]]>

02 décembre 2007

Congrès du MoDem : Bayrou, Chavez, Marchais et les autres ...

Partager
C'est mal : j'ai séché la matinée de ce dimanche du congrès du MoDem. J'ai bouffé du Bayrou hier de 11 heures du matin à 20 heures du soir, je suis en overdose. Congrès du Mouvement Démocrate donc. J'en reviens tout d'abord avec une déception : celle de n'avoir pu faire autant de vidéos que j'aurais souhaité. J

J'en reviens surtout avec un goût amer. Celui d'appartenir à un mouvement démocrate guère démocratique. Je n'ai cessé de dire hier que ce congrès ressemblait à un congrès du PC du début des années 80. François Bayrou en Georges Marchais, Ce Parti Communiste qui commençait à perdre son influence et donc verrouillait tous les organes. Ce MoDem, dont les fuites effraient les habitants du "Château", les bureaux de Marielle de Sarnez et de François Bayrou. Et le siège du MoDem qui cloisonne tout, qui se retranche seul dans sa forteresse pour mieux vérouiller et contrôler.

Un Bayrou glorieux président d'un mouvement aux pratiques soviétiques. Imaginez : le vote de 83 amendements à mains levées. Vote de ces amendements seul intérêt de ce congrès. Et chaque fois que des minoritaires soutenaient et levaient la main pour soutenir une proposition, forcément l'on pouvait les dévisager. Le vote des amendements, c'était un défenseur de cet amendement au bas de la tribune, ayant 1mn30 pour l'expliquer. Ensuite François Bayrou tout puissant donnait sa consigne de vote. François Bayrou, sur la tribune, entouré de ses lieutenants, quasiement le seul à parler. Et forcément une salle de militants groupies qui suivait à chaque fois les consignes du Dieu Bayrou. François Bayrou qui n'hésitait pas à prendre la parole plus de 5mn pour convaincre la salle. Et toujours les mêmes arguments pour obtenir le blanc seing de ses fans : il ne veut pas de tel ou tel amendement car "dangereux pour la cohérence du mouvement" ou ne "représentant pas les valeurs démocrates communes qui sont les nôtres".

En résumé, cela se passait comme cela : Monsieur X est appelé en bas de la tribune. Monsieur X présente pendant 1mn30 son amendement aux statuts. Ensuite François Bayrou prenait la parole et annonçait : moi François Bayrou, votre maître suprême je vote pour ou contre, vous petits militants suivrez mes recommandations. Sinon mécréants êtes-vous.

Pathétique. La facette Hugo Chavez a été d'abord évoqué par un journaliste en salle de presse. Il n'était alors que 16 heures environ, et cela ne faisait que cinq heures que François Bayrou trônait en tribune. Cela durera encore quatre heures supplémentaires. Imaginez : neuf heures de François Bayrou. Du Bayrou en avocat pour soutenir un amendement, du Bayrou en procureur pour rejetter un amendement. Du Bayrou ensuite en passeur de plats pour les débats thématiques. Du Bayrou en orateur pour son clôture d'ouverture. Et au final de la tristesse : le duo François Bayrou - Marielle de Sarnez ne fait donc confiance en si peu de personnes. Et dire que le président du MoDem se déclarait contre la personnification du pouvoir. Rires jaunes. Personne d'autre ne doit émerger au MoDem, car tout ce qui pourrait prendre la lumière risquerait de faire de l'ombre à François Bayrou.

Je ressors de ce congrès triste, amer et déçu. Heureusement, la soirée sera agréable. Avec Sophie, MIP et Guillaume, nous fuyons le dîner organisé au parc des expositions, pour décompresser avec rires et fracas dans un japonais. Heureusement aussi, j'aurais rencontré de nombreuses personnes passionnantes. Heureusement, j'aurais fait la connaissance de blogueurs provinciaux dont je lis les blogs, enfin rencontrés dans la vrai vie.

