]]>

12 novembre 2008

Congrès de Reims du Parti Socialiste : le MoDem au coeur du débat

Partager
Pour couvrir son congrès, le Parti Socialiste a donné à une poignée de blogueurs la possibilité d'avoir une accréditation semblable aux accréditations presse. L'un de ces blogueurs m'a informé que la direction du PS avait refusé que des blogueurs non sympathisants socialistes bénéficient de cette accréditation. Drôle de décision : pense-t-on à Solférino que tous les journalistes couvrant leur congrès embrassent les idées socialistes ? Une bien frileuse décision, tant de méfiance par rapport aux blogueurs, décidément, la modernité du PS peut encore attendre ...

Et pourtant, j'aurais adoré assister à ce congrès. Observer cette grand-messe. Depuis quelques jours, le MoDem grâce au PS bénéficie d'une publicité sans équivalent. Merci beaucoup. On peut voir une montée de porte-flingues (notamment de Benoît Hamon) dans le paysage médiatique attaquer avec verve Ségolène Royal, dressant le l'étendard démoniaque de François Bayrou comme étant le vil droitiste avec qui la candidate aux élections présidentielles voudrait s'allier.

Ségolène Royal, qui risque de transformer ce congrès de Reims en referendum sur sa personne, réagit par un texte - un "document de travail ouvert", ça fait plus sérieux - dans lequel nous pouvons lire : "la stratégie des socialistes a toujours consisté d’abord à rassembler la gauche, toute la gauche, autour d’un contrat de gouvernement. (...) C’est à partir de cette stratégie que les socialistes ont vocation à s’adresser seulement ensuite à toutes les forces susceptibles de se reconnaître dans le projet socialiste pour battre la droite". Un pas en arrière pour Ségolène Royal, elle qui déclarait encore il y a quelques mois que "Bayrou est passé à côté d’un tournant historique" en refusant dans l'entre-deux tours d'être son Premier Ministre.

Décidément, le Parti Socialiste continue de se perdre. Chacun y perd ses convictions. Chacun revient sur ses déclarations. Pour pouvoir gagner la direction du Parti Socialiste, jusqu'où les socialistes seront-ils prêts à s'auto-détruire ?

Libellés : , ,

13 Commentaires:

Blogger Gof dit ...

Prête à tout, Ségo !
1ère secrétaire, et future candidate.. et future défaite donc.

12 novembre, 2008 14:38  
Blogger dedalus dit ...

tiens, c'est Modem en Narcisse :-D

La chétive pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.

12 novembre, 2008 14:39  
Blogger Hervé Torchet dit ...

La formulation acceptée par Royal (et qui est du Delanoë tout craché) est d'une folle arrogance, oubliant qu'il n'y a eu que 25 % des gens à se reconnaître dans le projet socialiste lors de la dernière présidentielle. Peut-on mieux formuler la prise en otage de la démocratie que constitue la bipolarisation telle qu'elle est pratiquée en France ? Par hypothèse, il faudrait encore 25 % des voix pour en faire 50. 25 % de pris en otage par un projet qu'ils ont moins détesté que l'autre, c'est honteux.

12 novembre, 2008 14:51  
Anonymous donatien dit ...

Le PS n'est pas different du reste de la classe du PS. Il n'est pas nouveau qu'un representant politique dise tout et son contraire.

Tiens, j'ai souvenir d'un candidat aux presidentielles, s'etant prononce pour le mandat unique et qui pourtant s'est presente aux municipales ( et s'est pris une veste ) en etant depute...

La politique a geometrie variable n'est pas propre au PS... ayons un peu d'honnetete intelectuelle...

12 novembre, 2008 14:57  
Anonymous donatien dit ...

Le PS n'est pas different du reste de la classe du PS. Il n'est pas nouveau qu'un representant politique dise tout et son contraire.

Tiens, j'ai souvenir d'un candidat aux presidentielles, s'etant prononce pour le mandat unique et qui pourtant s'est presente aux municipales ( et s'est pris une veste ) en etant depute...

La politique a geometrie variable n'est pas propre au PS... ayons un peu d'honnetete intelectuelle...

12 novembre, 2008 14:58  
Anonymous donatien dit ...

