]]>

15 avril 2008

Sarkozy et les pauvres / Acte 1 : les chômeurs

Partager
Nicolas Sarkozy et son gouvernement se battent-ils véritablement pour plus de cohésion sociale ? Pourquoi lorsque Laurent Wauquiez, le secrétaire d'Etat à l'emploi déclare que la réforme de l'assurance-chômage sera un "meilleur équilibre entre les droits et les devoirs des chômeurs", je lis dans les yeux du gouvernement la volonté de déclarer ouverte la chasse aux chômeurs ?

Puis Laurent Wauquiez et Christine Lagarde tentent de nous rassurer, expliquant que les "modalités" pourraient être discutées avec les syndicats, mais pas le "principe". Marre de cette façon de procéder : on balance une fuite dans la presse sur cette réforme, puis on affirme que les syndicats pourront discuter avec le gouvernement, mais pas sur le fond, seulement sur la forme. Communication de grands mauvais, méprisante pour les partenaires sociaux, pour les chômeurs, pour le gouvernement même, pour nos institutions également.

Sur le fond, de quoi s'agit-il ? Des sanctions renforcées pour les chômeurs de plus de six mois, "le chômeur devrait accepter tout emploi requérant moins de deux heures de transport par jour et rémunéré, par exemple, au moins 70% de son salaire antérieur". Politique répressive. Et toujours cette même rengaine et arrière-pensée : les chômeurs sont des fainéants, ils ne veulent pas travailler, ils sont des boulets pour la société, forçons-les à travailler. Lamentable.

Petite aparté personnelle : je suis chômeur. Jamais je n'ai bénéficié d'un suivi digne de ce nom. Jamais une seule offre d'emploi reçue par l'intermédiaire de l'ANPE. Pas une. Nous sommes plus de deux millions de Français au chômage. Combien parmi les deux millions sont concernés par la réforme annoncée ? Combien de chômeurs refuseraient une proposition sérieuse, correspondant au poste souhaité ?

Bercy parle d'offres d'emploi valables. Ces deux offres d'emploi valables au delà desquelles les chômeurs verraient leurs allocations baisser. Que sont des offres valables ? Sous-entendu, doit-on considérer que les conseillers de l'ANPE seraient susceptibles de proposer aux demandeurs d'emplois des offres d'emploi pas valables ? Et si le problème ne se trouvaient pas là plutôt ?

Deux offres valables dans les 6 mois suivant, au risque de voir ses indemnités baisser. 2 millions de chômeurs, 4 millions d'offres d'emplois. Où sont-ils les 4 millions d'emplois à pourvoir en France ?

Comment débute la précarité ? A coup sûr par une perte d'emploi. Comment les sans-domicile se sont-ils retrouvés à dormir dans la rue ? Dans leur grande majorité en perdant un emploi, puis leurs indemnités assedic. Que pense donc Martin Hirsch de cette mesure ? Elle n'est qu'une marche en moins pour l'ascension vers la précarité, la pauvreté.

Punir. Réprimer. Trouver des coupables. Diviser les Français. Pointer du doigt les plus faibles. Ci-gît la cohésion sociale de la France.

Libellés : ,

21 Commentaires:

Anonymous PRM dit ...

On peut entendre votre désarroi.
Oui.
Mais qui paye les chômeurs ? D'accord c'est l'Etat. Mais alors, qui finance l'Etat. Les contribuables : entreprises, sûrement, mais mais aussi de simples employés. Des gens pour qui les cotisations - j'entends par là les impôts - pourraient augmenter si rien n'est fait pour réduire les dépenses publiques qui ne servent à personne. Pas aux payeurs, ni aux chômeurs qui ne gagnent rien, aux yeux des employeurs au moins, à cumuler de longues périodes de chômage.
Alors, je suis convaincu de l'utilité de cette réforme, qui permettra aux chômeurs de longue durée de ne pas s'inscrire dans un cercle vicieux (c'est le cercle qui est vicieux, je ne me permettrais pas de le dire des personnes) qui les rend dépendants d'une société de moins en moins "riche" (les réserves ne sont plus celles de qu'elles étaient dans les années 60 et la dette augmente) et les marginalise.

