]]>

27 décembre 2008

Voici l'intégralité de l'interview polémique de Benoît Hamon dans le magasine Bretons

Partager
Alors que la polémique fait rage, alors que des blogueurs socialistes s'entretueraient presque pour les extraits d'une interview de Benoît Hamon donnée au magasine Bretons, je me demandais pourquoi personne n'allait plus loin et ne proposait à la lecture que des courts passages bien polémiques.

Quand les blogueurs socialistes ne le font pas, et que les journalistes semblent tous partis en vacances pour aller creuser un peu le sujet, j'ai contacté le magasine Bretons, et je remercie encore Didier Le Corre, rédacteur en chef du journal, qui a eu l'extrême amabilité de bien vouloir me faire parvenir l'intégralité de l'interview.

Voici donc la question posée et la réponse de Benoît Hamon dont le passage a été commenté et source de bien des conflits entre "camarades" socialistes ... A croire que la tuerie est un gène inscrit dans le socialisme.

Bretons : “Face à la politique de Nicolas Sarkozy, il n’a jamais été aussi facile d’être de gauche et pourtant on n’a jamais été aussi nul”, avez-vous déclaré alors que vous étiez candidat au poste de premier secrétaire du Parti socialiste. Le PS est-il moins “nul” depuis l’élection de Martine Aubry à sa tête ?

Benoît Hamon : On ne peut pas vraiment dire ça. Notre victoire (ndlr, celle des soutiens de Martine Aubry) ne règle pas les problèmes de fond. Il n’y a pas eu d’authentique bataille politique, mais exclusivement une bataille de pouvoir. Cette dépolitisation dans le parti, aussi bien à la base qu’au sommet, nous fait passer complètement au travers de la crise sociale. Je vois par exemple tous les jours sur Dailymotion ou sur des blogs, des partisans de Ségolène Royal mettre en ligne des films, des podcasts ou de simples commentaires juste pour nous taper dessus ! Leur rage se focalise contre nous, et pas du tout contre la droite. Ils ont dans le sang ce poison de la division, dans des proportions que l’on n’a jamais connues auparavant. Et nous sommes aujourd’hui à la tête de cette maison... Pour éteindre cet incendie à l’intérieur du PS, j’estime qu’il faut redonner ses lettres de noblesse au combat droite-gauche et choisir les terrains de ce combat. En particulier celui des conflits sociaux...

Pour lire l'intégralité de l'interview, cliquez sur les images ci-dessous.

Libellés : , ,

8 Commentaires:

Anonymous Anonyme dit ...

sont graves les socialos a toujours se taper dans les pattes, sarko peut les remercier

27 décembre, 2008 19:40  
Blogger Juan dit ...

finalement, on avait raison de s'emballer...
Je réponds demain (sur les coulisses. sarkofrance.wordpress.com)

27 décembre, 2008 21:21  
Anonymous Gilles dit ...

Les socialistes se tapent peut-être entre eux, mais au moins il y a une raison ! Et merci de replacer les choses en leur contexte, cela démontre que les propos de Hamon étaient hors de propos, et une attaque de plus !

PS : et comment va le Modem Luc ?

27 décembre, 2008 22:17  
Anonymous Anonyme dit ...

Psssst, pssst Luc... MagaZine, avec un joli Z comme Zèbre ou Zorro... Ou bien même Zut ?

Biz,

Li"z" (de Nantes)

27 décembre, 2008 23:18  
Anonymous Anonyme dit ...

Pour la venue de Sarkozy dans les Vosges, la fédération du PS aux mains de la direction actuelle (Aubry tendance Fabius) n'a pris aucune initiative, ni manif, ni communiqué de presse. Seul le PC a organisé un rassemblement symbolique (les lieux "présidentiels" étant sécurisés) en déposant des fleurs au monument aux morts d'Epinal pour défendre les libertés bafouées par le gouvernement. Les "enragés" de la motion E et de Désir d'Avenirs des Vosges se sont associés à ce rassemblement.
Petit rappel : Martine Aubry a été pendant trois ans la secrétaire nationale du PS pour les affaires sociales, nous la remerçions d'avoir porter haut les couleurs du PS lors des nombreux combats sociaux de cette période !!!!!

Brassus

28 décembre, 2008 11:12  
Anonymous valerie dit ...

Etonnant. je l'avais vu sur France 2 et il avait la sagesse de constater que, tous, collectivement ont tué le PS ; il ne faisait pas porter que cela à Royal et à ses partisans. Là c'est maladroit (pour le parti, pas pour sa carrière).

28 décembre, 2008 15:02  
Anonymous romain blachier dit ...

merci pour cet éclaircissement Luc

28 décembre, 2008 17:57  
Blogger gauchedecombat dit ...

moi, j'aimerais bien savoir à quelle date précisément a eu lieu cet interview...

28 décembre, 2008 19:34  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home