]]>

10 septembre 2007

Ghostblogger pour Luc Mandret

Partager
Texte écrit par Guy-Philippe Goldstein, aka Julia O'Brien. Lisez son blog :
Journal de la guerre qui vient.

A l’invitation de l’un de mes contacts à Paris, Luc M., je me suis mise dans la peau d’un Ghostblogger. Narcisse moi-meme, mais patriote tout de meme, j’ai essayé d’entrevoir dans mon miroir les reflets et contours incertains de mon pays, vu depuis les temps qui viennent. Armée du téléscope de Schopenhauer, voici donc, pour rester dans les contraintes posées par mon hote virtuel, trois prédictions sur l’avenir de l’Amérique.


Première prédiction (à vol d’oiseau) : L’Amérique va virer à gauche. Pour de vrai.

Ce n’est pas moi qui le dit – c’est le magazine The Economist (qui est à la classe des cols blancs mondialisés et anglophone ce que, je crois, votre journal Le Monde est au ‘microcosme’ parisien). L’argument est basé sur une analyse de la crise de confiance envers le Parti Républicain, et d’une analogie avec la période de rupture qu’a constituée la fin des années 70. Avec l’élection de Reagan, puis la prise du pouvoir du Congrès par les Républicains, le monde libre est entré dans l’ère de la révolution conservatrice, imaginée par le candidat Goldwater dès 1964. Il y a effectivement des effets de miroirs historiques qui se tiennent – l’échec (républicain) en Iraq qui rappelle la catastrophe (démocrate) du Vietnam ; la campagne des droits civiques dans le Sud, qui fit perdre le Sud aux Démocrates – et aujourd’hui, l’absurde attitude xénophobe et anti-immigration d’une majorité de Républicains, qui éloignera pour longtemps les Hispaniques de la bannière du Grand Old Party. Mais au-delà, il y a peut-être une fin de cycle en matière de politique économique que The Economist ne peut admettre ouvertement: la fin de la Révolution conservatrice. Le point tournant a été la tentative de démantèlement de la Sécurité Sociale qui datait des années 30 après la réélection de Bush Jr. en 2004 – tentative qui a lamentablement échoué et a marqué le début de la fin pour Bush Jr. La vague s’est alors retournée. On s’est rendu compte que pour la santé, le système américain est moins performant.. que le système français, par exemple ! Ce sont des arguments qui comptent pour une population vieillissante – et pour un corps électoral ou la participation la plus élevée demeure celle des « seniors »… C’est aussi pour cela que Mitt Romney, le gouvernement mormon du Massachussetts, est probablement le meilleur candidat à la présidentielle parmi les Républicains : il a bâti sa réputation sur son plan de couverture médicale universel mi-public mi-privé pour le Massachussetts. Et bien sur il prône la « rupture » avec Bush… Mais il n’est pas sur pour autant qu’il obtienne le même succès que son voisin français. Tous les sondages indiquent un raz de marée démocrate au congrès et à la Maison Blanche en 2008. Il semble qu’après le keynésianisme des années 45-75, puis la révolution conservatrice des années 1980-2010, le soleil flambant neuf du blairisme (appelé aussi réformisme, ou troisième voie) se lève pour de bon sur l’Amérique – après l’avoir évidemment anticipé sous Clinton…


Deuxième prédiction (par la moyenne-longue vue) : L’Amérique va devenir asiatique et espagnole.

Il y a aujourd’hui déjà plus d’hispanophones en Amérique… qu’en Espagne ! Voilà bien l’un de ces retournements mystérieux de l’histoire : après avoir établi sa frontière (en Floride, en Californie – et même aux Philippines !) sur le dos du royaume d’Espagne, l’Amérique du Nord avait presque oublié sa sœur du Sud, pourtant accrochée à ses basques dès le Rio Grande franchi. Longtemps, les pauvres hères d’Europe, irlandais, allemand, italiens ou juifs - furent plus proche de la cote Est et Ouest que ne l’étaient les métis de la colonisation espagnole. Mais cette fois la digue s’est rompue – et c’est tout le monde du Sud qui se déverse aujourd’hui dans le pays, faisant de Los Angeles, Miami et Chicago les nouvelles capitales du Mexique et de l’Amérique Latine. Parallèlement, les universités, après avoir ouverts leurs portes aux juifs à partir de la fin des années 50, ont fini par laisser entrer la diaspora indienne et chinoise. Et – surprise : quand UCLA décida il y a peu d’abandonner l’affirmative action et de ne plus laisser entrer les étudiants que sur la base de leurs mérites personnels, elle se retrouva avec un campus ou les langues les plus parlées furent le cantonnais, le coréen – et bien sur l’anglais, mais avec un fort accent indien. Bref, si les classes « laborieuses » sont en voie d’hispanisation rapide, les élites intellectuelles et économiques seront sous peu d’origine asiatique. Evidement, avec un tel melting pot, la langue anglaise comme ciment vital a encore de beaux jours devant elle….et l’Amérique devrait finir d’ici 50 ans avec 500 millions d’habitants ouverts tant sur le Pacifique que l’Amérique Latine. Pendant que l’Europe continuera à se languir….


