]]>

30 juin 2007

Gay Pride de Paris

Partager
Voici quelques clichés de la Marche des fiertés LGBT (aka Gay Pride) de Paris. Pas très passionnant : que des clones tout juste post-pubères habillés à la façon Star Ac. Content tout de même d'y avoir croisé notamment les fort sympatiques Kikoo et GuiM.


Libellés : ,

Libéralisation de l'énergie : les soldes ?

Partager
Sortir de l'impasse est un blog que j'apprécie beaucoup. Je vous encourage à le lire. Dans leur article d'aujourd'hui, les auteurs reviennent sur la libéralisation du marché de l'énergie en France. Vrai ou fausse bonne idée pour le consommateur ? Voici leur avis éclairé.


Demain 1er juillet : les soldes de l’énergie ? Les Français n’y croient plus


Nous y voilà, à ce fameux 1er juillet qui doit ouvrir le cycle de la libéralisation du marché de l’énergie en France.

Grosso modo, nous allons pouvoir choisir notre fournisseur d’électricité et de gaz. C’était déjà le cas pour les entreprises et les professionnels, cela va le devenir pour les particuliers.

Mais attention, celles et ceux qui décideront d’opter pour le marché dit « libre » ne pourront plus faire marche arrière, et retourner dans le giron du marché réglementé. Pis, celles et ceux qui emménageront dans un appartement dont le précédent occupant aura fait le choix du marché « libre » ne pourront pas non plus revenir en arrière… sauf qu’évidemment il n’existe aucune obligation de les en informer. Selon un sondage Unilog TNS Sofres, seuls 3% des ménages français déclarent vouloir basculer dès le 1er juillet vers le secteur libre.


On nous martèle depuis des années que l’ouverture à la concurrence va faire baisser les prix. Dans un précédent post, nous avions vu, sur la base de l’exemple anglais dont le marché a été libéralisé depuis 1986, que ce n’était pas le cas (cf. lien).


Si on s’appuie sur la dernière étude d’Eurostat, l’institut européen de la statistique (cf. lien), qui a comparé, à la fois en prix réel et en standard de pouvoir d’achat (afin de pouvoir mener des comparaisons pertinentes) les prix de l’électricité dans les 27 pays de l’Union Européenne au 1er janvier 2007, on voit que la France fait partie des 3 pays affichant les tarifs les plus bas, et des 6 pays ayant eu la plus faible augmentation des prix entre le 1er janvier 2006 et le 1er janvier 2007.

Dans le graphe ci-dessus, les tarifs de la France sont ceux en rouge.

Du coup, nous avons quelque difficulté à imaginer comment l’ouverture à la concurrence pourrait faire baisser les tarifs qui sont déjà parmi les plus bas en Europe ! Les Français ne semblent d’ailleurs pas dupent : ils étaient 63% l’an dernier à s’attendre à une baisse des tarifs du fait de l’ouverture à la concurrence, ils ne sont plus que 22%. Pire la moitié d’entre eux pensent que les prix vont augmenter.

Libellés :

Interjection

Partager
A lire cet article de Bruno Frappat, directeur de la rédaction de La Croix, sur son blog. En plus d'être vulgaire et machiste, Patrick Devedjian n'est pas un grand ami de la langue française.

Voici le texte :

Les mots volent bas. Patrick Devedjian été filmé commentant, entre amis de l'UMP, la défaite électorale d'Anne-Marie Comparini et traitant la dirigeante du Mo-Dem de "salope". Pour s'en excuser, il a indiqué qu'il regrettait d'avoir usé d'une "interjection déplacée". Interjection? Il aurait dû se référer à une bonne grammaire avant de traiter une injure d'interjection. Il aurait lu, ainsi, dans l'inusable "Grévisse", cette définition de l'nterjection: "Une sorte de cri qu'on jette dans le discours pour exprimer un mouvement de l'âme, un état de pensée, un ordre, un avertissement, un appel". Les interjections "sont généralement brèves et se réduisent souvent à une seule syllabe". Exemples: Ah! Aïe! Eh! Oh! Hum! Ouf! Pan! Zut! Hep! Hein! etc. La célèbre grammaire de Maurice Grévisse est intitulée "Le Bon usage". Ce n'est apparemment, ni au sens propre ni au figuré, le livre de chevet de Patrick Devedjian. Dommage cela l'aiderait, faute de respecter toutes les femmes, à respecter au moins les mots.

Libellés : , ,

29 juin 2007

Art contemporain

Partager
Tour Boucry

Ecritures

Libellés : ,

Acheter du cannabis sur internet ?

Partager
Ne me demandez pas pourquoi je vous parle de ça, il n'y a aucune raison particulière. Mais je me suis amusé à taper "graines de cannabis" dans google. Et j'ai été plus que surpris par ce que j'ai constaté. Tout d'abord plus de 77000 résultats dans les pages "France" du moteur de recherche. Et vous imaginez qu'il ne s'agit pas d'informations scientifiques sérieuses.

J'ai donc poursuivi l'investigation un peu plus loin et me suis rendu sur deux sites internet. Vu que je ne souhaite pas faire de promotion pour ces sites, ne voulant pas enfreindre la loi, en bon citoyen que je suis, je ne vous donnerai pas ces liens. Le premier est un site ".com" hébergé aux Pays-Bas. Evidemment, la société possèdant le site a compris le business et a traduit les pages en français. Mais j'ai été plus surpris en tombant sur un domaine en ".fr", propriété d'une société française basée dans une ville proche de Lyon. Sur ce lien, vous êtes directement redirigé vers un autre site lui domicilé en Hollande avec un message clair : "Graines de cannabis - Marijuana - Chanvre - Beu - Vente en ligne !". Je m'étonne juste que l'on puisse déposer en France un nom de domaine faisant ouvertement la promotion de la consommation de cannabis, et proposant la vente de substances illicites.

Mais ce n'est pas fini. De clic en clic, je suis tombé cette fois-ci (et rapidement) sur un site sérieux, en l'occurrence Amazon.fr. Domiciliée à Paris, dans le 17ème arrondissement, je suppose que cette société tombe donc sous le coup de la loi française. Et là se trouve donc en vente un livre d'un dénommé Jean-Pierre Galland, intitulé "J'attends une récolte". Nul doute sur la nature de la récolte attendue, il y a bel et bien une feuille de cannabis en couverture de ce livre. Si vous n'êtes pas convaincu, il suffit de lire les commentaires de réactions des internautes ayant lu cet ouvrage. Qui de dire : "Ce livre permet à chacun de se familiariser avec la culture du cannabis. Tout paraît alors FACILE et rigolo..." ou un autre "Ce livre est le meilleur moyen de commencer et de comprendre la cannabiculture". Cela ne semble pas déranger outre mesure les webmaster, les juristes et les administrateurs de la société Amazon ...

Enfin, cette dernière aberration : en tapant le fameux "graines de cannabis" dans google, vous tombez sur un site commercial. Cela marche aussi avec "acheter des graines de cannabis". En cliquant sur le lien commercial, un site vous propose donc d'acheter une substance interdite en France. N'est ce pas de la part de google -tout comme d'Amazon- une incitation àa la consommation ? Pourquoi ces sociétés totalement identifiables ne tombent-elles pas sous le coup de la loi ?

Finissons-en avec cette hypocrisie !



Gay pride avec Centr'egaux

Partager
J'irai très probablement faire un tour demain à la Marche des Fiertés (aka Gay Pride) parisienne. Je bougerai probablement, mais n'hésitez pas à venir auprès des centristes de Centr'Egaux qui se donnent rendez-vous à 13h30 au 20 boulevard du Montparnasse (position n°26 dans le cortège). J'espère également y voir GuiM ...

Pour rappel, à toutes celles et ceux qui pensent que le MoDem reste un mouvement de droite conservatrice, voici 3 des propositions du programme de François Bayrou :
- une union civile, signée en Mairie, ouverte, entre autres, aux couples de même sexe.
- l'adoption simple pour les couples de même sexe, afin notamment de protéger les milliers d'enfants élevés aujourd'hui par des couples de même sexe.
- un renforcement de la lutte contre l'homophobie, afin notamment d'agir plus efficacement contre le fléau du suicide des jeunes.

Libellés : ,

28 juin 2007

Devedjian traite Comparini de salope

Partager
Vous risquez d'en entendre parler de cette vidéo montrant Patrick Devedjian insulter Anne-Marie Comparini, candidate aux législatives du MoDem, du doux mot "salope". J'aimerais bien avoir quand même la suite de la vidéo, rapidement coupée.
Trouvée chez Guy Birenbaum.


Comparini
envoyé par TDLYON

Voici l'article de 20minutes sur cette "affaire".

Devedjian à propos de Comparini : «Salope!»

