]]>

29 avril 2008

Elections présidentielles de 2012. Et le vainqueur est ... (4)

Partager

"19h50. La tension monte dans les QG des deux finalistes aux élections présidentielles de 2012. 19h55. Patrick Poivre d'Arvor et Claire Chazal annoncent un résultat inattendu à venir dans cinq minutes. 19h58. Les visages se figent et trahissent une certaine émotion. 19h59. Les journalistes prennent une grande inspiration. 5. 4. 3. 2. Il est 20h"

la suite vue par Moktarama :

Poivre annonce : et le président serait d'après les estimations Dell/Ipsos/CSA : le visage de Nicolas Sarkozy apparaît, avec 50,1% ! Grand blanc de quelques secondes sur la chaîne, plan sur Claire Chazal, décomposée. Effectivement, la surprise est de taille pour tous les médias qui le donnaient vainqueur à plus de 60%.

20h01. Patrick Poivre d'Arvor annonce : « Attention ce ne sont que des estimations, d'ailleurs le score semble extrêmement serré, que pouvez-vous nous en dire » à l'éternel sondeur, qui semble encore plus blanc que les deux présentateurs de la chaîne. Il n'en sait rien, les premiers dépouillements semblaient très favorable à Nicolas Sarkozy mais l'outsider Olivier Besancenot, qui a profité de la faiblesse chronique du PS et de la mort des autres formations d'extrême-gauche pour supplanter les socialistes au second tour, semble avoir une majorité écrasante dans les centre urbains qui commencent tout juste à être dépouillés. En fait, on comprend que ces 50,1% ne représentent rien tant le sondeur bafouille et farfouille dans ses petits papiers.

20h04. Patrick Poivre d'Arvor doit d'ailleurs reprendre ce dernier qui se perd en conjectures. « Bon, pour l'instant, Mr le Président est réélu, nous vous tiendrons bien sûr au courant. » Claire Chazal n'a toujours rien dit depuis vingt minutes, elle semble très absorbée par ce qu'on lui dit dans l'oreillette, en tout cas elle aussi est blême, on sent que le champagne déjà débouché va perdre son gaz avant que TF1 ne se décide à faire péter éventuellement les coupelles.

20h05. « Rendons-nous tout d'abord au QG de l'UMP, notre envoyé spécial Stéphane Guichard va pouvoir nous en dire plus. Alors Stéphane, ou en est on à l'UMP ? » Stéphane explique avec un sourire qu'on lui sent du mal à dissimuler que c'est le silence total à l'UMP, seuls les porteurs d'infos et d'estimations circulent, en tout cas pas de joie visible, en dehors des jeunes. Petit plan sur un QG qui semble comme une fourmilière, mais bien silencieuse.

20h08. « Voyons comment ça se passe de l'autre côté » dit enfin Claire Chazal, qui semble se reprendre à grand-peine. Et là, on comprend que quelque chose se passe, en effet l'envoyé spécial semble au milieu d'une immense foule, il a beaucoup de mal à parler, lui est devant le QG dans la rue envahie de gens, jeunes dans leur immense majorité. Une foule joyeuse, hurlant sa victoire.

20h10. Retour sur le plateau de TF1, ou règne un silence de mort. Panaoramique des invités : Jean-François Copé, Patrick Devedjian, Valérie Pécresse, Ségolène Royal, Julien Dray, Alain Krivine. Le dernier a un sourire ironique, tous les autres se taisent, on dirait un enterrement. Les deux présentateurs commencent à leur demander leurs réactions.

20h16. Devedjian, après avoir rappelé que pour l'instant Nicolas Sarkozy était réélu : « Les vrais français s'opposeront à une dictature communiste si jamais l'extrême-gauche gagne, je les enjoint à ne pas voter pour le totalitarisme dans trois semaines, la situation du pays est grave. » Lui, il a visiblement pas changé depuis ses vingt ans, et sa défaite dans le 92 face à Patrick Balkany ne lui a pas réussi.

