]]>

03 juillet 2008

Quid des droits de l'homme au Tibet ?

Partager
Souvenez-vous. Lors du passage de la flamme olympique à Paris. Quel blog, quel radio, quelle chaîne de télévision, quel journal n'a pas parlé des droits de l'homme au Tibet ? Combien de femmes et hommes politiques, combien de chanteurs acteurs comédiens, combien de people, combien de journalistes n'a-t-on pas vu occuper l'espace médiatique afin de soutenir le Tibet libre ? Free Tibet, chaque français n'avait que ce slogan aux lèvres.

Depuis, la flamme olympique a continué son tour du monde. Robert Ménard ne vocifère plus sur les plateaux de télévision. La France se fout des revendications des tibétains. Le Dalaï Lama n'intéresse plus personne.

Pourtant, dans environ un moi, le 8 Août 2008 exactement, la Chine déclarera officiellement ouverte la 29ème cérémonie des Jeux Olympiques. Le Président de la République Française se rendra bien entendu à Pékin pour le lancement des JO.

Alors à quoi bon tout ce tohu-bohu autour des droits de l'homme en Chine et au Tibet ? Hier, j'ai eu une rapide discussion sur Twitter avec un blogueur communicant, Eric Maillard. Il me parlait d'un "besoin viscéral de l'ordre de la nature humaine : le besoin de vivre des émotions collectives". Je m'interrogeais alors sur ma véritable nature humaine, me méfiant par principe justement de cette "émotion collective". Si l'homme a justement besoin de ces émotions collectives, il serait juste de se poser la question de l'intérêt de cette émotion collective. Au final, à quoi a servi l'émotion collective autour de l'appel au boycott des JO ?

Extrapolons un peu : qui parlera encore d'Ingrid Betancourt dans 6 mois ? A quoi aura servi cette émotion collective ?

6 Commentaires:

Blogger Seb dit ...

Mais personne mon cher Luc. Strictement personne. (Quoi que si parce que je suis intimement persuadé que Bétancourt va revenir sur la scène politique colombienne). Cela s'apelle de la politique spectacle, du médias spectacle. Tout le monde dans l'émotion, dans le dégout, la critique, plus personne dans l'analyse, la conviction, la vision de société.

Le 21ème siècle en quelque sorte, le progès en somme...

03 juillet, 2008 16:30  
Anonymous Mistral dit ...

"Extrapolons un peu : qui parlera encore d'Ingrid Betancourt dans 6 mois ? A quoi aura servi cette émotion collective ?"

Elle aura servi à célébrer la victoire contre la barbarie, contre l'inhumanité.
Petite victoire dans une immense bataille à l'échelle de la planète, mais victoire quand même.

Et à notre époque de technologie, de violence, d'estravagance financière, celà ne fait il pas du bien de voir l'amour d'une mère pour ses enfants, la solidarité d'une famille, le combat pour la liberté, et surtout l'humanité d'Ingrid ?

03 juillet, 2008 16:40  
Blogger Aurélien dit ...

À quoi servent les émotions collectives?

À oublier tout le reste, ce qui peut être à la fois salutaire et dommageable.

03 juillet, 2008 17:02  
Blogger Seb dit ...

@ Mistral: Une victoire contre la barbarie ? Qui vous parle de défaite des FARCS, qui vous parle d'une amélioration des droits de l'homme en Chine ? L'émotion collective ne gagne jamais de combats car la communication sait la juguler.

Une fois le soufflet retombé, tout redevient comme avant, dans le silence oublié par la plèbe qui s'émeut sur d'autres sujets.

Si vous êtes parisiens, jetez un oeil à l'affiche sur le Sael. Elle est diablement criante. "Tout le monde l'a oublié". Cette phrase surplombe une photo d'un enfant d'Afrique, apparemment affamé.

Cela fait réfléchir sur l'efficacité de l'émotion collective dont vous parlez.

03 juillet, 2008 17:49  
Blogger Hervé Torchet dit ...

Slt, le Nantais, je fais ma tournée avant de partir en vacances. Bosse bien et cultive tes écrits.

03 juillet, 2008 21:35  
Anonymous Eric dit ...

Comme quoi on arrive à dire de ces trucs sur Twitter (qui au passage est un outil qui illustre parfaitement bien ce besoin étrange qu'ont les gens de se regrouper autour d'une émotion commune...)

04 juillet, 2008 18:22  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home