Troisième prédiction (au radar long-horizon) : L’Amérique aimera ses alliés à nouveau.

La première leçon de la guerre en Irak, c’est que tous les empires ont une fin, même quand ils sont « hyper puissants ». La seconde leçon, c’est qu’une Amérique fragilisée dans l’une des régions les plus importantes du monde n’est pas bon pour ses alliés européens : cela finit par donner des idées à des gens bien moins recommandables, qu’ils soient iraniens ou russes. Mais la leçon la plus importante, c’est au final qu’il faut toujours écouter son papa. En particulier, George Jr aurait du écouter Senior, cela aurait évité de perdre au pays une décennie (et peut être un peu plus). En 1991, sur les décombres de l’Irak de Saddam Hussein (que Papa avait eu l’intelligence de ne pas envahir), Senior, avec ses amis Brent Scowcroft et Jim Baker, avait formulé une nouvelle vision de la politique de puissance américaine – plus ambitieuse, certes, mais encadré par l’action de l’ONU, au cœur de tout, et qui fasse la part belle à la concertation avec les alliés. Un mélange d’aveuglement et de complaisance stratégique après la fin de l’URSS – ainsi peut être que des conflits psychologiques mal soignés – expliquera peut être pourquoi George Jr a oublié ce que disait George Sr; Il est néanmoins très probable qu’avec le changement de 2008, on en revienne au « New World Order » façon 1991. D’une part parce que l’Amérique a perdu de sa superbe ; d’autre part parce les Européens continueront, a raison, a avoir peur des Russes ou des Iraniens ; et enfin parce qu’il faut préparer l’avenir. Et l’avenir, d’ici une génération, c’est un monde tripolaire autour des Etats-Unis, de la Chine et de l’Inde. Les fantômes des President a venir vont rapidement se rendre compte que tout comme les Européens dans la seconde partie du XXe siècle, l’Amérique aura besoin d’instance multilatérales pour continuer a peser sur le sort du monde...

...Et peut-être préparer la prochaine guerre informatique mondiale.

Libellés : ,

6 Commentaires:

Anonymous metallah dit ...

on parle souvent des républicains et des démocrates
mais on oublie que les Verts sont finalement la 3ème force aux USA, et qu'elle pourrait bien se faire entendre également (relativement du moins)

10 septembre, 2007 12:57  
Blogger gathiva dit ...

Je penche pour le seconde hypothèse...
Il m'a toujours semblé que la chute de l'empire américain (et je ne fait pas référence à Denys Arcan) se produirait sous l'effet paupérisateur de la langue espagnole...

10 septembre, 2007 23:06  
Anonymous ecaterina dit ...

Rien à voir avec le billet:
J'apprends que vous êtes devenu une star depuis que je n'étais plus passée sur votre blog. Super! Je suis vraiment contente pour vous!
J'apprends aussi que vous ne passez plus sur le mien... Traître!

11 septembre, 2007 09:40  
Anonymous Julia O'Brien dit ...

@ gathiva: je ne suis pas sure que les Etats-Unis sortent affaiblis de "l'invasion espagnole", bien au contraire. La culture WASP, tres certainement, mais existe t-elle encore?? Par contre cet afflux de sud americains qui travaillent, maris et femmes, et mettent en avant l'education de leurs enfants comme premiere priorite (d'apres un sondage du Pew Research) devrait au contraire enrichir et renforcer la puissance du pays.

13 septembre, 2007 15:35  
Blogger Poudre dit ...

Je vais acheter le livre. La crtitique est bonne. J'espère me régaler. quand à votre blog julia julio enfin, une mine d'information. Une mine de mystère. Merci. Merci à Luc pour ce lien.

23 septembre, 2007 02:53  
Anonymous Kidi dit ...

Un complot judéo-trotskiste et le FBI veulent acculer Jacques Chirac au suicide avec les photos de Brégançon et passer Alain Madelin à tabac (ok, il le mérite) , pour enfin contrôler le marché mondial du gruyére...... ça farte comme intrigue le babel minute 2.0 enfin plus d'infos ici http://www.traulever.net/conspi32.htm
Toi aussi joue à etre Julia O brien

19 octobre, 2007 20:48  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home