20h20. Royal, candidate malheureuse aux primaires du PS face à Delanoë, choisi par le Bureau central et pas les militants : « Je ne peux me réjouir d'une situation intenable, si le candidat de la gauche démocratique n'avait pas été sélectionné sans le peuple, cela ne serait jamais arrivé, en tout cas je demande solennellement à Olivier Besancenot s'il est élu d'intégrer au plus vite le camp démocrate, je veux bien l'y aider personnellement. » Dray est consterné, Krivine se gondole et répond du tac au tac que « Merci mais on va se débrouiller, jusque là on ne s'en tire pas trop mal pour un parti de notre taille. Quand aux accusations de totalitarisme ou d'anti-démocratisme, au vu des 5 dernières années nombre d'entre vous sont très mal placés pour en parler »

20h24. Patrick Poivre d'Arvor, qui semble excédé, commence à houspiller le sondeur dont on vient d'ailleurs à se demander quelle va être sa couleur finale, là il passe du rouge au blanc voir jaune ! Notre pauvre homme du CSA répète que les résultats continuent d'arriver au compte-goutte et qu'il est très difficile de voir se dégager une majorité claire, mais qu'il nous tient au courant dès qu'il a de nouvelles informations. Il se fait prendre à parti et par les deux journalistes et par Copé et Devedjian qui trouvent ça inadmissible, on est au XXIè siècle quand même, si on n'avait pas interdit le vote électronique on n'en serait pas là, et blablabla...nous font chier les sondeurs, en gros.

20h27. Nicolas Sarkozy apparaît sur l 'écran dans son QG; Chazal nous annonce en catastrophe qu'il va faire une déclaration importante. On attend quelques bonnes secondes que la foule hurlante des jeunes UMP se calme.

20h28. Nicolas Sarkozy se proclame vainqueur de l'élection présidentielle ! Il déclare qu'il a de nouveaux chiffres en sa possession, du ministère de l'Intérieur, qui lui donneraient une avance définitive. Il semble sacrément nerveux en le disant – on commence à le connaître après l'avoir vu pendant huit ans tous les soirs - , mais dans le QG de l'UMP on fait – enfin – péter le Champagne.

20h31. Retour plateau, si Devedjian, Copé et Pécresse semblent aller mieux, les autres semblent en flottement, Krivine se met à gueuler que c'est inadmissible, qu'on va descendre dans la rue, il se fait couper par Ppda qui sort de son rêve d'oreillette pour aller voir l'envoyé spécial à la LCR.

20h33.C'est le bordel ! Le type de TF1 est en train de se faire « remonter » par la foule vers le bureau dirigeant, il parle d'une « injustice qui révolte tout le monde ici. »

20h35. Retour plateau. Valérie Pécresse n'attend même pas le commentaire de Patrick Poivre d'Arvor pour fustiger ces criminels, et prévient que la démocratie c'est dans les urnes, pas dans la rue. Patrick Poivre d'Arvor la coupe brutalement pour annoncer qu'apparemment des milliers de gens, en tout cas à Paris selon les informations dont ils disposent – on entend le sondeur se faire interroger en douce par les politiques - , sont dans la rue et semblent converger vers le QG de l'UMP.

20h38. Le sondeur annonce qu'il a du nouveau ! Selon ses chiffres, qui sont actualisés à l'instant, il semble que le ministère de l'Intérieur se trompe vu que lui en est à Sarkozy 49,6 et Besancenot 50,4 aux derniers chiffres, que le vote des villes est dans certains cas massivement en faveur de Besancenot, que les bureaux de votes sont en train d'être dépouillés, il ne voit pas quelles réserves de voix aurait Mr le Président, en tout cas il estime lui qu'Olivier Besancenot a gagné.

20h41. Petit tour de France des envoyés spéciaux TF1, ça semble être de plus en plus le bordel dans la rue, d'ailleurs même en bas de chez moi j'entends les gens sortir de chez eux.

20h44. Les deux journalistes (sic) de TF1 ont toujours énormément de mal à se contenir, tandis que le plateau tourne à la lutte rangée entre d'un côté les trois UMP qui expliquent que si le ministère de l'Intérieur a les chiffres alors ils ne se trompent pas et Nicolas Sarkozy est réélu, les deux PS semblent un peu perdus, réclament de la démocratie et de la transparence, toujours aussi courageux quoi. Alain Krivine, lui, est rouge de colère, parle de révolution populaire et citoyenne.

