]]>

26 juin 2007

Benoit Hamon : le quadra qui monte

Partager
J'ai eu la chance de croiser à plusieurs reprises Benoît Hamon, député européen du parti socialiste. Aujourd'hui le fondateur, aux côté de Vincent Peillon, de Julien Dray et d'Arnaud Montebourg du Nouveau Parti Socialiste (courant dans lequel j'ai fait un très court passage), fête ses 40 ans. Cher ex-camarade, je te souhaite un merveilleux anniversaire.

Hamon est pour nombre de jeunes socialistes un modèle, un maître à penser, le mentor du MJS, après en avoir été le président-fondateur en 1993. Aujourd'hui, Benoît est un jeune lionceau qui monte, qui monte au PS. Très bon orateur et gros travailleur, je suis persuadé qu'il trouvera chez les socialistes une place au premier niveau dans les années à venir, si l'on lui en laisse l'occasion et ne lui met trop de bâtons dans les roues. Bref, je ne voulais pas faire une ôde à Benoît. Il a des défauts, principalment le côté "fan club" guère constructif de Nouvelle Gauche, et des choix parfois hasardeux quant à sa succession au MJS. Je regrette également son positionnment suite au Congrès du Mans. Donc, je voulais simplement lui souhaiter son anniversaire. Et également vous inciter à lire son blog. Aujourd'hui, il revient dans une longue note sur l'accord trouvé pour aboutir à la signature d'un traité européen. Une bonne analyse critique. Voici sa conclusion :



Ayant adopté comme base de travail le projet de "Constitution", l'accord politique intervenu à Bruxelles en reproduit les défauts et les lacunes.

Plusieurs domaines politiques majeurs restent en dehors du processus de "démocratisation" de la prise de décision (fiscal, social, budgétaire, affaires étrangères et défense), rendant impossible ou très improbables une action politique européenne positive dans ces matières. De plus, l'arsenal "libéralisateur" (marché unique et concurrence) demeure intact et puissant.

Avec ce nouveau texte, la possibilité de renverser l'orientation de la politique des institutions européennes dans un sens conforme à nos thèses demeure toujours aussi éloignée.

Convergences des standards sociaux, lutte contre le dumping fiscal, dépassement de la logique du juste retour dans les négociations budgétaires par une véritable capacité d'imposition et d'emprunt pour l'Europe, protection et développement des services publics, tous ces objectifs sortent diminués de cette négociation.

Quant aux prétendus acquis de Nicolas Sarkozy dans la négociation (concurrence, services publics, protection des citoyens), ils sont purement symboliques et n'auront probablement aucune portée effective.

Les autres modifications apportées au projet de Constitution visent essentiellement à ménager des opt-outs, dérogations et autres mise en oeuvre différées au bénéfice de la Grande Bretagne et de la Pologne. Différentes procédures de "freinage" ont de plus été instaurées au bénéfice des parlements nationaux et de minorités d'Etats Membres qui ne feront que rendre les processus de prise de décision plus long et compliqués.

Au final, selon la formule de Juncker, ce "traité simplifié" est en réalité très compliqué et peu lisible.

En tout état de cause, la vigilance reste une nécessité au moins jusqu'à la conclusion des travaux de la CIG et pendant la phase de la ratification.

Libellés : ,

3 Commentaires:

Anonymous Laurent dit ...

Un très beau quarantenaire :-)

26 juin, 2007 17:29  
Anonymous patxol dit ...

Tout à fait d'accord sur le côté fan club (même si NG s'est défend). C'est un peu une constante au MJS les courants qui se transforment en fan club, et je pense que NG reste le moins touché (je pense notamment à SDJ qui serait presque une milice personnelle de DSK).
J'ai eu pas mal de répulsion vis a vis de BH à cause de celà, mais c'est vrai qu'en ce moment il est en forme.

26 juin, 2007 17:46  
Blogger Lancelot dit ...

@ laurent
c'est dingue le succès qu'il a, je ne le comprends pas ...


@ patxol
d'accord sur tout ...

26 juin, 2007 20:35  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home