]]>

22 juin 2008

Olivier Besancenot, le danger de l'opposition

Partager
Olivier Besancenot, meilleur opposant à Nicolas Sarkozy. C'est un sondage OpinionWay pour Le Figaro qui le place devant Bertrand Delanoë, Ségolène Royal et François Hollande. Un autre sondage de BVA pour L'Express place le leader de la LCR comme troisième personnalité politique français que les Français souhaitent voir prendre de l'influence, juste derrière Bertrand Delanoë et François Bayrou, mais devant Ségolène Royal. En terme de popularité, Olivier Besancenot se place désormais parmi les 5 hommes politiques les plus appréciés des Français, dépassant allègrement les 40% d'opinions favorables.

La sympathie significative portée à Olivier Besancenot ? Un "effet Michel Drucker". Invité dans l'émission du meilleur ami de la ménagère de plus de 50 ans, Besancenot est dédiabolisé et rentre dans l'establishment des paysages médiatique et politique français.

Seconde raison de ce sursaut de popularité, la LCR est présente sur le front de tous les conflits sociaux, au combat contre toutes les actualités gouvernementales. Une Ligue à toutes les manifestations, une Ligue qui communique par dépêche à chaque nouvelle loi. Là où la gauche traditionnelle a déserté le pavé et le rôle d'opposant, la LCR trouve un boulevard dans le coeur des Français anti-sarkozystes.

Troisième raison, et non des moindres, Olivier Besancenot lui-même. Sur le papier un non-professionnel de la politique, qui médiatiquement n'hésite pas à montrer et crier qu'il continue, lui, à travailler, et de facto en devient plus proche des travailleurs. La professionalisation des métiers de la politique, au Parti Socialiste principalement, nuit gravement à l'image d'un parti proche des préoccupations du Français moyen.

En contradiction totale avec sa doctrine, Olivier Besancenot incarne seul toute la vie de la LCR. Seul leader de son parti. Les luttes de pouvoir aussitôt écrasées et étouffées. Le conflit interne, et là encore le PS s'avère à l'exact opposé de cette image, n'a pas lieu d'être et de transparaître.

Alors que la seule image véhiculée depuis des années par le Parti Socialiste est celle d'un mouvement n'arrivant pas à éteindre les flammes ardentes de luttes d'ego, l'extrême-gauche s'est trouvée un seul et unique porte-parole en la personne de Besancenot. Alors que le bruit médiatique renvoyé par le PS est occupé à 90% par des petits mots assassins entre camarades, celui de la LCR porte à 100% sur la lutte au gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Olivier Besancenot continue d'ailleurs sa route. Faisant de la LCR table rase, il crée son Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). Peu ou prou la même chose, mais la disparition des mots "communiste" et "révolutionnaire" ne peut être interprétée comme un hasard. Le nouveau nom gagne en légitimisation et devient symboliquement plus sage, médiatiquement et donc électoralement plus accessible, moins effrayant.

Le PS, comme si ses luttes pachidermesques ne suffisaient pas, crée donc un groupe de réflexion sur l'extrême-gauche. Avec la tête de cette commission Henry Weber, Daniel Vaillant et Bruno Leroux, le Parti Socialiste prouve une nouvelle fois encore son incompréhension de ce que les Français attendent de lui : être le principal opposant à Nicolas Sarkozy. Plus les leaders du PS gagneront en sympathie dans les rôles de combattants à la droite et d'alternative crédible à sa politique, moins le leader de la LCR sera audible. Taper sur Besancenot ne fera que le renforcer. Forcément, la gauche du PS se rebelle contre ce groupe de travail anti-Besancenot, devenant une nouvelle source de conflit entre socialistes. Et il est fort à parier que les médias de droite se délectent à l'avance de ces dissensions.

Principe des vases communicants. Le PCF est moribond. Le PS inaudible et sclérosé par lui-même. Les électeurs le regrettent. Et se retournent donc vers le NPA de Besancenot. Eparpillement des voix, donc difficulté pour la gauche dans son ensemble à constituer un véritable pôle face à l'UMP.

