]]>

18 septembre 2007

Amélie Nothomb : Ni d'Eve ni d'Adam

Partager
Ah, Amélie Nothomb ! J'ai du lire une demi-douzaine de ses romans. Je les ai plus ou moins apprécié. Mais il n'y a pas à dire : c'est toujours efficace. A peine ouvert le livre, on se laisse emporter par la plume de l'auteure. Et : déjà fini ! Du roman populaire comme je les aime. Passionnant. Bien écrit, sans effet de style très recherché. Mais toujours un réel bonheur. Car maintenant je vis par Amélie Nothomb au travers de ses ouvrages. Je suis avec elle. Le temps de quelques heures. Le temps d'une lecture. Ou d'une relecture.

Ni d'Eve ni d'Adam est facile à résumer : l'histoire d'Amélie jeune, et de son histoire avec un jeune japonais quelque peu différent. Une Amélie Nothomb vivant par la culture japonaise, un Rinri (le prénom du jeune homme) vivant par la culture occidentale. La résultante de cette liaison : un mélange saugrenu et poètique.

Au fil des pages, Amélie Nothomb nous raconte cette histoire, de leur rencontre jusqu'à leur rupture, puis à leur retrouvaille. On s'attend à une histoire d'amour. Mais la romancière belge ne fait rien comme tout le monde, et c'est au final l'histoire d'un non-amour aussi touchant. L'histoire d'une samouraï qui préfère la fuite plutôt que la dépendance. Merveilleux.

Plutôt que de vous écrire des lignes et des lignes sur ce livre, voici un extrait de Ni d'Eve ni d'Adam :

Vers quatre heures du matin, tandis que les premiers marcheurs nocturnes arrivaient, des filaments de lumière apparurent dans le ciel. J'allai secouer Rinri qui grogna qu'il était déjà japonais et qu'il me donnait rendez-vous à la voiture en fin de journée. Je pensais que si je méritais d'être nippone, lui méritait d'être belge, et je retournai dehors. Un attroupement se constituait peu à peu face aux prémices du jour.
Je me joignis au groupe. Les gens se tenaient debout et guettaient l'astre dans le silence le plus profond. Mon coeur commença à battre très fort. Aucun nuage dans le ciel d'été. Derrière nous, l'abîme du volcan mort.
Soudain, un fragment rouge apparut à l'horizon. Un frémissement parcourut l'assemblée muette. Ensuite, à une vitesse qui n'excluait pas la majesté, le disque entier sortit du néant et surplomba la plaine.
Alors se produisit un phénomène dont le souvenir n'a pas fini de bouleverser ; des centaines de poitrines réunies là, dont la mienne, s'éleva une clameur :
- Banzaï !
Ce cri était une litote : dix mille ans n'auraient pas suffi à exprimer le sentime d'éternité japonaise suscité par ce spectacle.

Libellés :

4 Commentaires:

Anonymous celui dit ...

Si j'avais le temps de blogguer en ce moment, j'aurais plutôt cité le passage qui dit en substance : "on a tous quelque chose à fuir, à commencer par soi-même" qui me correspond mieux. C'est ça aussi l'avantage des livres d'Amélie Nothomb, tout le monde peut picorer à l'intérieur ce qui lui correspond, une certaine universalité.

18 septembre, 2007 15:45  
Blogger Lancelot dit ...

Il fallait bien en choisir un ;-)
Mais le mieux reste encore de lire le livre !

18 septembre, 2007 16:53  
Anonymous dubuc dit ...

Nothomb Amélie, c'est un peu à la littérature ce que Macdo est à la gastronomie (c'est mieux que Marc Lévy ou Paolo Coelho, quand même soyons justes...)... Mais, bon, Amélie n'a pas vraiment une belle éciture. Il y a du bon, du mauvais. L'avantage est que c'est court, parfois écit un peu vite. A mon avis surestimé. A acheter en poche, plutôt... ;-)

22 septembre, 2007 09:08  
Anonymous maya dit ...

Je trouve qu'avec Nid'ève ni d'adam Amélie Nothomb signe là une véritable réussite : en effet, on est dès les premières pages porté vers une histoire aussi intéressante que pleine de rebondissement. On pourrait s'attendre à une histoire d'amour comme les autres mais avec Amélie Nothomb, tout est à part.
Si l'histoire est aussi prenant c'est aussi parce que l'auteure à réussit à donner avec brillant un point de vu extérieur sur la société nippone qu'elle a cotoyer toute son enfance(jusqu'à cinq ans) ainsi que un ou deux ans de sa vie d'adulte.
Donc : je vous conseil"Ni d'Eve ni d'Adam et j'espère que vous passerez un aussi bon moment que moi avec ce livre.

16 juin, 2009 11:46  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home