]]>

31 mars 2008

Monsieur et Madame Mucoviscidose ont un fils ...

Partager
"Y en a eu des gagnants : Jenifer, Nolwenn, Elodie Fréger, mucoviscidose et l'amicale Magali !". Pour cette phrase prononcée dans émission de Laurent Ruquier, l'humoriste Frédéric Martin a été condamné à verser 2000 euros de dommages et intérêts à la famille de Grégory Lemarchal. Grégory Lemarchal, gagnant de la Star Academy en 2004, décédé en avril 2007 de la mucoviscidose. Condamné pour "injure en raison d'un handicap".

En effet, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse a été modifiée en 2004 et prévoit des peines allant jusqu'à six mois d'emprisonnement et 22.500 euros d'amende pour injure en raison d'un handicap.

Cependant, la lecture de cette condamnation m'horrifie. Condamnation pour une blague. Peu importe que la blague soit drôle, ou pas. Qu'elle soit de mauvais goût, ou pas. Qui peut le juger ? Car il s'agit bien d'une blague, prononcée par un humoriste. De quoi allons-nous pouvoir rire sans risquer un procès ?

Pierre Desproges disait : "On peut rire de tout, on doit rire de tout". Et j'adhère parfaitement à cette citation. On peut rire, on doit rire sur les handicapés, sur les noirs, sur les blancs, sur les jaunes, sur les juifs, sur les cathos, sur les musulmans, sur les gays, sur les lesbiennes, sur les grands, sur les petits, sur les gros, sur les maigres, sur les corses, sur les marseillais, sur les chtis, etc. Souvenons-nous des Coluche, Pierre Desproges, ou Thierry Le Luron. Aujourd'hui, ils seraient accablés de procès tant leurs attaques n'épargnaient rien ni personne.

Où s'arrête l'humour, où commence l'insulte ? Comment se définit un handicap ? Condamner une blague ne participe-t-il pas à une fin de la liberté d'expression ? Ne risque-t-on pas (si ce n'est déjà le cas, je le crains) d'arriver à une société vivant médiatiquement dans une bienpensance absolue de tous les propos publics ?

Au-delà de ces considération philosophiques, que cela change-t-il de condamner ? Combien de fois entendons-nous des handicapés blaguer eux-mêmes sur leur propre handicap ? Devrait-on les en autoriser alors même qu'autrui pourrait être condamné pour cette même blague ?

Où s'arrêtera-t-on dans les limites du bien et du mal appliquées à la liberté d'expression ? Qu'en est-il du caractère blessant d'une blague, sinon le ressenti du destinataire de cette blague ? S'attaquer à la grosseur ne peut-il pas être plus blessant pour certaines personnes le vivant très mal, que s'attaquer au cancer d'une personne considérant que l'humour est un moyen de vivre mieux avec cette maladie ? En arrivera-t-on bientôt à condamner toutes paroles déplaisantes gratuitement ?

Libellés : ,

30 mars 2008

Si j'étais le spin doctor de ... Rachida Dati

Partager
Cinquième sujet de "Si j'étais le spin doctor de ...", Après François Hollande, Jean-François Copé, Martine Aubry et François Bayrou, je vais m'occuper du cas de la Ministre de la Justice, Rachida Dati. Deux axes pour m'occuper de son cas : l'image et la politique.

Rachida Dati, 42 ans, passée de l'ombre à la lumière en seulement une année. Ascension fulgurante, attention danger. D'autant plus que Rachida Dati décalque son comportement sur celui de Nicolas Sarkozy. Un "je vous emmerde" qui protège Nicolas Sarkozy tant qu'il reste dans la protection de sa tour d'ivoire élyséenne, mais qui risque d'attirer de sérieux ennuis à la Garde des Sceaux.

Rachida Dati appartient à cette nouvelle classe de femmes et hommes politiques ayant intégré que l'apparence joue une part non négligeable dans un parcours politique. Rachida Dati prend soin de son look. Mais trop. L'élégance se transforme vite en glamour. La ministre passe du statut de politicienne à celui de starlette pour tabloïds. Ses apparitions médiatiques deviennent défilés de haute couture. Le bon goût quitte la scène, le bling bling entre en jeu, laissant rapidement place au mauvais goût, au too much, bref : à la vulgarité. On ne demande pas pour autant que Rachida Dati emprunte la garde-robe de Bernadette Chirac, cependant nous ne pouvons que lui conseiller de la retenue. Sus aux bijoux transformant notre ministre en Palais des Glaces déambulant. Finies les robes empruntées à Paris Hilton d'une valeur de plusieurs SMIC. Sobriété, telle devrait être la devise vestimentaire de Rachida Dati.

Intransigeante. Caractérielle. Insupportable. Despotique. Quelques mots maintes fois entendus pour définir le caractère de Rachida Dati. De ce comportement transparaît une image très négative. Etre femme de caractère ne nuit jamais, véhiculant la possibilité de tenir tête aux hommes. Etre celle avec qui il semble impossible ni de travailler ni de discuter deviendra rapidement un poids. Avant d'atteindre le point de non-retour, une véritable communication permettrait d'adoucir le personnage. Féminiser le pit-bull Dati. Organiser par exemple une opération auprès d'enfants, toujours payant. Donner l'impression d'un instinct maternel, d'une proximité réelle auprès de "nos chères têtes blondes".

Rachida Dati a réussi un coup de maître : se mettre à dos les élus de terrain, qu'ils soient de gauche ou de droite. Une seule raison à ce désamour : sa réforme de la carte judiciaire. En fermant des tribunaux, Rachida Dati devient l'une des responsable de la défaite des municipales. Détestée en outre par une grande majorité des personnels de l'administration judiciaire, de la magistrature. Urgence donc : il faut sauver le soldat Dati, la Ministre doit se recaser avant que le naufrage du Datitanic ne l'emporte dans les lointaines eaux obscures de l'oubli. Possibilité et suggestion de reclassement : le Ministère de l'Education. Mieux encore : les Affaires Etrangères, difficile de devenir impopulaire, un poste médiatique convenant parfaitement à ses desiderata d'apparats.

Longtemps Rachida Dati appartenait à la caste des proches de Cécilia. La trahison n'effraie guère la Ministre de la Justice. Aussitôt le divorce des Sarkozy prononcé, Rachida Dati trouve toute sa place dans la cour de Nicolas. Mais sa proximité trop affichée avec le Président de la République lui fermera de nombreuses portes. Etre "very close of Nicolas Sarkozy",et conjointement n'être qu'un bébé requin de la politique encore toute neuve dans l'appareil politique véhiculent forcément les rancœurs, les jalousies et renvoient l'image d'un arrivisme patent. Il est important que Rachida Dati densifie ses réseaux : certes ses amitiés dans la beurgeoisie parisienne et celles dans les réseaux républicains féministes ne doivent guère être négligées, mais restent fondamentalement très superficielles et parisianistes. Ajoutez à cela une élection dans le très chic 7ème arrondissement de Paris, et le parfait tableau d'une grande bourgeoise se dessine.
Membre du très élitiste Club Le Siècle, Rachida Dati attirée par la lumière et le pouvoir, ce constat ne fait aucun doute. La Garde des Sceaux de ce fait, si elle veut grimper encore plus vers les sommets du pouvoir, devra aller au contact des vrais gens, tâter de la classe moyenne et populaire.

Sinon promouvoir la voix de son maître, l'idéologie de Rachida Dati reste une grande inconnue. Une clarification devient nécessaire. Solution : un livre phare. Un livre faisant d'une pierre deux coups. Ou plutôt deux livres. Deux tomes. "L'histoire d'une femme libre", pour devenir populaire et humaine. On y parlerait du parcours de Rachida Dati. Les français aiment les histoires. Et un clin d'œil à la France Libre du Général de Gaulle et à l'ouvrage Libre de Sarkozy. "Cette France que j'aimerai" : une quinzaine de grands sujets abordés, inspirés d'intellectuels de divers horizons et quelques propositions novatrices. Clin d'œil à la France sarkozyste que l'on aime ou que l'on quitte. Une Rachida Dati qui aime la France, un titre volontiers très républicain. Mais plongée vers le futur, cette France qu'elle veut construire.

