]]>

16 mars 2008

François Bayrou battu à Pau, quel avenir pour le MoDem ?

Partager
Il fallait s'y attendre, François Bayrou, le leader du MoDem, battu aux élections municipales à Pau. Martine Lignières-Cassou, la candidate socialiste devrait s'installer dans le fauteuil de maire de Pau. Avec presque 34% au premier tour pour la liste PS, contre seulement 32,6% pour la liste du Mouvement Démocrate, le résultat était attendu.

François Bayrou misait gros avec sa candidature aux municipales. Bien que les résultats devraient être serrés, et un écart de quelques centaines (dizaines ?) de voix devrait séparer les deux prétendants les plus sérieux.

Quel avenir pour le Mouvement Démocrate ? Quel avenir pour François Bayrou ? L'un et l'autre semble lié.

François Bayrou croit en son destin. Il a déclaré lui-même en 2001 qu'il serait candidat en 2002, qu'il ferait un score à deux chiffres en 2007 et serait président en 2012. Pour lui, un seul objectif : les présidentielles de 2012.

Désormais, le Mouvement Démocrate va devoir bosser. S'ouvrir vers la construction d'un véritable projet. Cesser les discours inaudibles. Ne plus se positionner sur du cas par cas. Mais se positionner avec un véritable projet de société, un programme économique sérieux, chiffré et cohérent. Etre une force de proposition face à la droite UMP, ce que ne fait pas le PS.

Le Mouvement Démocrate, si il veut exister médiatiquement, va devoir réfléchir à une communication sérieuse, innovante et originale. Et ne pas laisser uniquement François Bayrou et Marielle de Sarnez occuper toute la place médiatique.

Il est nécessaire que les cadres du MoDem, traditionnellement de centre droit, comprennent que la base militante de ce parti se compose plutôt de militants de centre gauche. Avec un PS incohérent, faisant le grand écart entre qui d'extrême gauche et qui de centre droit, le MoDem peut si il désire trouver un boulevard sur le centre gauche.

Libellés : ,

17 Commentaires:

Anonymous Nick Carraway dit ...

Pas sûr encore, ça se joue à 400 voix... !

16 mars, 2008 19:19  
Anonymous Antonin dit ...

D'accord avec toi Luc.

Ces fins de municipales sont très décevantes.

Entre une De Sarnez qui a été incapable de négocier à Paris et un Bayrou qui a pris le risque de se faire déglinguer en se présentant à Pau... On est pas gâté.

16 mars, 2008 21:14  
Blogger marc dit ...

je n'avais pas encore eu le temps de te lire... je constate qu'on a la même qestion à 20h41...
salut Luc

16 mars, 2008 21:25  
Anonymous Ciprio dit ...

Je me félicite de voir qu'au sein du mouvement démocrate malgrès les positionnements plus qu'inaudibles de nos dirigants (malheureusement...), des personnes comme vous aient la ovlonté d'avancer

Bon courrage à vous !

Surtout ne lachez pas !

16 mars, 2008 22:29  
Anonymous Anonyme dit ...

Bravo ! Brillante réflexion. J'ai fait ce soir la même analyse.

La politique de Bayrou de ménager ses amis d'hier qui l'ont encore mollement soutenu parce qu'il les a ménagés (au congrès de Villepinte, par exemple) ne semble pas porter ses fruits. D'ailleurs, je parie que nombreux vont s'empresser de le désavouer, de convoiter sa place, en attendant de rejoindre l'U.M.P. quand celle-ci ira mieux)

Le P.S. fait le plein d'élus en n'ayant toujours aucun programme sur le plan national, et profite comme d'habitude du vote sanction, du voter contre, sans que les gens ne sachent où ça va encore les mener. (le vote = seul et unique moyen d'expression)

Nous avons un besoin urgent de voir monter de nouveaux cadres au MoDem (Quitterie Delmas ? D'autres, du sang neuf...). Nous devons proposer un vrai projet pour la France pour ces prochaines années : + de justice sociale, la France s'appauvrit (les temps partiels et les travailleurs pauvres ont été multipliés par 4, on voit apparaître des travailleurs très pauvres, des retraités finiront SDF par manque de moyens...), les Français ont une réelle attente par rapport à tous ces sujets préoccupants... auxquelles la gauche n'a aucune solution à proposer si ce n'est des promesses encore démagos et infinançables...

