]]>

19 décembre 2008

Votre fait politique le plus important de 2008 ?

Partager
Simple question, car cela m'intéresse. Quel est pour vous le fait politique le plus marquant de cette année (presque) écoulée ? Un fait général, français ou international, mais aussi un fait personnel, une histoire ou une campagne vécue. Sur quoi avez-vous le plus vibré ? Avez-vous été le plus agacé ? Comment vous souviendez-vous de cette année 2008 ?

Me concernant, si je ne devais retenir qu'un fait, ce serait une impression, un ressentiment. Un goût amer, triste et désespérant. Celui de voir la France tomber dans une République de l'émotion. L'apothéose de la politique de la compassion, le pouvoir du fait divers : une actualité se transforme aussitôt en une mesure, une loi, un décret. Bien souvent jamais appliqués. De la lobotomisation. De la désacralisation de la grandeur de la politique. Du Chef de l'Etat qui devient un people grotesquee et pathétique.

Libellés :

23 Commentaires:

Blogger Aurélien dit ...

Bonjour Luc,

Je me suis permis un petit tag... c'est par ici:

http://duborddemafenetre.blogspot.com/2008/12/une-chane-pour-le-centime.html

Bon week-end :)

19 décembre, 2008 16:44  
Anonymous Jujupiter dit ...

Alors, en general, je dirais la crise financiere et ses consequences... Mais ce qui m'a fait le plus vibrer, ca a ete la victoire innatendue d'Hillary Clinton au New Hampshire.

19 décembre, 2008 16:54  
Anonymous Vogelsong dit ...

Je vais me permettre d'enfoncer une première porte ouverte. Le fait le plus important est Obama.
Pour l'espoir qu'il peut susciter. Car le second fait est l'enkystement de la France dans la politique de l'émotion. Où l'incompétence se mêle à l'hypercommunication.
En souhaitant puisque c'est de saison, comme fait le plus important de l'année 2009, un coup de balais sur tout ça.

19 décembre, 2008 16:54  
Blogger dubuc dit ...

Obama...
What else?

19 décembre, 2008 17:14  
Blogger Aurélien dit ...

Pour répondre au sujet...

L'élection d'Obama est sans conteste le fait politique (et même au-delà) de l'année.

Quant à l'enlisement de la France dans le n'importe quoi, quand on y regarde de plus près, ça date d'avant 2008. Cette année fut certes affligeante, mais rien de dit que 2009 ne sera pas pire...

19 décembre, 2008 17:20  
Anonymous abadinte dit ...

En France, c'est bien entendu la victoire d'Adeline Hazan à Reims. Dans le monde, c'est la guerre en Géorgie.

La crise n'est pas un événement de 2008 mais de 2007.

19 décembre, 2008 17:23  
Anonymous Anonyme dit ...

l'alliance MoDem-PS au deuxième tour des élections municipales de grandes villes française!

19 décembre, 2008 17:23  
Anonymous Anonyme dit ...

la présidence française de l'UE? heu...je plaisante, malheureusement

19 décembre, 2008 17:25  
Anonymous Anonyme dit ...

la france qui courbe l'échine face à ...la Chine ...Poutine ...

19 décembre, 2008 17:26  
OpenID cassiope dit ...

Moi ce qui me vient à l'esprit c'est le "tire-toi connard" de sarko, ah la vulgarité :-)

Cela dit, j'aime bien ton article, c'est vrai que de plus en plus, au moindre truc, à chaud, "on va faire une loi", ce n'est pas très posé. Ce qui m'épate aussi, de plus en plus dans le même style (mais ce n'est pas de cette année), et ce n'est pas tout à fait politique, "on a mis en place une cellule d'aide psychologique". Quelqu'un meurt ds une boite, hop pour les autres de la boite, cellule d'aide psychologique. Faut pas que les gens se posent trop de questions et aient des états d'âme (bon par contre, la famille de la personne, tout le monde s'en tape apparemment ...)

19 décembre, 2008 17:38  
Anonymous napadebeignet dit ...

L'élection de Gérard Larcher à la présidence du Sénat. Prêt à assurer l'intérim...

19 décembre, 2008 17:39  
Anonymous Olivier dit ...

Evidement Obama, la "crise"...

Mais j'avoue que ce qui ma fait vibré c'est de vivre en direct les résultat pour le poste de premier secrétaire du PS, jusqu'à 05h du mat', le retournement de situation a minuit, l'annonce des fraudes, la menace d'aller en justice...