Opps commentaire en deux fois et avec une faute :

Le PS n'est pas different du reste de la classe politique.

12 novembre, 2008 15:03  
Anonymous Anonyme dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

12 novembre, 2008 15:10  
Anonymous RichardTrois dit ...

Regrettable cette frilosité, effectivement.

Je ne vois pas de recul dans la décalaration de Royal.
Lisez la motion E et vous verrez que c'est exactement ce qui est écrit.

Le Parti Socialiste se perd dites vous. Il reste jusqu'à preuve du contraire un parti democratique.
le Modem a t il le choix de son leader ?
Les décisions se prennent-elles comme à Marseille ?

http://www.rue89.com/marseille/2008/11/10/marseille-baffe-bisbilles-et-litiges-en-serie-au-modem

Au plaisir renouvelé de vous lire !

12 novembre, 2008 16:30  
Anonymous Gilles dit ...

Luc,

Pour promouvoir le Modem, jusqu'où es-tu prêt pour dire pareilles choses !

Personnellement, je trouve que Ségolène Royal a été parfaitement cohérente envers Bayrou. C'est plutôt l'attitude de ce dernier qui est à "blâmer" ! Le "ni droite, ni gauche" c'est bien mais un moment il faudra choisir et tout ce que pense Bayrou (ce qui est légitime en soi), c'est 2012 uniquement !

Le Modem (ou plutôt Bayrou) n'a qu'une ambition : être l'opposition à lui seul ! Mais comment l'incarner quand on n'a que pour programme l'opposition à Nicolas Sarkozy ?

Faites des propositions sérieuses et après on verra au lieu de faire du "Populisme républicain"

12 novembre, 2008 19:08  
Blogger Hervé Torchet dit ...

@ Richardtrois

Le Canard Enchaîné d'aujourd'hui donne des info sympa sur les pratiques "chaleureuses" de la fédé PS des Bouches du Rhône...

13 novembre, 2008 00:16  
Anonymous Anonyme dit ...

Sarkozy veut la tête d’un banquier.

« Il faut me trouver un banquier pour faire publiquement un exemple », telle est la consigne qu’a donnée Sarkozy le week-end dernier.

Cette consigne ne doit rien au hasard, mais tout à la lecture des sondages confidentiels que l’Elysée commande régulièrement. Les Français sondés sont exaspérés par les cadeaux faits aux banques par le gouvernement. Ils s’étonnent de cette générosité alors que le gouvernement ne cesse de leur répéter qu’il leur faut se serrer la ceinture et que la crise ne fait que commencer.

René Ricol, l’ex-patron des commissaires aux comptes, promu par le gouvernement « Médiateur du crédit », sait désormais ce qui lui reste à faire : dénicher une victime expiatoire parmi les banquiers pour permettre à Sarkozy de faire son numéro.

Le thème est déjà tout trouvé : « A partir du moment où les banques ont pris des risques insensés sur les marchés dans le passé, il faut maintenant qu’elles en prennent dans l’économie réelle. »

La lecture d’un autre sondage sur le moral des ménages, réalisé mois après mois par l’INSEE, a donné une autre idée à Sarkozy. Les sondages sur le moral des ménages étant chaque mois plus catastrophiques, il faut, a demandé Sarkozy aux ministres, trouver une nouvelle économique positive à annoncer chaque semaine, à grand renfort de tambours et trompettes dans tous les médias :

« Le pessimisme s’installe, et il empêche de consommer. Or la consommation est le seul moteur qui peut empêcher la récession de s’installer. Il faut casser cette logique de pessimisme. »

Il y avait pourtant une solution toute simple pour pousser les Français à consommer plus : leur annoncer que leurs salaires vont augmenter en 2009 …

(Le Canard Enchaîné, 12 novembre 2008, page 2)

13 novembre, 2008 06:25  
Anonymous bruno roger-petit dit ...

Et mes droits d'auteur sur le concept du Congrès referendum oui ou non à Royal?

13 novembre, 2008 08:07  
Blogger Nemo dit ...

Juste parce que je suis tâtillon.
Un référendum sur une personne n'est donc plus un référendum mais un plébiscite.

Cordialement,

13 novembre, 2008 14:05  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home