15 avril, 2008 13:26  
Blogger balmeyer dit ...

Bien dit : "je lis dans les yeux du gouvernement...", je ressens la même chose.

Tout est précautionneusement emballé, avec un joli papier, mais que faut-il déchiffrer là dedans ?

De toute façon, quand on fait "tout pour rassurer" de la sorte, c'est un peu suspect... :)

C'est un peu "tapons dans le social, mais non, pas ce social là, aucun, rien, j'ai rien dit, le social des méchants , seulement..."

15 avril, 2008 13:37  
Blogger Vicnent dit ...

On voit là toute la différence entre un vrai journaliste, un journaliste et un blogueur : qq lignes où l'on apprend rien, qui jettent l'anathème et ne propose rien. Et pour cause, l'article reprend tout ce qu'on sait déjà, sans aller au nécessaire au delà afin que ça devienne constructif...

C'est dommage Luc, il y a pourtant matière à fouiller, à confronter et à penser...

15 avril, 2008 13:52  
Blogger Jean Maillet dit ...

ce sont les travailleurs qui payent pour les chômeurs, cela s'appelle l'UNDEDIC, les ASSEDIC, c'est la solidarité entre travailleurs via les cotisations sociales

15 avril, 2008 13:56  
Blogger balmeyer dit ...

Vicnent, ah la leçon, quelle purge !

La chronique, le ressenti, le journal intime, engagé aussi, ont droit de cité. Tant qu'il n'y a pas de contre vérité, un type au chomage peur lacher "m.. ça ne va pas dans le bon sens" sans se faire remettre les pendules à l'heure.

Mais bon, je pense que dans ta galaxie, il doit y avoir plein de vrais journalistes hyper intègres et sérieux, du style "passe moi le sel, je vais te prouver relevés sanitaires à l'appui que mon steak manque de sodium".

15 avril, 2008 13:59  
Blogger Lancelot dit ...

PRM >> pour moi la priorité est de faire une véritable politique de relance de l'emploi et d'enfin se préoccuper des plus pauvres, pas de les stigmatiser. Et sinon, je suis pour la hausse des impôts pour les revenus les plus élevés.


Jean >> merci pour la précision.


Vicnent >> je rappelle pour mes lecteurs que tu es adhérent à l'UMP, ça peut toujours être utile. J'imagine que tu utiliseras ton blog pour "aller au nécessaire au delà afin que ça devienne constructif...". Par ailleurs je pose des questions dans cette note, libre à toi d'essayer de m'y répondre si une once de débat de fond t'intéresse ...


balmeyer >> passe moi le sel !

15 avril, 2008 14:13  
Blogger The Fat Dyke dit ...

Il y a comme une brise britannique sur le gouvernement français...
Tu vas devoir faire l'homme sandwich si tu ne fais pas attention mon 'tit Lancelot.
Cela serait dommage de gâcher un tel talent...
quoi que, je te mangerai bien...

15 avril, 2008 14:32  
Anonymous PRM dit ...

à Luc :
Oui, je sais bien que l'on ne voit pas les choses de la même manière.
Mais pour moi, il faut inciter les gens à ne pas se sortir de l'emploi pendant de longues périodes. Car après, c'est évidemment l'engrenage. Difficultés à convaincre l'employeur de ses qualités quand personne n'a eu besoin de vous pendant de nombreux mois...
En bref, tirer les gens vers le haut.
Mais bon, je me répète.

15 avril, 2008 14:41  
Anonymous romain blachier dit ...

quand tu vois les offres que font les anpe, pas adaptés du tout aux profils des demandeurs d'emploi, tu prends peur!
www.lyon-7.fr

15 avril, 2008 15:30  
Anonymous Anonyme dit ...

Je pense qu'il ne faut pas avoir connu les offres complètement farfelues de l'ANPE pour penser que c'est la faute des chomeurs s'ils ne prennent pas ce que leur propose.

