]]>

31 mars 2008

Monsieur et Madame Mucoviscidose ont un fils ...

Partager
"Y en a eu des gagnants : Jenifer, Nolwenn, Elodie Fréger, mucoviscidose et l'amicale Magali !". Pour cette phrase prononcée dans émission de Laurent Ruquier, l'humoriste Frédéric Martin a été condamné à verser 2000 euros de dommages et intérêts à la famille de Grégory Lemarchal. Grégory Lemarchal, gagnant de la Star Academy en 2004, décédé en avril 2007 de la mucoviscidose. Condamné pour "injure en raison d'un handicap".

En effet, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse a été modifiée en 2004 et prévoit des peines allant jusqu'à six mois d'emprisonnement et 22.500 euros d'amende pour injure en raison d'un handicap.

Cependant, la lecture de cette condamnation m'horrifie. Condamnation pour une blague. Peu importe que la blague soit drôle, ou pas. Qu'elle soit de mauvais goût, ou pas. Qui peut le juger ? Car il s'agit bien d'une blague, prononcée par un humoriste. De quoi allons-nous pouvoir rire sans risquer un procès ?

Pierre Desproges disait : "On peut rire de tout, on doit rire de tout". Et j'adhère parfaitement à cette citation. On peut rire, on doit rire sur les handicapés, sur les noirs, sur les blancs, sur les jaunes, sur les juifs, sur les cathos, sur les musulmans, sur les gays, sur les lesbiennes, sur les grands, sur les petits, sur les gros, sur les maigres, sur les corses, sur les marseillais, sur les chtis, etc. Souvenons-nous des Coluche, Pierre Desproges, ou Thierry Le Luron. Aujourd'hui, ils seraient accablés de procès tant leurs attaques n'épargnaient rien ni personne.

Où s'arrête l'humour, où commence l'insulte ? Comment se définit un handicap ? Condamner une blague ne participe-t-il pas à une fin de la liberté d'expression ? Ne risque-t-on pas (si ce n'est déjà le cas, je le crains) d'arriver à une société vivant médiatiquement dans une bienpensance absolue de tous les propos publics ?

Au-delà de ces considération philosophiques, que cela change-t-il de condamner ? Combien de fois entendons-nous des handicapés blaguer eux-mêmes sur leur propre handicap ? Devrait-on les en autoriser alors même qu'autrui pourrait être condamné pour cette même blague ?

Où s'arrêtera-t-on dans les limites du bien et du mal appliquées à la liberté d'expression ? Qu'en est-il du caractère blessant d'une blague, sinon le ressenti du destinataire de cette blague ? S'attaquer à la grosseur ne peut-il pas être plus blessant pour certaines personnes le vivant très mal, que s'attaquer au cancer d'une personne considérant que l'humour est un moyen de vivre mieux avec cette maladie ? En arrivera-t-on bientôt à condamner toutes paroles déplaisantes gratuitement ?

Libellés : ,

21 Commentaires:

Anonymous Jeremy dit ...

Je suis assez d'accord. Ici, c'était une blague, pas une attaque contre Grégory Lemarchal. De toute façon, il a été instrumentalisé par la production qui a vu en lui une façon rapide d'émouvoir plusieurs segments (puisque la ménagère de moins de 50 ans est morte).

Pour ce qui est de l'insulte, l'actualité nous donne un parfait exemple avec la banderole de la honte de ce week-end au stade de France qui listait tous les clichés du Nord de la France en finissant par "Bienvenue chez les ch'tis".

Finalement, l'humour est peut-être la frontière entre l'intelligence et la connerie.

31 mars, 2008 17:18  
Anonymous XIII dit ...

Rends à Desproges ce qui appartient à Desproges en le citant correctement, mon petit canard. Desproges a dit : "Je crois qu’on a le droit de rire de tout. Mais rire avec tout le monde, ça, peut-être pas." (Entretien dans Télérama du 24 Novembre 1982)

La nuance est de taille. On peut faire une blague de ce genre entre amis (de préférence en étant sûr qu'aucun proches des amis en question n'est atteint de la mucoviscidose), mais c'est beaucoup plus périlleux de la faire à la télé, devant des millions de téléspectateurs, dont des malades de la mucoviscidose et des proches de ces malades.

On peut rire de tout, mais intelligemment, en évitant de blesser ceux qui écoutent.

31 mars, 2008 17:50  
Blogger Hervé Torchet dit ...