16 mars, 2008 23:00  
Blogger Marion dit ...

Pour l'instant le Modem n'était qu'une plateforme pour l'objectif de François Bayrou.
Echec personnel et échec politique.

En effet le Modem doit rapidement créer un véritable projet de société en se souciant de sa base, et ne pas seulement faire du positionnement cas par cas, au gré des ententes entre cadres.

Toutefois je doute qu'attendre le "délitement" de la gauche pour trouver un "boulevard" sur le centre gauche soit véritablement judicieux...
Régulièrement on dit le PS mort (ça a d'ailleurs fait nombre de couv' de Marianne depuis Septembre, pas franchement pertinentes, un peu redondantes également, mais nous connaissans l'engagement de JF Kahn).

Nous verrons au prochain congrès PS comment va évoluer notre projet, et qui sera notre premier secrétaire, mais le PS penche beaucoup plus sur le centre gauche, la social démocratie (même si le mot est un peu tabou chez nous). Cela s'illustre avec les premiers secrétaires potentiels (Royal, Mosco, Dray) qui sont loin d'être d'affreux gauchistes, et la disqualification de la vieille gauche (Fabius, Mélanchon).
Sur cette position du PS, ce sera difficile pour le Modem si il se limite à profiter de l'absence de la gauche. J'éspère que le Modem saura faire autre chose que trouver des boulevards éléctoraux et médiatiques pour se forger, en l'occurence contre le gauche, et qu'il saura le faire sur un vrai projet. C'est encore loind d'être le cas.

17 mars, 2008 08:01  
Blogger Rémi Bazillier dit ...

Pas à une incohérence prête Lancelot!
"Avec un PS incohérent, faisant le grand écart entre qui d'extrême gauche et qui de centre droit"

Parceque la stratégie d'alliance du MODEM tantôt à Gauche, tantôt à Droite (à signaler les beaux succès de l'alliance à toulouse et metz...), ce n'est pas incohérent?

Au fait, tu penses quoi de la réelection de Jean Tiberi?

17 mars, 2008 11:22  
Anonymous MIP dit ...

Mon constat est proche du tien tant sur la clarté des alliances, sur la nécessité d'un projet solide que sur le renouvellement.
Ma note sera en ligne bientôt.
Bises

17 mars, 2008 11:31  
Anonymous Nouch dit ...

Je suis dégoûtée de l'attitude du modem... ni de droite, ni de gauche, pas de consignes nationale, soit disant un choix au cas par cas en fonction des programmes locaux. Le fait que Meyer se maintienne assurait la victoire à Tibéri... Si vraiment le modem avait réfléchi au bien être des habitants du 5eme, jamais il n'aurait fait en sortes de favoriser la victoire de Tibéri...
C'était juste un acte de vengeance de Marielle de Sarnez à l'encontre de Delanoë... La seule et unique façon dont les positions ont été prises, c'est en fonction de la victoire possible. La soif du pouvoir, c'est tout ce qui guide le modem.

17 mars, 2008 13:22  
Blogger Simon dit ...

Putain, ben pour un parti suranné, le PS s'en sort pas mal, non ?
J'aime beaucoup cette dénonciation d'un PS qui fleurte avec l'extrême gauche, Luc, dis moi, tu as pas été NPS un petit peu ?

Bon, l'ironie facile étant passée ... Bayrou, c'était gagne ou crève. Nous sommews dans des élections à 2 tours, et quand il y a un troisième larron qui se pointe, soit il réussi son coup, soit les 2 autres ne le ratent pas une fois leur duel perdu. Dur, mais c'est la vie.

Tu parles de rebondir. c'est vrai, c'est possible. Mais Bayrou s'annonçait au 2e tour des pésidentielle, échec, il pariait sur un groupe parlementaire, ils ne sont plus que 3 députés MoDem, il voulait être maire de Pau, il a perdu. En l'occurence, l'ancien ministre de Balladur critiquant la loi électorale hier, c'était aussi plaisant à voir qu'un supporter de l'OM râlant contre l'arbitre après une défaite, c'est à dire exaspérant.

