]]>

20 août 2008

Elections européennes 2009 : une Europe très nationaliste

Partager
Quelle place occupe l'Europe dans le cœur des européens ? Quel poids pour l'Europe sur Internet ? On parle régulièrement du désamour des citoyens européens pour cette Europe. Qu'en est-il au travers du prisme Google ?

Je me suis intéressé à faire une comparaison dans Google entre le poids de l'Europe et de chaque pays. Voici ma méthodologie. Pour chacun des 27 pays de l'Union Européenne, j'ai cherché le nombre de résultats pour deux occurrences : le nom de ce pays traduit dans sa langue, et Europe traduit également dans cette même langue. Pour rendre les résultats plus significatifs, j'ai effectué cette recherche dans la version nationale de Google.

Exemple avec le Danemark. Je me suis rendu sur www.google.dk, j'ai sélectionné les "sider fra Danmark" (autrement dit les pages Google du Danemark recensées par Google. Puis j'ai cherché "Danmark" (la traduction du Danemark en danois) et "Europa" (la traduction du mot Europe en danois). On comptabilise donc plus de 39 millions de résultats pour l'occurence Danmark et seulement moins de 16 millions pour Europa.

Une fois cet inventaire effectué, j'ai calculé le rapport entre le nombre de résultats pour le pays divisé par le nombre de résultat pour l'Europe. Ainsi le résultat 2,48 pour le Danemark signifie qu'il y a 2,48 fois plus de résultats pour le Danemark que pour l'Europe dans la version locale de Google.

Cette recherche permet de mettre en comparaison l'importance de l'Europe par rapport à une Nation pour chacun des 27 pays de l'Union Européenne. Puis de comparer.

Ainsi, dans l'ordre décroissant, nous obtenons le classement suivant : Finlande, Slovénie, Autriche, Slovaquie, Malte, Bulgarie, Allemagne, Irlande, Espagne, Pologne, Lituanie, France, Portugal, Italie, Suède, Roumanie, Estonie, Grèce, Danemark, Lettonie, République Tchèque, Royaume-Uni, Pays-Bas, Hongrie, Luxembourg et Belgique.

Seuls la Belgique et le Luxembourg montrent plus de résultats pour l'Europe que pour leurs pays respectifs. L'explication se trouve très certainement dans la forte présence d'institutions européennes dans ces deux pays. Concernant les autres pays, il n'existe guère de logique évidente au premier abord pour expliquer la disparité. Pas de logique géographie du moins. Pas de logique s
ur la couleur politique des gouvernements des pays.

La France quant à elle se situe en plein milieu de ce classement, avec 4,26 fois plus de résultats pour le mot France que pour le mot Europe. Elle appartient à un groupe rassemblant environ un tiers des pays européens dans lesquels il existe entre 3 et 5 fois plus de résultats pour le pays que pour l'Europe.

Par ailleurs, si ce tableau permet d'obtenir un résultat quantitatif, et sur l'importance que les sites internet de chaque pays accorde à l'Europe par rapport à leur propre pays, il est absolument impossible de se prononcer sur la qualité. Sur le nombre de pages internet contenant le mot Europe, quel en est le nombre d'europhobes ou d'eurosceptiques ? Mais s'intéresser en mal reste malgré tout un intérêt pour la chose.

Les biais de ce genre de résultats sont nombreux : l'on peut considèrer que les résultats rapportés à l'ensemble des populations sont bien plus catasrophique d'un point de vue europhile. En effet Internet reste une place absolument pas significative de l'ensemble des habitants d'un pays, et il est fort à parier que les consommateurs et créateurs de pages Internet soient plus europhiles que les citoyens lambda.

Que pouvons-nous conclure de cet aperçu ? Que les pays européens sont et resteront probablement encore bien longtemps très nationalistes, que le jour où les citoyens européens s'intéresseront plus à l'Europe qu'à leur propre pays n'est pas prêt d'arriver ...

A lire ou relire à propos des élections européennes de Juin 2009 :
- élections européennes 2009 : le MoDem se prépare
- élections européennes 2009 : les députés européens du MoDem
- élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , ,

9 Commentaires:

Blogger Leptitbenji dit ...

Très intéressant travail même si les résultats n'apportent rien d'évident.

On pourrait penser que plus le ratio est faible, plus le pays est europhile, mais le classement des Pays-Bas (non au référendum de 2005) est, dans cette hypothèse, énigmatique.

M'enfin, ce genre de travaux quasi-scientifiques qui nous obligent à nous poser des questions et à chercher des interprétation, j'aime!

20 août, 2008 16:26  
Anonymous Ben dit ...