Si j'étais le spin doctor de Rachida Dati, voici donc certains des points que j'aurais aimé aborder avec elle. Malheureusement - et le récent départ de François Guéant (le fils de Claude Guéant) du cabinet de Mme Dati le confirme - je craindrais de ne rester bien longtemps son conseiller tant leur espérance de vie à ses côtés reste bien éphémère.

Et vous, si vous étiez le spin doctor de Rachida Dati, que lui conseilleriez-vous ?

Libellés : , , , ,

29 mars 2008

Rue Joseph de Maistre

Partager

Libellés : ,

Jesus is my boss

Partager

Libellés : ,

28 mars 2008

Si j'étais le spin doctor de ... François Hollande

Partager
Quatrième sujet de "Si j'étais le spin doctor de ...", Après Jean-François Copé, Martine Aubry et François Bayrou, je vais m'occuper du cas de François Hollande. S'il est bien un politicien qui aurait besoin de recevoir les conseils d'un spin doctor, c'est François Hollande ... Alors que François Hollande annonce dans Paris Match qu'il n'exclut pas d'être candidat à la prochaine élection présidentielle en 2012, il s'avère nécessaire de le conseiller en se focalisant sur deux axes : l'image et le positionnement.

L'image. La photographie ci-contre représente bien François Hollande. Un homme pas très beau réputé pour son humour. "La politique, c'est le showbiz des gens au physique ingrat", disait Bill Clinton. Cette maxime se confirme avec le cas Hollande. Un goitre n'ayant rien à envier à celui de Balladur. Une calvitie en total désaccord avec un visage de poupon. Que faire alors ? Continuer à se cacher derrière son humour ? Mauvaise idée, pourquoi utiliser l'arme de l'humour comme un secours, alors qu'il pourrait être un supplétif ?

Première mission : casser la rondeur du visage. Une suggestion : changer de lunettes. Remplacer les rondes par des rectangulaires, avec une monture noire prononcée. Look jeune cassant le visage en deux.

Seconde mission : casser la rondeur du corps. Une suggestion : porter des costumes noirs avec de fines rayures verticales claires. Chemises noires. Eviter au maximum les cravates, rebondissant sur l'abdomen, ou bien en acheter des claires, discrètes et sans rayure. Autre suggestion : faire un régime.

Troisième mission : régler le problème de cheveux. Surtout ne pas copier un Fabius ou un Bouteflika, tous deux rabattant sur le dessus du crâne une très longue et large mèche venue d'un côté de la tête. Assumer la calvitie. Aller régulièrement chez le coiffeur, et garder une coupe courte.


Quatrième mission : casser l'image du grand-frère ou oncle rigolo. Prendre celle du père sérieux. Assumant les responsabilités qu'il souhaite porter. Se donner une image rigoureuse et intello. Suggérons lui d'écrire (ou de faire écrire) un livre crypto-chiant.

Nous en arrivons au positionnement politique. Principal boulet de François Hollande : son ex-compagne, Ségolène Royal. A son habitude, François Hollande compte utiliser les appareils politiques pour sa carrière. Mais arrivera-t-il pour 2012 là où il a échoué en 2007 ? Il misait tout sur l'appareil Parti Socialiste pour 2007. Il va persévérer dans son choix, avec en outre sa force d'élu local. Président du Conseil Général de la Corrèze, François Hollande vise désormais le poste de président de l'Assemblée des Départements de France. Un outil très utile, lui permettant de continuer à tisser ses réseaux locaux, et d'asseoir ses positions auprès des responsables départementaux socialistes. François Hollande s'avère être un redoutable stratège, probablement l'un des meilleurs, maîtrisant parfaitement les rouages des arcanes du pouvoir. Mais trop de stratégie tue la carrière. Etre continuellement dans les coups fourrés, le jeu d'échec nuit à un objectif pourtant primordial : la popularité.

François Hollande bénéficie d'un avantage majeur : il est connu. Mais pas aimé. Un véritable apparatchik. Devenir populaire, et être aimé. Désiré par les socialistes dans un premier temps. Aimé des français dans un second. Je conseillerais à Hollande le silence. Se taire jusqu'à la veille du congrès du Parti Socialiste de Novembre. N'étant pas candidat à sa succession, Hollande pourrait se contenter du rôle de gentil organisateur. En ne prenant position ni pour untel ni pour unetelle. Laisser les cadres socialistes se déchirer entre eux. Les royalistes, les delanoistes, les ex-jospiniens, les strausskahniens, les camba, les mosko, les hamonistes, les drayistes, les montebourgeois, les mélanchonistes, les emmanuellistes, les fabiusiens, les aubryistes, tous vont entrer dans des luttes internes : une véritable guerre de tranchée, le sang va couler, des alliances se nouer puis se rompre, pour arriver à un bordel monstrueux au congrès, tous couteaux sortis. François Hollande devrait laisser tous ceux-là s'entre-déchirer. Avec une forte probabilité : arriver au soir du congrès sans véritable leader évident pour prendre la direction du PS. Hollande sera alors le faiseur de roi. Il offrira sa succession à qui il le voudra, sous couvert de besoin de rassemblement. Et il peut même être envisager que le successeur de François Hollande ne soit autre que Hollande François (bien qu'il affirme le contraire). François Hollande : le moindre mal pour tous les socialistes.

Se faire aimer des français. Pour cela, nul mystère : faire du terrain, du terrain et encore du terrain. Ne pas rester enfermer dans la tour d'ivoire de Solférino. Sortir continuellement, aller au devant des françaises et des français. Effectuer de temps à autre un voyage à l'étranger. Faire copain-copain devant les caméras avec les dirigeants socialistes européens.
Aller tâter devant les caméras du ruminant au Salon de l'Agriculture. Aller serrer des mains devant les caméras dans des usines, sur les marchés, aux enterrements, aux manifestations. Occuper l'espace médiatique.

Et vous, si vous étiez le spin doctor de François Hollande, que lui conseilleriez-vous ?

(Photo : Benjamin Lemaire)

Libellés : , , , , ,

27 mars 2008

élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?

Partager
Suite à ma note "élections européennes 2009 : on fait quoi ?", je souhaite poursuivre la réflexion autour des idées européennes. Un an pour essayer de réfléchir aux sujets et thématiques qui devront être abordées lors de ces élections européennes de Juin 2009. Et notamment pour le MoDem aux élections européennes : réfléchir à un programme cohérent et ambitieux.

Premier sujet : l'Europe de la défense. Ce sujet arrive suite à une note publiée sur le site euro|topics. Le rédacteur du site renvoie à un article du journal espagnol ABC (pour information le quotidien ABC se classe dans la catégorie des journaux à tendance plutôt conservatrice, du moins clairement de droite). Le journaliste Dario Valcarcel explique qu'il "existe un européisme transversal, qui embrasse 80 % de la classe politique, en allant aussi bien des conservateurs aux socialistes. Ces Européens pensent que rien ne pourra avancer sans défense commune. Le droit communautaire, la monnaie unique ou la cohésion doivent être protégés par une politique de défense qui puisse garantir le respect des traités. La lente évolution des armées nationales vers une entente transnationale implique des décisions urgentes. Il s'agit de définir comment elle peut avancer, dans quelles limites et avec quel mandat".

