]]>

22 décembre 2008

Vive les travailleurs du dimanche !

Partager
Depuis quelques jours, je ne cesse de lire des articles sur des blogs appelant à refuser le travail le dimanche et de recevoir des mails me demandant de relayer telle pétition par exemple. Non, je ne suis pas contre le travail le dimanche.

Hier, en parisien débordé (ou qui aime à le penser) j'ai enfin pu effectuer mes achats de Noël. Une heure top chrono au Virgin de Barbès. Égoïstement, je me demande comment j'aurais pu faire mes courses pour les fêtes sans les vendeurs du magasin qui travaillaient ce jour.

Pourquoi cette hypocrisie ? Personne ne sembler outré que l'on puisse se rendre dans un café, dans un restaurant ou même dans un musée un dimanche. On pourrait me suggérer de faire mes achats de Noël un autre jour qu'un dimanche. Que ceux-ci me jettent la première pierre et avouent n'avoir jamais mangé ailleurs que chez eux un dimanche.

En quoi le dimanche devrait-il obligatoirement être chômé ? Oui au repos hebdomadaire après six jours d'activité. Non à l'obligation que ce jour chômé soit le dimanche. Au non de quel principe ? La tradition ?

Libellés :

18 Commentaires:

Anonymous Anton dit ...

Plus que la tradition, c'est la difficulté que nous avons à entrevoir les choses différemment de ce qu'elles ont toujours été (enfin en l'occurrence depuis longtemps dans le cas du dimanche).

Il y a eu la même opposition en Allemagne avec... le travail le samedi après-midi. Auparavant les boutiques y fermaient le samedi vers 13 heures, sauf une fois par mois (lange Samstag). Quand ils ont voulu réformer ça, ça a été le même combat que chez nous.

C'est aussi une posture, une façon de s'opposer bien commode (si c'était la gauche qui proposait le travail du dimanche la droite serait contre...)

C'est enfin une "menace" pour certains lobbies, comme les religieux qui y voient un risque de perte de marché. Si l'on va faire du lèche-vitrine on ne remplit pas les églises...

D'ailleurs les éléments les plus traditionalistes de notre société n'hésitent pas à brandir les mêmes arguments que lors des votes pour l'avortement, la pilule, le Pacs, l'abolition de la peine de mort...

En gros : travailler le dimanche risque de disloquer la société, de détruire les repères familiaux, j'en passe et des meilleures.

22 décembre, 2008 11:16  
Anonymous Yannou dit ...

Oui, je vais au resto le dimanche. C’est une détente, un moment de qualité qui prend tout son sens le dimanche.

Non, je ne fais pas mes emplettes de Noël ou de meubles le dimanche. Noël tombe le 25 décembre tous les ans et les meubles ne vont pas s’enfuir en courant.

Tout ne se vaut pas.

Oui, ce jour pourrait être un autre jour que le dimanche si le côté tradition-religion froisse certains. Cependant, pour que la société se tienne, je pense que ce jour devrait être le même pour tous… ce qui revient au même. C’est mon point de vue.

Tu as raison, c’est sans doute égoïste de profiter du dimanche pour faire des courses non vitales. Mais creusons un peu plus : pourquoi sommes-nous débordés à ce point ?

22 décembre, 2008 11:19  
Anonymous RichardTrois dit ...

Au nom du principe qui veut que pour que ce jour soit utile à la société, il faut qu'il soit le même pour le plus grand nombre :

Pour faire du sport, voir sa famille, ses amis, il s'est trouvé que nos anciens ont choisi le même jour pour tous - la synchronicity :-)

Maintenant, comme vous pouvez le constater vous même, les magasins étaient ouverts hier, pourquoi faire une loi à ce sujet ?

Est-ce vraiment le problème le plus important aujourd'hui ?

22 décembre, 2008 11:26  
Anonymous Yannou dit ...

@Anton : Je souhaite te répondre sur deux points.

Premier point : l’opposition bête et systématique, l’impossibilité de remettre en question sa manière de fonctionner. Oui, c’est toujours sain de se remettre en question et de réfléchir. Ça ne veut pas dire pour autant que cette réflexion doive systématiquement amener au changement. Ton argument est réversible : pourquoi le changement serait systématiquement meilleur que la tradition ? Ce qu’il faut, c’est répondre avec sagesse sur ce qui est important ou pas. Le combat du dimanche n’est pas à mettre dans un sac étiqueté “opposition”, avec le combat des 35 heures ou de la retraite. Tout ne se vaut pas.