Plus Besancenot monte dans les sondages, plus la LCR prend de l'importance sur l'échiquier politique, plus Besancenot pensera être indispensable, accroissant de fait sa soif de pouvoir, revendiquant alors au moment des tractations électoralistes une plus grosse part du gâteau. La gauche peut se faire du soucis, elle n'en a pas fini de se taper la tête contre les murs.

Le PS d'une part ne réussira pas à trouver une position commune à adopter face à la montée de Besancenot. Alliance ou rejet ? Sans réfléchir à l'envers : que souhaite Besancenot ? Jouer avec les socialistes ou se la jouer perso ? Accepter des accords avec les socialistes, ou casser la gauche à cause de lui ? La LCR (ou le NPA), le temps venu si la gauche remporte un jour les élections nationales ou si la question se pose, acceptera-t-elle de participer à la gestion du pouvoir ? Protester, Besancenot y excelle ; gouverner, Besancenot devra faire des concessions. Le voudra-t-il, sachant qu'il se coupera alors d'une partie de sa base la plus extrême ?

La soif de pouvoir de Besancenot dépendra en parti de l'avenir de la gauche française, le PS n'étant pas prêt de s'enlever la balle qui gangrène son pied depuis des années. Nicolas Sarkozy a de beaux jours devant lui.

(Photo : Philippe Leroyer)

Libellés : , ,

20 Commentaires:

Blogger FalconHill dit ...

Danger que de l'opposition ? De la même manière que Le Pen, n'est il pas tout simplement un danger pour la France ? Quand bien même leur légitimité soit réelle ?

Bon dimanche Luc (faut pas passer tout son dimanche devant son PC malheureux)

22 juin, 2008 15:37  
Anonymous Thieffaine dit ...

Bravo Luc , commentaire brillant digne d'un grand hebdomadaire (Je ne compte pas " Marianne " comme un grand hebdo mais comme une revue des revues , ou un conglomérat de courrier des lecteurs )
Bravo encore , mais je pense comme Falconhill il serait un vrai danger pour la France !

TAdF

22 juin, 2008 15:41  
Blogger Etienne B. dit ...

Et si tu avais tout faux ?

Besancenot peut être un allié comme il peut être un danger. Il galvanise le "peuple de gauche".

Mais aucun sondage ne pose la vraie question qui se pose lors d'une véritable élection : est-ce qu'il est apte à gouverner ? Et les français ne sont pas dupes.

On va ressortir le spectre de 2002. Mais en 2002, le problème venait de l'extreme gauche ET de l'extreme droite.

Le danger n'est pas au second tour et il ne l'est plus non plus au premier.(vous croyez à une LCR superieure au PS même moribond ?)

Qu'il galvanise, les reports se feront. Besancenot n'est pas de la génération inconsciente préferant la Droite à une Gauche "molle".

Le danger vient de Sarkozy, pas de la LCR, il ne faut pas se tromper.

22 juin, 2008 16:44  
Anonymous Antonin dit ...

Je pense que tu te trompes lorsque tu dis qu'Olivier Besancenot est le leader de la LCR. Il en est plutôt représentant voire porte parole. Il y a Krivine dans son ombre.

Sinon, je trouve ton état des lieux plutôt conforme à la réalité politique du moment.

J'ai hate de voir la doctrine du NPA. Nous verrons si les communistes parviennent à renouveller leur idéologie.

22 juin, 2008 18:21  
Blogger comité-de-salut-public dit ...

En un mot : lol.

"Plus les leaders du PS gagneront en sympathie dans les rôles de combattants à la droite et d'alternative crédible à sa politique, moins le leader de la LCR sera audible."

Mouhahaha.
Autant dire que c'est plus un boulevard, là, c'est l'autoroute à 8 voies avec aires de repos et stations services.

Et la proposition d'OB de bloquer les entreprises plutôt que faire des manifettes va être très bien reçue par les syndicalistes excédés par les reniements de leurs bureaucratie, et va sans doute donner des idées à pas mal de salariés.
Non, vraiment, c'est sympa, en ce moment. Pour nous.