Il revient également sur la création de l'EMUE, l'État-major de l'Union européenne. L'EMUE est "la source de l'expertise militaire de l'Union européenne (UE). Il assure l'alerte rapide, l'évaluation des situations et la planification stratégique des missions de Petersberg (missions humanitaires, maintien de la paix, gestion des crises) et toutes les opérations conduites par l'UE". Deux militaires se partagent la direction de cet organe : un anglais, le lieutenant-général David Leakey et un hollandais, le contre-amiral Jan van Der Burg.

Cependant la défense est un grand bordel relativement incompréhensible, d'autant plus quand on n'est pas un spécialiste de l'Europe. On dénombre ainsi une Agence européenne de défense (EDA), un Institut d'études de sécurité de l’UE (ISS-EU), un Centre satellitaire de l'UE (EUSC), un Comité Militaire de l'UE (EUMC). Mais également l'Eufor, la Force Opérationnelle de l'Union Européenne ou encore la Force de Gendarmerie Européenne (EuroGendFor) et aussi l'Eurocorps, la force pour l’Union Européenne et l’Alliance Atlantique.

En bref, un gros bordel. Déjà que la compréhension de l'armée française s'avère être compliquée, celle de l'armée européenne s'avère incompréhensible. Je m'attache une fois de plus à la forme, mais pourquoi ne pas simplifier tout cela ? Et si l'on employait uniquement quelques structures avec des noms simples. Armée Européenne. Gendarmerie Européenne. Défense Européenne. Etat-Major Européeen. Plus simple, non ? Impossible me rétorquera-t-on ? Changer des noms ne peut être impossible.

Sur le fond, que voulons-nous ? Une véritable défense européenne. Que les crédits alloués aux armées nationales baissent considérablement, pour les attribuer à la création d'un véritable force armée européenne. Que de grands projets voient véritablement le jour. Sous-marins européens, porte-avions européens. Pourquoi pas : puissance nucléaire européenne, seules la France et la Grande-Bretagne la possède en Europe. De même, il est nécessaire que les européens soient impliqués dans les prises de décisions importantes. Vote des représentants élus. Envisager un referendum pour les attaques armées de grande envergure. Développer les actions humanitaires. A terme, idéalement, une véritable Europe forte et ambitieuse passe par une et une seule armée européenne, avec des armées nationales réduites au stricte minimum.

Je ne fais qu'ouvrir le débat. A vous la parole ...

Libellés : , ,

Paris 18 : conseil d'arrondissement

Partager
Le premier conseil d'arrondissement de la mandature 2008-2014 dans le 18ème arrondissement de Paris se tiendra le samedi 29 Mars 2008 à partir de 15 heures à la Mairie d'arrondissement (1 place Jules Joffrin - 75018 Paris).

A l'ordre du jour : élection du Maire du 18ème (sans aucun doute, Daniel Vaillant), fixation du nombre d'adjoints au Maire du 18ème et élection des adjoints. En plus, il y aura un pot à la fin de la séance.

Pour rappel, le 18ème compte dans ses troupes trois adjoints au Maire de Paris, Bertrand Delanoë : Myriam El Khomry (chargée de la protection de l'enfance et de la prévention spécialisée),
Anne Le Strat (chargée de l'eau, de l'assainissement et des canaux) et Didier Guillot (chargé de la vie étudiante).

L'élu du 18ème arrondissement, Jean-Pierre Caffet, conseiller de Paris et sénateur devient également le nouveau président du groupe socialiste au Conseil de Paris. Il est pas beau le cumul des mandats ?

Parmi les 517 conseillers de Paris, 14 sont élus dans le 18ème arrondissement. Deux de l'opposition de droite : Roxane Decorte et Pierre-Yves Bournazel. Et 12 de la majorité PS-PCF-PRG-Les Verts: Daniel Vaillant, Myriam El Khomri, Bertrand Delanoë, Anne Le Strat, Sylvain Garel, Claudine Bouygues, Didier Guillot, Laurence Goldgrab, Jean-Pierre Caffet, Danielle Fournier, Ian Brossat et Frédérique Pigeon.

A noter l'actualisation du site de la mairie du 18ème arrondissement, qui n'a toujours pas mis-à-jour les noms des nouveaux élus.

Je serai très certainement présent lors du conseil d'arrondissement. Rappelons qu'il est ouvert à tous, alors n'hésitez pas à venir !

Libellés : , ,

26 mars 2008

Photo du jour : les Sarkozy à Londres

Partager
En visite en Angleterre auprès de la Reine Elisabeth II, Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy foulent le sol anglais à leur sortie d'avion.

Photo : DailyMail.

Libellés : , , , ,

Décès de l'acteur Paul Sumo : la France entière sous le choc

Partager
La France entière apprend le décès du célèbre acteur français Paul Sumo. Le corps de l'acteur à été retrouvé sans vie dans la cuisine de sa propriété de Saint Tropez. Né Thierry Maçon dans une famille modeste d'agriculteurs, les enquêteurs privilégient une mort naturelle et évoquent une rupture d'anévrisme comme cause du décès de la star âgée de seulement 42 ans.

Paul Sumo débute sa carrière comme simple assistant du réalisateur Max Popino, avec lequel une forte amitié se noue au fil des années. Max Popino lui offre sur un plateau son premier rôle en 1987 dans "Les hardeurs lubriques". Sa carrière décolle deux ans plus tard avec la rencontre de Mélissa Tex, qu'il épouse en 1990. A leurs actifs, Mélissa et Paul comptabilisent plus d'une vingtaines de longs-métrages, parmi lesquels des succès mondiaux tels que "Mélissa et Paul sont dans un peep-show", "Les 120 journées de Popol" ou encore "Fion d'une nuit d'été". Paul Sumo déclare au Sling magazine le 6 Avril 1992 : "au jour d'aujourd'hui, je vis les plus belles années de ma vie".

L'actrice Mélissa Tex meurt subitement d'une overdose de Subutex le 20 Août 1993. Ce drame bouleverse la vie de Paul Sumo qui plonge dans une sombre dépression. Il commence alors une traversée du désert de deux longues années, laissant ses fans dans l'attente. Une pétition rassemble plus de 500 000 noms réclamant le retour de Paul Sumo.

La légende raconte que son ami de toujours, Max Popino, part chercher Paul dans son Falcon privé à Las Vegas et le ramène dans ses studios du Val-de-Marne pour tourner son grand retour. Le 2 Septembre 1996 sortira "Les 101 Dalmachiennes" comptabilisant plus de 300 000 ventes en DVD. Mais Paul Sumo ne retrouve jamais le succès d'antan rencontré avec son ex-femme.

Il écrit un livre en 1998 "Moi, ma vie, mon sexe" dans lequel il se confie pudiquement sur son enfance heureuse dans les terres picardes, son adolescence complexée face aux problèmes rencontrées avec les filles apeurées par la taille de son sexe. Il revient longuement sur les problèmes de drogue de Mélissa Tex et leurs heureuses années.

Afin d'assumer un train de vie luxueux, Paul Sumo multiplie alors les tournages et accepte toutes les propositions de films, allant jusqu'à faire des apparitions dans des téléfilms policiers de la première chaine privée française. Ses frasques et débordements lui offrent des centaines de photos en couverture des tabloïds à scandale.

En 2004, Paul Sumo décide de mettre fin à sa carrière d'acteur de films pornographiques et commence une nouvelle carrière. On le retrouve en 2005 en animateur d'une émission pour adolescents sur le câble puis à la radio. Il sort début 2007 un album "Je veux vous dire que je vous aime". Le single tiré de ce disque rencontre un succès relatif. Le Ministre de la Culture lui remet l'insigne de Chevalier de la Légion d'Honneur.

Paul Sumo travaillait à la préparation d'un nouvel album. La maison de disque contactée, le PDG annonce la sortie d'un album hommage dès la fin du mois.