Au MoDem, on vous dira que ce congrès fut un merveilleux exercice de démocratie, les militants ayant écrit et voté leurs propres statuts. Certains ferment leur gueule juste pour obtenir une investiture. D'autres sont des groupies aveugles.

Au MoDem, on vous dira que Bayrou n'est pas seul. Je continue de penser que toutes les décisions sont prises à deux, et que le pire défaut de François Bayrou, c'est Marielle de Sarnez.

Malgré mes critiques virulentes, à chaud, je reste au MoDem. Pour un temps. J'ose espérer que les choses vont évoluer. Que la base va réussir à imposer ses conditions. Qu'avec certains militants, nous réussirons à passer outre le siège pour réfléchir, proposer et construire quelque chose de nouveau. Maintenant que les statuts sont votés, deux sujets me semblent d'une importance considérable. Le programme, quel projet sera le nôtre, pour les prochaines échéances. Et également les alliances, avec qui nous allons nous retrouver.

Libellés : ,

22 Commentaires:

Blogger Dagrouik dit ...

Pour les alliances tu sera servi à Paris: Certains jeunes POP sont choupinous, ça permettra d'avaler les couleuvres... Plus sérieusement bon courage, tout le monde le dit: De Sarnez appellera à voter UMP ou s'alliera avec l'UMP pour les municipales. Sociologiquement de droite, c'est ça le problème. Je me demande combien de temps le mariage de la carpe et du lapin pourra tenir.

Bon courage.

02 décembre, 2007 15:33  
Blogger jmj dit ...

Au lendemain de l’annonce de la disparition de l’UDF, François BAYROU a donc célébré devant les militants réunis à Villepinte, la naissance officielle du Modem. Ainsi, lors de son discours d’ouverture du congrès fondateur, le futur président, sur un ton presque prophétique, souhaite « renouveler la politique » et entend faire de ce nouveau mouvement qu’il considère comme « le seul élément de nouveauté du paysage politique français », « un commando de transformation de la société ».

Dans cette logique, François BAYROU n’avait donc d’autre choix que d’insister sur la spécificité d’un mouvement qui permettrait selon lui d’échapper aux « deux impasses » constituées par l’UMP et le PS. Très remonté, le candidat unique à la présidence du mouvement démocrate n’a donc pas hésité à fustiger la gauche et la droite mais tout ceci n’est finalement pas très sérieux et manque d’une certaine cohérence. En effet, difficile de prétendre incarner le renouvellement de la politique et dans le même temps, être sur le point de conclure des accords pour les prochaines élections municipales avec le PS à Dijon où avec l’UMP à Bordeaux et à Arras par exemple.

Il faut être réaliste et pragmatique, par un tel comportement, le principal mot d’ordre du futur chef de file de ce mouvement ressemble fort à « faites ce que je dis mais ne faites surtout pas ce que je fais ». En effet, par de tels accords n’ayant qu’une visée purement électoraliste, François BAYROU propose finalement de rejoindre ces fameuses « impasses » constituées par l’UMP et le PS et démontre surtout toute la fragilité d’un projet de société peu crédible incarné par un mouvement tiraillé par de nombreuses contradictions qui éprouve de multiples difficultés à trouver une véritable identité politique.

Or, en raison de son incapacité à « faire fructifier » les suffrages obtenus au premier tour de la dernière élection présidentielle et des questions de plus en plus insistantes sur la crédibilité du projet de société proposé par le mouvement démocrate, François BAYROU est de plus en plus isolé et les défections se multiplient, c’est ainsi que la plupart de ses anciens « disciples » ont préféré rejoindre le Nouveau Centre et il semble que l’hémorragie ne fait que débuter.

