]]>

25 mars 2008

Si j'étais le spin doctor de ... Jean-François Copé

Partager
Troisième sujet de "Si j'étais le spin doctor de ...", Jean-François Copé, député et maire de Meaux depuis 1995, président du groupe UMP depuis juin 2007, président du club Génération France. Après Martine Aubry et François Bayrou, je décide de m'attaquer à un homme politique de droite. Exercice plus difficile, mais je relève ce défi. Au menu, deux axes : l'homme et son positionnement politique.

L'homme Copé. Quel âge donnez-vous à Monsieur Copé ? Jean-François Copé soufflera ses 44 bougies le 5 mai prochain. Mais l'on pourrait facilement affirmer que Monsieur Copé en fait 10 de plus. Avoir l'air vieux peut s'avérer être un avantage au début d'une carrière, plus facile pour s'imposer. Mais rapidement, la situation s'inverse. A 43 ans, Copé semble être présent dans l'arène politique depuis une éternité. Certes il en impose plus et l'on pourrait penser qu'il est plus aisé d'accorder du crédit à ses propos qu'à ceux d'un Arnaud Montebourg (45 ans) au physique d'adolescent à peine pubère. Mais Copé semble appartenir à une génération plus vieille que celle d'un Xavier Bertrand (43 ans) par exemple.

Conseils donc pour Jean-François Copé : se décoincer et rajeunir son look. Rajeunir son look, Copé pourrait prendre exemple sur un Pierre Moscovici, qui malgré ses 51 ans conserve un physique de jeune premier au sex appeal non négligeable. Le chef des députés UMP oserait-il la barbe de cinq jours, voire les cheveux rasés ? Car la calvitie de Copé, à laquelle s'ajoute un brushing ringard accentuant la faible densité de sa chevelure, représente le symbole de son look quinquagénaire. Des implants seraient cependant malvenus, tant cette opération reste facilement très visible. Par ailleurs, Jean-François Copé possède de très beaux yeux d'un bleu électrique, malheureusement jamais mis en valeur. Un léger bronzage les ferait ressortir et le sublimerait. Après cela changer la garde-robe : des costumes noir ou gris anthracite uniquement, et oser des couleurs vives pour les accessoires : bleu électrique, rouge et jaune vifs, rose fuchsia, ...

Voici notre Jean-François Copé habillé pour un quinquennat, nous lui avons fait perdre facilement cinq ans.
Il lui faut désormais adopter sa stratégie politique. Car Copé y pense chaque matin en se rasant, être président. Il a obtenu de diriger la restructuration des services publics audio et télévisuels, il espère de ce fait enrichir son carnet d'adresses des noms qui comptent dans les médias. Président du groupe UMP à l'Assemblée National, il tente d'établir un véritable réseau d'élus de terrain. 2012 ou 2017, Copé attend la faille pour s'engouffrer dans l'ère post-sarkozyste de la droite française. Ses principaux rivaux ? François Bayrou, Xavier Bertrand et ... Nicolas Sarkozy. La lutte sera sanglante. Alors Jean-François Copé va devoir se tailler un costume sur mesure. Pour cela, il lui est absolument nécessaire de se démarquer de Nicolas Sarkozy. Un boulevard dans lequel s'engouffrer : la politique étrangère. Jean-François Copé peut réussir là où Dominique de Villepin a échoué, diffuser une voix non alignée sur l'atlantisme. Devenir le plus fervent promoteur d'une Europe forte et ouverte, là où Nicolas Sarkozy va se prendre les pieds dans le tapis, avec les élections européennes comme tremplin pour ce nouveau discours. Devenir le porte-parole des pays opprimés et du Tiers Monde. Devenir le nouveau Chirac tant apprécié à travers le monde. Un Copé social néo-gaulliste tiers-mondiste.

Pour asseoir sa force sur le plan national, Jean-François Copé ne peut compter sur les camarades plus âgés et de sa génération, tous à l'affut de postes et prêt à se tirer dans les pattes au moindre coup dur. Alors le maire de Meaux va devoir séduire la galaxie des jeunes roquets de l'UMP, se positionner comme le chef de file et mentor de tous les vingtenaires et trentenaires prêts à mettre leurs aînés en retraite anticipée.

Jean-François Copé bénéficie déjà d'une image de bon orateur, de travailleur maniaque, de fins connaisseurs des dossiers sur lesquels il travaille. Mais il faudra durcir la carapace politicienne de Copé. Chirac disait qu'un président doit avoir trahit deux fois avant d'atteindre la magistrature suprême. On peut considérer qu'il a déjà trahit le camp Chirac en faisant tout pour plaire à Nicolas Sarkozy afin que le Président de la République ne l'oublie pas. Il devient nécessaire que Copé trahisse un jour Sarkozy, pour se positionner comme son meilleur ennemi.

Et vous, si vous étiez le spin doctor de Jean-François Copé, que lui conseilleriez-vous ?

Libellés : , , , , ,

5 Commentaires:

Blogger Hervé Torchet dit ...

Avec une barbiche et un lorgnon, il ferait un Trotsky tout à fait convaincant.

25 mars, 2008 20:24  
OpenID cpolitic dit ...

Prozac matin midi et soir pendant 4 ans.
Parce qu'avoir un chef maniaco dépressif comme Sarkozy, avec sa jambe boiteuse, ses tiques et sa sudation même dans les églises (cf vidéos pendant l'hommage aux poilus), y'a de quoi se poser des questions sur l'état de santé sur ce qu'on appelle abusivement "notre Président"

Emachedé,
Blog Cpolitic : Actualités Politiques traitées avec Humour via des affiches de cinéma détournées
http://cpolitic.wordpress.com

25 mars, 2008 21:00  
Anonymous Anonyme dit ...

Mon père croisant icelui il y a une dizaine d'années (Papa avait 60 ans), il l'attrape par la manche: "Si jeune et déjà ringard"
Mathilde

25 mars, 2008 22:18  
Anonymous le chafouin dit ...

je lui conseillerais, moi, d'arrêter de croire qu'il se donne une image cool en allant faire l'idiot chez fogiel... Il se retrouve à discuter politique avec des imbéciles et ça c'est très mauvais...

26 mars, 2008 02:59  
Anonymous abadinte dit ...

Je lui conseillerais de tuer politiquement Juppé qui est son principal rival. Et ensuite de tuer politiquement Sarkozy.

26 mars, 2008 17:59  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home