Un mot qui risque de faire pas mal de bruit. Le secrétaire général délégué de l'UMP, Patrick Devedjian, a traité l'ancienne députée du Rhône, Anne-Marie Comparini, de «salope», dans un reportage diffusé mercredi par la chaîne lyonnaise TLM et publié sur internet. Dans un communiqué envoyé notamment à 20minutes.fr, Patrick Devedjian, a réagi jeudi en disant «déplorer la diffusion sur Dailymotion d’images volées lors d’une conversation privée». Il dit toutefois «regretter son interjection déplacée» à l’égard de l'élue UDF «à qui il renouvelle son estime et toute son amitié».

Dans un reportage consacré aux premiers pas parisiens des députés du Rhône nouvellement élus, Michel Havard (UMP) et Pascale Crozon (PS), on voit Renaud Muselier, député des Bouches-du-Rhône, présenter Michel Havard à Patrick Devedjian en lui expliquant qu'il a battu Anne-Marie Comparini. Après l'avoir félicité, Patrick Devedjian ajoute : «Cette salope!».

L'UMP a tenté d'empêché la diffusion

Selon Jean-Pierre Vacher, directeur d'antenne de TLM, Michel Havard, par ailleurs secrétaire général de l'UMP dans le Rhône, «était très gêné et nous a demandé de ne pas le diffuser, mais Patrick Devedjian savait qu'il était filmé, et nous trouvons assez déplorables de tenir de tels propos, donc nous l'avons laissé dans le reportage».

L'entourage de Patrick Devedjian a indiqué que le responsable de l'UMP «ne se souvient pas d'avoir dit ça». «La télévision dit qu'il était au courant qu'il était filmé, c'est faux. Il avait une conversation dans un cadre totalement privé. Il n'a fait aucune déclaration destinée à être rendue publique sur Mme Comparini».

Perben condamne l'insulte

Dominique Perben, candidat UMP à la mairie de Rhône, a déclaré dans un communiqué qu'il «déplore de tels propos et réaffirme son estime personnelle à Anne-Marie Comparini».

L'ancienne députée du Rhône a, quant à elle, indiqué qu'elle n'avait «pas vu l'émission», ajoutant avoir appris la nouvelle «il y a dix minutes en revenant du Conseil régional». «Je déplore ces propos et je n'oublie pas que le combat des femmes en politique est difficile. Sa phrase est doublement incorrecte, d'autant qu'il est l'équivalent d'un président de parti politique, et qu'à ce titre on ne peut pas avoir ce genre de propos».

Quant à Michel Mercier, président du groupe UDF au Sénat et président du Conseil général du Rhône, il a demandé «des excuses».

Libellés : , ,

Emigrez !

Partager
En tant que maire de ce nouveau hâvre de paix, je suis heureux de vous vous annoncez la naissance d'un nouveau village paisible. Soyez-y les bienvenues !

Pour habiter dans la ville, cliquez ici : http://mandret.miniville.fr.
Pour développer l'industrie, cliquez ici : http://mandret.miniville.fr/ind.

Libellés :

DSK et Fabius : départ du Bureau National

Partager
C'est parti, la transhumance des éléphants débute. Après le départ de Dominique Strauss-Kahn du Bureau National du PS, c'est maintenant au tour de Laurent Fabius de quitter ses confrères animaliers. Gaëtan Gorce prendra la place de Gros Dodo, tandis que la succession de Fafa reviendra à sa plume Guillaume Bachelay.

C'est chouette, la rénovation est en cours. Place aux jeunes ! Sauf que ne soyons pas naïfs : DSK et Fabius partent du BN du Parti Socialiste, mais ne se retirent pas de la vie politique. Ils ont compris que le pouvoir ne se trouvait plus dans les instances du cimetière des pachydermes. Non, ils vont nous copier Ségolène Royal. Une petite visite par ci. Une petite inauguration par là. Le tout avec force de journalistes et de caméras. En multipliant qui les plateaux TV qui les JT de PPDA. Et en parallèle, chacun bossera - ou fera bosser ses camarades technos (et ils n'en manquent pas tous deux) - sur son propre projet au sein de son propre club de réflexion. Le PS est en train de mourir. Jusqu'au prochain congrès, les idées et les initiatives vont partir de tous les côtés. Une merveilleuse perte d'énergie et de temps. Avec pour objectif bien évidemment de récupèrer en 2008 les rênes du pouvoir. Au mépris de leur devoir d'opposants au régime de Sarkozy et Fillon.

Ah, au fait, il reste encore des éléphants au Bureau National : mais qu'attendent donc Martine Aubry, Claude Bartolone, Bertrand Delanoë, Henri Emmanuelli, Jean Glavany, Elisabeth Guigou, Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon, Yvette Roudy, Catherine Trautmann ou encore Daniel Vaillant pour suivre leurs camarades ? Allez, faites-vous inviter chez Jean-Michel Aphatie, les annonces de départ se font là-bas. Je sens que ça va devenir fashion de quitter les instances du PS.

Libellés : ,

27 juin 2007

Le forum permanent des SDJ écrit à Sarkozy

Partager
Voici la lettre du Forum permanent des Sociétés De Journalistes à destination de Nicolas Sarkozy.


A Paris, le 27 juin 2007.

Monsieur le président de la République,

Le Forum permanent des Sociétés de journalistes s’adresse à vous en tant que garant d’une démocratie impartiale. Le pluralisme, garantie de l’honnêteté de l’information, en est un élément essentiel. Il a valeur constitutionnelle, la Charte européenne des droits fondamentaux assure, quant à elle, que la liberté des médias et leur pluralisme sont respectés.

Malheureusement, les atteintes à l’indépendance des rédactions se sont multipliées ces derniers temps. Pressions, censures, conséquence le plus souvent d’une concentration excessive, mais aussi perquisitions contraires au droit européen, la liste est longue.

Notre fédération a travaillé à mettre en oeuvre une série de propositions concrètes qui permettraient de garantir l’indépendance des rédactions sans interférer avec le pouvoir légitime des éditeurs.

Il nous semble aujourd’hui indispensable, dans une période où la presse vit une mutation économique et technique difficile, qu’elles soient étudiées et qu’une modernisation législative des textes encadrant les médias soit lancée. La presse ne peut rester absente des réformes, sauf à ruiner sa crédibilité -et donc sa valeur- et à donner une image peu enviable de notre pays.

C’est pourquoi nous souhaitons vous rencontrer le plus rapidement possible pour évoquer ces propositions.

Le Forum permanent des Sociétés de journalistes.

Le Forum regroupe à l’heure actuelle les Sociétés de journalistes de 27 rédactions: L’AFP, Les Echos, L’Equipe, Le Figaro, L’Humanité, Libération, Le Monde, Le Monde interactif, La Tribune, L’Alsace, La Libre Belgique, Midi libre, L’Express, Le Journal du Dimanche, Marianne, Le Nouvel Observateur, M6, Paris Match, Le Point, Radio France, Radio France internationale, RFO, L’Etudiant, Sciences et Avenir, Télérama, Télé 7 Jours, Courrier Cadres.

Le bureau du Forum des Sociétés de journalistes est composé de : François Malye (Le Point), Président, Armelle Héliot (Le Figaro), Secrétaire générale, François Bazin (Le Nouvel Observateur), Trésorier, Marie Béatrice Baudet (Le Monde), Vittorio de Filippis (Libération).

Contact : Forum des Société de journalistes, 10/12 Place de la Bourse, Paris 75002. forumsdj@free.fr

Libellés : , ,

Composition du cabinet fantome : les noms !

Partager
Voici donc les heureux promus dans ce cabinet fantôme dont je vous parlais dans une note hier :

- Jean-Marc Ayrault: président, Affaires étrangères et européennes
- Arnaud Montebourg: premier vice-président, Prospective
- Philippe Martin: second vice-président, Développement durable et agriculture

- André Vallini: porte-parole
- Aurélie Filipetti: porte-parole
- Gérard Charasse: chargé de la coordination avec le PRG
- Christian Bataille: trésorier
- David Habib: trésorier-adjoint

- Patrick Bloche: Culture et communication
- François Brottes: Affaires économiques
- Patricia Adam: Défense
- Jérôme Cahuzac: Finances
- Manuel Valls: Lois
- George Pau-Langevin: Immigration et co-développement
- Sandrine Mazetier: Education
- Jean-Yves Le Bouillonnec: Logement et ville
- Victor Lurel: Outre-mer
- Bernard Roman: Institutions
- Marisol Touraine: Protection sociale
- Gaëtan Gorce: Travail
- André Vidalies: Entreprises
- Michèle Delaunay: Politique de l'âge, vieillissement
- Pascal Terrasse: Santé
- Martine Lignières-Cassou: Transports
- Alain Claeys: Enseignement supérieur
- Jean-Yves Le Déaut: Recherche
- Geneviève Gaillard: Environnement et économie sociale.