Il faut vraiment leur botter les fesses pour défendre la liberté d'expression.

31 mars, 2008 18:59  
Anonymous koz dit ...

Ah bah non. Coluche, Le Luron, Desproges avaient de l'esprit. Ils avaient de l'humour.

On a dit que Thierry Le Luron était homosexuel. La photo que tu choisis montre aussi une certaine capacité d'auto-dérision. Il mourra du Sida... Quant à Desproges, je retiens toujours sa phrase, drôle et effroyable : "plus cancéreux que moi, tu meurs". Il le disait alors qu'il était atteint d'un cancer. Là aussi, il se prenait lui-même pour cible.

Où est la blague, ici ? Qu'est-ce qui est censé être drôle ? Le fait de mentionner une personne (au demeurant décédée) du nom de sa maladie ? Ouarf, on est pliés de rire !

Je serais d'accord avec toi pour d'autres exemples mais là, je crains que ce ne soit cacher complaisamment la bêtise sous le masque de l'humour.

31 mars, 2008 19:05  
Anonymous le chafouin dit ...

Il est clair que sur le principe, je suis d'accord avec toi, Luc. Mais en l'occurrence la blague ets de très mauvais goût. Rire, oui, mais pas dans n'importe quelle circonstance. A ce compte là, on pourrait qualifier d'humour la banderole affichée samedi soir par les néonazis parisiens...

Ceci dit sur le fond tu poses une vraie question qui me fait penser à la "purification" et à la "judiciarisation" de notre société. Pour avoir raison sur l'autre, on est obligé d'en passer sur la justice. ça en devient idiot. Trouver cette vanne ridicule, ok, poursuivre son auteur en justice, bof.

31 mars, 2008 19:13  
Blogger Lancelot dit ...

@ Jeremy >> je suis d'accord sur tout.


@ xiii >> chacun ses références, la petite phrase provient de l'émission Le Tribunal des Flagrants Délires sur France Inter. Voici le paragraphe : S'il est vrai que l'humour est la politesse du désespoir, s'il est vrai que le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s'il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors, oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout. De la guerre, de la misère et de la mort. Au reste, est-ce qu'elle se gêne, elle, la mort, pour se rire de nous ? Est-ce qu'elle ne pratique pas l'humour noir, elle, la mort ?

Et je ne suis pas d'accord avec toi : pour reprendre l'exemple de la TV, il y a toujours un juif, un homo, un malade devant son poste de télé. Donc on devrait cesser l'humour ? Car on risque forcément de blesser quelqu'un ...


@ koz >> je ne connais pas Frédéric Martin, je ne juge donc pas de la qualité de ses blagues. Mais pour moi, Le Luron est le plus grand humoriste. Aussitôt après, Jean Yanne et Desproges.

Quelques précisions cependant : la "blague" de Frédéric Martin a été faite avant le décès de Grégory Lemarchal. Par ailleurs, je me moque de savoir si la "blague" est drôle. Au contraire, je trouve encore plus facile de défendre une liberté (celle d'expression) dans les cas les plus extrêmes. Et justement cette liberté n'est pas, selon moi, à géométrie variable, en fonction du degré d'humour du comique.


@ le chafouin >> justement (et tu rejoins Koz), je pense que l'humour n'a rien à faire dans un tribunal. C'est ce que j'écris d'ailleurs dans ma note : "Peu importe que la blague soit drôle, ou pas. Qu'elle soit de mauvais goût, ou pas. Qui peut le juger ?". En gros : cette (mauvaise) blague aurait-elle été condamnée si elle avait été prononcée par quelqu'un d'autre ? Et je pense que la valeur humoristique d'une bonne blague ne se règle pas au tribunal.

31 mars, 2008 19:26  
Anonymous Florianvp dit ...

Je pense aussi que les personnes ayant un proche atteint de la mucoviscidose sont plus touchés par ces propos que les autres.
Ce qui me choque finalement le plus, c'est que Gregory soit le seul à avoir le droit à une petite blague, les autres non, un traitement différent qui choque car c'est quelque part facile de s'attaquer à lui, car il s'attaque au plus faible quelque part.

L'amende est symbolique, et reste plus comme un rappel que la liberté d'expression s'arrête là où commence celle de notre voisin :)

31 mars, 2008 19:34  
Anonymous Olivier Autissier dit ...