Deuxième point : le religieux. D’une part, je pense que là encore tu as tort de tout mettre dans le même sac : avortement, pilule, PACS, peine de mort… Chacun de ces points mérite un débat individuel et je ne vois pas le rapport avec le sujet du dimanche.

D’autre part, les gens n’ont pas attendu le travail du dimanche pour déserter les églises. S’il y a vraiment (et peut-être y en a-t-il) des « religieux » qui raisonnent en termes de « perte de marché », c’est une erreur…

22 décembre, 2008 11:36  
Blogger Mathieu L. dit ...

Je vais vous proposer une analyse de cette réforme du dimanche.

Aujourd'hui, un grand nombre de commerces sont ouverts le dimanche, particulièrement aux fêtes. Certes, comme le dit Luc, les restaurants, les cafés, les petits commerçants, certains services publics, sont ouverts aussi.

Pour moi, les grands gagnants d'une telle réforme seraient les grands centres commerciaux des périphéries. En effet, ces centres se sont basés sur une logique de déplacement lointain des clients. L'évolution du temps de travail les oblige, s'ils veulent devenir rentables, à ouvrir le dimanche, car c'est le jour où la majorité des Français peuvent se déplacer sans difficultés à longue distance. En plus, les petits commerçants, pilier d'une consommation moins dangereuse socialement, économiquement et environnementalement, en seraient lésés.

Dans une période où la relocalisation des activités est une nécessité, cette réforme me semble donc à contre-courant de l'évolution de notre société.

Il y a aussi la logique de libre-choix des salariés, qui ne peut être qu'un paravent à une réalité sociale beaucoup plus dure dans ces commerces-là.

Voilà pour une autre vision du problème.

A bientôt,

22 décembre, 2008 12:02  
Anonymous Nick Carraway dit ...

Au nom du principe qui veut que l'économique ne doit pas détricoter le social. Si chacun choisit son jour de congé hebdomadaire, c'est l'éclatement de la société. Les repas de famille le dimanche vont être plus compliqués. Les week-ends entre amis aussi.

A l'extrême rigueur, pour les plus stupides laïcards, choisissons un autre jour que le dimanche. Mais il faut conserver un jour chômé identique à tout le monde.

22 décembre, 2008 12:11  
Anonymous Piloute dit ...

Mais quelle vision manichéenne !

Personne ne dit que personne ne doit travailler le dimanche comme les cafés ou les hopitaux, seulement pourquoi aller faire bosser des caissières et des chefs de rayons dans des grandes surfaces débilisantes à souhait.

En plus écologiquement c'est débile.

Pour ce qui est de changer le jour, c'est vraiment un débat capilotracté... J'ai rien de religieux mais le dimanche ne me gène pas du tout comme ça.

Prenons le temps de vivre ensemble au lieu de consommer inutilement... en plus cela augmentera notre pouvoir d'achat puisque si l'on évite d'acheter frénétiquement des objets inutiles on y gagne beaucoup (cf le jeu des 10 secondes avant d'acheter, réfléchissez 10 secondes à "est-ce que j'en ai besoin ?" avant chaque achat et vous serez étonnés et riches !)

22 décembre, 2008 12:23  
Anonymous Yannou dit ...

@Mathieu L. : Tout juste. À qui profite le “crime” (à part aux consommateurs) ? C’est bien ça qui est gênant : sous couvert d’alléger la peine du peuple, on engraisse toujours plus les grandes enseignes… Marre d’être manipulés ?

Et si on en revenait à la promesse du candidat Sarkozy ? « Donner aux maires la possibilité d’autoriser l'ouverture des commerces de moins de 300 m² le dimanche, sous réserve du volontariat des salariés » (comme l’Espagne l’a fait en 2005). C’est très différent de ce qu’a réalisé la loi Chatel (magasins d’ameublement) et de cette histoire d’« unité urbaine de plus d’un million d’habitants » prévue par la proposition de loi Mallié (ce qui est en plus écologiquement discutable, exact @Piloute).

300 m² : les petits commerces et les supérettes. Exit Ikea, Virgin Megastore…

Ça vous tente de profiter du dimanche pour faire bosser le petit commerce de proximité ? Histoire qu’il se rattrape un peu… Trop cher ? Ah, ben tant pis pour eux, alors…

Ah, et pour en revenir aux fameuses courses de Noël et autres, tellement obligatoires et pénibles (et dispendieuses), c’est déjà couvert par la fameuse dérogation de 5 dimanches par an, que l’on veut faire passer à 15, 10, 8, on s’y perd… En tout cas, 5 ce n’est pas suffisant. Les gens sont vraiment plus riches qu’on ne le croit !