Ah, et bien évidemment, j'attends aussi les européennes de 2009 ; rien que pour voir les socialos venir pleurer pour qu'on donne les voix sans lesquelles ils ne pourront rien faire. Ce qu'on fera peut-être, d'ailleurs.
Mais à nos conditions, cela va de soi.

22 juin, 2008 18:52  
Blogger arno dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

22 juin, 2008 18:59  
OpenID naturellement dit ...

Très bonne analyse.
J'y ajouterais deux choses :
1 - que le jeune fonctionnaire postier Besancenot se trouve nommé dans une planque à Neuilly/Seine, alors que Sarkozy en est maire, qu'il se trouve invité chez Drucker, le collègue de vélo de Sarkozy, cela devrait ouvrir certains yeux sur la réalité de la LCR, idiots utiles de l'UMP comme le FN l'était pour la gauche
2 - Rouillan, terroriste d'Action Directe, a rencontré Besancenot et a affirmé qu'il rejoindra le NPA. Rouillan continue d'affirmer que l'assassinat d'êtres humains peut être une option politique... Il y a donc de vrais doutes sur l'orientation politique du NPA, s'il partage les idées de Rouillan, il sort du camp républicain, et devra être combattu par tous, gauche y compris
voir mon blog là-dessus
http://www.naturellement.org

22 juin, 2008 19:04  
Anonymous asse42 dit ...

Et tu comptes nous faire peur avec lui? On sait qu'il est monté artificiellement par les médias de droite. Sarko veut sa revanche et mettre une épine dans le pied du PS comme la droite l'a eue avec le FN.
Bon il essaye le retour à l'envoyeur. C'est sa stratégie.

Mais là où tu as raison c'est sur la réaction assez pitoyable du PS. Ils ne savent pas comment faire. La seule qui pourra lui ôter sa popularité artificielle c'est ségolène Royal. D'ailleurs c'est la seule qui accepté de débattre avec lui, et c'est la seule à être plus populaire que lui dans les quartiers et à être respectée dans les entreprises. Personne d'autre au PS peut se targuer de cette force. Et en plus elle est aussi respectée par Bové et les alters.
C'est pourquoi actuellement tout est fait pour la mettre hors du jeu socialiste. Ce serait un grand danger pour l'opposition à sarko.

Il préfère Delanoë. Consensuel, parisianiste comme lui, les mêmes amis,etc... Bref la politique en famille quoi!

Ne t'inquiètes pas on compte bien mettre le bordel là-dedans!:o)

22 juin, 2008 19:55  
Blogger comité-de-salut-public dit ...

"On sait qu'il est monté artificiellement par les médias de droite"
"On" : Qui ? Preuves ? Sources ?

Vraiment excellent, ce comm' : toute la France prend dans la gueule grâce aux "réformes", et lui, il ne pense qu'à taper sur Delanöé...

Non, sérieux, continuez comme ça, les mecs. Ne changez rien, vous êtes géniaux. Bisous.

22 juin, 2008 21:01  
Blogger Guillaume De Thomas dit ...

Ah ! Les sondages.... Caution morale de ceux (journalistes) qui citent des chiffres dont ils rêvent....

Heureusement qu'ils sont là, les sondages... sinon, qui pour aimer Besancenot et détester Sarko, à part bien sûr, ceux qui commandent les dits sondages et ceux qui les lisent !?!

23 juin, 2008 00:39  
Anonymous dedalus dit ...

un billet très intéressant... qui m'évoque cependant deux regrets :

1- que l'analyse n'aille pas jusqu'à son terme, c'est-à-dire jusqu'à Bayrou qui est à la droite du PS le pendant de Besancenot sur sa gauche.

tu as exposé les faits, avec talent. il te faut maintenant en faire l'analyse et la synthèse. c'est-à-dire sortir de la position confortable d'observateur éclairé et faire de la politique (mettre les mains dans le cambouis, comme n'aime pas qu'on dise le facteur).