J'avait l'impression que tout le monde était devenus dingue...

19 décembre, 2008 17:56  
Anonymous Alcibiade dit ...

Luc, votre goût amer, nous le partageons. Cette maskirovka permanente appliquée en principe de gouvernement est pitoyable.

2008 restera peut-être comme l'année des chocs. Les suites des subprimes sur l'ensemble de la planète, les chocs entre des mondes antagonistes : ceux des puissants qui jusqu'ici tranquilement devenaient encore plus puissants, ceux infligés par le pouvoir français décompléxé et brutal détricottant sans vergogne tous les contrats sociaux qui au fil des décennies avaient forger la concorde civile, ceux enfin des des deux amériques l'une régie par la peur à force d'être crispée dans ces rêves de suprématie mondiale et l'autre rassembleuse et vivifiante.

Mais peut-être que l'histoire retiendra que c'est en 2008 que les populations se rendirent compte que le modèle de société qu'on leur avait inculqué était destructeur.

Reste, en 2009, pour ces populations à imaginer un nouveau modèle fondé sur la primauté de l'Homme et de son milieu naturel et à définitivement empêcher de nuire partout ceux qui les ont trompés!

19 décembre, 2008 18:34  
Blogger litteracteur dit ...

la "fée" politique, c'est Obama; à voir maintenant à partir du 20 janvier 2009.
Te concernant, on sait pas puisque tu balances une impression pas un fait.. Pour un gars qui se veut pseudo-journaleux-webeux, c'est mal barré.

19 décembre, 2008 18:47  
Anonymous sknob dit ...

Il y a sûrement des événements aussi ou plus importants que les suivants, mais ce sont eux qui me viennent spontanément à l'esprit :

L'explosion en vol des marchés financiers, qui a constitué LE tournant de la campagne US et a permis...

...l'élection d'Obama. Lla droite a gagné contre l'extrême droite. ouf !. Pour la gauche, il faut revenir en France et à...

...l'élection interne au PS. Scotché à mon Mac pendant plusieurs jours à l'affût de la moindre info. Une drogue.

Aucun autre événement ne me vient spontanément à l'esprit... Mais je suis si fatigué...

19 décembre, 2008 18:58  
Anonymous Agathe dit ...

Pour moi, deux choses :
- politiquement et économiquement, la crise financière internationale qui s'est révélée dans toute son ampleur à partir de septembre 2008.
- personnellement (j'habite aux USA), le fossé de plus en plus important entre la France et moi. A chaque fois que je lis un article sur les français, ou que je vais en France, j'ai envie de déprimer. Cette phrase demanderait à être un peu plus développée, mais voilà le sentiment personnel qui domine en cette fin d'année 2008....

19 décembre, 2008 19:38  
Anonymous Anonyme dit ...

Les marchés craignent un effondrement du dollar et de la livre.

Après avoir dévasté les marchés de crédit puis les places boursières, après avoir envoyé au tapis de petites monnaies, comme la couronne islandaise ou le forint hongrois, la crise des subprimes frappe aujourd'hui les grandes devises internationales. Le dollar et la livre sterling plongent, tandis que l'euro et le yen s'envolent.

Au lendemain de la baisse sans précédent, mardi 16 décembre, des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed), ramenés à 0 %, le billet vert a connu la chute la plus violente de son histoire face à l'euro et il est tombé à son niveau le plus bas depuis treize ans face au yen. La livre sterling, elle, décroche, se rapprochant de la parité face à l'euro. Vendredi 19 décembre, l'euro cotait 1,43 dollar, contre 1,25 dollar il y a à peine un mois. La livre sterling valait 1,06 euro contre 1,30 euro début octobre.

Le billet vert avait longtemps résisté, de façon un peu surprenante, à la crise des subprimes. En dépit de la faillite de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers, le dollar avait même gagné du terrain face à l'euro. Mais cette progression avait une explication mécanique. L'aggravation de la crise financière avait conduit les grands investisseurs américains à solder leurs positions, financées par endettement, sur les marchés financiers internationaux. Ce mouvement de "deleveraging", comme disent les spécialistes, avait poussé le dollar à la hausse. Il est aujourd'hui en grande partie terminé, et les données fondamentales reprennent le dessus.

SCÉNARIO CATASTROPHE.

Or pour le dollar, les données fondamentales sont très négatives. D'une part, le billet vert est désormais assorti d'une rémunération nulle, ce qui n'est pas fait pour inciter les investisseurs internationaux à en détenir. En comparaison, l'euro rapporte nettement plus - le taux de la Banque centrale européenne (BCE) se situe à 2,5 %.