15 avril, 2008 16:03  
Anonymous Anonyme dit ...

marre que l'on montre du doigt les plus faibles:
la délinquance augmente, on montre du doigt l'imigration (aux dernières nouvelles le solde migratoire en france était nul);
le deficit du système social se creuse, on remontre du doigt les imigrés (en passant, ils sont pas nombreux mais ils auraient fait un de ces trous, trop fort);
le président d'un syndicat de patron détourne des millions et on montre du doigt les syndicats de salariés;
le pire, c'est que l'on montre du doigt même les salariés en leur faisant comprendre qu'ils ne sont qu'une charge pour l'entreprise dont on se passerait bien.
trouvons nous normal que le revenu du travail puisse être taxé jusqu'à 40% et que le revenu du capital puisse échapper à toute taxation, homis 11 % de csg/rds?

la politique de ns c'est plein de poncifs qu'il érige en vérités, pour ensuite se faire fort de les pourfendre.sous vos applaudissements.

et puisqu'il faut ici donner des idées (en plus d'être dégoutés) en voilà:
commençons par arréter la multiplication des dispositifs de défiscalisations sur les revenus du capital, contrôlons plus justement l'obtention des multiples aides aux entreprises (elles sont de toutes natures, avantages, cash, exonérations,prêt à taux zéro,...) ce sont aussi les deniers publics.

une dernière chose: contrairement à une idée reçue, ce n'est pas le pied d'être au chômage ^^

15 avril, 2008 16:32  
Anonymous AP dit ...

Tout de suite les grands mots, ils font la chasse aux glandeurs et pas aux chômeurs tu as dû mal entendre...

15 avril, 2008 16:54  
Blogger Lancelot dit ...

the fat dyke >> je ne suis pas comestible.

prm >> nous n'avons pas la même conception du rôle de l'Etat, c'est sûr :)

romain >> je souscris.

anonyme >> je confirme.

ap >> tu as dû mal lire entre les lignes ;)

15 avril, 2008 17:44  
Blogger Vicnent dit ...

je réponds rapidement.

1/ Balmeyer : merci pour la conclusion... on sent le coté constrcutif. J'ai simplement dit à Luc que je trouvais dommage que... en indiquant ce qui péchait et de quoi améliorer...

2/ Luc. Nous nous connaissons. Oui, je suis adhérent à l'UMP. Mais en aucune manière mon engagement militant ne me dicte mon texte : mon dommage est un encouragement... Quant à l'UMP, il m'arrive d'être violent et cassant voir il y a quelques jours...
D'autre part, je n'accepte pas les remarques du style : "fais d'abord une vraie critique du sujet, et seulement après tu pourras venir critiquer". Je lance 3 gros projets, et ces 4 dernières semaines, j'ai bossé plus de 330 heures...
Veux tu faire un texte à 4 mains ? On en rediscute par mail, où à la RdB ou à Paris Carnet...

15 avril, 2008 17:54  
Blogger balmeyer dit ...

Vicnent : j'ai tenté de faire une remarque humoristique un peu vacharde (tu as dit lire pire, en tant que blogueur UMPiste, non ?)

Tu dis "qq lignes où l'on apprend rien, qui jettent l'anathème et ne propose rien.", je trouvais ça un peu dur, plus que "dommage", d'autant que je prends cet article comme un "billet d'humeur". Il y a des billets qui "expriment", d'autres qui "proposent", celui-ci appartient à mon avis à la première catégorie. Quelques tournures qui "traduisent" bien un sentiment.

J'ai été titillé, car j'ai déjà vu des articles où Luc égratignait le gouvernement avec des commentateurs disant : "billet vide, aucune proposition concrète, aucun argument constructif", comme s'il fallait faire un rapport Attali à chaque billet ! ;-)

15 avril, 2008 19:01  
Blogger balmeyer dit ...

Nicolas : mort de lol !

IbalmeyerBul soulagé qu'on ne parle plus de son vomi

15 avril, 2008 19:02  
Anonymous le chafouin dit ...