A noter dans ce "shadow cabinet" beaucoup d'inconnus du grand public. Ce dont je me réjouis. Cependant, nous sommes encore très loin de la parité homme-femme : seulement 7 femmes sur 27 membres. Et peu de représentants "issus de la diversité".

A noter le trio de choc : deux royalistes (Ayrault et Montebourg) et un proche de Laurent Fabius (Martin), j'imagine que l'absence d'un proche de Dominique Strauss-Kahn n'est pas un hasard, et que nous en saurons plus rapidement. Les poids-lourds feront face aux "félons" ex-socialistes passés dans le gouvernement de François Fillon : Ayrault s'occupera du porte-feuille de Bernard Kouchner et Montebourg de celui d'Eric Besson. L'écologie perd du grade dans ce gouvernement fantôme, passant de numéro 2 sous la houlette de Jean-Louis Borloo à numéro 3 sous celle de Martin dans les organigrammes officiels.

Egalement beaucoup de partisants de Ségolène Royal dans ce "shadow cabinet", je pense que fabiusiens, strauss-kahniens et jospiniens préfèrent garder leur indépendance. D'autant plus que les vice-présidents seront probablement totalement inaudibles en dehors de l'Assemblée Nationale, et la couverture médiatique sera au bénéfice des deux porte-paroles : Vallini, remarqué pour avoir présidé la commission d'enquête sur l'affaire Outreau, et Filipetti, une apparatchik aux dents longues, proche conseillère de Ségolène Royal.

Libellés : ,

La galaxie de "Ma vie en Narcisse"

Partager
Trouvé chez Catherine de Planetargonautes ce nouveau petit jouet pour bloggeurs. Ne me demandez pas comment ça marche, je n'en ai aucune idée. Ne cherchez pas à y trouver une quelqconque utilité, je pense qu'il n'y en a pas ! Bref, ça vous permet de connaître les satellites qui tournent autour de votre blog.

Me concernant, il y a donc dans ma galaxie Maxime du Cabinet de Subversion, Eric de Crise dans les medias, Fred de mai, Morgan d'Oser le dire, Nicolas de Nuesblog, Môssieur Resse de Resse? Pire, encore! , Damien de Damdam's world, Filaplomb, Rémi de Nouvelle ère, et Agathe de Double Regard.


Si vous voulez savoir comment jouer vous aussi, allez faire un tour chez Jacques Froissant.

Libellés : ,

Les bijoux de famille de la CIA

Partager
Un document qui va être analysé sous toutes les coutures : la CIA, l'agence de renseignements américaine, vient de rendre public "family jewels". Attention c'est indigeste : 702 pages en anglais, il faut être courageux ! Si vous vous sentez le courage, allez télécharger le rapport ici. Mais à l'intérieur, l'ensemble des activités illégales pratiquées par la CIA notamment sous la guerre froide. Ce rapport avait été demandé par le directeur de l'agence, James Schlesinger, en 1973 suite à l'affaire du Watergate.

Au programme : les tentatives d'assassinat de Fidel Castro via la mafia payée par la CIA, un plan pour empoisonner un leader congolais, l'ouverture du courrier et des appels téléphoniques de stars comme John Lennon ou Jane Fonda opposés à la guerre du Vietnam, la surveillance de
journalistes américains, et toutes les paranoïas face à la guerre froide.

Il faut espèrer que dans moins de 30 ans nous aurons également le droit à un joli rapport de toutes les activités illégales des agences de renseignements américaines de ces dernières années. Entre la guerre en Irak, les tortures à Guantanamo, l'attentat des Twin Towers ou les détentions à Abu Ghraïb pour ne parler que de cela, je doute que les méthodes se soient adoucies ...

Libellés :

26 juin 2007

Twitter or not twitter ?

Partager
J'ai eu un moment de faiblesse : me suis inscrit sur Twitter. Ne me demandez pas l'intérêt de ce gadget, je ne l'ai pas encore trouvé. Bref, j'essaye pendant quelques temps et on verra ce que ça donne. N'hésitez pas à m'ajouter : http://twitter.com/LucMandret.

Libellés :

Ayrault, héraut de la rénovation ?

Partager
Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes retrouve son poste de président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. Et annonce dans la foulée la création d'un "shadow cabinet" ou "cabinet fantôme" en français. Comme soutien de Ségolène Royal de la première heure, nous aurions pu attendre un peu mieux comme exemple de la rénovation, de la refondation, du renouveau, ou que sais-je encore, du Parti Socialiste.

Le cabinet fantôme est, je trouve, sur le papier une belle idée : 15 vice-présidents pour apporter la contradiction aux 15 ministres du gouvernement de Nicolas Sarkozy, euh excusez, de François Fillon. Cette pratique existe déjà dans une demi-douzaine de pays (notamment le Royaume-Uni, le Canada, l'Irlande, le Japon ou la Pologne). Mais je me demande comment ces députés investis d'une fonction thématique vont réussir à porter la contradiction face aux énervements que cela va faire naitre chez les membres du Conseil National spécialisés dans tel ou tel domaine. Et je doute que la refonte du sytème de fonctionnement interne du PS ne se mette en route rapidement. Autrement dit, une belle cacaphonie prévisible.

Pire encore, alors que tous au PS se veulent les chantres de la rénovation, voila que les députés prennent Jean-Marc Ayrault pour les diriger. Qui connaît JMA (diminutif auto-proclamé sur son blog) ? Elu depuis 30 ans. D'abord comme maire de Saint-Herblain. Puis comme maire de Nantes. Egalement député de la Loire-Atlantique depuis plus de 20 ans. Et comme si cela ne suffisait pas, président depuis 2001 de la communauté urbaine de Nantes. Et donc patron des députés socialistes depuis 10 ans. Un ultra-multi-cumulard de mandats. Un éléphant parmi les éléphants. Avec les fidèles de Ségolène Royal, la rénovation vous dit-on ...

Libellés : ,

Requiem en ut mineur, MH154

Partager
Allez je continue avec mes délires musicaux, bien que cela ne semble pas vous passionner. Aujourd'hui le requiem de Michael Haydn, à ne pas confondre avec son frère Joseph. Terminé en 1771, ce requiem est encore assez méconnu. Totalement injustement. Les mélomanes savent que cette oeuvre a fortement inspiré le Requiem de Mozart. D'autant plus lorsque l'on sait que Wolfgang Amadeus était présent lors de la première représentation de cette messe, en compagnie de son père. A écouter les deux requiem, les similitudes sont flagrantes : le choix ultra-novateur des instruments (surtout les cuivres), la style très vif et élégant, et surtout la composition extrêmement mélodique pour une oeuvre religieuse. Voici donc le requiem de Haydn, celui que copiera vingt ans après le génie Mozart ...


Libellés : ,

Benoit Hamon : le quadra qui monte

Partager
J'ai eu la chance de croiser à plusieurs reprises Benoît Hamon, député européen du parti socialiste. Aujourd'hui le fondateur, aux côté de Vincent Peillon, de Julien Dray et d'Arnaud Montebourg du Nouveau Parti Socialiste (courant dans lequel j'ai fait un très court passage), fête ses 40 ans. Cher ex-camarade, je te souhaite un merveilleux anniversaire.

Hamon est pour nombre de jeunes socialistes un modèle, un maître à penser, le mentor du MJS, après en avoir été le président-fondateur en 1993. Aujourd'hui, Benoît est un jeune lionceau qui monte, qui monte au PS. Très bon orateur et gros travailleur, je suis persuadé qu'il trouvera chez les socialistes une place au premier niveau dans les années à venir, si l'on lui en laisse l'occasion et ne lui met trop de bâtons dans les roues. Bref, je ne voulais pas faire une ôde à Benoît. Il a des défauts, principalment le côté "fan club" guère constructif de Nouvelle Gauche, et des choix parfois hasardeux quant à sa succession au MJS. Je regrette également son positionnment suite au Congrès du Mans. Donc, je voulais simplement lui souhaiter son anniversaire. Et également vous inciter à lire son blog. Aujourd'hui, il revient dans une longue note sur l'accord trouvé pour aboutir à la signature d'un traité européen. Une bonne analyse critique. Voici sa conclusion :



Ayant adopté comme base de travail le projet de "Constitution", l'accord politique intervenu à Bruxelles en reproduit les défauts et les lacunes.

Plusieurs domaines politiques majeurs restent en dehors du processus de "démocratisation" de la prise de décision (fiscal, social, budgétaire, affaires étrangères et défense), rendant impossible ou très improbables une action politique européenne positive dans ces matières. De plus, l'arsenal "libéralisateur" (marché unique et concurrence) demeure intact et puissant.

Avec ce nouveau texte, la possibilité de renverser l'orientation de la politique des institutions européennes dans un sens conforme à nos thèses demeure toujours aussi éloignée.