L'humour s'arrête sans doute quand ça n'est plus drôle. Et là, ça ne l'était pas.

31 mars, 2008 20:11  
Anonymous Laurent dit ...

Punez, Mais quelle bande de réac' !

Où peut-être est-ce que finalement les culs serrés ont gagné. Ils ont fait penser à toute une partie de la population que certains thèmes sont clairement ni critiquables, ni caricaturables...

Je suis de l'avis de Luc, l'humour et la liberté d'expression ne doivent subir aucune contrainte de quelque sorte que ce soit et de qui que ce soit.

31 mars, 2008 21:17  
Blogger Marion dit ...

On se contrefout de savoir si la blague était drôle ou non, peu ou pas appropriée. Ce genre de considération subjective n'a rien a faire dans un tribunal.

A ceux qui trouvent cette décision "réac" ou qui s'emballent déjà sur une prétendue atteinte à la liberté d'expression, un peu de modération...
Cette loi est venue enrichir la loi de la presse, pour prévenir les délits d'incitation à la violence, à la haine, non suivie d'effets (ce qui est venu combler un vide juridique). Ces incitations à la violence sont punies quand elles concernent l'appartenance à une ethnie, une race, un groupe sexuel... Les précisions sont importantes parce que des lois de ce genre ont permis d'augmenter les peines pour un même crime (par exemple atteinte volontaire à l'intégrité de la personne ou homicide volontaire) en créant des circonstantes aggravantes quand ces crimes sont pratiqués en raison d'une appartenance de la victime à une ethnie, en raison de son handicap ou son homosexualité. En clair on risque d'être punit plus sévèrement si on donne un coup de couteau à son voisin parce qu'il est homo, noir, gay, ou handicapé, que s'il n'est rien de tout ça.
Bien entendu, ici ce sont les cas extremes.

La condamnation pour injure par rapport à un handicap est certes contestables, mais ce genre de loi a également permis la condamnation de Christian Vanneste cette fois pour "injures homophobes". Personne n'a crié à la mort de la liberté d'expression ci ce n'est l'extreme droite et les homophobes.

Tout ça pour dire qu'il faut aussi voir la portée plus générale de ces lois. Lois, qui ne sont pas la pour museler la liberté d'expression, mais pour la faire vivre, justement.

31 mars, 2008 21:57  
Anonymous Laurent dit ...

"mais ce genre de loi a également permis la condamnation de Christian Vanneste"
Vanneste n'a jamais été drôle...

Trêve de sermon, le problème n'est pas qu'une loi existe ou non, mais c'est une question de contexte. Un peu d'intelligence, une infime once, pour voir et comprendre que c'était une blague.

Et puis elle date de qd cette loi ? 2004 non ? Parce qu'elle ne semble pas coupable puisque Timsit avait lui même été condamné pour le même motif bien avant cette "réforme".

Je m'en vais faire des procès à tous ceux qui font des blagues sur les bretons moi.

31 mars, 2008 22:46  
Blogger Marion dit ...

Quand une loi permet à un justiciable de porter plainte sur son fondement, tout fait susceptible de rentrer dans le champs d'application de cette loi et ses articles justifie la plainte, et donc le droit au jugement (qu'il infirme ou qu'il confirme on s'en fout).
Allez dire au juge que c'était une blague, et leur réclamer "une once d'intelligence" pour s'en appercevoir, pour le coup c'est eux qui vous rironz au nez.

Ce n'est pas un sermont.
Heureusement que l'on "juge" sur des lois et pas uniquement sur un "contexte", cela évite bien des dérives. La connerie ce sont ceux qui ont porté plainte, pas la loi.

Mais pour la fin, je partage. J'en ai marre des blagues sur les blondes.

31 mars, 2008 23:04  
Anonymous koz dit ...

Une blague ? Mais en quoi la phrase citée était-elle "une blague" ? Dire "mucoviscidose", c'est une blague ?

Alors, à partir de maintenant, quand je dirais "le juif", "le noir", "le bougnoule" et "le pédé", prière de prendre ça à la rigolade. par principe, ce seront des blagues.

Non, Luc, le coup du "la liberté d'expression est plus difficile à défendre dans les cas extrêmes", je ne trouve pas cela convaincant. Il y a plein de bons combats, inutile de s'en inventer de mauvais.

31 mars, 2008 23:11  
Anonymous Pat dit ...

koz a dit...

