]]>

27 avril 2008

Elections présidentielles de 2012. Et le vainqueur est ... (2)

Partager
"19h50. La tension monte dans les QG des deux finalistes aux élections présidentielles de 2012. 19h55. Patrick Poivre d'Arvor et Claire Chazal annoncent un résultat inattendu à venir dans cinq minutes. 19h58. Les visages se figent et trahissent une certaine émotion. 19h59. Les journalistes prennent une grande inspiration. 5. 4. 3. 2. Il est 20h"

la suite vue par MC du Cabinet de Subversion :

Le logo de TF1 apparaît en énorme à l’écran sur une musique hyperstressante de générique de JT ; Claire Chazal, les yeux humides, regarde Poivre d’un air catastrophé - celui-ci toussote. Le visage qui s’affiche à l’écran n’est autre que celui du leader de la grande « Coalition de Libération », crédité de 50,6 % des voix, contre 49,4 % pour le candidat Sarkozy. D’une voix blanche, Chazal bafouille : « Comme comme vous le pouvez le voir, c’est donc euh Olivier Besancenot qui sera le septième président de la cinquième République, du moins euh s’il le souhaite ». « C’est une énorme surprise », précise d’Arvor sans même regarder la caméra, demandant des confirmations d’un œil atterré à Brice Teinturier. On distingue deux énormes auréoles de sueur au niveau de ses aisselles. Sur le plateau, la caméra fait un rapide balayage des politiques qui s’installent : Michel Onfray, porte-parole de la Coalition, jubile de toutes ses dents et de ses joues bouffies ; Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de la candidate Royal, est plus belle que jamais mais arbore un visage sombre. En face, Marine Le Pen sourit d’un air narquois et serein, Jean-François Copé a une mine pitoyable. Verdâtre, les yeux cernés, ridé comme une californienne liftée, il a l’air d’avoir passé une journée épuisante.

Brice Teinturier, dans un état de stress évident, prend immédiatement la parole sans que personne ne l’y ai convié. « Je voudrais tout de suite préciser que ce ne sont encore que des estimations, il reste des bulletins qui n’ont pas été dépouillé. Les gens peuvent encore, euh, il est encore possible d’aller voter ». Les joues rouges, il regarde Poivre et Chazal, qui, presque mécaniquement, se mettent à bêler en même temps « Il est encore possible d’aller voter ». « Notamment à Paris ! » s’écrie Teinturier. « A Paris et dans toutes les grandes villes où les machines éhm, les machines euh, à voter ont perturbé le vote », rajoute l’ex-femme de Philippe Torreton.

Poivre essaie de reprendre le contrôle de l’émission :

– Alors alors comme vous le voyez, les invités sont arrivés, alors on va peut-être demander à Michel Onfray, parce que les vainqueurs c’est eux, hein, c’est eux, alors Monsieur Onfray, c’est une grande joie ?

– Oui, c’est une joie profonde, nous vivons un moment historique, la France va ouvrir la voie, les citoyens ont choisi de se libérer, de faire confiance à la grande coalition de gouvernement, d’union de toute la gauche, que nous avons porté, et dont j’ai l’immense fierté d’être le porte-parole, tous ces gens qui se sont rangés derrière la candidature d’Olivier Besancenot nous ont permis de remporter une immense victoire.

Poivre, le sourcil froncé, réplique immédiatement :

– Alors il y a beaucoup de courants dans cette coalition, puisqu’il y a José Bové, une partie des communistes, une partie des verts, des dissidents socialistes, des libertaires, des alternatifs, des associatifs, des anarchistes, des syndicalistes, ça va être extrêmement compliqué, en tous cas je l’esp… En tous cas on peut s’interroger…

– Ne vous inquiétez pas pour nous, vous savez très bien que nous avons déjà présenté aux Français un organigramme précis du gouvernement que nous allons former, en attendant les élections pour former l’Assemblée Constituante.

– Selon cet organigramme, vous serez le ministre de l’Education Sociale, intervint la Chazal.

– Ouais.

Brice Teinturier, statisticien de la SOFRES (dont les sondages donnaient deux jours avant une nette victoire du Président sortant Sarkozy, l’alliance UMP-FN étant censée garantir de toute prise de pouvoir par la gauche) se redressa sur son siège et, agité, semble-t-il, par une fureur intérieure, donna la parole à Copé, dont les cheveux crépus et frisés formaient, sur le haut du crâne, une sorte de monticule capillaire des plus laids.

« Les Français sont en train de faire une énorme bêtise, ils le savent, ils expriment un mécontentement, un ras-le-bol, et il faut leur dire que l’extrémisme n’est pas une solution ; que Besancenot et sa coalition détestent la France et les Français, que le pays va à la ruine. Mais je crois, encore une fois, que les Français le savent, ils ont juste voulu envoyer un signal fort à la classe politique, et ce signal, nous le recevons ; nous leur proposons d’inverser ce message lors des législatives qui vont arriver, que M. Besancenot appelle des « constituantes », et bien nous allons présenter des candidats de front républicain partout, en formant des coalitions PS-MODEM-UDF-NC-UMP-MPF-FN, de façon à ce qu’on ait un gouvernement d’Union Nationale, mais pas l’extrême gauche, non, pas l’extrême gauche… »

La phrase de Copé, à bout de nerfs, se perdit dans un sanglot grotesque. La parole fut donnée à Najat Belkacem.