Interrogée par l'AFP, la mère de Paul Sumo, 78 ans, "pleure son enfant chéri" et se déclare "profondément bouleversée" par le décès de son fils qui l'appelait chaque vendredi au téléphone.

"C'était un garçon plein de vie, profondément droit dans sa tête" a souligné de son côté son ami Max Popino. Ce dernier souhaite que les obsèques de Paul Sumo se déroule dans un esprit de fête, comme l'aurait aimé Paul.

L'acteur marquera "profondément les mémoires de toute une génération" sanglote Eglantine, sa dernière camarade de jeu. "Au niveau strictement personnel, je me souviendrai à vie de ses 28cm et de la tendresse de ce grand enfant" conclue-t-elle.

La France entière est en deuil. Les médias bouleversent leurs grilles de programmes pour rendre hommage à l'acteur de renommée internationale. Un cadre du service public audiovisuel annonce qu'une rétrospective de l'œuvre de Paul Sumo est à l'étude. Jean-Marc Morandini sur Europe 1 "ouvre son antenne durant 4 heures afin de recueillir le chagrin des français".

La femme du Président, elle-même très introduite dans le show business, souhaite "une minute de silence dans l'ensemble des lieux publics le jour des obsèques de Paul". Rappelons que la Première Dame était une amie intime de Mélissa Tex, l'épouse de Paul Sumo.
De son côté, le secrétaire général de l'Elysée a fait parvenir un communiqué par lequel on apprend que Président de la République décide de reculer son voyage officiel aux Iles Caïman. Le Président "exprime aujourd’hui la profonde émotion et l’infinie tristesse de l’ensemble de la Nation alors que disparaît un monument de la culture française".

Libellés : , ,

25 mars 2008

Si j'étais le spin doctor de ... Jean-François Copé

Partager
Troisième sujet de "Si j'étais le spin doctor de ...", Jean-François Copé, député et maire de Meaux depuis 1995, président du groupe UMP depuis juin 2007, président du club Génération France. Après Martine Aubry et François Bayrou, je décide de m'attaquer à un homme politique de droite. Exercice plus difficile, mais je relève ce défi. Au menu, deux axes : l'homme et son positionnement politique.

L'homme Copé. Quel âge donnez-vous à Monsieur Copé ? Jean-François Copé soufflera ses 44 bougies le 5 mai prochain. Mais l'on pourrait facilement affirmer que Monsieur Copé en fait 10 de plus. Avoir l'air vieux peut s'avérer être un avantage au début d'une carrière, plus facile pour s'imposer. Mais rapidement, la situation s'inverse. A 43 ans, Copé semble être présent dans l'arène politique depuis une éternité. Certes il en impose plus et l'on pourrait penser qu'il est plus aisé d'accorder du crédit à ses propos qu'à ceux d'un Arnaud Montebourg (45 ans) au physique d'adolescent à peine pubère. Mais Copé semble appartenir à une génération plus vieille que celle d'un Xavier Bertrand (43 ans) par exemple.

Conseils donc pour Jean-François Copé : se décoincer et rajeunir son look. Rajeunir son look, Copé pourrait prendre exemple sur un Pierre Moscovici, qui malgré ses 51 ans conserve un physique de jeune premier au sex appeal non négligeable. Le chef des députés UMP oserait-il la barbe de cinq jours, voire les cheveux rasés ? Car la calvitie de Copé, à laquelle s'ajoute un brushing ringard accentuant la faible densité de sa chevelure, représente le symbole de son look quinquagénaire. Des implants seraient cependant malvenus, tant cette opération reste facilement très visible. Par ailleurs, Jean-François Copé possède de très beaux yeux d'un bleu électrique, malheureusement jamais mis en valeur. Un léger bronzage les ferait ressortir et le sublimerait. Après cela changer la garde-robe : des costumes noir ou gris anthracite uniquement, et oser des couleurs vives pour les accessoires : bleu électrique, rouge et jaune vifs, rose fuchsia, ...

Voici notre Jean-François Copé habillé pour un quinquennat, nous lui avons fait perdre facilement cinq ans.
Il lui faut désormais adopter sa stratégie politique. Car Copé y pense chaque matin en se rasant, être président. Il a obtenu de diriger la restructuration des services publics audio et télévisuels, il espère de ce fait enrichir son carnet d'adresses des noms qui comptent dans les médias. Président du groupe UMP à l'Assemblée National, il tente d'établir un véritable réseau d'élus de terrain. 2012 ou 2017, Copé attend la faille pour s'engouffrer dans l'ère post-sarkozyste de la droite française. Ses principaux rivaux ? François Bayrou, Xavier Bertrand et ... Nicolas Sarkozy. La lutte sera sanglante. Alors Jean-François Copé va devoir se tailler un costume sur mesure. Pour cela, il lui est absolument nécessaire de se démarquer de Nicolas Sarkozy. Un boulevard dans lequel s'engouffrer : la politique étrangère. Jean-François Copé peut réussir là où Dominique de Villepin a échoué, diffuser une voix non alignée sur l'atlantisme. Devenir le plus fervent promoteur d'une Europe forte et ouverte, là où Nicolas Sarkozy va se prendre les pieds dans le tapis, avec les élections européennes comme tremplin pour ce nouveau discours. Devenir le porte-parole des pays opprimés et du Tiers Monde. Devenir le nouveau Chirac tant apprécié à travers le monde. Un Copé social néo-gaulliste tiers-mondiste.

Pour asseoir sa force sur le plan national, Jean-François Copé ne peut compter sur les camarades plus âgés et de sa génération, tous à l'affut de postes et prêt à se tirer dans les pattes au moindre coup dur. Alors le maire de Meaux va devoir séduire la galaxie des jeunes roquets de l'UMP, se positionner comme le chef de file et mentor de tous les vingtenaires et trentenaires prêts à mettre leurs aînés en retraite anticipée.

Jean-François Copé bénéficie déjà d'une image de bon orateur, de travailleur maniaque, de fins connaisseurs des dossiers sur lesquels il travaille. Mais il faudra durcir la carapace politicienne de Copé. Chirac disait qu'un président doit avoir trahit deux fois avant d'atteindre la magistrature suprême. On peut considérer qu'il a déjà trahit le camp Chirac en faisant tout pour plaire à Nicolas Sarkozy afin que le Président de la République ne l'oublie pas. Il devient nécessaire que Copé trahisse un jour Sarkozy, pour se positionner comme son meilleur ennemi.

Et vous, si vous étiez le spin doctor de Jean-François Copé, que lui conseilleriez-vous ?

Libellés : , , , , ,

A vendre : Carla Bruni nue !

Partager
Carla Bruni à vendre. Et même Carla Bruni nue à vendre. Ou plus précisément : un cliché de Carla Bruni nue à vendre.

Vous pouvez trouver la description de ce "lot" sur le site de chez Christie's. Il s'agit d'un cliché du photographe Michel Comte pris en 1993. Le vendeur est le collectionneur allemand Gert Elfering. La vente se déroulera le 10 Avril 2008, sous les bons soins de Christie's, spécialiste des ventes aux enchère de luxe. La vente se tiendra d'ailleurs à New-York au Rockefeller Plaza, amusant, non ? Le lieu du mariage de Cécila ex-Sarkozy avec Richard Attias ...

Vous êtes intéressé ? Notre première dame à poil en noir et blanc est estimée entre 3000 et 4000 dollars. Au prix du dollar comparé à l'euro, une belle acquisition à faire ...

Mais où s'arrêtera le défeuillement de Carla Bruni-Sarkozy ?

Libellés :

Elections européennes 2009 : on fait quoi ?

Partager
Les élections européennes de 2009 auront lieu dans le courant du mois de juin 2009. Les élections européennes de 2009 permettront aux électeurs de l'Union Européenne d'élire leurs représentants au parlement européen.

Ce sont ainsi plus de 350 millions d'électeurs des 27 états-membres qui éliront 751 députés européens.

