]]>

19 juin 2007

Gouvernement Fillon 2 : Secret Story

Partager
J'adore ce nouveau gouvernement mis en place par François Fillon. Je ne vais pas me prêter à une analyse politique. Je vais décrypter les petits secrets de chaque nomination. Vous êtes prêt ?

Jean-Louis Borloo : ou comment faire passer la pilule d'une rétrogadation comme une promotion. Pour cela, vous lui accordez le titre de ministre d'Etat et le placez numéro 2 dans la hiérarchie gouvernementale. Parce franchement, entre l'écologie et l'économie, il n'y a pas photo ! Mais pour le gogo de TF1, on va lui apprendre que Borloo a fondé "Génération Ecologie" avec (le perdu de vue (ouh ouh Jacques Pradel ?)) Brice Lalonde. Et donc qu'il est très sensible aux questions écologiques. Blablabla ...

Michèle Alliot-Marie : je suis sûr qu'elle va être très bien à l'Intérieur, se faire discrète et efficace afin de se positionner pour piquer la place de Fillon lors du prochain remaniement ministériel.

Bernard Kouchner : un atlantiste qui sera aux ordres de Sarkozy. On peut craindre le pire pour la diplomatie française comme je le racontais récemment dans une note.

Christine Lagarde : la plus belle promotion mais qui va donner des migraines aux fonctionnaires de bercy. Une femme de poigne et autoritaire. Une culture du mérite et du résultat à l'américaine. Première femme ministre de l'économie, elle se servira (et sera utilisée) de sa féminité pour ne pas trop fâcher les syndicats.

Brice Hortefeux : son ministère de l'immigration et de l'identité nationale devra être suivi avec attention, tellement les risques de restriction des libertés sont nombreux.

Rachida Dati : une femme de caractère dont les mesures risquent de la rendre très rapidement impopulaire, et notamment les peines plancher ou la suppression de la majorité pénale.

Michel Barnier : il fallait caser un chiraquien quelque part, alors autant utiliser le meilleur d'entre eux, suite au départ d'Alain Juppé. Et vu que Barnier semble assez fin connaisseur des questions européennes, il s'occupera notamment de la réforme de la PAC.

Xavier Bertrand : no comment, sinon qu'il est l'un des fidèles de Sarkozy.

Xavier Darcos et Valérie Pécresse : RAS, on verra leur projet de réforme de l'éducation nationale et des universités.

Hervé Morin et Valérie Letard : pour que les ralliés ex-centristes ferment leur clapet, on leur donne des maroquins. Bonne figuration à eux-deux !

Roselyne Bachelot : un personnage très agaçant, mais
la franchise médicale et la vision purement financière de la politique de santé en font un serieux adversaire au droit pour tous de se soigner. Prometteuse de buzz sur Internet tellement chacune de ses sorties est assortie d'une bourde.

Christine Boutin et Fadela Amara : un duo explosif de personnes qui n'ont rien en commun. L'Opus Dei confronté à Ni Putes Ni Soumises. Je connais un certain Julien Dray qui doit se tirer les derniers cheveux. Ou comment propulser sur le devant de la scène une amie pour qu'elle vous trahisse pour un secrétariat d'état. Le PS a de sérieuses questions à se poser quant à la fidélité de ses associations amies. Je crains que Amara ne soit l'Azouz Beggag du gouvernement Fillon.

Christine Albanel : le physique de Chantal Goya avec la voix de Douste-Blazy (cf. photo chez Rémi).

Eric Woerth : devra faire oublier sa boulette sur la déduction des intérêts d'emprunts immobiliers.

Roger Karoutchi, Alain Marleix et Luc Chatel : no comment.

Laurent Wauquiez : le quota "jeune aux dents longues".

Jean-Pierre Jouyet, Jean-Marie Bockel et Eric Besson : les transfuges du PS, rêvant de leur destin personnel et trouvant en Nicolas Sarkozy un horizon pour leurs carrières personnelles. Ils seront inaudibles et les mains liées mais vous diront le contraire.

Dominique Bussereau : le quota "faire plaisir à Raffarin".

Nathalie Kosciusko-Morizet : le quota "jeune plante fille-à-papa".

Christian Estrosi : euh ... quota motard ?

André Santini : auto-proclamé comique du gouvernement et grande gueule sénile, il ne sert qu'à permettre à son suppléant, Frédéric Lefebvre, proche de Nicolas Sarkozy, de sièger à l'Assemblée Nationale.

Hervé Novelli : un ancien du Front National, lobbyiste reconnu, il est là pour satisfaire les libéraux, oubliés du premier gouvernement de François Fillon.

Rama Yade : une jeune femme noire ne peut qu'être secrétaire d'état à la francophonie, sinon ça se saurait. Petit conseil à sa destination : faire du media-training, car elle s'est ridiculisée dimanche soir sur les plateaux de TV.

Bernard Laporte : la nomination la plus ridicule de ce gouvernement. Pour lui il est plus important de servir l'équipe de France de rugby que la France. Cela montre son attachement à la République. Si Roselyne Bachelot peut se passr de lui jusqu'à la fin de la coupe du monde, ne le peut-elle après ?

Libellés : , ,

2 Commentaires:

Anonymous kst dit ...

En avant-première : la nouvelle Marianne, projet SarkoStyle 2007

19 juin, 2007 19:20  
Anonymous Avocat du diable dit ...

Pour Borloo, je suis pas sûr qu'il se soit accroché à CE ministère de l'économie. Je ne dis pas qu'un ministère de l'économie n'est pas dans la hiérarchie ministérielle supérieur au ministère de l'économie, je dis:
1) que ce ministère de l'écologie est un super ministère
2) que le ministère de l'économie dans ce gouvernement va être très exposé et super impopulaire
3) que l'écologie est un bon moyen de rester consensuel et de faire passer quelques mesures phares pour augmenter une popularité qui est déjà très haute
4)que Borloo, plus que MAM est susceptible de devenir premier ministre en cas d'épuisement de Fillon; ce ministère est une bon poste d'embuscade

19 juin, 2007 20:06  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home