Convergences des standards sociaux, lutte contre le dumping fiscal, dépassement de la logique du juste retour dans les négociations budgétaires par une véritable capacité d'imposition et d'emprunt pour l'Europe, protection et développement des services publics, tous ces objectifs sortent diminués de cette négociation.

Quant aux prétendus acquis de Nicolas Sarkozy dans la négociation (concurrence, services publics, protection des citoyens), ils sont purement symboliques et n'auront probablement aucune portée effective.

Les autres modifications apportées au projet de Constitution visent essentiellement à ménager des opt-outs, dérogations et autres mise en oeuvre différées au bénéfice de la Grande Bretagne et de la Pologne. Différentes procédures de "freinage" ont de plus été instaurées au bénéfice des parlements nationaux et de minorités d'Etats Membres qui ne feront que rendre les processus de prise de décision plus long et compliqués.

Au final, selon la formule de Juncker, ce "traité simplifié" est en réalité très compliqué et peu lisible.

En tout état de cause, la vigilance reste une nécessité au moins jusqu'à la conclusion des travaux de la CIG et pendant la phase de la ratification.

Libellés : ,

25 juin 2007

Lumières de Paris

Partager


Libellés : ,

Petite Messe solennelle

Partager
Après vous avoir fait partager le Requiem de Fauré (cf note), j'ai dédidé de continuer l'encodage de mes CD en mp3, et de vous faire partager les plus belles musiques. Celles que j'affectionne tout particulièrement. Celles pour lesquelles on s'arrête de vivre.

Alors aujourd'hui la Petite Messe Solennelle de Gioachino Rossini. Pour la petite histoire, le compositeur est né un 29 février. Cette messe est le pur produit du lyrisme italien du début XIXè. Une sobriété de l'effectif (4 solistes, un choeur, un harmonium et deux pianos) s'oppose à l'écriture pleine de fioritures et à l'aboutissement de cette "petite" messe composée de 14 numéros totalisant plus d'une heure de tendresse et de somptueusité. Cette messe, est pour moi beaucoup plus abouti que Le barbier de Séville ou Guillaume Tell. Seul son Stabat Mater rivalise à mes yeux avec cette oeuvre.

J'en connais un qui vous dirait surement la même chose. Prenez une heure de votre vie pour écouter ce pur joyau. Vous verrez vos rides de stress disparaître. Vous vous découvrirez un coeur tendre d'enfant. Vous risquez même de laisser tomber une larme. Oserez-vous toucher le paradis du bout des doigts ?


Libellés : ,

Sexisme au conseil général des Yvelines

Partager
J'ai reçu ce midi un gentil mail de Nicolas, secrétaire de section au Parti Socialiste de Saint Germain en Laye, et principal rédacteur du blog de sa section. Je garde un excellent souvenir de mon passage au PS dans cette section.

Dans ce mail, il me signale la nouvelle campagne de publicité du Conseil Général des Yvelines, dirigé par le fumeux Pierre Bédier. A gauche l'affiche de cette campagne. Hautement scandaleuse, cette campagne "I Love techno" se veut promouvoir et attirer les industries de hautes technologies. Mais pour illustrer le message, tout semble permis, y compris surfer sur le sexisme ambiant de notre société.

Comment séduire les investisseurs ? Avec le torse (pour ne pas dire la poitrine) d'une jeune femme. Et le message promotionnel sur les seins de cette jeune femme. Et le président du conseil général, Pierre Bédier, d'en rajouter une couche : "cette photo est destinée à attirer l'oeil". Il faudrait lui informer que les principaux outils sont le cerveau, l'intelligence, les neurones pour développer le secteur tertiaire. Autant de qualités que ne semble pas partager Monsieur Bédier.

Libellés : , ,

24 juin 2007

Secret Story : le casting façon TF1

Partager
Bon commençons tout de suite : à tous les ados boutonneux mettant du gel dans les cheveux et portant des jean slim ou des décolletés roses, sachez que vous n'apprendrez rien sur les secrets des participants de votre rendez-vous de la semaine fixé par Benjamin Castaldi. Franchement je m'en fous que Laly soit strip-teaseuse ou flic, que Marjorie ait une ou deux soeurs jumelles, que Marilyne soit naturiste ou qu'elle ait des TOC à moins que ce ne soit Nadège, que Tatiana soit marié à Xavier, que Ophélie soit une playmate (il suffit de lire Playboy), que Fred voit des extra-terrestres, que Julien soit escort-boy, que Gabriel soit le complice du jeu, que Nicolas ait perdu 50 kg, que Erwan veuille changer de sexe, ou encore que Maxime soit le fils d'une star, et quelle star : Henri Leconte ! Nan, franchement je m'en fous, d'ailleurs si vous voulez le savoir, allez lire ça chez GuiM, chez Laurent, ou chez Cyril.

Je ne vais pas pousser des cris d'exaspération sur la nullité de ce genre de programme. Il suffit de ne pas les regarder.Je ne vais pas plaindre les participants et l'exploitation de leur image : personne ne les a forcés. Au mieux, et si ils sont suffisamment intelligents, ils s'en tireront avec 10 ans de psychanalyse pour s'en sortir. Au pire, ils pérécliteront d'animateurs de chaîne cablée en vendeurs de string aux supermarchés. Mais tout-de-même, une chose m'a choqué : le casting ! Non pas qu'il soit vulgaire et racoleur à souhait, pour cela faisons entièrement confiance en les qualités d'Endemol. Mais c'est la représentation de la France dont la première chaine privée se fait l'écho. Vous n'avez pas remarqué ? Que des prénoms bien franchouillards. Que des petites têtes blondes et des peaux claires (ou alors faussement bronzées aux UV). Je ne connais pas la proportion de français ayant un "faciès" africain, maghrébin ou encore asiatique. Mais de la part de TF1, nier les origines des citoyens faisant que la population française est colorée, est multi-culturelle, prouve la bien mauvaise connaissance de notre pays du haut de leur building à Boulogne.

Libellés :

23 juin 2007

Mini-traité et après ?

Partager
Trouvé sur le site de Courrier International, cet article du journaliste allemand Christoph B. Schiltz de journal Die Welt. Amusant de lire combien ce journaliste avait prévu tout juste. Avant de vous laisser lire cet article, je ne sais pas vous, mais moi j'ai un peu de mal à suivre. Avez-vous compris ce qu'il y aurait dans ce nouveau mini-traité constitutionnel ? Suis-je le seul à avoir l'impression qu'on nous prend pour des cons en nous faisant un bébé dans le dos ? Qu'on nous dicte que ce traité est "mini" donc qu'il ne devrait pas nous déranger, et par conséquent nul besoin de nous consulter par référendum ? Alors y aura-t(il oui ou non rérérendum ? Quid de la date de mise en application ? 2009 ou 2017 ? Le dernier mot sera de Jean-Claude Juncker, permier ministre du Luxembourg, qui nomme cet accord le "traité simplifié très compliqué". Comment voulez-vous faire aimer l'Europe aux européens ?


Ce qui restera encore à négocier
Christoph B. Schiltz

Les Vingt-Sept se mettront d’accord sur un nouveau traité, assure Die Welt. Mais beaucoup de chantiers restent ouverts

Cette semaine est décisive – et il y aura un accord. Le conflit sur le poids de chaque pays dans les processus décisionnels trouvera une solution. Pourquoi ? Si, juste avant la clôture du sommet, toutes les autres questions litigieuses ont été réglées, il existe une marge de manœuvre pour trouver un accord sur la pondération des voix. Dans ce cas, l’exigence des opiniâtres jumeaux Kaczynski visant à réduire le poids des grands Etats n’est plus un problème stratégique qui risquerait de mettre en danger tout le traité, mais une pure question technique de portée restreinte. En apportant des modifications marginales à l’ancien texte constitutionnel – que l’Allemagne, l’un des Etats qui en tirent le maximum de profit, devrait accepter – Varsovie semblerait sortir “vainqueur” – sans que cela n’ait de conséquences sérieuses sur la pratique politique.

Le nouveau traité ne sera pas une Constitution. Il sera mieux qu’une Constitution. Ce n’est pas un gros pavé, mais un petit document lisible. Il ne se perd pas dans un maquis de paragraphes. Il ne cherche pas à cultiver un romantisme européen ni ne suggère d’ambitions supranationales. C’est un document technique qui modifie des règles de fonctionnement : le principe de l’unanimité – l’arme de ceux qui veulent jouer le blocage de processus décisionnels et l’égoïsme national – sera remplacé à l’avenir dans bien des cas – notamment dans le domaine de la justice – par des décisions à la majorité. Parallèlement, le Parlement européen aura un pouvoir de décision renforcé et la politique étrangère de l’UE aura plus de poids. Tout cela permettra de prendre des décisions plus rapides et plus justes, d’avoir plus de cohésion, de flexibilité et d’efficacité. L’Europe arrivera à de meilleurs résultats.