Il est très intéressant de constater qu'il n'y a rien à constater.
Cela veut surtout dire - et c'est assez rassurant - que les électeurs attendent surtout de l'Europe qu'elle leur donne des réponses sur les problèmes qu'ils se posent, et qu'ils n'ont globalement aucun a priori...

Il me semble bien que le débat existant entre les élites européennes (fédération/confédération/coopération) est bel et bien quelque chose qui reste très loin des critères de vote populaire. Du moins dans la plupart des cas.

Et c'est en cela qu'il faut considérer notre chance : si l'Europe propose clairement, elle peut y gagner beaucoup.

Par la raison, plus que par les fantasmes.

Ben
(Qui n'en reste pas moins un fédéraliste acharné!)

20 août, 2008 17:05  
Blogger Thierry P. dit ...

Il fallait évidemment y penser.
Trois questions :
- Les occurences google sont-elles assez pertinentes ?
- Quid si dans certains pays d'autres moteurs de recherche sont plus utilisés que Google ?
- Il n'y a donc pas de version chypriote ?

Ton travail Luc est conséquent, mais je cherche bien ce qu'il peut signifier comme ça.
Avec des ratios ramenés aux populations respectives de tous ces pays, d'autres résultats pourraient-ils apparaître ?
Comme par exemple celui d'établir l'indice d'intérêt de chaque peuple par rapport à tes deux items.

20 août, 2008 17:58  
Anonymous Bzhita dit ...

Bien que "bruts" ces résultats demeurent néanmoins intéressants : le "poids" de l'Europe est plus ou moins un quart de poids des Etats.

Comme le web reste, malgré tout, un lieu relativement démocratique, cela est un indicateur indirect de la "demande".

Sinon, je suis assez d'accord avec Ben sur le diagnostic et sur le remède de la clarté pour faire renaitre l'envie d'Europe dans les Européens.

20 août, 2008 21:49  
Anonymous Seb dit ...

Une remarque pour la Belgique:

Tu as fait ta recherche en Français, langue qui n'est parlée que par 40% de la populations (les Wallons et les Bruxellois) plutôt europhiles.

Les 60 autres pourcents parlent Flamand et sont plutôt eurosceptiques quant à eux (plus de la majorité des flamands ont voté pour des partis à tendance régionaliste forte).

Mais même là j'ai 27 700 000 références pour "België" et 52 600 000 pour "Europa" soit un rapport encore plus petit (0,52) ce qui me fait craindre que le contenu des pages "Europe" soit effectivement plus eurosceptiques qu'europhiles.

Le débat fédéralisme-confédéralisme-séparatisme qui a lieu en Belgique en ce moment mais aussi l'Europe en avant dans mon pays (comme argument tant pour les unionistes que pour les séparatistes) et peut aussi expliquer le score.

2 autres petites remarques :
je me suis amusé à faire la même chose pour la Suisse (en Français uniquement) et j'ai un rapport de 1,23 soit bien meilleur que la plupart des pays européens. Peut-être vont-ils enfin nous rejoindre ?

La première référence de la recherche sur "Europa" en Flamand parle des satellites de Jupiter. Il serait intéressant de refaire l'exercice avec "Union Européenne" et de le comparer à la même étude réalisée pour les Etats-Unis par exemple.

21 août, 2008 11:30  
Blogger Seb dit ...

Pas mal et intéressant mais le jeu n'est il pas fossé par les démographies ? Je suis également étonné que la France soit le pays qui "réponde" le plus ds Google. A moins que les francais apprécient parler d'eux meme... Surement remarque.

21 août, 2008 16:20  
Anonymous Steakknife dit ...

Par contre "Europe" en allemand (donc en Allemagne et en Autriche), ca se dit "Europa". Il te reste plus qu'à recommencer ton étude :)

21 août, 2008 16:47  
Blogger Etienne B. dit ...

L'idée de ton analyse est bonne, mais ne va pas assez loin pour pouvoir tirer la moindre conclusion.

Il faudrait plutôt faire une recherche de proximité genre "Europe + mot mélioratif" puis "Europe + mot péjoratif correspondant".

En prenant le quotient, pour plusieurs combinaison d'antonymes, et en faisant la moyenne de tout ces quotient on devrait arriver à quelquechose de ressemblant à un coefficient europhile.

C'est déjà plus compliqué.

Et encore, pas certain que ça soit très parlant...

23 août, 2008 13:52  
Anonymous Anonyme dit ...

Ne faut-il pas aussi tenir compte de cela ?

http://fantomette.hautetfort.com/

Fantômette

12 janvier, 2009 18:46  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home