amies.

Notons enfin le visage du modèle : outre la retouche, on s'étonne de découvrir la rousseur des cheveux présidentiels (bienvenue dans la famille des roux !), probablement pour être assortis à la bibliothèque. Le regard vide (pour une fois) est plus désagréable que celui agressif et donc volontaire du même que l'on observe en premier titre de tout bon JT sarkozyste se respectant. Et le sourire inexistant, probablement pour "incarner le rôle" donne un petit air tout tristounet à ce chef de l'Etat.

François Mitterrand ouvrait un livre, quand Nicolas Sarkozy tourne le dos à ces oeuvres. Jacques Chirac posait souriant dans les jardins élyséens, Nicolas Sarkozy se crispe pour apparaître sérieux et calme. Valéry Giscard d'Estaing se la jouait moderne avec le drapeau français, Nicolas Sarkozy veut se la jouer europhile en imposant son traité européen au mépris de la démocratie. Georges Pompidou copiait honteusement Charles de Gaulle en haut commandeur, Nicolas Sarkozy voudrait le faire oublier pour attirer l'Histoire à lui. Sauf qu'il ne se guide (à peine) que lui même.

Libellés : ,

8 Commentaires:

Blogger MC dit ...

Pas mieux.

Et on pourrait commenter bien d'autres choses, comme ces pathétiques zones d'ombre aux quatre coins pour focaliser sur le nain, le bouquin à armoirie qui donne une impression d'oreille droite à la Dumbo, le problème de taille (Sarkozy a forcément utilisé une estrade puisqu'il arrive à la troisième rangée de bouquins comme Charles de Gaulle), le balai dans le cul ostentatoire (ou la taupe au guichet ?), souligner que Warin est le photographe qui réalise les portraits des élèves de la Star Ac...

25 mai, 2007 17:01  
Anonymous RoseNoire dit ...

Pas besoin d'être antisarko pour dire que cette photo est d'une laideur sans nom. On dirait son effigie en cire au musée Grévin. Peut être que c'est çà, d'ailleurs: le Prez n'avait pas de temps à consacrer à cette photo, et il a fallu improviser.
Entre l'air complètement crispé et un modèle de veste qui lui va comme un sac à patates, y a de quoi pleurer. Finalement, ça doit être vrai ce que tu suggères dans tes peopleries occasionnelles: C. doit s'être re-barrée. Aucune femme digne de ce nom ne laisserait son mec sortir fagoté comme ça.

25 mai, 2007 17:05  
Anonymous Totoche dit ...

Il a vraiment une tête de nain teigneux sur cette photo! (enfin encoe plus que d'habitude)

25 mai, 2007 18:00  
Anonymous L'avocat dit ...

Sourire et posture un peu gauches... Lui d'habitude si sûr de lui semble intimidé... C'est peut-être la bibliothèque qui a cet effet sur lui. Il doit pas avoir l'habitude...

25 mai, 2007 21:17  
Anonymous la belle bleue dit ...

http://tropicalboy.canalblog.com/archives/2007/05/23/5054879.html#trackbacks

25 mai, 2007 21:58  
Anonymous Marco dit ...

Waou, remarquer la rousseur des cheveux, je n'y avais pas encore prêté attention.

Tu ne regardes pas, tu dévisages mon cher ! Dans les jardins de l'Elysée, il aurait pu la faire cette photo comme son aîné politique. C'est la place des nains pourtant ! Les nains roux, cela existe ?

25 mai, 2007 22:34  
Anonymous Jojo dit ...

Oh non ! Déjà que je ne l'aimais pas beaucoup beaucoup mais maintenant qu'en plus je sais qu'il est rouquin (et que je déteste les types avec cette couleur de cheveux) ça va pas arranger mes affaires ;)
Est-ce parce que ses proches ont peut de lui que personne ne lui a dit d'arrêter les conneries : cette photo est à chier ?

26 mai, 2007 00:54  
Anonymous ERic dit ...

Un point sur les drapeaux: ils tombent, ils sont tout mou: ça ne bande pas. MAnque d'enthousiasme. (voir par exemple le portrait de Giscard: le drapeau derrière lui flottait)

Autre détail: la main droite est dissimulée: caractère dissimulateur du personnage. Tu me diras: Chirac avait les deux mains dans le dos. Lui c'était un gros dissimulateur.

26 mai, 2007 08:08  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home