22 décembre, 2008 14:09  
Anonymous Piloute dit ...

Là ou c'est grave c'est sur le principe de loi. Les commerces de la zone du député Maillé ("Plan de campagne") ont ouvert illégalement et désormais on validerait leur "usage" ? Alors moi, je vais rouler à 150 km/h en ville et je vais demander à mon député de légaliser cet usage...

On croit rêver...

Moi, le premier dimanche qu'ils ont ouvert, j'aurais mis l'amende et chaque nouveau dimanche je doublerais l'amende, voire je leur envoie les flics fermer de force.

22 décembre, 2008 14:49  
Anonymous Anton dit ...

@Yannou Ce qui me gène dans ton raisonnement c'est le "Je" ("Non, je ne fais pas mes emplettes de Noël ou de meubles le dimanche").

Et si les autres ont envie de faire leur courses à un moment où toi tu n'as pas envie ? Pourquoi ton choix devrait prévaloir sur celui des autres ?

Et franchement "Cependant, pour que la société se tienne, je pense que ce jour devrait être le même pour tous… " Tu crois vraiment que la société va mieux de 'tenir' si un max de gens ne travaillent pas un jour par semaine ? Perso je suis sceptique.

Sur cette question "Ton argument est réversible : pourquoi le changement serait systématiquement meilleur que la tradition ?" c'est effectivement un point intéressant.

Je ne dis pas que la tradition est systématiquement meilleure, je dis qu'il s'agit - comme pour bcp de mesures - d'adapter nos lois - et donc de "rogner" la tradition - en fonction de l'évolution de nos modes de vie - notre niveau de vie notamment.

Sur "D’une part, je pense que là encore tu as tort de tout mettre dans le même sac : avortement, pilule, PACS, peine de mort… Chacun de ces points mérite un débat individuel et je ne vois pas le rapport avec le sujet du dimanche."
Je ne mets pas tout dans le même sac, je dis juste que les mêmes arguments sont utilisés à chaque fois ; à savoir déstabilisation de la société.

Sur "D’autre part, les gens n’ont pas attendu le travail du dimanche pour déserter les églises." Exact, c'est précisément pour ça qu'il est temps d'ouvrir le dimanche (voilà un bon exemple d'évolution de société) ; le 7è jour n'est plus "le jour du Seigneur" ou l'on devait systématiquement aller à la messe puis déjeuner en famille et passer le reste de l'après-midi à se reposer. Aujourd'hui, on a toujours le choix de voir sa famille (et même d'aller à la messe d'ailleurs) mais comme ça ne concerne désormais qu'une minorité de gens, pourquoi ne pas offrir la possibilité de se reposer le samedi et de faire ses courses le dimanche ?

Enfin sur "300 m² : les petits commerces et les supérettes. Exit Ikea, Virgin Megastore…"
Je voudrais savoir pourquoi il y a toujours cette idée que "les petits commerçants c'est mieux que les grands groupes ?" En quoi les petites supérettes traitent mieux les salariés ? Dans les grandes boîtes il y a des CE, des mutuelles, des syndicats, du fric ! Dans les petites il n'y a rien de tout ça. En outre les supérettes en question sont généralement des franchises, donc au final, c'est quand même une grande boîte qui récolte...



@Nick Carraway "Au nom du principe qui veut que l'économique ne doit pas détricoter le social." Alors ça ne trouve ça magnifique. Comme si le social n'était pas intimement lié à l'économique ?!

"Si chacun choisit son jour de congé hebdomadaire, c'est l'éclatement de la société." Et hop on y a droit "l'éclatement de la société". A ce compte là les RTT aussi. Qu'est-ce que c'est que cette idée de laisser les gens prendre des libertés avec leurs congés ?!

@Piloute "Prenons le temps de vivre ensemble au lieu de consommer inutilement... " Parle pour toi et laisse nous décider de ce qui nous est utile! Nous n'avons plus 4 ans tu sais, on n'a pas besoin de tes conseils avisés pour savoir ce qui nous fait du bien ! A ce que je sache, les boutiques sont ouvertes 6 jours sur 7, et on sait quand même se retenir...

22 décembre, 2008 15:02  
Anonymous Yannou dit ...

@Anton : Lorsque je dis « Je », c’est pour répondre à Luc qui dit « Je » et nous demande d’avouer « n'avoir jamais mangé ailleurs que chez eux un dimanche ». C’est donc juste une réponse, basée sur mon propre témoignage.