Choisissons ce moment pour discuter de l'Europe. Quelle Europe voulons-nous ? Comment intéresser les citoyennes et citoyens européens ? Quels débats souhaitons-nous voir émerger ? Autour de quelles problématiques est-il possible de rassembler au-delà des partis politiques ?

Et si les élections européennes de 2009 pouvait être l'occasion d'enfin tous nous rassembler pour que le citoyen s'approprie l'Europe ?

Pour mes camarades du Mouvement Démocrate : quelle stratégie adoptée pour le MoDem lors de ces élections européennes ? Le MoDem doit-il s'allier avec d'autres partis européens ? Lesquels ? Autour de quelle base commune ?

Pour les centristes du Parti Démocrate Européen, pour les socialistes du Parti Socialiste Européen, pour les écologistes des Ecologistes Européens, pour la droite regroupée au sein du Parti Populaire Européen et Démocrates Chrétiens, pouvons-nous trouver un socle commun sur lequel s'appuyer ? Sur des thématiques aussi importantes telles que : la Politique Agricole Commune, de véritables défense et armée européennes, une même voix diplomatique à l'international, un alignement de la fiscalité européenne et des minima sociaux, l'élargissement de l'Union Européenne, etc etc.

A lire : Pour que les Partis Européens fassent liste commune aux Européennes de 2009 sur le blog d'Abadinte.
A (re)lire : une précédente note sur les élections européennes de 2009.
A rejoindre : Groupe Facebook Elections européennes 2009 / European elections 2009.

Libellés : , , , , ,

24 mars 2008

iGod : Chat with God

Partager
iGod, repenting made easy. Un site sur lequel vous pouvez chatter en live avec Dieu. Elle est pas belle la vie ? Plus besoin d'aller au confessionnal, maintenant une petite interface web fait l'affaire pour se repentir. En plus le Bon Dieu a de l'humour. Quand on lui demande quel temps il fait chez lui, il répond : "a normal seventy degrees inside the computer". Ah oui, Dieu parle anglais, voici le scoop de l'année. J'ai bien essayé de lui parler en latin ou en araméen, mais il me répondait à côté de la plaque.

En ce lundi de Pâques, allez donc vous confesser à Dieu.

"Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde. Par la mort et la résurrection de son fils, il a réconcilié le monde avec lui et il a envoyé l'Esprit Saint pour la rémission des péchés. Par le ministère de l'Église, qu'il vous donne le pardon et la paix. Et moi, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, je vous pardonne tous vos péchés".

(Photo : prettywar-stl)

Libellés : ,

23 mars 2008

Tibet : les vraies raisons du silence de Sarkozy

Partager
A lire cette note sur le blog de Vincent Jauvert, grand reporter au Nouvel Observateur. Il revient sur les raisons du mutisme français à propos des tragiques événements se déroulant en ce moment au Tibet. Extraits :

Il y a plusieurs raisons, les évidentes et celles qui le sont moins.

La France, si attachée à son statut de membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, a besoin de la Chine dans cette enceinte sur plusieurs sujets:

- le Darfour, d'abord, dont l'équipe Sarkozy s'est faite la championne et qui ne peut pas entreprendre grand-chose sur le sujet sans le soutien de Pékin.

- le Liban, "protectorat" français, où la Chine a accepté, à la demande de Paris, d'envoyer quelques casques bleus.

- l'Iran, contre lequel la France et les Etats-Unis ont réussi, il y a quelques semaines, à faire voter une nouvelle vague de sanctions avec l'appui de Pékin et qui ne veulent absolument pas que ce fragile consensus se disloque.

- l'élargissement de ce Conseil, autre cheval de bataille de la diplomatie française, qui ne peut se faire si la Chine oppose son véto.

Outre la diplomatie, il y a aussi - et peut-être surtout- des histoires de gros sous et notamment le nucléaire, encore et toujours le nucléaire.

En novembre dernier, lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Pékin, Anne Lauvergeon, la présidente d'Areva, a signé un contrat faramineux: la vente de deux réacteurs de deuxième génération EPR à la Chine, contrat considéré comme le plus important de l'histoire du nucléaire civil.

Et, dans la foulée, Areva est devenue partenaire officiel des Jeux Paralympiques de Pékin.

Mais l'encre n'est pas encore sèche. Si Paris se montrait un peu trop critique, les autorités chinoises pourraient bien reprendre leur signature (d'autant que les Chinois trainent déjà les pieds à cause d'un problème de transfert de technologie). (lire la totalité de la note)

(Photo : Elton Melo)

Libellés : , ,

22 mars 2008

Si j'étais le spin doctor de ... Martine Aubry

Partager
Second sujet de "Si j'étais le spin doctor de ...", Martine Aubry, la maire de Lille, facilement réélue dans la capitale du Nord, notamment par un accord de second tour avec le MoDem. Contrairement à François Bayrou, je vais m'appuyer sur deux axes : la femme et la (sa) politique.

La femme. Premier déficit de popularité de Martine Aubry : son image. Politique tout d'abord, et j'y reviendrai plus tard. Mais également son apparence physique et son caractère. Un physique banal et pas très sexy, presque transparent. Certes Martine Aubry refuse le diktat de l'apparence et le reproche souvent à ses adversaires politiques, Ségolène Royal au premier plan. Pourtant, peu de choses suffiraient pour transformer Martine Aubry d'une bonne copine en une executive woman. Passage chez un bon coiffeur : avoir une coupe qui ressemble à quelque chose, quelques centimètres de plus en longueur, une coloration dans les châtain avec de légères mèches ton sur ton : on aboutirait à un visage plus affiné mettant en valeur ses yeux qu'elle a fort jolis. Passage ensuite dans les boutiques de vêtements : chaussures à talons et vestes cintrées, Martine Aubry prend de la hauteur et sa silhouette devient plus élancée. Elle oserait les couleurs (sobres mais inattendues) qu'elle perdrait quelques années. Enfin, un grand mystère quant à ce Martine Aubry a fait à son visage - chirurgie guère réussie ? trop de nourriture ? - le fait est que son visage est flasque. Cesser de suite ces mauvaises habitudes.

Un caractère difficile à gérer, sèche et quelque peu autoritaire. Caractère notamment véhiculé par le fait que Martine Aubry bénéficie d'une capacité de travail monumentale ; et demande les mêmes qualités à ses proches. Malheureusement cela transparaît dans ses apparitions. Quelques cours de media training seraient les bienvenues afin qu'Aubry se détende et n'effraie pas ses spectateurs.

La politique. Il semble impératif que Martine Aubry, femme ô combien brillante et intelligente, cesse de trainer derrière elle un énorme boulet : les 35 heures. Pas question ici de disserter sur les bienfaits ou non de cette réforme. Mais inconsciemment, les français pensent une seule chose en voyant, entendant Martine Aubry : les 35 heures. Deux étapes pour se libérer de ce poids. Tout d'abord un faux lapsus et une avancée. Faux lapsus (totalement téléguidé) quant à des remords sur cette réforme, on reparle des 35 heures, elle prend la main, elle devient incontournable durant quelques jours, l'on s'arrache pour connaître le fond de sa pensée. Vient l'avancée : surprendre tout le monde en ne parlant pas des 35 heures mais d'une nouvelle réforme du travail, cinq propositions à marteler.