En effet, cette semaine, c’est Jean-Marie CAVADA qui a pris la décision de rejoindre les rangs des nombreux centristes déjà ralliés à l’UMP. Enfin, Thierry BENOIT, Député d’Ille-et-Villaine, l’un des seuls élus aux dernières législatives sous l’étiquette UDF-MoDem n’a pas hésité à s’exprimer lors de congrès fondateur en estimant qu’il appartenait aux centristes de « travailler avec le gouvernement » avant de conclure en précisant « c’est ici que nos chemins se séparent ». Autant de défections notables auxquelles viennent s’ajouter les nombreux dégâts collatéraux provoqués par la création du Nouveau Centre d’Hervé MORIN où la Gauche Moderne de Jean-Marie BOCKEL.

De nombreux clivages internes ont d’ailleurs rendu conflictuelle la rédaction des statuts de ce nouveau parti et certains militants n’ont d’ailleurs pas hésité à dénoncer l’absence totale de démocratie interne en s’alarmant de la trop grande importance des pouvoir alloués au futur président et en déplorant le rôle bien trop faible accordé aux militants dans la vie de ce nouveau mouvement.

Au final, le MoDem, né impulsivement à la suite d’une certaine euphorie lors des dernières élections présidentielles n’a toujours pas su trouver une ligne politique claire et il y a aujourd’hui fort à parier que cette nouvelle formation politique qui regroupe des sensibilités aussi différentes qu’opposées ne trouve pas cet élan indispensable qui lui permettrait de porter un projet de société solide et crédible tant les défis à relever semblent aussi immenses qu’insurmontables. A défaut, le mouvement démocratique se transformera progressivement en un mouvement à la gloire de François BAYROU, pour et par François BAYROU, ce qu’il est déjà d’ailleurs un peu…

02 décembre, 2007 15:45  
Anonymous Noa dit ...

Tout à fait d'accord sur cette vision unique imposée à la base. On n'a même pas eu droit de s'abstenir ! Originalement démocratique

Et encore tu es gentil, tu ne parles pas de ces pans de tissus orange délavés qui font mal à la tête. De cette après-midi chiantissime (j'ai même pu finir mon bouquin) où s'enchaînaient des idées, souvent très intéressante, dans un brouhaha, indifférent.

Déçu ? Disons qu'heureusement qu'on était un petit nombre de la section et qu'il ne faisait pas beau dehors parce que sinon...

Et le repas ? Tu n'as rien perdu et c'est rien de le dire.

Tu te laisse pousser les cheveux ?

02 décembre, 2007 15:53  
Anonymous ln dit ...

Ouf, ça fait du bien de ne pas se sentir isolée et de lire ce que j'ai aussi ressenti hier durant le congrès

02 décembre, 2007 17:14  
Anonymous Mec dit ...

Bravo pour cette honnêteté politique et cette clairvoyance. Bon courage pour la suite au MODEM

02 décembre, 2007 17:19  
Anonymous Noa San dit ...

A te lire, je n'ai pu m'empêcher de le dire aussi.

http://noasensei.wordpress.com/2007/12/02/congres-modem/

02 décembre, 2007 18:05  
Anonymous Antonin dit ...

Salut Luc !

Ravie de t'avoir rencontré physiquement, ça m'a fait très plaisir.

Idem Juju, Pascal, Frédéric, Benjamin, Teddy et tant d'autres.

Pour ce qui est de ton article, j'ai un avis opposé. Ce congrès est une réussite démocratique. Un grand pas pour la politique Française et la naissance d'une force centrale qui va changer le société française en profondeur.
Oui, il n'y a pas eu de vote à bulletin secret et le vote se faisait à main levé.
Oui, F. Bayrou a donné son avis sur chaque amendement. Mais avant de le donner, il faisait parler un pour et un contre. Ce qui permettait de situer le débat et d'avoir une approche consensuelle.

Il y a eu un échange, une écoute réciproque, des compromis des deux cotés, même si Bayrou pèse beaucoup et est très habile.
Les moyens mis en oeuvre pour ce congrès ont sans doute été insuffisant, c'est évidemment regrettable. Dommage que notre mouvement ne pouvait se payer se luxe.