Cela pourrait contribuer, surtout dans les anciens Etats membres, à restaurer une légitimité qui fait défaut. Les citoyens européens veulent la paix, la sécurité, des emplois à la hausse et des prix à la baisse. Sans un nouveau traité, l’UE ne peut répondre à ces exigences. Elle n’aurait aucune compétence dans des domaines importants ou se bloquerait fréquemment elle-même.

Le nouveau traité n’est pas définitif. Beaucoup de problèmes restent non résolus et des questions importantes restent ouvertes. Où se situent les frontières de l’Europe ? Quels pays doivent encore adhérer à l’UE ? Quelle est l’alternative à “la stabilité par l’élargissement” prônée par l’UE ? Les citoyens européens sont en droit de poser ces questions. Mais ils n’ont pas besoin de réponses évasives exprimées dans un jargon de bureaucrates. Autre question : la Turquie fait-elle partie de l’UE ? Jusqu’à présent, les négociations [en vue de son adhésion] semblent tourner à la farce. Rien d’étonnant à cela. La Turquie a certes repris nombre de lois occidentales, mais “l’esprit des lois” est largement resté étranger à Ankara. Et, de l’autre côté, l’UE élargie – qui fait des promesses à la Turquie – se défile et se contorsionne au lieu de mener un vrai débat sur l’identité européenne et sa propre capacité d’intégration.

De surcroît, aux questions ouvertes s’ajoutent les problèmes non résolus. Le potentiel de croissance des économies européennes est nettement plus faible que celui des Etats-Unis. Sans compter que la plupart des emplois se créent dans les branches les moins productives. Pour partie, on en trouve les causes dans la rigidité des marchés du travail, la lourdeur des taxes qui pèsent sur le facteur travail, l’inefficacité des marchés de capitaux et le manque de compétitivité des systèmes de formation. Cette responsabilité, ce sont les Etats nationaux et non Bruxelles qui la porte. On peut bien évoquer le principe de subsidiarité, mais la subsidiarité ne sert à rien quand de grands Etats membres comme l’Allemagne ne se montrent pas à la hauteur de leur responsabilité nationale et font traîner les réformes. Ce thème-là doit être mis à l’ordre du jour à Bruxelles.

Libellés : ,

Presse en danger

Partager
Je vous invite à apporter votre soutien au Collectif Cambodge Soir, menacé de fermeture, alors qu'il est l'un des organes indépendants d'information au Cambodge.

Voici le communiqué de Reporters sans frontières.


Reporters sans frontières en appelle à Abdou Diouf après la brutale fermeture de Cambodge Soir

Reporters sans frontières est indignée par la décision des administrateurs du quotidien Cambodge Soir de fermer le journal. Celle-ci intervient après le licenciement abusif d'un journaliste qui avait publié de longs extraits d'un rapport gênant pour les autorités cambodgiennes sur le trafic de bois. L'organisation exprime sa solidarité avec les 14 journalistes et 16 autres employés qui risquent de perdre leur travail.

"Monsieur le Secrétaire général Abdou Diouf, la Francophonie soutient depuis des années Cambodge Soir, devenu une référence pour la presse francophone en Asie et une pépinière de journalistes français et cambodgiens de talent. Alors même que votre organisation vient de débloquer de nouveaux fonds pour soutenir ce journal, la direction met fin à une aventure de plus de dix ans sous le prétexte de difficultés économiques. Nous vous demandons d'intervenir pour que ce quotidien francophone exemplaire ne disparaisse pas", a affirmé l'organisation.

Le 12 juin 2007, les propriétaires de Cambodge Soir, et notamment l'un de ses actionnaires minoritaires, Philippe Monin, ont annoncé aux membres de la rédaction que la liquidation du journal et de sa société éditrice, Société des Editions du Mékong, était engagée. La veille, les journalistes avaient entamé une grève suite au licenciement brutal de l'un d'eux, Soren Seelow. Ce dernier avait publié un article très détaillé sur le rapport de l'organisation environnementaliste Global Witness qui implique des proches du Premier ministre Hun Sen dans un trafic de bois. La publication de cet article a provoqué la colère de Philippe Monin et de la directrice du journal qui ont convoqué le journaliste, le 10 juin, pour lui signifier son licenciement.

Philippe Monin, par ailleurs conseiller de l'Agence française de développement (AFD) auprès du ministère cambodgien de l'Agriculture, avait expliqué à Soren Seelow que son article allait provoquer la colère des autorités et le plaçait en porte-à-faux.

Le gouvernement cambodgien a interdit la diffusion d'extraits de ce rapport, tandis que le frère du chef du gouvernement, Hun Neng, aurait déclaré que si une personne de Global Witness venait au Cambodge, il lui "taperait la tête jusqu'à la lui casser".

Dans un communiqué de presse en date du 13 juin, la rédaction du journal, en grève depuis deux jours, a dénoncé le licenciement sans préavis de Soren Seelow, les interventions sur la ligne éditoriale et le manque de perspective pour le titre.

Joint par Reporters sans frontières, Philippe Monin, actionnaire fondateur du journal, a refusé de faire des commentaires.

Depuis septembre 2006, une nouvelle directrice a été engagée par les administrateurs pour mener, selon les mots d'un journaliste basé au Cambodge qui a souhaité garder l'anonymat, une "entreprise de sabotage". Alors que la rédaction a récemment lancé, notamment avec le soutien de l'ambassade de France, de nouveaux projets tels qu'un site Internet (aujourd'hui mis hors service) et des pages spéciales pour couvrir le procès des Khmers rouges, la directrice aurait préféré affaiblir Cambodge Soir. Ainsi, le travail avec une régie publicitaire a été brutalement interrompu en décembre dernier.

Créé en 1995, ce journal franco-khmer était connu pour son indépendance de ton, par rapport à ses homologues lao et vietnamien. Malgré une circulation limitée (environ 2000 exemplaires) et des difficultés financières récurrentes, il a fortement marqué le paysage médiatique cambodgien et certaines de ses informations étaient reprises dans la presse en khmer.

Libellés : , ,

22 juin 2007

Le syndicat de la magistrature vous écrit

Partager
Je vous incite toutes et tous à lire ce document de 12 pages écrit par le Syndicat de la Magistrature. Il est d'une précision et d'une pédagogie éclairantes. Un document choc d'observations sur le projet de loi, porté par la garde des sceaux Rachida Dati, tendant à renforcer la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs.

Voici la conclustion de ce rapport :

Le Syndicat de la magistrature dénonce un projet de loi qui remet en cause certains principes fondamentaux de notre droit comme le principe de l’individualisation des peines, le principe de la nécessité des peines et la primauté de l’éducatif sur le répressif pour les mineurs.

Ce texte, en limitant le pouvoir d’appréciation des magistrats, affiche une défiance vis à vis du juge et de son office qui fragilise l’institution judiciaire dans sa mission de contrôle démocratique.

Depuis plusieurs années, les textes à visées répressives se sont accumulés sans que soit étudié ni leur impact sur le fonctionnement de la chaîne pénale ni leur pertinence en terme de prévention de la récidive.

Ce nouveau projet de loi s’inscrit dans cette inflation législative en faisant de l’enfermement le centre de la réponse pénale et du soin un outil banalisé.

L’inflation carcérale qui suivra l’application de cette nouvelle législation porte un modèle de société qui nous apparaît dangereux..

Libellés : ,

NON au ministère de l'immigration et de l'identité nationale

Partager

NON AU MINISTERE DE L’IMMIGRATION ET DE L’IDENTITE NATIONALE

Comme l’ont souligné les historiens démissionnaires des instances officielles de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, associer « immigration » et « identité nationale » dans un ministère n’a jamais eu de précédent dans l’histoire de la République : c’est, par un acte fondateur de cette présidence, inscrire l’immigration comme « problème » pour la France et les Français dans leur « être » même.

En tant que citoyens, ce rapprochement nous inquiète car il ne peut que renforcer les préjugés négatifs à l’égard des immigrés. De notre point de vue, l’identité nationale constitue, aujourd’hui, une synthèse du pluralisme et de la diversité des populations et ne saurait être fixée dans le périmètre d’un ministère.

Le décret du 31 mai 2007 qui définit les compétences de ce nouveau ministère montre, de surcroît, que les effets institutionnels dépassent la seule question de sa dénomination. Ainsi, ce ministère, qui détient en priorité des pouvoirs de police et de contrôle est aussi chargé de « promouvoir l’identité nationale » et de définir « une politique de la mémoire » dans le domaine de l’immigration. Il dispose d’une autorité complète et nouvelle sur l’asile politique et d’une autorité partagée sur une multitude d’administrations, y compris sur la « direction de la mémoire, du patrimoine et des archives » du ministère de la Défense. Cette confusion des rôles et des fonctions est inadmissible et inquiétante. Nous protestons énergiquement contre la dénomination et les pouvoirs dévolus à ce ministère et demandons solennellement au Président de la République de revenir à des choix plus conformes aux traditions démocratiques de la République française.

