]]>

01 octobre 2008

Mais ils sont où ? Mais ils sont où ? Mais ils sont où, les libéraux ?

Partager
L'Etat français va investir plus d'un milliard d'euros afin de sauver la banque Dexia. On apprend de la bouche de Luc Chatel qu'il "n'est pas exclu que ce financement soit de l'emprunt". Comme si la dette publique française le permettait.

Je m'étonne de ne pas entendre les grands défenseurs du libéralisme en France. Au moins aux Etats-Unis, une partie d'entre eux ont eu le courage de se positionner contre le sauvetage des banques en perdition par de l'argent public. Mais en France, rien. Qui aurait pu croire que Nicolas Sarkozy était un libéral se trompe donc totalement, désormais la France est gouvernée par une clique de communistes. Au secours, Marx, ils sont devenus tous fous !

Libellés :

20 Commentaires:

Anonymous Christopher Lienard dit ...

Nicolas Sarkozy a montré depuis longtemps qu'il n'était pas libéral, bien au contraire. Par exemple il oeuvre pour la concentration des médias, empêche Free d'entrer sur le marché de la téléphonie mobile et de casser l'oligopôle actuel et ne trouve rien à redire contre les centrales d'achat de la distribution.
C'est là le propre du néolibéralisme, d'en être à ce point corporatiste qu'il en devient anti-libéral.
Le néolibéralisme a toujours consisté à opérer des transferts d'argent public vers les entreprises privé (privatisations, guerres et renseignements US menés par des entreprises privées à des contrats mirobolants, explosion de la dette qui génére énormément d'intérêts), si l'Etat rachète des milliards d' actifs sans valeur aux banques cela n'a rien à voir avec de la nationalisation. De même si une banque est nationalisée pour être revendue moins cher par la suite...

01 octobre, 2008 15:21  
Blogger Seb dit ...

Tu déconnes Luc ? Seul les incultes en économie et les démagos de gauche persistaient a parler d'ultra libéral pour Sarkozy. Il nationaliste Alstom, donne son avis sur les barrières douanières, le niveau de l'Euro.

Le libéralisme ne peut être appliqué purement en politique. Comme le communisme fut un échec.

01 octobre, 2008 15:32  
Anonymous Mister Cham dit ...

@ christopher lienard : "...empêche Free d'entrer sur le marché de la téléphonie mobile et de casser l'oligopôle actuel". Là ce n'est pas une question de libéralisme, mais d'amitié. N"oublions jamais que Mr Bouygues est pour Sarkozy "un frère" comme il le dit lui même. L'entrée de Free dans le mobile lui ferait très mal.

01 octobre, 2008 15:47  
Anonymous Christopher Lienard dit ...

@ mister cham :
effectivement, mais pour moi il est bien question de néolibéralisme, ce système où comme aux Etats-Unis les interêts privés et le pouvoir politique sont de mèche pour accroître au maximum le profit de ceux qui sont dans les petits papiers des gouvernants ou les gouvernants eux-même (entreprises liées aux Bush, à Cheney et à Rumsfeld aux USA, à Bouygues, à Lagardère, à Boloré, à Arnault et à Dassault amis de Sarkozy en France)

01 octobre, 2008 15:54  
Anonymous Christopher Lienard dit ...

@ mister cham :
effectivement, mais pour moi il est bien question de néolibéralisme, ce système où comme aux Etats-Unis les interêts privés et le pouvoir politique sont de mèche pour accroître au maximum le profit de ceux qui sont dans les petits papiers des gouvernants ou les gouvernants eux-même (entreprises liées aux Bush, à Cheney et à Rumsfeld aux USA, à Bouygues, à Lagardère, à Boloré, à Arnault et à Dassault amis de Sarkozy en France)

01 octobre, 2008 15:54  
Anonymous guillaumeD dit ...

ma réponse
@ tous les footeux
ils sont à côté des stoppeurs, non?

01 octobre, 2008 16:22  
Anonymous Mistral dit ...

Le libéralisme c'est la libre concurrence.

Ce qui n'est pas le cas en France pour un paquet de profession protégé par leur corporatismes et par des reglementations anti libérale.

Exemple, il n'est pas possible d'ouvrir une pharmacie librement.

Celà nous donne des prix plus élevé qu'ailleurs.

Pareil pour les banques : avons nous vraiment la conccurence entre les banques ?

Les dates de valeurs sont elles différentes ? Et les frais ?

Quand au président, depuis qu'il avait quasi nationalisé alsthom, il n'y avait que les sectaires de gauche pour le qualifier de libéral.

01 octobre, 2008 17:40  
Anonymous Mistral dit ...

Et que je préfère avoir Nicolas président avec la crise que l'on se prend.

Si l'autre folle était au pouvoir, dans quel merdier serions nous ???

01 octobre, 2008 17:41  
Anonymous abadinte dit ...

@ tous les handballeurs,
Ils courent vite.

01 octobre, 2008 17:49  
Blogger Hervé Torchet dit ...