Combien de fois a-t-on pu entendre : Martine Aubry, un véritable mystère de la scène politique française. Que veut-elle ? Ou va-t-elle ? Que pense-t-elle ? Que vise-t-elle ? Son animosité (voire sa haine) envers Ségolène Royal ne fait aucun mystère. Aubry conchie cette politique de la démagogie et de la communication. Mais Aubry aime le pouvoir, Aubry hurle de voir moins brillants qu'elle mieux réussir. Alors Martine Aubry va revenir sur le devant de la scène. Et Aubry devra casser son positionnement politique au sein du PS. Ce qu'elle semble avoir commencé à faire d'ailleurs. Longtemps Martine Aubry se positionnait au centre de l'échiquier politique socialiste : à la gauche de cet échiquier se trouvent des Mélenchon, Emmanuelli ou Hamon, voire même Montebourg ; à la droite de l'échiquier socialiste des Strauss-Kahn, Royal, Cambadélis ou Valls. Cependant, lors des décisions et attributions des postes au sein du Parti Socialiste, la pomme se coupait environ au centre bien évidemment, cependant une moitié allait à la gauche du PS, la seconde à la droite, et rien ou presque pour le centre, dans lequel se positionne Aubry. En acceptant une alliance de second tour avec le MoDem, Aubry semble vouloir se repositionner à la droite de l'échiquier politique socialiste. Très intéressant et à encourager politiquement. En piétinant les plate-bandes de Ségolène Royal, Martine Aubry va vouloir prendre la place toute chaude en l'éradiquant sur le domaine des idées. Obligeant Royal à se trouver une autre place. Car le prochain congrès du PS se jouera sur le terrain des problématiques et du débat de fond. Et l'on ne pourrait que conseiller une alliance avec Delanoë : le maire de Paris occupant la gauche du PS, la maire de Lille la droite. Leurs forces en commun, ils pourraient se positionner comme les rassembleurs d'un large éventail des chapelles idéologiques.

Enfin et pour revenir définitivement sur le devant de la scène, Martine Aubry va devoir s'emparer d'un véritable sujet. Tout se joue sur une problématique. L'insécurité en 2002. La rupture en 2007. Un cheval de bataille. Son sujet de présidentielles. Le pouvoir d'achat serait une erreur : trop de personnes se le sont déjà approprié. Pas de sujets polémiques susceptibles de diviser. Exit l'immigration, les sans-papiers, l'Europe. Alors pourquoi pas le logement. Sujet consensuel à souhait. Pouvant rassembler de l'extrême-gauche au centre droit. Compréhensible en quelques phrases par tous les français. Tous les français. Après, Martine Aubry va devoir convaincre ses amitiés, nombreuses au sein de moults lobbies et appareils de pouvoir. Mettre en ordre de bataille ses réseaux, qui devraient lui ouvrir très facilement les portes des médias. Avec son nouveau look et un sujet phare, rien ne pourra arrêter Martine Aubry si elle utilise ses nombreuses armes : son extrême intelligence, son regard de tueuse et son sourire enjôleur.

Et vous, si vous étiez le spin doctor de Martine Aubry, que lui conseilleriez-vous ?

Libellés : , , , , ,

20 mars 2008

Si j'étais le spin doctor de ... François Bayrou

Partager
Premier sujet de "Si j'étais le spin doctor de ...", François Bayrou donc. Pour promouvoir le leader du Mouvement Démocrate, trois axes : l'homme, la forme et le fond.

L'homme François Bayrou. L'ancien candidat UDF aux élections présidentielles de 2007 conserve une image de français moyen, proche des français. Un léger côté vieille France qu'il faut adoucir sans cependant choquer son électorat le plus âgé. Pour ce faire, un léger relooking semble nécessaire. Rien de très significatif. Se diriger vers une coiffure plus Kennedy. Mais surtout revoir la garde-robe, afin de séduire un public plus jeune. Alterner les couleurs avec la sobriété du classique noir et blanc. Mais absolument cesser les costumes mal taillés bleu marine. D'élégantes vestes noires avec des chemises blanches immaculées. Oser le no cravate afin de véhiculer une allure décontractée. Lors de meeting ou débats ciblés, François Bayrou pourrait faire tomber la veste et porter des chemises noires par exemple. Surtout, François Bayrou devra apprendre à déboutonner ses vestes, lui donnant un air bien trop engoncé, signe de fermeture vers autrui.

La forme. La communication du Mouvement Démocrate se remarque par son absence totale d'originalité. Le site internet de son parti n'apporte aucune plus-value. Simplement une médiocre revue de presse de l'actualité de trois ou quatre cadres du MoDem. Il va falloir songer à investir dans un véritable site internet ambitieux. Avec des rendez-vous réguliers donnés aux internautes. Des messages vidéos, des tchats, un blog personnel de François Bayrou, ...

Nous savons tous que François Bayrou se voit déjà prochain président de la République en 2012, et que c'est là son seul objectif. Pour cela, il s'avère absolument nécessaire d'occuper le terrain. De prévoir un déplacement en Province par semaine durant les quatre années à venir. De se rendre à des manifestations publiques ou revendicatives, apportant son soutien à des causes pour lesquelles on ne l'attend pas (ex : parrainage républicain d'enfants sans-papier, soutien au Don Quichotte, etc.). François Bayrou doit rebondir sur l'actualité et devenir offensif, même sur des sujets mineurs. Dans l'actualité chaude, je conseillerais à Bayrou une véhémente protestation contre le parachutage de Georges-Marc Bénamou à la Villa Médicis (cf ce groupe), agrémenté d'un appel pour préserver l’indépendance de la culture face aux pouvoirs politiques.

A l'inverse, François Bayrou ne gagnera rien à tenter d'obtenir l'annulation du scrutin des municipales à Pau. Il apparaîtra forcément comme mauvais perdant. Cette stratégie eut pu être envisagée sous condition d'un écart absolument minime avec la gagnante du scrutin, mais avec presque 350 voix de différence, François Bayrou a de très fortes chances de ne pas être entendu par la justice.

L'orangemania de son parti, certes très utile comme signe de reconnaissance, tombe dans l'excès et décrédibilise l'action de François Bayrou, trop centré sur le superficiel et l'ambiance bisounours. Le chef du MoDem n'a rien à gagner à s'orner de ces couleurs, et le laisser aux militants, tout en les canalisant dans leur toujours plus d'oranges.

Le fond. François Bayrou, s'il veut se positionner comme l'opposant principale à Nicolas Sarkozy, doit se munir d'un programme sérieux et ambitieux. Et pour atteindre cet objectif, aucun mystère : il faut travailler et faire travailler. Et surtout ne pas attendre 6 mois avec les élections présidentielles de 2012. La solution consisterait en un rendez-vous fixe.
Le MoDem se vend comme un parti neuf. Chaque semaine, un sujet. Chaque semaine, un constat, un bilan sur la situation quant à ce sujet. Chaque semaine, une proposition claire, nette et chiffrée. Une semaine, une idée. Tout d'abord consultations de spécialistes et des militants. Puis une prise de décision de François Bayrou, annoncée chaque semaine au cours d'un point presse. Au rythme d'une quarantaine d'idées par an, François Bayrou pourra arriver en 2012 avec un projet solide et préparé, riche de 150 à 200 propositions. Et donc se consacrer uniquement durant les mois précédents le scrutin présidentielle à sa campagne même.

Mais François Bayrou auparavant devra se positionner politiquement. Droite. Centre-droit. Extrême-centre. Centre. Centre-gauche. Gauche. La clarification est indispensable pour ne pas faire fuir les électeurs. Et son projet découlera de ce positionnement. Sachant que son projet gagnerait à se situer socialement parlant à gauche et économiquement parlant sur l'aile libérale.

Et vous, si vous étiez le spin doctor de François Bayrou, que lui conseilleriez-vous ?

(Photo : Alexandre Lataste)

Libellés : , , , ,

Si j'étais le spin doctor de ...

Partager
Nouvelle rubrique que je lance : "si j'étais le spin doctor de ...". Régulièrement, je vais choisir un homme ou une femme politique, de nationalité française ou bien étrangère. Dont je partage les convictions politiques, ou pas. Avec lequel je puisse trouver des affinités politiques, ou pas.