Signez la pétition en ligne

Libellés : ,

21 juin 2007

Fillon recadre Vanneste

Partager
Mardi, le Premier Ministre François Fillon s'est rendu à l'inauguration d'une usine dans le Nord. Il s'y rendait en compagnie de Christine Lagarde, fraichement ministre de l'économie. Mais sur place se trouvait également le député réélu, Christian Vanneste, connu pour avoir été condamné pour injures homophobes.Nicolas Sarkozy avait d'ailleurs affirmé il y a quelques mois que Vanneste ne serait réinvesti par l'UMP, promesse (une de plus) non tenue.

Ce qui est étonnant est que la veille de cette inauguration, François Fillon avait délégué un de ses représentants à Matignon pour recevoir des membres de l'interassociative lesbienne, gaie, bi et trans. Le porte-parole de l'Inter-LGBT, Alain Piriou s'est offusqué sur son blog de l'hypocrisie du chef du gouvernement.

Résultat : Christian Vanneste s'est vu disparaitre des photographies officielles relatant l'inauguration sur le site du Premier Ministre. Le tout de façon fort peu discrète. Décidément, les administrateurs de sites internet au sommet de l'Etat ont du mal à communiquer ...

Les détails de toute cette histoire sur le blog de Blogonautes.


Libellés : ,

Alliot-Marie et les joies du naturisme

Partager
Je suis en train de faire le tour des blogs des ministres du gouvernement de François Fillon. Ils ont la particularité de tous avoir de la pub google dessus. Alors forcément on tombe sur des petites perles. Comme avec le blog de Michèle Alliot-Marie. Notre ministre de l'Intérieur se retrouve avec en dessous de sa tête des pubs pour des avertisseurs de radar ou pour des guide de vacances naturistes.

D'ailleurs, qui a conçu tous ces blogs (ils sont tous identiques) ? Pourquoi y mettre de la pub ? Qui en récupère les bénéfices ? Les ministères ou bien une boite privée ?


Libellés : , ,

Messe de Requiem Opus 48

Partager
Vous connaissez maintenant ma passion pour le Requiem de Gabriel Fauré. Cette oeuvre est magique. Une messe des morts qui transpire le bonheur. Ce morceau est une libération face à la misère humaine. La montée en puissance du baryton me transporte à coup sûr vers les merveilles de l'intouchable. Le solo de la soprano montre que la pureté peut être musicale. Parce que j'aime partager, j'ai décidé de porter l'ensemble de ce Requiem sur ce blog. Peu nombreux seront ceux l'écoutant en intégralité, j'en suis conscient, mais si j'arrive à convertir ne serait-ce qu'une seule personne au génie de Gabriel Fauré, j'en serai satisfait.

Voici donc les sept épisodes du Requiem de Fauré, interprété par l'Orchestre symphonique de Berne dirigé par Michel Corboz. Soprano : Alain Clément, baryton : Philippe Huttenlocher.


Libellés : ,

20 juin 2007

Euh ... Claire Chazal ?

Partager
Décidément, les rédacteur du site Internet de l'Elysée aiment les coquilles. Je m'étais amusé du bégaiement de Nicolas Sarkozy dans une note suite au décès de Jean-Claude Brialy (pour info, la boulette a été enfin enlevée). Maintenant c'est la pauvre Claire Chazal qui voit nom mal orthographié.

Dans le communiqué fourni par l'Elysée, suite à l'interview de notre président de la république par les journalistes de TF1, la comparse de Patrick Poivre d'Arvor se voit attribuer un "e" excessif à deux reprises à la fin de son nom. Pas très clair, le webmaster de l'Elysée, a-t-il lui aussi monté 4 à 4 les marches du palais présidentiel ?

Libellés : , ,

Prix Press Club, humour et politique

Partager
Via Page2007. Pour le prix 2007 sont nominés :

- François Bayrou : Si je suis élu, rien ne changera en France”.
- Jean-Pierre Chevènement : “Hollande propose des Assises de la Gauche. Pourquoi des Assises ? La correctionnelle suffirait”.
- Patrick Devedjian : “Je suis pour un gouvernement d’ouverture, y compris aux Sarkozistes, c’est tout dire”.
- Arno Klarsfeld : Je ne suis pas un expert du 12ème arrondissement, mais je l’ai traversé quand j’ai couru le marathon de Paris”.
- Philippe de Villiers : “Quand on va m’entendre et que l’on va me voir, ça va se voir et ça va s’entendre”.
- François Bayrou : “J’ai été longtemps un jeune conformiste, et sans doute formiste était-il de trop”.
- François Hollande : “Jack Lang avait toutes les qualités pour briguer la Présidence de la République. C’est pour cela que je l’ai chaudement encouragé à se retirer”.
- Michèle Alliot-Marie : “La France, c’est la Tour Eiffel et Jacques Chirac”.
- Pascal Clément : “Je suis peut-être nul, mais le ministre, c’est moi”.
- Ségolène Royal : Qui vient sur la grande muraille, conquiert la bravitude”.
- Montfermeil”. Jean-Marie Le Pen répondant à la question : Si vous êtes élu Président, quel sera votre premier voyage à l’étranger ?
- François Baroin : “L’UMP est une formation jeune qui n’avait pas prévu qu’un des siens deviendrait président de la République”.
- François Goulard : “Avec un seul candidat, le choix est quand même plus restreint”.
- José Bové : “Le fait de m’incarcérer, à la rigueur, ça réglera le problème du QG de campagne”.
- Pierre Lellouche sur Ségolène Royal opposée à la construction d’un nouveau porte-avions : “La Royal a coulé la Marine”.
- Arnaud Montebourg : “Ségolène Royal n’a qu’un défaut, c’est son compagnon”.
- Jean-Pierre Raffarin : “Il vaut mieux un bilatéral approfondi qu’un multilatéral confus”.

Personnellement, j'ai forcément un faible pour la petite phrase de mon ex-camarade Montebourg. Pour rappel, voici les vainqueurs des dernières éditions :

- 2006 : “Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit” (Ségolène Royal)

- 2005 : “Je ne suis candidat à rien” (Nicolas Sarkozy)
et Prix Spécial du Jury pour Valéry Giscard d’Estaing pour l’ensemble de son œuvre et notamment pour ces deux phrases au sujet du projet de Constitution européenne : “C’est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit : je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai écrit” et “C’est une bonne idée d’avoir choisi le référendum, à condition que la réponse soit oui”.
- 2004 : “Je n’imagine pas un instant cette île séparée du continent” (Jean-Louis Debré à propos de la Corse)
et Prix Spécial du Jury : “Cela pourrait faire un film dont le titre serait Mamère Noël est une ordure” (Michel Charasse, après le mariage homosexuel de Begles)
- 2003 : “Villepin fait tout, je fais le reste” (Renaud Muselier)
et Prix spécial à Jean-Pierre Raffarin pour un an de raffarinades.

Libellés : ,

Rupture : ministre en examen

Partager
Nicolas Sarkozy nous promettait la rupture. En voila un bel exemple.

En 1992 Piere Bérégovoy, alors permier ministre, demande à l'un de ses ministres, Bernard Tapie, de démissionner de son ministère de la ville suite à sa mise en examen. Edouard Balladur reprendra cette jurisprudence en appliquant la même règle pour les ministres Michel Roussin, Alain Carignon et Gérard Longuet. Lionel Jospin ne s'en démarquera pas, et vaudra à Dominique Strauss-Kahn la perte de son poste de ministre de l'économie et des finances, bien que blanchi par la suite pour son implication dans l'affaire de la MNEF. Jean-Pierre Raffarin perdra de son premier gouernement son ministre délégué aux affaires européennes, Renaud Donnedieu de Vabres, et de son second gouvernement le secrétaire d'état chargé des prisons, Pierre Bédier.

Mais voila, avec Nicolas Sarkozy comme président de la république et François Fillon comme premier ministre, oublions cette morale, à mes yeux importante pour évacuer l'image des politiciens véreux aux yeux de nos concitoyens. Entre donc au gouvernement le fumeux André Santini comme secrétaire d'état chargé de la fonction publique. Alors que ledit Monsieur Santini a été mis en examen en 2006 pour "complicité de détournement de fonds publics" dans l'affaire dite "Affaire Hamon". Certes André Santini est présumé innocent, jusqu'à la tenue de procès et une éventuelle condamnation ou relaxe. Cependant on peut se poser des questions quant à la possiblité de cumuler un tel secrétariat d'état et une telle mise en examen. L'indépendance de la justice risque de battre de l'aile. Et cette nomination ne fait rien pour redorer l'image de la politique et de leurs acteurs. Le renouvellement. La rupture. La morale. De bien belles paroles. De bien beaux mensonges.