Une blague ? Mais en quoi la phrase citée était-elle "une blague" ? Dire "mucoviscidose", c'est une blague ?

Peut-être était-ce une manière de dénoncer le cynisme de la production de la Star'Ac pour qui Grégory Lemarchal n'était pas autre chose que "le candidat atteint de la mucoviscidose et qui va nous permettre de faire pleurer dans les chaumières" ?

31 mars, 2008 23:41  
Anonymous Titem dit ...

J'allais faire à peu près la même réaction que pat, c'était sûrement une manière de critiquer la production de la Star Academy.

Si c'est une blague, et elle l'est certainement, elle n'aurait pas dû se retrouver devant un tribunal. Mais c'était un humour douteux. Que dire des Guignols qui ont fait pire et ne sont pas condamnés à chaque fois ?

J'étais trop jeune pour le voir (et il n'est plus possible de voir cette vidéo), mais j'ai pensé à l'imitation d'Henri Chapier par Eric Blanc, qui a été condamné par la suite. Non ?

01 avril, 2008 00:02  
Anonymous Laurent dit ...

C'est pourtant au juge que l'on donne le pouvoir et la capacité à analyser et à apprécier une situation...

Pour les autres merci de remettre le mot dans l'ensemble du sketch, c'est claire que dire "dédé" hors contexte ça peut forcement tirer vers l'insulte...

01 avril, 2008 00:14  
Anonymous Benjamin Sauzay dit ...

Hum, passionnant...

J'aime bien la phrase de Jérémy : l'humour est peut-être la frontière entre l'intelligence et la connerie.
Frédéric Martin est juste très con mais ça effectivement comme le dit Luc ce n'est pas essentiel. Surtout c'est tout à fait subjectif et n'a donc pas grand chose à faire dans un tribunal.

Alors oui, il faut rire de tout, c'est vital. Ma subjectivité me fait juste dire : peut-être pas par n'importe qui. Ma subjectivité est parfois injuste.

Pour en revenir aux faits, cet humoriste a été comdamné pour "injure", n'est-ce pas ? Pas pour "humour en raison d'un handicap", n'est-ce pas ? Elle est où l'injure dans sa phrase ?

Donc, résultat de cette décision de justice : l'humour est désormais juridiquement considérée comme une insulte !!! Jurisprudence intéressante...

Soit Frédéric Martin avait le plus mauvais avocat de la terre, soit il y a des choses qui déconnes dans la société.

01 avril, 2008 11:58  
Anonymous Anonyme dit ...

Je ne suis pas d'accord avec toi Luc, ici ce n'est pas le handicap qui est visé, mais une blague visant une personne. La loi a été modifié pour protéger les personnes identifiées... pas les groupes humains qualifiés. Je suis d'accord, condamné un humoriste pour une blague sur l'handicap est contre une liberté d'expression. Mais dans cette affaire c'est blague (de plus pas drôle) sur une personne, sur sa maladie, et sa mort.

01 avril, 2008 13:24  
Anonymous Anonyme dit ...

Allez en discuter avec Dieudoné! Grégory était seulement malade, et pas juif... ouf... Martin aurait été jeté nu sur la place publique...

01 avril, 2008 13:30  
Anonymous Thierry dit ...

Je suppose qu'il y a "injure" car G. Lemarchal a été assimilé à sa maladie (il dit "mucovicidose" au lieu de "Grégory"). Or Grégory n'EST pas une maladie... il AVAIT une maladie.

C'est d'autant plus choquant que sur la longue liste des gagnants, seul G. Lemarchal a droit à cette "déshumanisation". C'est donc une attaque ciblée sur une personne, et non pas sur le "système" StarAc.

Ca serait peut-être mieux passé s'il était allé au bout de sa connerie : en remplaçant "Magali" par "obésité", Jenifer par "anorexie", etc...

L'humour et la liberté d'expression valent la peine d'être défendus... quand ils s'attaquent aux PUISSANTS.
Voilà pourquoi on peut défendre les caricatures de Mahomet, mais pas les blagues des responsables du FN... ou de Frédéric Martin.

07 avril, 2008 16:31  
Blogger Jérem' dit ...

De toute façons, on ne peut rien dire sur rien dans ce pays sans se faire taper sur les doigts!
Bientôt on attaquera même les français en justice pour avoir simplement pété!!! Mais c'est incroyable ça!

19 août, 2008 23:13  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home