2- ce "dépandra" dans la conclusion du billet, ça fait tâche... - d'ailleurs, au-delà de la faute d'orthographe, la phrase elle-même est assez peu intelligible, obscure en vérité.

23 juin, 2008 10:24  
Anonymous Mistral dit ...

Besancenot est un petit fils à papa maman bien fonctionnaire bien endoctriné.

Il n'est que le résultat de la politique menée en France ou une partie du pays travaille pour les autres, ceux du "service publique" et autres ...

Besancenot est un imbécile qui s'ignore.

23 juin, 2008 10:30  
Blogger ANTHONY dit ...

L'ascension d'Olivier besancenot est peut être artificielle... une bulle médiatique comme on en a connu beaucoup ces dernières années... une forte popularité ne se transforme pas forcément en bulletins de vote.
En plus, ce n est pas forcément une mauvaise chose pour le PS puisque Olivier besancenot peut prendre des voix à Francois Bayrou ( je pense notamment aux profs décus des socialistes qui avaient voté pour lui en 2007)
Un Le Pen à plus de 15% n'a pas empêché Jacques Chirac de gagner deux elections présidentielles consécutives ... de la même manière, ce n'est pas Besancenot qui empêchera le retour de la gauche au pouvoir. Par contre, la médiocrité de leaders socialistes (crise de leadership) peut l'amener à rester longtemps dans l'opposition

23 juin, 2008 12:15  
Anonymous eric dit ...

"La soif de pouvoir de Besancenot dépandra en parti de l'avenir de la gauche française, le PS n'étant pas prêt de s'enlever la balle qui gangrène son pied depuis des années. Nicolas Sarkozy a de beaux jours devant lui."

Mais tu es fou? Le pouvoir il n'en veut surtout pas!
Les seules fois où la LCR a eu des élus ça s'est mal terminé pour elle.

Non, OB veut juste faire une longue carrière politique.

23 juin, 2008 12:18  
Blogger Lancelot dit ...

Falconhill et Thieffaine >> merci, et je vous rejoins sur le "danger" de Besancenot, mais ce n'était pas là le but de cette note ;)


Etienne >> je ne nie pas le danger de la politique de Sarkozy. Mais je ne suis pas convaincu du tout du report des voix de Besancenot vers le PS. Et puis, une LCR devançant le PS, qui nous dit que ça ne peut arriver ?


Antonin >> Krivine plane sur la LCR, mais son pouvoir est désormais limité. Et puis j'emploie le mot "porte parole" au sens littéral et non pas de l'organigramme de la Ligue.


CSP >> je savais que cette note te plairait mon Titi :)


Naturellement >> merci pour ces infos précieuses, très enrichissantes.


Guillaume >> tu connais ma méfiance des sondages, mais ils servaient principalement à introduire le sujet, et ils sont cependant une image plus ou moins évasive d'une impression globale.


Dedalus >> merci pour le correcteur d'orthographe :)


Anthony >> attention la bulle peut aussi grossir ...


Eric >> La LCR ne veut pas du pouvoir, on est d'accord. Mais Besancenot ? Je n'en suis pas aussi sûr ...

23 juin, 2008 16:33  
Anonymous Founet dit ...

Quand bien même Besancenot souhaiterait du pouvoir, il devra composer avec son organisation n'en veut guère.

La LCR est de toute façon incapable d'assumer la moindre responsabilité politique, même au niveau local. Ca n'a d'ailleurs jamais fait partie de ses méthodes. Elle n'a pas la moindre expérience en la matière. Elle préfère être dans les manifestations. Ce qui n'est pas nécessairement mauvais d'ailleurs, sauf que ça ne constitue qu'un aspect de l'action politique. Critiquer est une chose. Proposer et élaborer un projet raisonnable et crédible en est une autre. Quand on proclame l'interdiction des licenciements par exemple, ça n'engage à rien. L'idée est même tellement excessive qu'elle n'est pas, au fond, plus irrationnelle que celle qui consisterait à proclamer l'existence du Père Noël.