Libellés : , ,

Le joggeur Sarkozy essouflé ?

Partager
On apprend dans Le Parisien cette révélation suite à la vidéo montrant Nicolas Sarkozy dans un état second au sommet du G8 (cf. cette note). Voici ce que déclare notre Président de la République comme justification : « J'étais en retard, j'ai donc monté les escaliers quatre à quatre, raconte-t-il. Je n'avais rien de particulier à dire. J'ai donc demandé s'il y avait des questions. Je ne bois pas une goutte d'alcool. Je n'ai pas de mérite : je n'aime pas cela ». Et pour faire passer la pilule, on nous raconte que la vidéo a provoqué une hilarité chez Cécilia et deux de ses enfants.

Nan mais franchement, vous y croyez vous à notre super Président essouflé alors qu'il passe son temps à faire du jogging ? Allez, je sais, je trouverai toujours un ou deux sarkozystes (qui diront ne pas l'être) affirmant que la course de fond se n'est pas pareil qu'un sprint dans des escaliers. Mais de là à perdre totalement son souffle, à lui donner un air groggy, à le faire bégayer et à le faire paraître ridicule au regard des journalistes présents, un peu de tenue tout de même ! En ayant 30 minutes de retard, il aurait pu se permettre 30 secondes de plus. Ne nous prenez pas pour des idiots ...

Libellés :

19 juin 2007

Gouvernement Fillon 2 : Secret Story

Partager
J'adore ce nouveau gouvernement mis en place par François Fillon. Je ne vais pas me prêter à une analyse politique. Je vais décrypter les petits secrets de chaque nomination. Vous êtes prêt ?

Jean-Louis Borloo : ou comment faire passer la pilule d'une rétrogadation comme une promotion. Pour cela, vous lui accordez le titre de ministre d'Etat et le placez numéro 2 dans la hiérarchie gouvernementale. Parce franchement, entre l'écologie et l'économie, il n'y a pas photo ! Mais pour le gogo de TF1, on va lui apprendre que Borloo a fondé "Génération Ecologie" avec (le perdu de vue (ouh ouh Jacques Pradel ?)) Brice Lalonde. Et donc qu'il est très sensible aux questions écologiques. Blablabla ...

Michèle Alliot-Marie : je suis sûr qu'elle va être très bien à l'Intérieur, se faire discrète et efficace afin de se positionner pour piquer la place de Fillon lors du prochain remaniement ministériel.

Bernard Kouchner : un atlantiste qui sera aux ordres de Sarkozy. On peut craindre le pire pour la diplomatie française comme je le racontais récemment dans une note.

Christine Lagarde : la plus belle promotion mais qui va donner des migraines aux fonctionnaires de bercy. Une femme de poigne et autoritaire. Une culture du mérite et du résultat à l'américaine. Première femme ministre de l'économie, elle se servira (et sera utilisée) de sa féminité pour ne pas trop fâcher les syndicats.

Brice Hortefeux : son ministère de l'immigration et de l'identité nationale devra être suivi avec attention, tellement les risques de restriction des libertés sont nombreux.

Rachida Dati : une femme de caractère dont les mesures risquent de la rendre très rapidement impopulaire, et notamment les peines plancher ou la suppression de la majorité pénale.

Michel Barnier : il fallait caser un chiraquien quelque part, alors autant utiliser le meilleur d'entre eux, suite au départ d'Alain Juppé. Et vu que Barnier semble assez fin connaisseur des questions européennes, il s'occupera notamment de la réforme de la PAC.

Xavier Bertrand : no comment, sinon qu'il est l'un des fidèles de Sarkozy.

Xavier Darcos et Valérie Pécresse : RAS, on verra leur projet de réforme de l'éducation nationale et des universités.

Hervé Morin et Valérie Letard : pour que les ralliés ex-centristes ferment leur clapet, on leur donne des maroquins. Bonne figuration à eux-deux !

Roselyne Bachelot : un personnage très agaçant, mais
la franchise médicale et la vision purement financière de la politique de santé en font un serieux adversaire au droit pour tous de se soigner. Prometteuse de buzz sur Internet tellement chacune de ses sorties est assortie d'une bourde.

Christine Boutin et Fadela Amara : un duo explosif de personnes qui n'ont rien en commun. L'Opus Dei confronté à Ni Putes Ni Soumises. Je connais un certain Julien Dray qui doit se tirer les derniers cheveux. Ou comment propulser sur le devant de la scène une amie pour qu'elle vous trahisse pour un secrétariat d'état. Le PS a de sérieuses questions à se poser quant à la fidélité de ses associations amies. Je crains que Amara ne soit l'Azouz Beggag du gouvernement Fillon.

Christine Albanel : le physique de Chantal Goya avec la voix de Douste-Blazy (cf. photo chez Rémi).

Eric Woerth : devra faire oublier sa boulette sur la déduction des intérêts d'emprunts immobiliers.

Roger Karoutchi, Alain Marleix et Luc Chatel : no comment.

Laurent Wauquiez : le quota "jeune aux dents longues".

Jean-Pierre Jouyet, Jean-Marie Bockel et Eric Besson : les transfuges du PS, rêvant de leur destin personnel et trouvant en Nicolas Sarkozy un horizon pour leurs carrières personnelles. Ils seront inaudibles et les mains liées mais vous diront le contraire.

Dominique Bussereau : le quota "faire plaisir à Raffarin".

Nathalie Kosciusko-Morizet : le quota "jeune plante fille-à-papa".

Christian Estrosi : euh ... quota motard ?

André Santini : auto-proclamé comique du gouvernement et grande gueule sénile, il ne sert qu'à permettre à son suppléant, Frédéric Lefebvre, proche de Nicolas Sarkozy, de sièger à l'Assemblée Nationale.

Hervé Novelli : un ancien du Front National, lobbyiste reconnu, il est là pour satisfaire les libéraux, oubliés du premier gouvernement de François Fillon.

Rama Yade : une jeune femme noire ne peut qu'être secrétaire d'état à la francophonie, sinon ça se saurait. Petit conseil à sa destination : faire du media-training, car elle s'est ridiculisée dimanche soir sur les plateaux de TV.

Bernard Laporte : la nomination la plus ridicule de ce gouvernement. Pour lui il est plus important de servir l'équipe de France de rugby que la France. Cela montre son attachement à la République. Si Roselyne Bachelot peut se passr de lui jusqu'à la fin de la coupe du monde, ne le peut-elle après ?

Libellés : , ,

Bill Gates joue au Loto

Partager
Sous ce titre un peu ridicule je le concède, un coup de gueule. 10 blogs relaient un jeu. Jusque là rien d'anormal. On joue en racontant ses pires vacances. On peut trouver ça drôle comme idée. Et on gagne une semaine de vacances dans un hôtel semble-t-il fort sympathique au regard des photos. Le hic est que cet hôtel se situe à Bali et que le gagnant ne gagne pas le voyage. Autrement dit vous payez le billet d'avion. Hors le prix d'un aller-retour commence à 900€ pour le billet le moins cher. Sachant que le prix est valable pour deux personnes, il faut débourser presque 2000€, si l'on ajoute les taxes d'aéroport et autres conneries pour gagner ce concours. Sachant que la nuit dans cet hôtel est d'environ 200$, le prix revient à un investissement de 1400 dollars par l'organisateur, soit un peu plus de 1000 euros. Autrement dit, vous déboursez deux fois le prix du cadeau pour y avoir accès. Oui oui, c'est comme si pour gagner la super-cagnotte de 15 millions d'euros au Loto, vous deviez en débourser 30 pour avoir accès à votre gain.

Donc, les bloggeurs (dont certains fort sympathiques pour les connaître) Julio, Guim, Raphaël, Damien, Gonzague, Eric, Cedric, Greg, Fred et Laurence me proposent de participer à un je dont je ne peux avoir accès au prix. Et au passage, si je gagne via tel bloggeur, ledit propriétaire de ce blog gagne aussi 7 nuitées.

La nouvelle communication du Web2.0 : proposer des lots pour des lecteurs ultra-ciblés, au mépris des autres. Pour et uniquement pour faire de la pub à un hotel. Quelle tristesse, l'esprit d'Internet se perd ...

Libellés :

18 juin 2007

Lewis Hamilton, un génie ?

Partager
Il n'a que 22 ans. Il est le premier pilote noir à participer aux championnat du monde de Formule 1. Il tient son nom de l'athlète Carl Lewis. Son père a cumulé les petits boulots pour finaner la passion de son fils. Il est le premier débutant à avoir été présent sur les podium des 7 premiers Grand Prix. Il est le premier débutant à être premier du championnat, et avoir remporté deux Grands Prix.