Ils ne sont pas libéraux : ils sont vénaux. Nuance.

01 octobre, 2008 18:09  
Anonymous GuillaumeD dit ...

@ Mistral
brillante démonstration! Tu serais pas du genre à aller dans le sens du vent, toi?

01 octobre, 2008 19:46  
Blogger Pensée Libre dit ...

n'étant pas libéral j'ai dejà fait un article sur ce vole manifeste, j'en prépare un pour demain...

01 octobre, 2008 20:20  
Anonymous Anonyme dit ...

La banque Dexia devait faire faillite. Mardi 30 septembre, la banque Dexia a été sauvée de la faillite par l'argent des contribuables français, belges, et luxembourgeois. Pour renflouer la banque Dexia, le gouvernement français va injecter 3 milliards d'euros, le gouvernement belge va injecter 3 milliards d'euros lui-aussi, le gouvernement luxembourgeois va injecter 400 millions d'euros.

Non seulement le patron de Dexia a mené sa banque à la faillite, non seulement les contribuables vont devoir payer des milliards d'euros pour renflouer la banque Dexia, mais en plus son patron va toucher 3,73 millions d'euros en parachute doré !

Lisez cet article :

" Le patron de Dexia pourrait toucher 3,7 millions d'euros d'indemnités de départ.

Le président du directoire de la banque franco-belge Dexia, qui vient d'être sauvée de la faillite, pourrait toucher une indemnité de départ de 3,7 millions d'euros, selon les termes de son contrat cité dans le rapport annuel de la banque. "En cas de résiliation par Dexia du contrat" qui le lie à la banque, Axel Miller peut prétendre "à une indemnité égale aux rémunérations fixes et variables et autres avantages correspondant à une période de 24 mois", soit deux ans de salaire, indique ce rapport annuel.

M. Axel Miller a touché une rémunération fixe de 825 000 euros en 2007, à laquelle s'ajoute une rémunération variable de 1 039 500 euros, selon ce même rapport annuel. Il toucherait donc 3,73 millions d'euros si les termes de ce contrat s'appliquaient. La banque Dexia n'était pas immédiatement disponible pour confirmer cette information. Axel Miller a dit mardi soir à la télévision belge RTBF qu'il était contre les parachutes dorés quand les patrons ont démérité. "Mais en ce qui me concerne, je n'ai pas démérité, et personne ne m'a dit que j'ai démérité", a-t-il ajouté.

http://www.lesechos.fr/info/finance/afp_00080622-le-patron-de-dexia-pourrait-toucher-3-7-millions-d-euros-d-indemnites-de-depart.htm

Je répète la phrase du patron de Dexia, Axel Miller :

” Mais en ce qui me concerne, je n’ai pas démérité, et personne ne m’a dit que j’ai démérité. ”

Les contribuables français, belges, et luxembourgeois vont payer 6,4 milliards d’euros pour sauver la banque Dexia de la faillite. Axel Miller va toucher 3,73 millions d’euros en parachutes dorés.

Vive la Révolution !

01 octobre, 2008 22:00  
Blogger litteracteur dit ...

Definitivement ton blog merite pas son audience...
Que peut on faire d'autre ?
Je suis pas sarkolâtre, loin s'en faut, mais y'a pas bcp de soluces au bleme
Donc ton billet est d'une effroyable bêtise, et dire que t'as été élu à je ne sais quel poste au sein du Modem; seule question : t'es bien connecté au monde, toi ??
A bientôt dans une réunion publique, on pourra s'expliquer et j'espère que ta pensée aura un poil + de profondeur analytique

01 octobre, 2008 23:28  
Blogger Luc Mandret dit ...

Merci Litteracteur, c'est grace à des gens aussi brillants que toi que ma bêtise trouve une telle audience.

01 octobre, 2008 23:38  
Blogger jeandelaxr dit ...

Le appeau à trolls a bien fonctionné ! ;O)
Autrement, pour la réponse, j'ai bien une idée, mais elle est peut-être un peu salasse ! .O)))))))))

02 octobre, 2008 01:33  
Blogger LOmiG dit ...

Salut,
pour les entendre, encore faut-il vouloir les entendre...

je te recommande la lecture de la tribune de Pascal Salin, dans les Echos, hier (j'en ai fait un résumé sur mon blog, au cas où le lien serait mort : ça devient payant au bout d'un certain temps sur les Echos :( )

à bientôt !

02 octobre, 2008 07:53  
Anonymous Claudio Pirrone dit ...

Les libéraux sont ici :-)

Et déjà le 8 septembre je posais un diagnostic (http://skeptikos.hautetfort.com/archive/2008/09/08/l-economie-illiberale.html)

02 octobre, 2008 12:25  
Anonymous Anonyme dit ...

Luc,

Petite question provoc: tu te dis toujours libéral ?

Julien T.

02 octobre, 2008 21:51  
Anonymous restaurant a paris dit ...

mais qu'est ce que ça veut dire aujourdhui "libéral"??

22 octobre, 2008 04:13  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home