J'encourage toutes les militants de bonnes volonté souhaitant réellement améliorer la démocratie à venir un outils démocratique, libre, Demexp.
http://demexp.org

Aujourd'hui, cette histoire de statut n'est pas terminée car de nombreuses règles internes seront édictées dans le règlement intérieur. Il faut rester vigilant. Mais j'aimerais surtout rappeler que la politique interne n'est pas tout. Certe, l'exigence démocratique doit être forte car nous sommes le mouvement démocrate, mais elle ne doit pas non plus nous aveugler au point de rendre la machine inopérante. La politique, il faut la faire en priorité à l'extérieur et ce n'est pas en sabotant ce congrès qu'on avancera avec confiance. Alors oui, il y a des critiques à faire, mais gardons les pour le moment venu.

Aujourd'hui, nous allons battre la campagne et nous avons besoin de rassembler toutes les forces. Maintenant que nous sommes nés, battons-nous pour exister !

02 décembre, 2007 18:41  
Blogger Oaz dit ...

pas glop pas glop

02 décembre, 2007 18:46  
Anonymous ArnaudH dit ...

Lancelot, merci beaucoup d'avoir écrit ce billet. Je ne partage pas tout (notamment les références à Marchais et Chavez) mais je suis d'accord sur le fond (méthode et temps de vote des amendements aux statuts). Cela semblait même bizarre de loin avec un défilé ininterrompu d'amendements sur le site officiel au fur et à mesure de la journée. Il aurait été nécessaire d'avoir un temps de réflexion et une méthode de vote différente pour voter en pleine conscience lors d'un congrès (au moins les recevoir deux semaines avant pour réflexion).

Tout cela ne change rien à mon attachement au MoDem et ma confiance qu'on s'améliorera peu à peu: au fur et à mesure qu'une hiérarchie apprendra à s'affirmer face à François Bayrou quand cela sera nécessaire.

PS Mes excuses d'avoir transmis le lien vers cet article un peu rapidement sur le forum Demosweb sans plus détailler la nécessité de critiques constructives (le temps me manque tout de suite mais je m'y attèle demain)

02 décembre, 2007 18:52  
Blogger laure leforestier dit ...

salut Luc,

Contente de t'avoir rencontré "en vrai". Mêmes sentiments que toi à propos de la journée d'hier.
Suis pas restée au dîner non plus, on est partis avec Farid, Hypos et Franz dîner dans un lieu plus convivial et comme toi j'ai séché ce matin, j'avais ma dose.
Bises

02 décembre, 2007 19:23  
Anonymous parisianguy dit ...

Quelle diatribe sans appel ! Le passage qui finalement surprend le plus est celui où tu annonces finalement que tu restes au MoDem !

La critique est facile. Mais là, tu dénigres carrément, et tu n'es pas juste dans ton analyse.

Certes, la méthode était perfectible, mais de là à la décrire comme totalitaire...! Des avis modifiant vraiment les versions successives des statuts ont été pris en compte. On arrive à un compromis, donc forcément personne n'y trouvera 100% de son compte. Mais globalement,n les aspirations à un fonctionnement plus démocratique ont été comprises et intégrées.

Car, enfin, as tu vraiment suivi les discussions? As tu noté tous les amendements retenus, même modifiés?

Les militants ont maintenant un vrai droit EFFECTIF de saisir les différentes instances, et non plus seulement le Bureau National. Un appel est possible en cas d'exclusion.
Le Développement Durable est inscrit dans les statuts.
Les investitures se feront par CODECISION entre les militants et les instances, sur la base d'un VOTE.
Indirectement, les militants pourront demander un vote de défiance du Bureau National contre le Comite Exécutif.

Mince!! Ce ne sont pas les revendications principales qu'on entendait, il y a encore 2 semaines ??!!
On peut toujours réver mieux, mais ça s'appelle de l'idéalisme.