L'objectif : énoncer en quelques lignes quelques idées de marketing politique et des concepts pour promouvoir de façon différente et innovante sa communication. Le but n'étant pas d'établir un plan rigoureux en relations publiques, mais bel et bien de proposer des suggestions auxquelles ce politicien pourrait se raccrocher pour "dire et faire du bien" de lui.

Que feraient des Alastair Campbell, Karl Rove, Dick Morris ou encore un George Stephanopoulos ou moins sérieusement un Toby Ziegler ?

Si cela vous tente de donner vos idées, de partager vos suggestions, avec sérieux ou humour, contactez-moi.

Premier "sujet" et donc cobaye de ce concept : François Bayrou. A suivre ...

Libellés : , , , ,

19 mars 2008

Philip Jones Griffiths quitte le front

Partager
Philip Jones Griffiths est mort. Philip Jones Griffiths est l'un des plus grands photographes du 20ème siècle. Triste disparition. Il a couvert plus d'une centaine de pays en guerre durant plus de 50 ans. Ses clichés sont une véritable mémoire des atrocités de l'humanité.

Philip Jones Griffiths a également été président de Magnum, la très célèbre agence de photographie. Pour en savoir plus sur cet homme de talent, ce génie, allez consulter sa fiche wikipedia.

Mais le plus bel hommage reste certainement encore de voir ses clichés. Vous pouvez en visionner quelques uns sur le port folio de Magnum. Tout y est sublime. Chaque photo représente une histoire. Le noir et blanc fige les situations à jamais dans la mémoire. Les personnes photographiées retranscrivent tout le poids de leurs émotions. Les cadres appuient toute la subjectivité du regard de
Philip Jones Griffiths. Le talent du photographe nous plonge au travers de ses clichés dans de véritables tableaux troublant de vérité que l'on introduit avec pudeur.

Libellés : , ,

substantifique moelle, révolution copernicienne, substrat cybernétique et modèle mathématique canonique hypothético-déductif

Partager
Titre ô combien incompréhensible, je le concède. Et pourtant toutes ces expressions extraites d'un blog vont me permettre de faire de la pub pour celui-ci. La mission s'avère rude. Le blogueur en question se nomme Julien Rivet. Son blog nickcarraway.fr se définit d'une baseline : "reserving judgments is a matter of infinite hope".

A rencontrer Julien in real life, rien ne laisse à penser que derrière son look drôle dandy et son caractère sexy centriste alcoolique se cache un esprit brillant. La rencontre avec sa réflexion se fait sur son blog. On y parle de politique, du modem, d'épistémologie, d'histoire notamment.

Les mots et expressions parfois compliqués pourraient nuire à la lecture de son blog. Il serait même facile de trouver Julien, étudiant à l'EHESS, un tantinet pédant. Mais finalement son blog va à l'encontre de l'information jetable. Chez lui, on réfléchit, on analyse, on pose des questions, on ouvre des débats, on essaye de creuser. Rarement déniche-t-on de tels profils. Après la lecture de chacune de ses notes (et parfois après quelques cachets d'aspirine), l'on ferme la page en se trouvant plus intelligent.

Le blog de Julien commence à peine, et encore trop peu de blogueurs et lecteurs de blog ne le connaissent. Alors foncez. Pour vous encourager, voici le début de sa dernière note en date, "Querelles de centres" :

Ah, le centre. Son aspect pot-au-feu (du vert, du orange, de la viande bouillie…) a de quoi faire saliver. Casse-tête pour les hommes politiques, qui voient en lui une menace permanente et tentent d’étouffer dans des oreillers rose et bleu le souffle juvénile d’un nouveau-né politique. Bonheur des journalistes, car matière à glose infinie et cependant fade sur son avenir. Le centre est-il atteint d’une maladie orpheline ? Quelle espérance de vie ? La greffe du bras gauche et du bras droit va-t-elle tenir ? Et c’est précisément au moment où le corps se délite, où les membres se décharnent, qu’il vaut d’être convoqué dans les médias. Scoop : le MoDem se déchire. Re-scoop : untel claque la porte. Re-rescoop : Le pot-au-feu manque de “substantifique moelle” (mon tag spécial et désormais favori pour que Luc me fasse de la pub), c’est devenu un bouillon falot dans lequel barbotent de vieux morceaux de carne filandreux. (lire la suite ...)

Libellés : , , ,

18 mars 2008

Remaniement ministériel : l'équipe Fillon II

Partager
Voici le gouvernement Fillon 2 ou Sarkozy 2, au choix. Pour résumé, on prend les mêmes et on change pas grand chose. Les ministres restent et les promesses passent : souvenez-vous de la promesse de Nicolas Sarkozy d'avoir un gouvernement resserré et un maximum de 15 ministres. Résultat : encore plus de secrétaires d'Etat après le remaniement.

Laurent Wauquiez, ancien porte-parole du gouvernement, devient secrétaire d'Etat à l'Emploi.
Luc Chatel, ancien secrétaire d'Etat au Tourisme et à la Consommation, prend la place du précédent et devient porte-parole du gouvernement et secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie et de la Consommation. On récompense les ministres ayant réalisé de bons scores aux municipales. On se rassure comme on peu, et Nicolas Sarkozy fait comme si les français n'avaient pas donné un camouflet à la droite.

Le maire de Toulon, Hubert Falco, devient secrétaire d'Etat à l'aménagement du territoire. Il faut congratuler un des rares maires de droite réélus facilement au premier tour.

Christian Blanc, ancien PDG d'Air France, a été nommé secrétaire d'Etat chargé du développement de la «Région Capitale». Un centriste pour dire que Sarkozy poursuit sa politique d'ouverture. Ou comment ne pas employer le mot Grand-Paris juste pour embêter Bertrand Delanoë.

Anne-Marie Idrac occupera le portefeuille de secrétaire d'Etat au Commerce extérieur. Il fallait recaser celle qui s'est fait virée de la SNCF. Les ministères servent de nouvelle maison de retraite.

Les deux porte-parole Yves Jégo et Nadine Morano entrent également au gouvernement. Le premier devient secrétaire d'Etat à l'Outre-mer en remplacement de
Christian Estrosi, élu maire de Nice. Au moins il est drôle. Nadine Morano, quant à elle, devient secrétaire d'Etat à la Famille. Elle est également drôle, mais malgré elle.

Alain Marleix occupera le poste de secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités territoriales. Je le respecte beaucoup, et enfin quelqu'un de compétent à un poste important. En espérant qu'il aura les pouvoirs de son secrétariat d'Etat.

Jean-Marie Bockel secrétaire d'Etat aux Anciens combattants. L'ouverture tombe dans l'oubli.

Alain Joyandet, député UMP et secrétaire national chargé des fédérations, nouveau secrétaire d'Etat à la Coopération et la Francophonie, est récompensé pour sa fidélité sarkozyste.

Eric Besson, déjà secrétaire d'Etat chargé de la Prospective et de l'évaluation des politiques publiques, se voit octroyer en sus le développement de l'Economie numérique. Je pense que les geeks vont rigoler. Bonne nouvelle cependant que cette création. Pas sûr que Besson soit le plus compétent pour occuper ce poste.

Concernant les ministres, certains gagnent ou perdent une attribution, en fonction de leur degré de fidélité au Président de la République, de leur taux de nuisance, et de leurs gaffes et insuccès électoraux.

Jean-Louis Borloo récupère l'énergie et l'aménagement "durable" devient aménagement "du territoire". On le félicite du Grenelle en trompe l'oeil et de son absence médiatique des dernières semaines.
Le gentil Xavier Bertrand récupère la gentille Famille et la gentille Nadine Morano.

Brice Hortefeux passe de ministre du "co-développement" à ministre du "développement solidaire". Ca fait moins droite et plus gauche. C'est joli mais ça ne change rien. Roselyne Bachelot récupère également la vie associative, il faut la remercier de son sarkozysme vertueux.