En un sens, l'échec de Bayrou est dommage (même si je ne vais pas te le cacher, je l'ai fêté autant voir plus que les autres, tu comprends, on est d'autant plus heureux qu'on a eu peur). Pour le MoDem, ça va être dur, maintenant. Il n'a pas beaucoup d'élu, encore moins de grands élus (même le Nouveau Centre risquerait de passer pour un parti de masse à côté, c'est dire). Il a fait des alliances parfois, tantôt à gauche, tantôt à droite, pas toujours victorieuse (Toulouse) ou pertinente (Dijon, tu vas pas me dire que maintenant tu kiffe Rebs' ?). Sauf que ces élus, qu'auront ils en commun, dans 2 ou 3 ans ? Je doute qu'il reste grand chose ...

Dans une vieille terre UDF comme le Rhône, le MoDem perd 4 cantons. Mercier, qui réfléchissait déjà, doit encore plus cogiter. Mais la question se pose : pour mener campagne, il faut des relais. Non inscrit à l'assemblée, un groupe au Sénat qui risque de disparaitre (on prend les paris), plus que quelques villes (personne n'en a parlé, ce qui est insultant, mais le MoDem prend Mont de Marsan), et peut être un conseil général géré avec la droite. Sans parler de Cornillet qui a lancé les hostilités ce matin ...

Oui, le MoDem est mal au point. Dommage pour les idées qu'il défendait. Mais trop de tactique tue la tactique ...

17 mars, 2008 15:13  
Blogger Lancelot dit ...

Quelques remarques en vrac.

Sur Meyer : oui je pense qu'il aurait fallu que le MoDem fusionne avec le PS. Mais aux socialistes donneurs de leçon : pourquoi ne dites vous pas la même chose de Delanoë ? Que sa seule posture stratégique a empêché cela, au péril de redonner le 5ème à Tibéri ? J'aimerais vous voir aussi critique sur votre parti que je peux l'être sur le MoDem ...


PS vs MoDem. Oui, je pense que le PS n'a pas fini de faire le grand écart, et c'est même là sa seule survie économique. Seulement, je n'ai aucune envie (pour le moment) d'y retourner. Et oui, je pense qu'il y a un boulevard pour le MoDem au centre-centre gauche.

(au passage, Simon, non je n'ai jamais été NPS, tu es mal renseigné)

Mais je reviendrai sur tous ces sujets :)

17 mars, 2008 15:38  
Anonymous Laurent dit ...

Luc, pourquoi le PS aurait-ils fusionné avec le MoDem ? Avec un parti qu'il n'est pas capable de cerner, de savoir s'il va suivre la politique du PS ou contrer systématiquement les projets municipaux ? Comment cerner des alliés de la droite ou de la gauche (ça dépend qui qui gagne) alors même que les projets socialistes et de droites sont, relativement, nationaux.

Autant je peux être critique sur le PS, sa lâcheté à rejeter l'extrême gauche (pas sur Paris, mais en général), critique sur certaines des listes présentés aux élections (là par contre, c'est sur Paris), leur position du le cumul des mandats, autant je trouve que le rejet du MoDem est, dans l'état actuel de ce parti, normal, logique et sein pour la gauche (n'en déplaise à Royal).

Je comprends la déception des militants qui font la force de ce parti, que je trouve personnellement censés, intéressants, enthousiastes et plutôt humanistes, autant la tête du MoDem, son organisation ne me convient pour le moment pas.

Lâchez du lest, virez les boulets de l'UDF, faîtes vos listes et désignez, vous les militants, vos propres représentants et ensuite on reparle du positionnement socialiste. Pour le moment, les résultats me conviennent très largement.

Notez, et là ça concerne aussi bien le PS, les Verts que le MoDem, que je déteste le principe de faire un premier tour avec des listes séparés pour fusionner ensuite. C'est navrant et ça définit très mal le positionnement de cette liste au second tour.

Pour finir, personnellement je trouve les résultats du MoDem pas si mauvais vu que ce parti n'a que quelques mois d'existence.

PS : bravo à Voynet qui emporte, contre le PS, la ville de Montreuil. La preuve que le choix des militants (les sections PS avaient choisi de rallier D. Voynet ) est parfois le meilleur !

17 mars, 2008 16:51  
Anonymous Jujupiter dit ...