A l'âge de 9 ans, il demande au patron de l'écurie McLaren, Ron Dennis, de piloter l'un de ses bolides. Il signera son premier contrat avec ce découreur de talent à 13ans. Ron Dennis lui fera la promesse de lui "offrir" une nouvelle voiture à chaque fois qu'il remportera un championnat. Chaque année, il remportera les titres, cumulant les exploits.

Une star est née au Royaume-Uni, Lewis Hamilton devient l'un des anglais les plus populaires et les plus adorés. Et j'imagine qu'il ne va pas s'arrêter là ...

Libellés :

Valérie Trierweiler, Madame Hollande ?

Partager
Il ya presque 2 ans, je publiais sur mon blog une note concernant Anne Fulda, en titrant : "Anne Fulda, future Mme Sarkozy ?" C'est marrant comme rien ne change. Maintenant, c'est François Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste, a qui l'on prête une relation avec Valérie Trierweiler, journaliste à Paris Match. Certes François Hollande a toujours été plutôt discret sur sa vie privée, cependant cela ne l'a pas empêché de médiatiser la naissance de sa fille Flora, sous les caméras de télévision et les flashes du photographe de ... Paris Match, invités par Ségolène Royal.

A tous ceux qui pensent que médiatiser leur vie familiale à un moment de leur carrière politique ne peut leur faire du mal, qu'ils acceptent le retour du bâton. L'absence de frontière entre vie publique et vie privée, ce sont eux qui l'ont construite. Qu'ils n'essaient pas de vouloir la rebâtir à coup de morale bienpensante et de procès en diffamation. En attendant, je souhaite beaucoup de bonheur à Valérie Trierweiler et François Hollande ...

Libellés : , ,

Des ronds, des ronds, petit patapon

Partager
Chemins ferrés

Solaire

Libellés : ,

17 juin 2007

4 députés MoDem à l'Assemblée Nationale

Partager
On annonçait François Bayrou comme seul député du Mouvement Démocrate au soir de ce scrutin du second tour des élections législatives du 17 Juin. Il fait en effet le meilleur score des candidats MoDem avec 61,21% des scrutins des électeurs de la 2ème circonscription des Pyrénes Atlantiques.

Abdoulatifou Aly réalise le second score le plus élevé avec 56,29% des suffrages exprimés à Mayotte. Egalement Thierry Benoît qui rassemble 55,09% des électeurs de la 6ème circonscription d'Ille-et-Vilaine face à sa rivale UMP. Enfin Jean Lassalle parvient à garder son mandat à l'issue d'une triangulaire dans la 4ème circonscritpion des Pyrénées Atlantiques.

Abdoulatifou Aly, François Bayrou, Thierry Benoît et Jean Lasalle : quatre députés pour incarner le pluralisme et la diversité à l'Assemblée Nationale.

Libellés : ,

Ségolène Royal et François Hollande séparés

Partager
Royal et Hollande ne sont plus ensemble. La fin du couple Ségolène et François. C'est Elise Lucet qui l'annonce sur le plateau de France 2. Au détour d'une phrase. Et qui demande à Laurent Fabius et Jean-Luc Mélanchon leur avis. Et ce serait Ségolène Royal elle-même qui l'annonce, et le révèlerait officiellement demain. Tout ça serait évoqué dans un livre "Les coulisses d'une défaite" à paraître mercredi, écrit par les journalistes de l'AFP Christine Courcol et Thierry Masure. Information révélée avec l'accord de Ségolène Royal dès ce soir.

Qu'est-ce que cette communication de la part de Ségolène Royal ? Pourquoi ne pas plutôt parler des 47 circonscriptions qui basculent de la droite vers la gauche ? Ou de la défaite du ministre d'Etat Alain Juppé ? Royal veut se démarquer de son ex-compagnon, pour prendre la tête du Parti Socialiste. Mais à quel prix ? Le risque de voir passer outre le relatif bon score de la gauche, au regard des prévisions. Et voila : on va s'en foutre de la vaguelette bleue. On va s'en foutre de ce non tsunami bleu. On va s'en foutre de cette abstention massive. On va se foutre de tout. Seul importe la vie privée. Et le destin personnel de Madame Royal. Pauvres socialistes. Je vous plains sincèrement. J'espère honnêtement que vous réussirez à mettre une autre personne à la tête du PS. Maintenant en route pour la compétition au poste de premier secrétaire. les problèmes de la France et des français pourront attendre. Peu importe le fond. La politique maintenant c'est : Dallas !

Libellés : ,

A droite ?

Partager
J'ai voté. Pas pour Roxane Decorte. Je n'en dirai pas plus.

Ecoutez plutôt de la musique. La flûte enchantée de Mozart Pour s'habituer au pipeau.


Libellés : ,

16 juin 2007

Mon père

Partager
J'ai participé au concours Run and Blog, organisé par Fred de Mai. Le principe : envoyer un texte, une photo, une vidéo autour du jogging. Pour un non-sportif comme moi, le sujet était difficile. mais j'ai laissé courir mes doigts sur mon clavier. Et voici le résultat, dont je suis assez satisfait. N'oubliez surtout pas d'écouter la musique ci-dessous en lisant ce texte ...



Mon père

Vendredi matin, 5 heures, la faible sonnerie de ma montre retentit. Machinalement mes bras se tendent au-dessus de ma tête pour ouvrir le rideau noir de ma fenêtre. Les deux paupières ouvertes, me voilà habitué à l’obscurité de ma chambre de bonne. Comme tous les matins, silence profond dans la résidence tout comme à l’extérieur. Café froid de la veille ingurgité. Pull et short enfilés, mes Adidas lacées. Personne dans les escaliers. La douce fraîcheur automnale finit de m’éveiller. Le bitume commence à défiler sous mes enjambées. Quelques minutes de course et l’odeur de la vase annonce l’arrivée au port. Le Requiem de Fauré dans les écouteurs atténue le bruit des sifflements du vent dans les cordages. Trente minutes de sérénité, seul à courir le long des voiliers puis des rochers, sur le chemin des douaniers. Après les étirements dans la crique déserte, le retour à la ville, même tracé, en sens inverse. Fauré laisse place à la voix encore endormie du journaliste de la première radio nationale d’informations. La ville se réveille doucement, une vitrine de boulangerie qui s’allume. Des travailleurs matinaux dans leur voiture. Des lumières au travers des fenêtres.

Je me souviens. Mon père m’a donné cette envie. Courir. Courir. Ne pas s’arrêter. Je me souviens. Notre premier footing. Un vendredi matin à la première heure. Je me souviens. Mon père regardant la veille Patrick Poivre d’Arvor dans son écran. Je me souviens. Cette image du nouveau président faisant son footing. Je me souviens de ce père oublié depuis. Maintenant un inconnu. J’avais 11 ans à cette époque. Il m’avait dit Sarko a raison il faut une têt remplie dans un corps sain. Et avait ressorti son vieux cycliste noir. Posées ces chaussures de sport prêt de la porte d’entrée. Encore pleines de terre, ne lui servant que pour le jardinage. La cinquantaine approchant, un embonpoint perçait. Et le lendemain, avant d’aller à l’école, nous avions couru 30 minutes. Pendant tout le trajet, il ne prononça mot. A son habitude. Un père absent et muet. Nous avions emprunté le chemin des douaniers. J’ai de suite aimé cette solitude. Ce face-à-face avec le vent. Ce duel du pied gauche contre le droit. Cette frénésie du toujours plus vite. Ce ralenti de l’arrivée.

J’arrive à ma résidence universitaire. Non, cette larme n’est pas pour toi, mon père. Je n’ai pas pleuré quand tu es mort emporté par un arrêt cardiaque. Comme 3000 autres personnes cette année-là pendant leur footing. Le président avait lancé une mode. Mais eux n’avaient pas cinq médecins à temps plein veillant sur leurs encéphalogrammes, scanners et IRM. Toi tu avais suivi une mode. Le ministre de la santé avait dû lancer un spot télévisuel. La paranoïa avait envahi les sportifs du dimanche. Et du jour au lendemain, je me suis retrouvé seul ou presque à courir. Dix ans que tu as disparu, mon père. Emporté par le mimétisme. Notre président maintenant ne court plus. Mauvais pour ses genoux a annoncé son bulletin de santé. Mauvais pour son image ont avoué à demi mots ses communicants.

Moi j’ai continué à multiplier les foulées. Mes amis se moquent derrière leurs sarkoburgers, le nouveau sandwich de Quick. C’est la première fois que je repense à toi, mon père. Mais dès ma douche prise, je sais que je t’aurai à nouveau oublié. Ce grand inconnu. Qui m’a seulement appris à courir.

Paris, le 16 Juin 2007.
Mon père, Luc Mandret


Libellés : ,