Sur le plan économique, la situation des Etats-Unis se dégrade à une vitesse inouïe, avec une envolée du chômage et des craintes de faillite des constructeurs automobiles. La Fed, de son côté, fait fonctionner la planche à billets pour lutter contre la déflation. Cette surabondance de dollars, reflétée par l'envolée de la base monétaire, fait baisser sa valeur.

La défiance des investisseurs vis-à-vis de la monnaie américaine est accrue par le scandale Madoff. Elle l'est aussi par les doutes quant à la capacité des Etats-Unis à financer leurs déficits jumeaux, celui du commerce extérieur et budgétaire. Les plans de sauvetage bancaire et de relance - le Wall Street Journal affirme, vendredi 19 décembre, que le programme du président élu Barack Obama pourrait atteindre 850 milliards de dollars (597,5 milliards d'euros) - vont faire exploser le déficit public.

Pour l'heure, les Chinois restent fidèles et continuent à jouer les banquiers de l'Amérique. La banque centrale de Chine a même accru récemment ses acquisitions de bons du Trésor américains. Elle en détenait 652,9 milliards de dollars fin octobre, soit 11,2 % de plus que fin septembre. Mais un éditorial du journal gouvernemental China Daily, mercredi 17 décembre, a averti que la Chine n'entendait pas « financer indéfiniment l'économie américaine ».

Le risque, en cas de baisse de la demande chinoise lors des adjudications d'emprunts d'Etat américains, serait celui d'un effondrement du dollar doublé d'une flambée des taux d'intérêt à long terme aux Etats-Unis. Le Royaume-Uni, victime des mêmes maux que ces derniers - éclatement de la bulle immobilière, économie financée à crédit, explosion du déficit public - est dans une position monétaire plus délicate encore, la livre sterling n'étant pas une monnaie de réserve. Au point que certains font le parallèle avec la situation de 1976, quand le pays avait reçu l'assistance du Fonds Monétaire International.

Ce scénario-catastrophe pour les économies américaine et britannique en serait aussi un pour celles de la zone euro et du Japon. Une envolée de la monnaie unique et du yen aurait pour effet d'accentuer les pressions déflationnistes, déjà fortes, dans ces deux zones. Face à ce risque, la Banque du Japon a annoncé, vendredi, une baisse de son taux directeur, ramené à 0,10 %.

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/12/19/les-marches-craignent-un-effondrement-du-dollar-et-de-la-livre_1133129_1101386.html

19 décembre, 2008 22:08  
Anonymous 1loup dit ...

Qu'un "je ne sais pas comment appeler cela" demande à France Télévision de mettre en application de lui même une loi qui n'a pas été votée. Que l'autre accepte. Et que PERSONNE ne bouge !

20 décembre, 2008 07:45  
Blogger Nicolas dit ...

Tiens ! Il y a les mêmes spammeurs anonymes que chez moi, ici !

Les faits politiques les plus importants ?

A un niveau global, c'est probablement l'élection d'Obama doublée par la crise économique. C'est peut-être le début de quelque chose.

Au un niveau personnel, c'est l'élection municipale dans mon patelin natal (Loudéac).

20 décembre, 2008 08:27  
Anonymous Mirabelle dit ...

j'ajouterai à la crise financière l'éclatement des partis politiques

20 décembre, 2008 14:01  
Blogger Dominique Robert dit ...

Au niveau mondial : Barack Obama à la Maison Blanche beaucoup sont mort (Martin Luther King ) sans voir cela.

En France : La renaissance de Martine Aubry ou comment en politique les circonstances vous mettent hors jeu ou bien vous mettent en position incontournable...

Niveau locale : ça bouge autrement à Neuilly sur Marne

20 décembre, 2008 14:11  
Anonymous Julien dit ...

Les erreurs politiques commises en croyant que nous pouvons toujours tout régler à coup de milliards publics...
Notre propension à nous autres français et européens à se coucher devant la Russie, les Etats Unis et la Chine...

20 décembre, 2008 17:43  
Anonymous bozonnet dit ...

Jean-Marie Le Pen annonce son retrait pour 2010 de la tête du FN.
Ce qui laissera à Marine Le Pen un boulevard pour un parti qui se repaît des crises économiques

Ton voisin qui à fait 3% aux dernières municipales

21 décembre, 2008 11:46  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home