]]>

26 novembre 2007

La torture en France, une réalité ?

Partager
Lu dans cet article du Monde : le Comité de l'ONU contre la torture, un organisme chargé de surveiller l'application de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, est arrivé à la conclusion, vendredi 23 novembre, que l'utilisation du pistolet à impulsion électrique Taser constitue "une forme de torture" et "peut même provoquer la mort".

Et encore : "L'usage de ces armes provoque une douleur aiguë", pouvant aller jusqu'à "causer la mort, ainsi que l'ont révélé des études fiables et des faits récents survenus dans la pratique", ont déclaré les dix membres du Comité.

Ensuite, on nous apprend que le Taser X-26 est actuellement utilisé par quelque 3 000 policiers et gendarmes en France. Et encore que la deuxième loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi), entrée en vigueur en 2007, prévoit d'ores et déjà d'étendre son utilisation en 2009 ; et même la police municipale, qui compte actuellement 17 000 hommes, pourrait en être équipée.

Sur le site de Taser France, on peut y lire ceci à propos du Taser X-26 : "si son action est spectaculaire, elle n'occasionne que des séquelles anodines" ou encore : "cest une arme efficace et propre qui ne provoque ni blessure, ni lésion, ni brûlure".

Ci-dessus une capture d'écran d'une vidéo promotionnelle sur le site internet de Taser.

Autrement dit, deux conclusions : Taser France ment volontairement sur son site, et elle dépose entre les mains de policiers des armes qu'ils pensent ne pouvoir donner la mort. Publicité mensongère. Mise en danger de la vie d'autrui.

Et silence total de la part du ministère de l'Intérieur. Michèle Alliot-Marie devrait se préoccuper d'autres choses que des chiens dangereux. Aucune réaction de l'Elysée : Nicolas Sarkozy est au courant des conclusions des experts de l'ONU. Pas sûr qu'il était au courant de la dangerosité du Taser en 2002, lorsque ministre de l'Intérieur il a fait voter la loi LOPSI. Mais désormais, la France continuera-t-elle a utiliser une arme avérée être une arme de torture ?

Libellés : ,

2 Commentaires:

Anonymous Anonyme dit ...

Mais qu'est-ce que tu fous mon ami Luc Mandret ?

L'ami Cavada s'est barré depuis ce matin et tu ne pipes mot ?

26 novembre, 2007 17:15  
Blogger Lancelot dit ...

Qui est parti ?
:-)

26 novembre, 2007 17:39  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home