Je ne crois pas qu’il faille imposer ma manière exacte de vivre à tout le monde, ni d’ailleurs celle de Luc ou la tienne. La vie serait super ennuyeuse ! Je crois simplement important pour le bon fonctionnement de notre société de tenir certains principes de base.

Maintenant que la majorité des gens ont deux jours de repos, peut-être qu’effectivement on a envie de commencer par se reposer le samedi, puis de faire les courses le dimanche. Eh bien, rendons le samedi férié à la place du dimanche ! La question n’est pas d’aller à la messe ou pas : pour rappel, le congé du dimanche a été voté en 1906 par une Chambre majoritairement anticléricale. C’est avant tout de repos dont il est question… C’est d’ailleurs l’esprit originel de la Genèse et du Deutéronome (si tu veux à tout prix parler de religion) : le sabbat est “le jour du repos”, “abstention” en hébreu. La messe n’existait pas à l’époque !

Je crois que personne ici ne contredit la nécessité d’un repos hebdomadaire. L’esprit de la loi de 1906, c’est de définir un jour commun pour l’ensemble de la société. Et je pense que la notion de “commun” est nécessaire. Comme je le disais, c’est mon point de vue. Tu es sceptique. Bien.

Ensuite, au-delà de mes convictions sur la question, c’est le bien commun que j’essaie de défendre. Pour l’instant, j’entends beaucoup défendre le bien des consommateurs, et finalement assez peu celui des salariés.

En parlant des salariés, je ne prétends pas qu’ils soient systématiquement mieux traités dans les petits commerces que dans les grandes enseignes. Je pointe simplement l’hypocrisie de cette loi qui prétend défendre le consommateur, mais ne traite la consommation que sous l’angle “Grandes enseignes”. C’est facile de parler de développement durable, mais si on ne saisit pas ce genre d’occasion pour ré-équilibrer les rapports de force économiques, ça reste des paroles en l’air.

Pour tout te dire, 300 m² je trouve ça encore trop grand car ça inclut effectivement les supérettes qui appartiennent aux grands groupes. Mais ça serait déjà mieux de s’en tenir à cette promesse de campagne “acceptable” plutôt que de supporter les dérapages actuels.

22 décembre, 2008 17:05  
Anonymous Laurent dit ...

PUTAIN !!!! à Virgin ? J'te parle plus !

ps : on se fait vraiment chier le dimanche !

22 décembre, 2008 18:45  
Anonymous romain blachier dit ...

Le dimanche ?Ben parce qu'il faut bien un jour en commun...

Les ouvertures dans les fêtes?Bien sur que je suis pour mais tant qu'elles restent limitées à quelques week-end par an.

D'ailleurs quand tu es PROPRIETAIRE de ton affaire tu peux ouvrir.C'est pour les salariés, qu'ils puissent avoir un jour de repos en commun avec leur famille la plupart de l'année que la gauche se bat.

22 décembre, 2008 21:42  
Anonymous Gilles dit ...

Cher Luc,

Quand tu auras des enfants, une femme, que tu devras sans doute travailler jusqu'à 70 ans et que tu ne feras pas 35 heures par semaine, tu seras bien content d'avoir le dimanche de libre comme seul avantage !

22 décembre, 2008 22:53  
Anonymous Gilles dit ...

Cher Luc,

Quand tu auras des enfants, une femme, que tu devras sans doute travailler jusqu'à 70 ans et que tu ne feras pas 35 heures par semaine, tu seras bien content d'avoir le dimanche de libre comme seul avantage !

22 décembre, 2008 22:53  
Anonymous le chafouin dit ...

"Égoïstement" : tu as tout dit avec ce mot.

Et a ta question finale je répondrai : tu as envie, toi, de travailler le dimanche?

23 décembre, 2008 02:06  
Anonymous le candidat à 3% dit ...

Si luc pouvait ouvrir son coeur à Dieu, il ne se poserait pas ce genre de questions

24 décembre, 2008 09:31  
Blogger Hagilboa dit ...

Le mot hyprocrisie est probablement celui qui, avec caricature, résume le mieux les arguments des opposants au dimanche.
La raison tient selon moi en une seule phrase :
Avant que je ne fasse exister ce sujet il y a maintenant 4 ans, que je lui donne l'ampleur médiatique et politique qu'on connait en osant avancer l'idée qu'on puisse réformer une loi qui date d'une époque qu'on n'imagine même pas, personne, je dis bien personne, ne s'offusquait des 5 millions de Français qui travaillent légalement le dimanche.
Jean Patrick Grumberg,
Association Laissez Nous Travailler

23 janvier, 2009 19:46  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home