]]>

04 juin 2007

Vive la Seine-Saint-Denis !

Partager
(Musique : Daniel Balavoine, Quand on arrive en ville).



Voici mon coup de gueule. Déjà, je suis de fort mauvaise humeur, en raison d'un rhume très handicapant. Ca, on ne peut rien y faire. Ensuite, j'en veux à l'ensemble de nos médias français. Vous avez tous du ententre parler du rapport de l'Institut National des Hautes Etudes de Sécurité (INHES). Ce rapport rapporte combien les rapports des forces de l'ordre se sont dégradés avec les habitants de Seine-Saint-Denis. Ah non, vous n'avez pas entendu cela, excusez-moi. Vous avez entendu parler du "93" ou encore pire, du "9-3".

Regardez, c'est le cas sur le site de RTL, quand le journaliste, Monsieur Prouteau évoque les "forces de l'ordre du 93" ou bien "des quatre villes du 93".

Sur France Info c'est encore pire car le "raccourci" est dans le titre même : "Le '93' sous tension", mais on emploie quand même les guillemets.

L'Express lui ne s'embête pas avec les guillemets et titre carrément : "MAM convoque les policiers du 93". Ce sera drôle si jamais François Fillon va un jour dans un lycée des Hauts de Seine, je suis persuadé que ce magazine titrera "FF avec les ados du 92". Idem pour France 3 qui balance un rapide "Rapport police-population dans le 93" en accroche de leur article.

Libération fait un peu mieux en titrant "Michèle Alliot-Marie convoque les policiers du 93" : plus d'abréviations pour la ministre de l'Intérieur, mais toujours aussi peu d'égard envers le département de Seine-Saint-Denis.

Et ne me dites pas que l'on utilise le nombre du département pour faire des titres plus courts. Parce Le Nouvel Obs lui s'allonge avec un "MAM veut réunir les responsables policiers du 93 'dans les 48 heures'". Et que Le Monde fait dans la longueur également avec son "Un rapport accablant sur la police dans le '93' s'invite dans la campagne des législatives". Quand on fait aussi long dans le titre, on peut bien écrire le nom du département dans son intégralité.

La palme revient sans réfléchir à Jean-Marc Leclerc, journaliste au Figaro. Tout est dans le titre : "Insécurité dans le '9-3' : le rapport qui dérange". Parce qu'il faut parler avant tout de l'insécurité plus que des révélations du rapport. Parce qu'avec ce '9-3', le mépris pour les jeunes l'usitant n'est pas loin.

Et il en est de même dans toute la presse. Ne mentons pas, j'ai réussi à trouver un contre-exemple dans un journal que pourtant je n'affectionne que très peu, Les Echos. C'est le seul qui n'emploiera jamais, ni dans le titre, ni dans l'article, le raccourci "
93". Bravo !

Je n'arrive pas à expliquer ce tic journalistique. Et je suis très en (saine) colère ! Parce que ce département de Seine-Saint-Denis est un département populaire, on pourrait le limiter à deux chiffres ? Parce qu'une minorité des habitants de ce département emploie ce raccourci, on devrait faire comme eux par mimétisme ? Et si ceux-là préfèrent le "Sarko" pour désigner Nicolas Sarkozy, pourquoi alors ne pas l'employer dans tous vos articles, mesdames et messieurs les journalsites ?

Dans cette pratique, je ne vois que du mépris.

Libellés : ,

5 Commentaires:

Blogger Antoine dit ...

Je te rejoins à 200% sur ton article... J'ai vécu pendant 2 ans en Seine Saint Denis près de Clichy sous Bois et même si je me suis bien amusé à utiliser la ridicule appellation "9-cube" (c'est drôle non ?), j'étais toujours assez énervé que l'on parle toujours du "93" en terme négatif et déplacé dans les médias... Ce "tic" que tu pointes du doigt n'est que la partie visible de l'iceberg du rabaissement permanent du département et de ses habitants (notamment pendant les émeutes...).

04 juin, 2007 21:39  
Blogger Jean-Christophe dit ...

Ben ici dans le "cinq sept", Sarko, moi je l'appelle "naboléon 1er" ou encore "Notre Suprème pensée de Droite"...
Tu préfère quoi ?

04 juin, 2007 22:28  
Anonymous Dagrouik dit ...

@Lancelot : +1 et tout cela est a rapprocher du niveau de déliquescence de la presse française : on copier/colle et on résume des tas de choses avec des mots qui n'ont plus le même sens qu'avant.

Tout cela sans s'intéresser au fond des choses et en particulier à la vie des citoyens de ce département.

Ca en devient en plus ridicule quand on écoute les délires du nouveau petit césar du 9-2 qui explique que la Seine-saint-Denis doit sa situation à ses votes à gauche.

04 juin, 2007 22:39  
Anonymous Nicolas dit ...

Parfaitement d'accord.
Le pompon au journaliste du Figaro qui fausse complètement l'information. Ca s'appelle pas de la propagande ça...?

05 juin, 2007 08:49  
Anonymous ouinon dit ...

Alors en tant qu'habitant de longue date du département, je peux vous garantir qu’une grande majorité de Séquano-Dionysiens (sic), pour ne pas dire la totalité, appellent couramment leur département « le 93 ». Ce n’est pas un tic journalistique mais bel et bien un terme devenu générique au fil des années, un peu comme la région PACA par exemple. Aussi loin que remontent mes souvenirs, j'ai toujours entendu ce chiffre pour désigner le département et je l'ai d'ailleurs moi même toujours employé, bien avant NTM ;-)
L’origine de cette dénomination vient probablement de la longueur du nom du département et pourtant, quand on y pense, la prononciation de « 93 » comporte le même nombre de syllabes que « Seine-Saint-Denis »…

Par contre, le « 9 - 3 » est une invention récente venue du Rap, allègrement reprise par les gens de télévision puis par la presse, le plus souvent à usage péjoratif et/ou pour donner une connotation « quartiers »… mais ça, je pense que tout le monde le savait ;-)

06 juin, 2007 23:20  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home