Sois un peu pragmatique, reconnais un peu ce qui a avancé (il aurait pu n'y avoir aucun débat!) et propose des améliorations pour la suite : des groupes de réflexions sont en place pour établir le Règlement intérieur, notamment. Participes-y!

Aujourd'hui, on a suffisamment d'ennemis à l'extérieur qui nous mettent des bâtons dans les roues, alors à l'intérieur, j'aimerais bien voir des critiques CONSTRUCTIVES plutot que des attaques incendiaires. C'est ça aussi, faire partie d'un groupe.

Bonne réflexion !


PS : Merci à Antonin, qui me met un peu de baume au coeur! :-)

03 décembre, 2007 08:39  
Anonymous So dit ...

Disons qu'au moins la soirée a été bonne!

Je pense que la sagesse nous a grandement inspirés... Nous aurions été plus désolés encore en montrant le bout de notre nez à Villepinte le dimanche matin...

03 décembre, 2007 08:53  
Anonymous MIP dit ...

grand souvenir que cette soirée ;-)
Luc, tu n'oublies pas de nous envoyer photos et videos !!!

Quant au reste, prenons du temps pour réfléchir...je ne vois que cela.

03 décembre, 2007 10:32  
Anonymous AP dit ...

Et bien et bien que sont devenus les Benhamias, les Lepage etc ?

Les chevaux démocrates seraient-ils déjà fourbus ?

03 décembre, 2007 10:56  
Anonymous marie laure dit ...

Bonjour LUc,
Je suis très contente de t'avoir rencontré et comme MiP, j'attends les vidéos parceque c'est bien "en coulisses" que les choses se passaient ce WE.
Je suis revenue dimanche et je pense que la "démocrate" discussion sur les chartes t'aurait plu :)))

03 décembre, 2007 12:04  
Anonymous Bap* dit ...

Si je me faisais l'avocat du diable, je me demanderais si une certaine main-mise "chaviste" sur le Modem de la part de Bayrou n'est pas nécessaire pour fonder et établir au départ le Modem.

On sait que les courants et "opposants" sont multiples au sein même du parti. Un risque d'implosion (voulue par certains) est réel.

Une main ferme initiale n'est-elle pas indispensable pour donner l'impulsion de la fondation ?

03 décembre, 2007 15:48  
Blogger Max dit ...

Cette personnification du MoDem, je l'ai vite sentit venir alors je me suis sauvé. J'avoue je n'ai même jamais été MoDem et à 18 ans à peine je suis déjà carté Nouveau Centre. Car quitte à avoir à faire à un parti parfois médiocre, autant que se soit dans un parti où ceux qui ont des idées peuvent les exprimer, même si de notre côté, c'est la nécessaire "solidarité ministérielle" qui nous fait taire. Pas mieux, c'est sûre, pire peut-être, a vrai dire je pense juste une chose : il faut retrouver notre unité, car dans ce brouhaha, la famille centriste n'est plus audible.

04 décembre, 2007 00:19  
Anonymous benedicte dit ...

Je ne pouvais aller au congrès, mais en fait depuis 15 jours je m'étais déjà mis en retrait ... et je vais renvoyer ma carte. Il confirme que la direction prise n'est pas celle proposée au départ et qui m'avait fait adhéré, donc je m'en vais ... sans pour autant laissé tomber l'idée de mettre en oeuvre un mouvement de citoyens par d'autres voies.

04 décembre, 2007 05:30  
Anonymous Philippe dit ...

Les 1eres illusions ...

04 décembre, 2007 22:45  
Anonymous guillaumeD dit ...

