]]>

27 juillet 2008

Obama : bientôt la gueule de bois ?

Partager
Une note à lire sur le blog du journaliste au Nouvel Observateur, Vincent Jauvert. Vincent Jauvert revient sur la venue de Barack Obama en France, et sa rencontre avec le Président de la République, Nicolas Sarkozy. Il nous invite à la lecture de la tribune de Maureen Dowd dans le New York Times.

Voici le paragraphe de l'article de Maureen Dowd qui retient tout particulièrement l'attention de Vincent Jauvert. Des propos tenus par le Sénateur Barack Obama juste après sa rencontre avec Nicolas Sarkozy : "Il y a un avantage concret à ce que non seulement les chefs d'État étrangers vous apprécient mais aussi à ce que les populations de ces pays aiment le président américain: car, du coup, c'est plus facile pour Sarkozy d'envoyer des troupes en Afghanistan si son électorat aime les États-Unis".

Et Vincent Jauvert d'en faire cette analyse : "autrement dit, la stratégie d'Obama vis à vis de l'Europe est de séduire les populations à un point tel que les dirigeants du Vieux Continent se sentent contraints (ou capables) de partager les fardeaux internationaux de l'Amérique (en Afghanistan notamment)".

Lire la note de Vincent Jauvert.

Libellés : , ,

5 Commentaires:

Anonymous Patrice dit ...

Excellente analyse des propos d'Obama qui semble avoir compris le système. Il faut aussi qu'un candidat soit "aimé" par son propre peuple pour devenir un président "aimé" s'il est élu, et réussir à faire accepter ce qu'il entreprend. Malheureusement lors de la dernière élection en France nous avions deux candidats qu'une majorité de français n'aimait pas. D'où les difficultés pour Sarko de faire accepter toutes ses réformes et décisions.
Merci Luc.

27 juillet, 2008 16:26  
Anonymous FrédéricLN dit ...

Barack Obama est en effet convaincu que pour défendre la démocratie dans le monde, menacée par bien des choses dont la rareté du pétrole et les intégrismes de tous bords, il faut s'y mettre à plusieurs ; que les États-Unis ont besoin de l'accord des autres, pas seulement de leur passivité, pour réussir ; qu'une des missions d'un gouvernement, *aussi aux Etats-Unis*, est de faire apprécier son pays à l'extérieur... et sait qu'il y a du boulot.

27 juillet, 2008 22:09  
Anonymous Mistral dit ...

Encore une vision nombriliste ...

Aller expliquer à un américain du middle east l'interet de mettre les pieds en france, en europe ..

C'est ou la france ???

Obama est en campgane électorale dans un pays assez "binaire".

Son propos est destiné aux électeurs américain.

Par contre je remarque la grande amitié entre notre président et ce candidat ...

28 juillet, 2008 08:31  
Anonymous Newsnours.com dit ...

On nous bassine avec l'Europe, l'Europe et l'Europe et on parle + des élections américaines que de n'importe quelle élection en Europe.
On nous bassine avec la chine et les chinois et on nous parle + des USA que de n'importe quel autre pays au monde.
A quand des medias sans autant d'USA ? Ce qui permettrait d'arrêter de se positionner forcément contre ou avec. On a réussi à se débarrasser de l'influence du dollar. Débarrassons nous du reste aussi

28 juillet, 2008 15:56  
Anonymous Julien dit ...

Cher Luc,
Je suis étonné que tu n'aies pas remarqué les trois boulettes du discours de Sarkozy à l'occasion de la venue de Barack Obama :

http://www.dailymotion.com/politistution/video/x68x5a_sarkozy-karcher-et-portable_news

Première boulette : Rice est américaine.
Deuxième boulette : il y eu un mort à Villiers-le-Bel
Troisième boulette : les émeutes de Villiers-le-Bel ont bel et bien eu lieu après l'élection présidentielle.

Pourquoi les médias ne relèvent-ils pas ce genre de bourdes qui ferait bondir, à n'en point douter, toute la meute de sarkozystes si ça avait été Royal qui les aurait proférées...

28 juillet, 2008 17:22  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home