« Et bien je crois que pour nous, c’est très simple, nous allons voter, pour savoir si nous voulons participer à cette aventure, à ce gouvernement ; Ségolène Royal souhaite que les militants puissent voter pour déterminer la conduite que le PS doit avoir ; si on peut s’allier avec la Coalition de la libération. Il y a bien sûr de nombreux points de désaccord entre nous, mais il y a aussi des points de convergence, comme sur l’écologie, nous aussi on est pour l’écologie (« Ben nous aussi ! » beugla Marine Le Pen), on est pour certaines choses proposées par M. Besancenot, donc on peut peut-être travailler ensemble… »

« Quoiqu’il en soit, haleta la Chazal à la façon d’un Yorkshire passé au défibrillateur, notre président Sarkozy a d’ores et déjà annoncé qu’il quittait la France. »

President de la République intérimaire : Olivier Besancenot

Premier Ministre intérimaire : José Bové

Ministre du changement constitutionnel : Arnaud Montebourg

Ministre des solidarités économiques : Clémentine Autain

Ministre des solidarités sociales, de la transformation sociale et du dividende universel : Serge Halimi

Ministre des conditions de travail et des loisirs : Susan George

Ministre des Affaires étrangères, du codéveloppement, de la solidarité internationale et de l’accueil aux populations du monde : Alain Badiou

Ministre de l’Education Sociale, de l’enseignement supérieur et du temps libre : Michel Onfray

Ministre de la Justice et de la réforme judiciaire : Thierry Lévy

Ministre des luttes contre les insécurités sociales, de la réforme de la police et de la lutte contre la répression : Catherine Baker

Ministre de l’Egalité et de la Liberté : Marcela Iacub

Ministre de la pluralité médiatique et de la liberté d’expression : Christiane Restier-Melleray

Ministre de la Culture : Catherine Millet

Ministre de la décroissance, du développement durable, des finances et de l’aménagement du territoire : Cécile Duflot

Ministre de l’Ecologie, de l’agriculture verte et de la dépollution : Noël Mamère

Ministre de la Santé, de la Recherche, de la Science et de la Technologie : Aurélie Trouvé

Ministre du Logement : Yves Salesse

Secrétaire d’Etat aux questions militaires et au désarmement : Benoît Hamon

Libellés : ,

10 Commentaires:

Anonymous Nicolas Vinci dit ...

Je n'avais jamais eu aussi peur en lisant un article sur un blog! ;-)

27 avril, 2008 14:06  
Blogger FalconHill dit ...

Très bien écrit, mais assez cauchemardesque en effet. Il ne manque que des représentants d'extrême-droite dans ce gouvernement extrémiste.

Espérons que partis républicains reprendront vite leurs esprits, sans quoi le 21 Avril risque en effet de n'être qu'une première secousse...

Bon dimanche, et jolie initiative d'avoir encouragé ces écrits Luc. Jolie.

27 avril, 2008 14:48  
Blogger comité-de-salut-public dit ...

Putain mais comment t'as eu accès à notre programme secret ???
Ah ah ah, excellentissime, évidemment. Et les réactions apeurées des autres, bouuuuh la menace rouuuuugeuuuh, mouhahaha les blaireaux.

OB président de la Première République Socialiste Française ? Mouais, ça a de la gueule, non ?
En attendant, on a un NPA à construire pour bouffer le P"S", zou !

27 avril, 2008 15:29  
Blogger GillesMisrahi dit ...

Mais oui, Olivier, tu es le facteur le plus sexy de la terre. Les filles sont folles de toi et maintenant tu as le job.

Bravo. Va falloir un millénaire pour s'en remettre.

Ben ca y'est, c'est décidé, moi je déménage loin, très loin.

27 avril, 2008 16:19  
Anonymous Nick Carraway dit ...

J'en ris encore. Bravo, et surtout pour la composition du ministère !

27 avril, 2008 17:35  
Blogger romain blachier dit ...

j'ai envoyé le lien vers ce billet à Najat!jolie nouvelle

www.lyonnitudes.fr

27 avril, 2008 19:50  
Anonymous abadinte dit ...

J'aime beaucoup le ministère incompréhensible de Duflot. Demander de décroitre et de se développer même durablement relève de la mission impossible :)

27 avril, 2008 22:40  
Anonymous Léo dit ...

Hahaha, marrant les premiers commentaires, on croirait les beaufs qui pensaient voir les chars russes débarquer en 81.

28 avril, 2008 10:47  
Anonymous Benjamin Sauzay dit ...

Hum... ce scénario donnerait presque envie !!!

Au moins pour voir et se marrer pendant 5 ans, je vote pour !

Et puis de vraies trouvailles ces ministères dont quelques-uns sont à retenir... Comme quoi, tout le monde à de bonnes idées !

28 avril, 2008 14:19  
OpenID noasensei dit ...

Je comprends mieux la venue du "camarade" à Vivement Dimanche le 11 mai...

29 avril, 2008 13:31  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home