]]>

30 avril 2008

Elections présidentielles de 2012. Et le vainqueur est ... (5)

Partager
"19h50. La tension monte dans les QG des deux finalistes aux élections présidentielles de 2012. 19h55. Patrick Poivre d'Arvor et Claire Chazal annoncent un résultat inattendu à venir dans cinq minutes. 19h58. Les visages se figent et trahissent une certaine émotion. 19h59. Les journalistes prennent une grande inspiration. 5. 4. 3. 2. Il est 20h"

la suite vue par Romain Blachier :

« Et merde, con de moi, j’ai trainé, j’ai fait le tour des bureaux de vote du 7e ce matin et là j’en suis à revenir à la mairie pour les résultats et c’est dans dix minutes ».

Bon c’est vrai qu’un peu de détente avant le résultat, ça fait du bien mais quand même…

La campagne a été intense et s’est bien passée mais (huuuuum son parfum…) il y a toujours une imprévision, un risque de surprise…

Il est vrai que l’incompétence du président Sarkozy en matière économique a fini par amener le pays sous tutelle du FMI. En étant cynique (tu me manques, j’ai envie de toi…), j’aurais pu dire que le social-démocrate que je suis avait toutes les raisons d’être ravi d’une direction des affaires du pays par DSK et ses équipes mais bon…

La présidentielle avait commencé avec quelques décisions spectaculaires (et son corps qui fait monter le désir en moi et ses cheveux…) . Ainsi François Bayrou avait renoncé à la vie politique pour devenir président d’E-Bay France, un métier où il connaissait une certaine réussite, Sarkozy avait décidé de se retirer pour devenir courtier à la Société Générale et Ségolène Royal avait préféré se lancer dans la campagne pour la présidence européenne à laquelle s’était récemment joint l’Egypte et la Turquie, ouverte au suffrage universel par le traité de Eisleben. Celui-ci avait triomphé (et moi sur toi et toi sur moi, enchevêtrés….) par plus de 60% des voix malgré la diversité du non, de Mélenchon au FN, en passant par Besancenot, Dieudonné ou Boutin. Les proches du président de la République avaient pour leur part fait discrètement campagne contre un traité peut-être pas assez atlantiste à leur sens (oh sa peau sur moi…).

La campagne de la personne que je soutenais, issue au deuxième tour, d’une alliance de différents partis de la gauche et du centre s’était fort bien passée face à un candidat conservateur (j’ai envie de me sentir avec toi, en toi…) qui avait montré son incompétence sociale et économique…

L’envie de savoir, l’envie de joie, l’envie de toi est trop forte. Le résultat attendra. Viens à moi. Je viens vers toi.

Libellés : ,

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home