]]>

18 décembre 2007

Après l'affaire Gaymard, le scandale Jean-Paul Bolufer ?

Partager
Une information qui risque de faire du bruit, en espèrant qu'elle ne soit pas noyée par les histoires de fesses de Nicolas Sarkozy. Demain dans le Canard Enchainé, vous pourrez y lire que Jean-Paul Bolufer, directeur de cabinet de Christine Boutin, occupe un HLM appartenant à la RIVP (Régie immobilière de la ville de Paris).

Un petit appartement de 190 mètres carrés dans le quartier de Port-Royal. Appartement municipal attribué en 1981 alors que Monsieur Bolufer était directeur adjoint de cabinet du maire de Paris de l'époque, Jacques Chirac. Selon Le Canard Enchainé, Jean-Paul Bolufer bénéficierait d'un prix avantageux de 6,30 euros le m2, sachant que les prix du secteur, se situent dans ce quartier entre 20 et 30 euros le m2. A savoir aussi que le directeur de cabinet de la ministre du Logement et de la Ville, Madame Christine Boutin, aurait obtenu un studio pour sa fille dans le même immeuble, au prix de 9 euros 30 le mètre carré.

Souvenez-vous l'affaire Gaymard, dans laquelle le ministre de l'économie Hervé Gaymard avait démissionné de son poste, suite aux révélations de la presse divulgant les conditions avantantageuse de logement du ministre. Hervé Gaymard, occupait un appartement de 600 mètres carrés à un prix défiant toute concurrence. Verrons-nous un même scandale arriver ?

Si il est avéré que Jean-Paul Bolufer bénéfice de tels avantages scandaleux, l'histoire tombe très mal pour le gouvernement. En pleine crise avec les associations défendant un droit opposable au logement, et un droit à un logement décent pour tous.

Cette histoire arrive également une semaine après que Nicolas Sarkozy ait annoncé que la situation des occupants d’un logement social serait réexaminée tous les trois ans afin d'éviter les abus. Plutôt que de pointer du doigt les plus défavorisés des français, bénéficiant à juste titre d'un logment social, le Président de la République ferait mieux de balayer devant sa porte. Et demander un grand audit des privilèges accordés à ses camarades de la droite bling-bling.

Libellés : , ,

7 Commentaires:

Anonymous Anonyme dit ...

Encore un système de passe-droits qui risque de mettre à mal la droite parisienne... On croyait ces avantages révolus. Ca aura inévitablement des répercussions politiques, quoi qu'on en dise. Une telle info s'apparente à du pain béni pour Delanoe.

Par contre, je doute de son impact médiatique...

18 décembre, 2007 19:59  
Blogger Hervé Torchet dit ...

Sauf que Delanoë, s'il a paraît-il fait des progrès dans ce domaine, n'en a pas fait dans d'autres. Ce que ce genre d'affaires révèle, c'est qu'en profondeur, il y a bien plus de continuité que de rupture dans la gestion parisienne. Je donne des détails sur le blog de Quitterie delmas.

18 décembre, 2007 21:12  
Blogger gathiva dit ...

Soyons précis Luc, Ce que l'on reprochait à Hervé et Clara Gaymard, n'était pas de louer un logement à un prix artificiellement bas, mais bien de se faire payer un logement de fonction fort coûteux alors que le ministère des finances dispose de logements. Mais madame Clara, alors responsable des investissements de l'état français à l'étranger, n'en voulait pas, les jugeant trop exigus pour sa grande famille. Rappelons qu'a la suite de cet incident, l'inénarable Monsieur Raffarin édictât une règle sur la dimension des logements de fonction des ministres par tête, en divisant la taille de son appartement de premier ministre en deux (lui et son épouse). Ajoutons que notre amie Clara, contrarié par cette affaire, quittât la fonction publique pour rejoindre la compagnie Général Electric (1ere capitalisation mondiale) pour la conseiller sur ses investissements en Europe. Vive le "pantouflage" et la probité de nos serviteurs!
Ainsi je pense pour revenir à ton article que comparaison n'est pas raison! Et le cas soulevé est fort différent, mais tout aussi malheureux.

18 décembre, 2007 23:16  
Anonymous Anonyme dit ...

Et Fadela Amara au fait ? A-t-elle quitté le HLM qu'elle occupait dans le 13e arrondissement ?

19 décembre, 2007 09:55  
OpenID Noa dit ...

A-t-on, sinon, fait tant d'histoires sur le logement de fonction à 5 500e/mois de J-F C. parce qu'on refaisait des "petits travaux" dans son appartement parisien ?

19 décembre, 2007 10:27  
Anonymous LEMOTDUJOUR dit ...

Comment ne pas partager l'indignation assez unanime sur le sujet?
En revanche, je ne veux pas suivre ceux qui disent que Jean-Paul Bolufer "s'enfonce un peu plus en souhaitant une enquête de la chambre régionale des comptes".
Ce n'est pas parce qu'il est la personne la moins bien placée pour dire cela que ce n'est pas pour autant une bonne idée.
N'y voyez aucune malice ni aucun cynisme mais j'y vois au moins deux avantages:
1) En forçant une plus grande transparence grâce à cet état des lieux, on incitera bon nombre d'occupants illégitimes à libérer "miraculeusement" leur logement social moins par civisme que par peur d'une mauvaise publicité ou de pénalités financières rétroactives, ce qui permettra de loger de nombreux véritables "ayant droit" et familles en difficulté.
2) Ne plus assister aux valses des démissions de Ministres, Secrétaires d'Etat ou chefs de Cabinet, au moins pour ce motif précis, ce qui n'est finalement l'intéret d'aucun camp politique, puisque c'est le gout déjà fragile des citoyens pour la vie politique qui en fait les frais et que cela fait le jeu de tous ceux qui ont un intéret à véhiculer l'idée du "tous pourris".

21 décembre, 2007 11:34  
Anonymous Anonyme dit ...

je viens de tomber sur ca

www.ladroiteparisienne.fr

marrant, je trouve, non?

06 mai, 2010 17:34  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home