]]>

17 avril 2008

Au détour des méandres de blogs (2)

Partager
Suite de la recherche des paradis bloguesques. Autant le premier épisode s'avérait très politique, autant le second sera beaucoup plus personnel.

First, un blogueur que j'adore (et je ne suis pas le seul). Connu et aussitôt reconnu. Môssieur Resse (à mon grand regret encore jamais rencontré in real life) publie aujourd'hui une note courte mais intense. Un hommage à la chanson française par la voix de l'un des plus grands contemporains. A lire, à écouter et à voir : Alain Bashung - La nuit je mens. Sous le clavier d'Hervé, ça donne cela, tout en mélancolie et en poésie : "Parce qu'entre Lou Reed et Ferré, entre Dylan et quelques autres damnés poètes de la post modernité morne, il a toujours tenu sa place dans mes nuits sans fins de musiques, sans jamais tricher ni mentir... Parce que j'espère que parfois on s'en sort, et que je n'ai qu'un putain de "merci" pour le soutenir". A mon tour d'écrire : "merci" à Hervé, parfois il fait surgir des larmes dans mes yeux.

Un second Hervé, succède donc Hervé Torchet, blogueur bien connu des militants MoDem. Un personnage touchant et décalé. Un univers à lui seul. Aujourd'hui, Hervé nous signale la sortie de son livre. Premier tome d'une trilogie qui paraît chez Les Éditions de la Pérenne. Le roman s'appelle : "Deux Iles". Le tome 1 : "Saint-Domingue ou Mlle de Joly-Trou". Vous pouvez l'acheter en ligne sur le site Lulu.com. L'histoire ? Hervé en parlera mieux que moi : "Il s'agit de mon interprétation d'événements authentiques qui ont concerné une famille à la fin de la colonisation française de Saint-Domingue (l'actuelle Haïti) en 1803. Une jeune femme et son bébé, issus du monde des colons, fuient les rebelles dans la nuit, jusqu'au Cap Français, puis de là les événements ne cessent d'empirer. Le mari et père apparaît et avec lui l'émotion. Bref, c'est l'occasion d'une réflexion à la fois sur la France des Lumières, sur la colonisation, sur la décolonisation aussi, et sur quelques autres sujets."

Une femme ensuite. Une femme flic. Une blogueuse. J'ai nommé Bénédicte Desforges. Une blogueuse fort sympathique rencontrée lors de soirées entre blogueurs. Bénédicte, une plume. Une très belle plume. Son dernier post le démontre avec puissance. Une note sur l'écriture. A savourer.

Extrait : "Ton écriture ressemble à une femme endimanchée et trop maquillée. Elle se croit belle, virgule après virgule, et entre points qui s’exclament ou s’interrogent en battant des cils, elle se persuade de sa séduction. Elle se tortille et s’étale à coups de mots précieux et étudiés. Elle se couvre de bijoux d’une rhétorique de toc, ignorant la distinction du mot solitaire. Elle se croit riche et pourvue, mais à la lumière du sens, elle n’est que verbeuse et fardée de synonymes. Elle voudrait sans doute avoir la grâce d’une madone, mais elle ne raconte que la coquetterie d’une syntaxe pucelle, aguicheuse et bavarde."

Enfin, un blog je pense peu lu, à tort. Un blog voisin de la Goutte d'Or. Le style est énervé, l'écriture est différente, le fond est direct. Dernière action en date, une attaque à l'encre rouge contre les "Gogos et démagos". Cible de cette attaque : Silvio Berlusconi et les électeurs l'ayant porté une troisième fois à la direction de l'Italie. A lire comme un poème pamphlet. Extrait :

"Ainsi vont les bons gros démagos
Liftés, botoxés, implantés capillaires

Sourire pivot et talonnettes.


Ainsi vont les bons gros populistes

Avec drapeau levé, klaxon trois tons

la queue du tigre au cul du cheval cabré.


Tellement faux, tellement bidon

Tellement Aldo bodybuildé

Tellement pizzaiolo sur les bords
"

Libellés : , ,

4 Commentaires:

Anonymous Fotini dit ...

T'as oublié le relooking du blog de l'Hérétique...

17 avril, 2008 18:03  
Blogger Hervé Torchet dit ...

J'ai donné comme teaser les quelques premières pages du livre dans une note où je souhaitais par ailleurs bon anniversaire à Quitterie Delmas (à qui je me suis permis de dédier l'ouvrage) :

http://jour-pour-jour.hautetfort.com/archive/2008/04/08/quitterie-delmas-a-trente-ans.html

17 avril, 2008 18:58  
Anonymous Mossieur Resse dit ...

Merci Luc de tes bons mots, ça me touche et ça m'étonne qu'on puisse réagir à mes ratiocinations, j'ai tellement l'impression d'être seul, souvent, à ressentir ce que je ressens. Merci de faire prendre conscience que je ne m'y prends peut être "pas si mal que ça". ca m'aide vraiment à avancer... Bise. Et j'espere aussi qu'on finira par se croiser, "in real life"...

18 avril, 2008 11:00  
Anonymous chris dit ...

Blog très sympa à visiter, intéligent, pas prétentieux, j'aime beaucoup!!

Chris

20 avril, 2008 00:04  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home