On ne tardera pas non plus à constater toute la vacuité du NPA. Les factions d'extrême gauche, si obnubilées par le purisme idéologique, seront incapables de se fédérer. Elles ont d'ailleurs été incapables de soutenir un même candidat en 2007. Chacune a pris le sien. C'est plus commode et, ainsi, il n'y a aucune raison de transiger et de négocier avec ses partenaires.

En ce qui concerne le PS, il est normal qu'il soit pour l'instant inaudible, étant tout entier absorbé par son Congrès. Il est en recherche d'un nouveau leader qui puisse avoir l'autorité nécessaire pour clore définitivement le chapitre du 22 avril 2002 (qui a été pour tous les socialistes un véritable traumatisme politique) et mettre au pas la vieille garde du parti (celle qui a ferraillé dans l'ombre contre Ségolène Royal, s'asseyant ostensiblement sur la ligne politique assignée au PS par les militants). Ce sera un moment décisif mais passionnant qui donnera lieu à des échanges musclés.

Le PS est une vieille maison que l'on se plaît à enterrer un peu trop vite. Si vite d'ailleurs qu'on en oublierait qu'il est depuis plus de 30 ans le parti de gauche incontournable, actuellement à la tête de 21 région sur 22, d'une soixantaine de départements et de milliers de communes. Le PS, avec ses milliers d'élus, est bien au contact de la réalité quotidienne.

23 juin, 2008 23:44  
Anonymous Thieffaine dit ...

" Etre au contact des réalités quotidiennes " ne veut pas dire pouvoir ou savoir les résoudre et la LCR en est incapable . TOTALEMENT INCAPABLE.elle ne sait que pérorer !

TAdF

24 juin, 2008 15:27  
Anonymous Anonyme dit ...

Y en a qui sous estime la LCR leur stratégie de base politique est la la meilleur à l'heure actuelle car y a quelle qui pourra stopper ce qui appauvrit les gens de + en +, il faut mettre une claque à tous ces actionnaires capitalistes pour enfin qu'on construise nos propres énergie saine sans nucléaire, je regardais la derniere fois un site où des economistes et scientifiques c'etait réunies pour etablir un plan de construction d'eolienne et de voiture electrique ça permettrait d'employer + de 4 millions de personnes de quoi enlever le chomage et d'éviter de mourrir de graves conséquences de la pollution ou accident nucleaire.

Puis je pense sur ce qui disent que la lcr est dangereuse elle est quand meme beaucoup moins que l'ump et le ps qui eux veulent continuer avec ce capitalisme et cette pollution qui risque fortement de tous nous tuer si on ne fait rien et je pense que dans la lcr y a les personnes les plus intelligentes et compétentes pour changer notre monde dans ce qu'on attend tous mais que beaucoup n'ont jamais su faire car trop sont attirer par les interets du patronat ou voir utopique à voir la réalité en face que la vie est plus importante que leurs profits.

09 juillet, 2008 01:29  
Anonymous Anonyme dit ...

Prolétaires, sauvez le travail,
arme souveraine du capitalisme, des terroristes de la faim!

(ici parfois, et plus souvent encore à l'autre bout du monde ...)

Le roi Ubu a eu de nombreux enfants qui eux mêmes n'en finissent pas de se reproduire, le pire est à venir, car rien ne peut arrêter cette épizootie...

19 février, 2009 11:38  
Anonymous Anonyme dit ...

bonjour

un petit test
Aller sur le site de la LCR
http://www.npa2009.org/
regarder le nuage de tag en bas
rien de flagrant ?
Palestine et Israel en gros, beaucoup d'implication de la lcr pour cette région du monde ... ;)
bon ok, cest normal de défendre les injustices dans cette partie du monde.

Maintenant rechercher Darfour dans le module de recherche, il vous demande alors de vérifier l'orthographe.

C'est pas vendeur comme région,
hommes politiques = business men


A+

14 mars, 2009 13:29  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home