"Pourquoi je lis dans les yeux du gouvernement la volonté de déclarer ouverte la chasse aux chômeurs?"

Mais vraisemblablement parce que tu es de gauche, non? ;)

Plus sérieusement, je crois que tu as raison de dire que le fond du problème, ce sont les conseillers de l'ANPE et l'inadéquation de l'offre et de la demande. Le fait qu'on n'est pas aidé. Qu'il faut être très motivé pour s'en sortir.
Je suis loin d'être libéral, mais je me dis que si l'Etat est le payeur, et en tenant compte du respect qu'on doit avoir pour les personnes, leur parcours, leurs compétences, peut-il ou pas dire "toi tu abuses, tu pourrais accepter telle offre, ce n'est pas très éloigné de tes désirs"?

Je pense que partir du principe que le gouvernement a envie de casser du pauvre, ce qui est certainement très caricatural, ne permet pas d'avancer. Je suis assez sceptique sur ce genre de politiques dans la mesure où comme tu le dis, la précarité conduit très vite à la rue. Mais il ne faut pas être naïf, non plus. As tu lu par exdemple l'article d'authueil sur ce point, qui permet d'avoir une autre vision de la réalité?

15 avril, 2008 22:52  
Anonymous Fotini dit ...

Ma belle-soeur vient de refuser un emploi à 2 h de chez elle à la campagne... elle a 2 enfants dont un pas scolarisé et le père est militaire. Qu'en fait-elle ? L'ANPE lui dit que c'est son problème...

16 avril, 2008 12:44  
Blogger Lancelot dit ...

Chafouin >> malheureusement l'ANPE ne remplit pas son rôle. Et le gouvernement attaque le problème par le mauvais angle, en communiquant sur la pénalisation des chômeurs, ce que je condamne.


Fotini >> Imagine qu'en Angleterre, le chômeur doit accepter un emploi sans prise de compte de l'éloignement du domicile ...

16 avril, 2008 18:35  
Anonymous PRM dit ...

Je pense que malheureusement, c'est bien la demande qui est inadaptée à l'offre. Il y a des emplois dans les filières (le bâtiment, et à tous les niveaux, pour ne prendre qu'un exemple) délaissées par les étudiants et de la demande dans des filières sans débouchées.
C'est pour cela qu'il faudrait commencer par sensibiliser les jeunes à ces problèmes dès le début du processus d'orientation.
Parfois, on se rend compte qu'il ne faut pas confondre sa carrière avec ses passions, ses centres d'intérêts naturels. Passée la déception, on se rend compte que l'on a fait les bons choix.

16 avril, 2008 20:36  
Anonymous Anonyme dit ...

Il est très simple de se débarrasser de la mesure de l'ordure hongroise qui nous dirige. Il nous suffira d'accepter le poste puisqu'on ne pourra pas faire autrement, mais de s'en faire virer. J'ai expérimenté ce système qui marche très bien. On ne pourra pas nous reprocher le refus du job et nous priver de nos droits. Quelques idées pour ça utilisées personnellement : défaut de ponctualité 'normal si vous venez de loin', relations détestables avec les patrons et les collègues, qualité de plus en plus dégradée de votre boulot, montrez-vous incapable de tenir une cadence et si plusieurs jours s'écoulent avant qu'on ne vous vire, ralentissez encore plus. Avec tout ça, croyez-moi vous en serez vite libéré de ce boulot et vous chercherez uniquement ce qui vous intéresse et vous apparaît viable.

Rien ne vous oblige pas la suite à mentionner ce genre de m... dans votre CV. Autre idée très utile : si vous avez eu comme moi de nombreux boulots différents, n'hésitez pas à condenser votre CV en mettant moins de boulots, mais en rallongeant les périodes, surtout les plus anciennes.

N'ayez aucun scrupule à truander votre CV. Les patrons et les nuisibles de droite n'en ont aucun vis à vis de vous pour vous traiter comme de la m...

28 avril, 2008 08:01  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home