20h49. Au QG de l'UMP on retrouve le gars de TF1 qui nous parle d'émeutes à l'extérieur, c'est sur q'avec un QG dans le 10è arrondissement on pouvait s'y attendre vu le discours sarkozien ! Pas d'images, tous les journalistes sont dedans. Poivre et Chazal, sur le plateau, n'arrivent plus à calmer le jeu, Copé et Devedjian sont en train de se lâcher et de réclamer qu'on fasse cesser ça, mais que fait la police, et on a bien la preuve que ces gauchistes sont contre la démocratie ; Krivine est seul pour se défendre, malgré les regards en coin Royal et Dray se taisent, forcément après l'appel du PS au second tour à voter contre la LCR ils ont violemment le cul entre deux chaises.

20h56. Alors que les envoyés spéciaux parlent à présent de « violents affrontements », Nicolas Sarkozy prend la parole dans son QG et devant la caméra admet à reculons sa défaite, blâme le ministère de l'Intérieur – très crédible - , enfin fustige les « criminels » dont on entend la colère de sa télé, dit de « l'autre candidat » qu'il n'a pas pris ses responsabilités en n'appelant pas au calme, et part de la tribune comme il est arrivé, en coup de vent. Un ange passe au QG de l'UMP.

21h02. Après un bref retour chez TF1, discours d'Olivier Besancenot, sous les hourras d'une foule nombreuse, beaucoup trop d'ailleurs pour le siège de la LCR, ça déborde ! Il commence par parler d'une grande victoire pour le peuple de gauche sur une droite haineuse qui n'aura renoncé devant aucun coup bas pour gagner, y compris « cette grossière tentative de manipulation médiatique orchestrée avec la complicité de l'Etat, dont les citoyens n'ont pas été dupes un instant. » Il déclare avoir attendu une certaine certitude dans les résultats pour s'exprimer, et enjoint effectivement au calme. Il souhaite que la même vague se produise aux législatives maintenant que le Parti Socialiste a montré son vrai visage : la droite. Tout cela sous les hourras, et dans une ambiance qui semble sacrément festive.

21h11. Retour plateau, Patrick Poivre d'Arvor fait état d'une diminution des affrontements, notamment dans Paris, nos amis de l'UMP sont jaunes, Royal est en train de parler mais ne dit rien, comme d'habitude, et on sent Krivine agité sur son siège, il semble vouloir se casser pour aller célébrer ça plutôt que de se taper la langue de bois de ces vieux routiers de la politique. Pour une fois qu'il remporte une élection, on comprend qu'il veuille pas se laisser bouffer son plaisir !

21h18. Claire Chazal annonce la pub et la seconde partie à venir de l'émission avec d'autres politiques, en arrière-plan Krivine est en train de débrancher son micro et de se casser, l'extrême-gauche est à l'Elysée ! Enfin...dans quelques jours, on se demande d'ailleurs comment va se passer la dernière semaine du règne de Nicolas « little big man » Sarkozy.

Libellés : ,

6 Commentaires:

Anonymous AP dit ...

Wow ça fait rêver comme scénario...

Le spin doctor serait-il devenu fou? :)

29 avril, 2008 15:36  
Anonymous Anonyme dit ...

Comme quoi, ça sert d'aller chez Druker...

29 avril, 2008 15:55  
Anonymous abadinte dit ...

C'est marrant cette propension des gens à faire que Besancenot batte Sarkozy.

29 avril, 2008 16:09  
Blogger FalconHill dit ...

L'extreme gauche à l'Elysée, il ne manque plus que l'extrême droite à Matignon, et brulons donc Marianne et la République...

J'attends avec crainte le prochain scénario avec un Bruno Gollnish qui bat Laurent Fabius ou Bertrand Delanoé... Avec crainte, mais dans la fiction tout est malheureusement possible.

Enfin, très bien écrit ce scénario cauchemar. Très bien écrit.

29 avril, 2008 16:15  
Blogger Chloé dit ...

Bon, je débarque ici par hasard, et je commence à lire ce truc hallucinant, très bien écrit, assez jubilatoire...
Limite j'ai envie d'y croire, bien sûr pas forcément avec l'extrême gauche, mais le côté David contre Goliath, c'est cliché mais ça marche toujours avec moi. J'en ai presque honte. Enfin si je ne suis pas utopique à 22 ans, quand le serai-je?
Je lirai les autres dans les jours à venir (sinon l'effet de répétition risque de nuire à mon intérêt), mais en tout cas l'idée est sacrément bonne !

29 avril, 2008 21:35  
OpenID noasensei dit ...

Version palpitante !

29 avril, 2008 22:35  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home