Cher Luc,
encore une fois, je te redis mon admiration pour ta franchise.
Perso, il me reste de l'espoir car j'ai vu pas mal de militants, qui, tout en n'étant pas du tout aveugles sur ce qui s'est passé, ont noté les avancées et se sont dit: continuons de bosser.
Faudra qu'on rediscute et surtout qu'on ait l'occasion de se revoir, avec ou sans MIP, avec sou sans Sophie, mais c'est clairement mieux avec! Put..., quelle soirée!

A bientôt.

04 décembre, 2007 22:54  
Anonymous bibi dit ...

J'ai suivi un peu le même parcours que toi, Lancelot, mais trois pas derrière, avec juste un peu de retard et quelques réticences. J'ai donc surveillé d'assez près tes réflexions. Je regrette qu'elles justifient aujourd'hui mes réticences...

Déjà parti du PS, je suis resté dans le sas d'entrée vers le Modem en attendant de voir comment tournaient les choses... Maintenant, pour moi, c'est vu. Le Modem ne sera pas ma nouvelle maison, je ne retournerait pas au PS et je me prépare ma propre petite traversée du désert...

Mes réticences vis à vis de Bayrou et de son projet ne datent pas d'hier, mais je lui accordais le bénéfice du doute et je lui donnais du temps pour accomplir ce parcours sûrement difficile.

Je vois une ambiguïté de fond dans sa démarche depuis le début, mais j'espérais qu'il finirait par la lever. Maintenant, je crois que ce moment ne viendra jamais.

L'écart entre le discours et les actes est plus grand que jamais. Ca me pose vraiment maintenant un problème quant à la sincérité du personnage.

Je croyais comprendre sa stratégie et elle me semblait intéressante : faire vraiment de la politique autrement, fonder un parti réellement différent des autres, qui mettrait immédiatement en pratique pour lui-même ce qu'il prônait pour le pays. Assumer clairement le dépassement du clivage droite-gauche, au bénéfice d'alliances négociées sur des programmes et des mesures précises, sur des engagements clairs de mandat. Renouveler en profondeur le personnel politique, faire émerger de nouvelles têtes, de nouvelles générations...

Tout ça, me disais-je, ferait la différence nettement en 2012, face à un Sarkozy qui devrait bien cette fois assumer enfin son bilan, et à un PS dont je n'espère aucune guérison à cette échéance, tant le mal est profond.

Rien de tout cela n'est venu de ce Congrès fondateur:

le Modem restera un parti au fonctionnement aussi obscur et arbitraire que les autres (aucune avancée significative n'est sortie de ce Congrès qui permette de dire que ce parti est vraiment différent des autres dans son organisation et son fonctionnement).

La plaisanterie du renouvellement des têtes a été assez soulignée ici-même pour que je n'y revienne pas.

Quant au "ni droite/ni gauche" par principe, je n'en vois nulle part la trace dans les municipales qui se profilent. Toutes les tentatives de sortir du moule des alliances traditionnelles de l'UDF avec la droite (listes authentiquement indépendantes, ou alliances avec les Verts, par exemple) ont été délibérément sabotées depuis Paris par Bayrou lui-même ou son entourage direct.

Alors que j'attendais de ce Congrès que le Modem franchisse vraiment la rivière cette fois, et brûle ces navires pour se garantir de ne pas revenir en arrière, j'ai vu au contraire... un retour en arrière.

Le Modem ressemble au final tellement à l'UDF, que je ne vois pas vraiment qu'elle était l'utilité de ce barnum, et que je ne crois plus à la volontée réelle de Bayrou d'aller au bout de la révolution centriste qu'il avait annoncée.

06 décembre, 2007 16:00  
Anonymous Anonyme dit ...

Bonjour
je ne sais pas si tu as vu mais tu es cité en exemple sur un blog du PS http://iledere.parti-socialiste.fr/2007/12/03/congres-du-modem-bayrou-chavez-marchais-et-les-autres/
La consécration ... :-))

j'en profite aussi pour faire ni vu ni connu de la pub pour mon blog :
http://m-dse.blogspot.com/

24 mai, 2008 01:03  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home