]]>

30 avril 2008

Elections présidentielles de 2012. Et le vainqueur est ... (6)

Partager
"19h50. La tension monte dans les QG des deux finalistes aux élections présidentielles de 2012. 19h55. Patrick Poivre d'Arvor et Claire Chazal annoncent un résultat inattendu à venir dans cinq minutes. 19h58. Les visages se figent et trahissent une certaine émotion. 19h59. Les journalistes prennent une grande inspiration. 5. 4. 3. 2. Il est 20h"

la suite vue par Maxime Pisano :

Il s'enfonce un peu plus dans le canapé, dans une confortable déception, et éteint cette saloperie de télévision. Encore raté, murmure-t-il, mais qui peut donc entendre ce qu'il dit ? Il fait noir dans son petit appartement, les stores sont fermés et la foule qui se presse autour de la mairie de sa petite commune l'insupporte.

Qu'attendent-ils donc, tous ces cons ? Rien n'a changé pendant des dizaines d'années, rien ne changera, les voyous sont partout, on peut les ramasser à la pelle dans ma cage d'escalier, et l'autre faux-cul qui nous promettait de passer tout ça au kärcher. Kärcher, je sais même pas comment ça s'écrit d'ailleurs. Claudine, sers-moi donc un autre verre !

Claudine ?

C'est vrai, il n'y a personne. Il a un peu du mal à se souvenir que sa femme est partie ; des larmes coulent sur ses joues imbibées de vodka, des larmes de rage. Il rallume son poste, le nouveau président s'exprime, calmement, solennellement ; lui, fulmine : mais qu'est-ce que tu nous parles de solidarité nationale ? Le vrai problème, c'est que notre pays a trop d'étrangers, trop d'Arabes ! Et dire qu'on a fait rentrer la Turquie dans l'Europe, bon sang, on va avoir des mosquées de partout ! Ah, on pouvait dire ce qu'on voulait, mais le Jean-Marie, lui au moins il nous comprenait. Quand je pense que l'autre cruche a dit à la télé que la France s'était débarrassée d'un poids quand il est mort, je me dis que j'ai bien fait de ne pas voter pour elle. J'ai même bien fait de ne pas voter du tout, tiens, tous les mêmes de toute façon, quand il s'agit de prendre le pouvoir et s'en mettre plein les poches, là il y a du monde, mais pour nous écouter, nous…

Satisfait d'avoir conscience des problèmes qui minent son si beau pays, il avale une dernière gorgée de vodka, se perd en borborygmes, et s'endort sur ses belles certitudes. La France dort tranquille.

Libellés : ,

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home