]]>

11 novembre 2007

Ministres cumulards, avant qu'il ne soit trop tard ?

Partager
La Commission Balladur, l'on peut s'y opposer, notamment en raison de la volonté de présidentialisation du régime. Mais parfois, l'on peut s'en accorder. C'est le cas de la proposition 18 du rapport de cette Commission Balladur.

Cette proposition 18, ayant pour objet d'une clarté limpide : "Cumul des mandats pour les ministres", vise à "interdire tout cumul entre une fonction ministérielle et un mandat électif". Et ainsi la Commission Balladur propose ce texte législatif : "Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l'exercice de tout mandat électif, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle."

Pour une fois les choses sont claires : impossible de cumuler un mandat d'élu tout en étant ministre de la République. Et pourtant, alors même que ce texte se veut moderniser les institutions françaises, il semblerait que les chers et chères ministres du gouvernements Fillon-Sarkozy soit ne souhaitent pas être modernes, soit se moquent totalement de cette commission Balladur.

Dernière en date, notre secrétaire d'Etat à la Libération d'Otages, Rama Yade, qui dans le JDD aujourd'hui vient d'annoncer sa candidate aux prochaines élections municipales dans la ville de Colombes. Pis encore, Rachida Dati notre ministre de Fermetures de Tribunaux portera les couleurs de l'UMP comme tête de liste dans le 7ème arrondissement de Paris. Sans oublier Christian Estrosi, investi aux prochaines municipales à Nice, déjà président du Conseil Général des Alpes-Maritimes, actuellement secrétaire d'Etat des Bikers.

Suivant cette proposition de la Commission Balladur, rappelons-le formée par le président de la République Nicolas Sarkozy, nombre de ministres devraient choisir entre leur sacerdoce ministériel et leurs mandats locaux. La ministre des Enfants Mordus par les Chiens Dangereux, Michèle Alliot-Marie, également première adjointe au maire de Saint Jean de Luz. Fadela Amara, secrétaire d'Etat sans budget Contre la Glandouille, conseillère municipale de Clermont-Ferrand. Roseline Bachelot, ministre de Bernard Laporte, conseillère régionale des Pays de la Loire. Le ministre du Droit de Grêve Xavier Bertrand, vice-président de l'agglomération de Saint Quentin, également adjoint au maire de la ville de Saint Quentin. Eric Besson, secrétaire d'Etat au Retournement de Vestes, maire de Donzère. Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse et président délégué de l'agglomération de Mulhouse, accessoirement secrétaire d'Etat aux Choux Farcis. Jean-Louis Borloo, ministre d'Etat des Autoroutes, président de l'agglomération de Valenciennes et conseiller régional du Nord Pas de Calais. La vice-présidente du conseil général des Yvelines, et Ministres des Tentes, Christine Boutin. Le ministre de la Lecture de la Lettre de Guy Môquet, Xavier Darcos, maire de Périgueux et conseiller régional d'Aquitaine. Brice Hortefeux, ministre des Quotas, conseiller régional d'Auvergne. André Santini, secrétaire d'Etat Mis en Examen, maire d'Issy-les-Moulineaux, président de l'agglomération Arc de Seine. La ministre Valérie Pécresse de la Privatisation des Universités, conseillère régionale d'Ile de France. Hervé Morin, ministre des Rafales Invendus (eux !), maire d'Epaignes, conseiller régional de Haute-Normandie.

Je ne vais pas citer tous les cumuls, ce serait trop long, mais n'oublions pas les (inconnus du gouvernement) cumulards Dominique Bussereau, Luc Chatel, Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Létard, Alain Marleix, Hervé Novelli, Eric Woerth.

En fait, il faudrait plutôt lister les ministres non-cumulards, ce serait plus rapide. Sauf qu'il est à craindre que ceux qui ne le sont pas encore, le seront très rapidement. Sachant que je n'ai relevé que les cumuls entre mandats électoraux et les ministres. On pourrait en faire de même entre le cumul d'une activité professionnelle et d'un ministère.

Tous les ministres m'amusent en déclarant qu'ils travaillent dans le gouvernement pour la passion de la France, par devoir envers notre République, pour le sacrifice de la tâche, rendant service à la France et aux Français. Sauf qu'ils ne peuvent faire leur sacerdoce à temps plein. Ou alors négligent totalement leurs autres activités. Et tous ces cumuls expliquent en partie l'absence de confiance des citoyens envers leurs institutions et leurs élus.

A titre personnel, je suis pour le non cumul total des mandats. A cela s'ajoute le non-renouvellement plus de deux fois du même mandat dans le temps. Alors les places et les postes se libéreraient. Alors les français s'empareraient de la démocratie.

Libellés : , ,

6 Commentaires:

Anonymous Jujupiter dit ...

Christine Boutin Ministre des Tentes! LOL!!!

Est-ce que ça veut aussi dire que les ministres n'ont pas besoin de se faire élire à l'Assemblée Nationale pour y siéger?!

11 novembre, 2007 19:52  
Anonymous Philippe dit ...

Malheureusement les élus cumulards sont couverts par notre président. (Santini, Copé, ...)

12 novembre, 2007 09:01  
Anonymous vincy dit ...

mais que dire du cumul depute (europeen, national), candidate à une grande mairie (genre paris, dans le 14e)?
Le cas de saernez va être intéressant à suivre.
outre le cumul, son alliance avec De Panafieu risque de faire tanguer Bayrou, ce qui serait dommage.

12 novembre, 2007 12:37  
Blogger Lancelot dit ...

Vincy, je combats également le cumul par MdS de députée européenne et conseillère de Paris. De surcroit candidate à la Mairie de Paris.

Pour ces combats, je pense que les étiquettes sautent.

Les cumulards, ils sont au PS, à l'UMP, au MoDem.

12 novembre, 2007 12:45  
Anonymous florent dit ...

excellente, la liste =D

12 novembre, 2007 22:29  
Blogger FalconHill dit ...

Le probleme est que tu as raison. Mais que le soucis n'est pas nouveau. Le gouvernement Sarkozy (oups Fillon, est cumulard), mais même Jospin (dernieres municipales), malgré sa loi de non cumul, a fait lancé des ministres en têtes de liste.

Et ne soyons pas naif : Maire ou 1er adjoint, c'était quand même le ministre en question qui dirigeait, et donc cumulait.

Bien sur, il y eu de moments de gloire et de bonheur : la branlée de Guigou en Avignon, chez moi, qui est ensuite allé se faire parachuté dans le tranquille Bondy pour garder un mandat, c'était agréable.
Les électeurs restent maitre de beaucoup de choses.

Je valide totalement, soit dit en passant, ton dernier paragraphe. Auquel je rajouterai la mise en place d'un véritable statut de l'élu, lequel permettrait d'éviter que ne puisse etre Maire ou adjoint que des fonctionnaires, professions libérales, ou retraités. Et ouvrirait notamment la politique aux salariés, absents de toutes représentations.

Bonne journée

13 novembre, 2007 08:31  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home