Francois Bayrou et le MoDem, c'est LA deception politique de ces 10 derniers mois.

Un score encourageant mais pas efficace a la presidentielle, une debacle aux legislatives et un bordel suicidaire aux municipales. Cette "strategie" aux dernieres elections qui consistait a se donner au vainqueur annonce, qu'il soit de gauche ou de droite, qu'il ait un programme interessant ou non, n'a fait que donner aux electeurs l'image d'un MoDem opportuniste.

Je pense que Bertrand Delanoe a eu raison de ne pas s'allier au MoDem. D'une part tout simplement parce que cela lui permet de se demarquer de Segolene Royal a ce sujet, d'autre part parce que le MoDem ne jouit plus du tout de la dynamique qu'il avait entraine lors de la presidentielle (qui etait du, entre autres, a la campagne de Segolene Royal) et, plus serieusement, parce que le MoDem ne represente aucune ideologie et aucun projet.

J'avais vote Bayrou le 22 avril en esperant qu'il briserait le schema politique actuel dans lequel je ne me retrouvais pas et qu'il ferait emerger une nouvelle politique liberee des clivages et des "reflexes" politiques et ideologiques. Mais rien de tout ca n'est arrive. Bayrou peut continuer de croire en 2012 s'il veut, mais il est difficile de construire avec du vide.

17 mars, 2008 17:14  
Anonymous steph dit ...

Pire encore que ne pas avoir d'élus, c'est croire que les militants suivront la statue du commandeur sans broncher...

Personnellement, je n'ai pas milité pour le MoDem aux législatives pour me retrouver à défendre aux municipales un parti de girouettes et d'opprtunistes.

"Ni supplétif, ni girouette", tel aurait du être notre crédo (et par conséquent il fallait clairement afficher notre indépendance!) Au lieu de cela, la stratégie désastreuse du cas par cas sonne le glas de l'euphorie utopique militante pour donner dans le soit disant pragmatisme politique qui n'est rien d'autre que de l'opportunisme habillé de sémantique.

Allez demander au quidam ce qu'il pense du MoDem aujourd'hui... ce n'est guère brillant !

Je pense par conséquent que le nombre de militant MoDem va désormais commencer à décroître.

Qui plus est, j'ai fini par entendre ce que vous disiez il y a quelques temps : Bayrou n'aurait jamais du se présenter tête de liste, simplement parce qu'il était déjà député (et le non cumul, c'était dans son programme présidentiel)... S'il avait ne serait-ce que pousser un jeune en le coachant et en étant sur sa liste, là, cela aurait eu du panache !

17 mars, 2008 17:32  
Blogger Dagrouik dit ...

Désormais, le [put your Party name Here] va devoir bosser. S'ouvrir vers la construction d'un véritable projet. Cesser les discours inaudibles. Ne plus se positionner sur du cas par cas. Mais se positionner avec un véritable projet de société, un programme économique sérieux, chiffré et cohérent. Etre une force de proposition face à la droite UMP

Luc, tu vois on peut faire la même chose pour le PS. Et nous allons le faire. Nous avons deux ans, loin des critiques des furoncles médiatiques comme Apathie et des remarques idiotes des adeptes des diné-z-en-ville pour élites déconnectées des réalités.

Pour le grand écart supposé du PS avec l'extrême gauche j'aimerai bien qu'un jour on me QUANTIFIE ce truc de manière fiable. Mélenchon que tu aimes bien, est seul ou presque. Et un jour on parlera des "gauchistes" du PS, sache que ce qualificatif on me l'a collé encore récemment. Cela prouve la connerie de la chose :o)

Quand aux vrais gauchistes, qu'on les laisse s'exciter: ils ne pourront jamais avoir une offre nationale : le fonctionnement en mode "secte" ou "entre gens qui pensent la même chose" ça ne marche pas l'échelon national sauf à faire dans le culte de la personnalité : Arlette, Facteur etc..

17 mars, 2008 17:40  
Anonymous Anonyme dit ...

http://lespenseesdemarianne.hautetfort.com/

Alors, on pleure ?

http://lespenseesdemarianne.hautetfort.com/

17 mars, 2008 19:17  
Blogger Simon dit ...

Ah, merde, je croyais ... RM ?

18 mars, 2008 15:26  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home