Christine Lagarde paye sa grosse vautrée aux municipales, ses bourdes à répétition et l'insatisfaction des français quant au pouvoir d'achat. Elle perd du coup les finances dans son attribution.

Hervé Novelli est également promu et passe du commerce extérieur au commerce tout court avec de surcroit l'artisanat, le tourisme et les services.

Bernard Laporte, en plus du sport se voit chargé de la jeunesse et de la vie associative. On avait oublier qu'il était au gouvernement, il faut le ressortir de l'oubli.

Libellés : , ,

Retour sur la campagne des municipales dans le 18ème arrondissement

Partager
Dix questions à huit candidats aux municipales dans le 18ème arrondissement. Retour à froid sur cette exercice.

Tout d'abord, je tiens une nouvelle fois à remercier
Sauveur Boukris, Cyril Bozonnet, Syrine Catahier, Roxane Decorte, Sylvain Garel, Michel Langlois, David Pierre-Bloch et Daniel Vaillant.

Je pense et espère que leurs réponses ont permis d'éclairer certains électeurs du 18ème arrondissement. Au total, j'estime à environ 10000 visites le nombre de connexions sur ces questions. Pour un sujet aussi local, je trouve cela plus qu'acceptable.

Peu de réactions cependant, environ une quarantaine de commentaires. Mais étrangement beaucoup plus de mails directs. Des habitantes et habitants du 18ème me demandant de poser telle ou telle question. Voire exigeant que j'interpelle les candidats sur des problèmes personnels.

A la réception des textes, je m'amusais (gentiment) des réponses de certains candidats, et des différences entre eux. Sur le fond bien sûr, et vous pouviez en juger de part vous même. Et sur la forme également. De tel candidat au texte sans aucune mise en page et empli de fautes d'orthographe, à tel candidat avec une présentation soignée, toujours un petit mot aimable à mon sujet et un texte rigoureux.

Quant au fonctionnement, j'ai été quelque peu déçu. Tous les candidats connaissaient les modalités. Les dates auxquelles il fallait me répondre, pour une mise en ligne régulière. Mais sur presque toutes les questions j'ai galéré pour obtenir les réponses, m'obligeant à retarder la publication, devant parfois relancer plusieurs fois les candidats. Avec parfois aucun retour. Dommage.

Autre problème récurrent : la longueur des textes. Que certains décident de répondre de façon très succincte ne me dérangeait pas plus que cela, même si j'eus apprécié qu'ils développent leur raisonnement. Mais parfois je me retrouvais face à des pavés, dépassant largement la longueur que j'avais fixée. Et j'ai du faire des rappels à l'ordre.

Enfin, le second tour. J'ai proposé aux deux finalistes, Roxane Decorte pour l'UMP et Daniel Vaillant pour le PS, de répondre à une ultime question. A cette requête, les deux acceptèrent. Et je leur demandai donc de me répondre avant vendredi midi à cette interrogation : "En quoi vous différenciez-vous fondamentalement de votre adversaire ?". Malheureusement, je n'ai jamais reçu la réponse de Daniel Vaillant, malgré un mail de rappel. Je me retrouvai donc avec la seule réponse de Roxane Decorte, et j'ai décidé de ne pas publier son texte. Et je m'en excuse auprès d'elle et son équipe. Mais je désirai préserver l'équité mise en œuvre depuis le début.

Exercice laborieux donc, mais malgré tout très enrichissant. Je ne compte pas laisser le 18ème arrondissement de côté hors période électorale. Je réfléchis à certains concepts et idées pour poursuivre le débat.

Libellés : ,

17 mars 2008

Nicolas Princen, l'oeil de Nicolas Sarkozy sur le web

Partager
Bienvenue à Nicolas Princen ! Nicolas Princen, si tu m'y autorises, je vais te tutoyer. Sur les blogs, on ne se vouvoie pas, c'est comme ça. Nicolas Princen, j'ai pris connaissance par un article de Peuples.net de ton recrutement à la cellule Internet de l'Elysée, cellule dirigée par François de La Brosse. Nicolas Princen, j'ai appris que ta mission consistera à "surveiller tout ce qui se dit sur la Toile, traquer les fausses rumeurs et déjouer toute désinformation à l'encontre du Président".


Cher Nicolas Princen, je te souhaite bien du courage. Et je souhaite donc savoir si tu mérites bien ta place. J'ai donc décidé d'écrire cet article. Ce serait super aimable de ta part de me laisser un petit commentaire. Pour te faciliter la tâche, hop là, un mot clé :"Nicolas Sarkozy", j'imagine que tu es abonné au flux rss des blogsearch de Google. Je l'espère du moins. Au cas où Nicolas Princen, je t'ai également ajouté dans mes contacts sur Facebook. Comme cela, tu auras automatiquement les notifications de mes nouveaux articles de mon blog, ce sera pratique pour toi. D'autant plus que je compte persévérer à écrire des choses par très gentille à l'encontre de ton patron.

Nicolas, tu es diplômé de Normale et de HEC, je suppose donc que ce sont pour tes nombreuses qualités, et non pour la similitude de ton prénom avec celui de notre narcissique de Président, que tu as été recruté. Cependant, je te souhaite bien du courage. Si tu connais un minimum du monde des blogs, tu dois savoir qu'il existe plusieurs milliers de blogs sur lesquels tu trouveras des choses désagréables sur Nicolas Sarkozy.

Mais Nicolas Princen, tu es jeune et probablement ambitieux, alors tu passeras tes jours et nuits sur les blogs et sites de la toile française. Tu y liras plein d'articles et notes qui te feront bondir et hurler. Alors tu sais, Nicolas, ton Nicolas à toi, il risque de faire des petites crises quand tu lui feras parvenir des notes quant à son image dans la blogosphère anti-sarkozyste. Vraiment, bonne chance.

Chers lecteurs de ce blog, souhaitez la bienvenue à Nicolas. Je vous encourage toutes et tous à lui indiquer vos blogs, afin de faciliter ses recherches. Alors, tous ensemble, je propose que mes lecteurs fasse connaissance avec toi, Nicolas Princen. Pour cela, j'ai retrouvé une petite vidéo de toi, à l'époque où tu officiais pour NS-TV.

Libellés : , , ,

Starko ! un film de Karl Zéro et Daisy d'Errata

Partager
Grâce à l'ami Guy, on peut visionner le premier trailer de Starko !

Starko !, le prochain film de Karl Zéro. Starko !, les dix premiers mois de la Présidence de Nicolas Sarkozy. Starko !, ça a l'air bien sympa. Et après Dans la Peau de Jacques Chirac et Ségo et Sarko sont dans un bateau, je prédis un fort succès pour Starko !.

Libellés : , , ,

La Fédération Internet du MoDem

Partager
Article 17.3 extrait des statuts du MoDem : "Le Mouvement Démocrate se dote d’une fédération Internet. Elle est organisée selon des modalités prévues au règlement intérieur".

Vous allez pouvoir, vous militants du Mouvement Démocrate vous exprimer, voter, commenter, proposer sur la création de cette Fédération Internet, afin qu'elle soit le plus possible à l'image de celles et ceux la composant.

A partir de ce soir donc, vous pourrez vous connecter sur www.federation-internet.fr et contribuer à la construction de la Fédération Internet.

Plus d'informations :
- le groupe Facebook,
- l'univers Netvibes,
- le groupe Google,
- le site de la Fédération Internet.

Libellés : ,

16 mars 2008

François Bayrou battu à Pau, quel avenir pour le MoDem ?

Partager
Il fallait s'y attendre, François Bayrou, le leader du MoDem, battu aux élections municipales à Pau. Martine Lignières-Cassou, la candidate socialiste devrait s'installer dans le fauteuil de maire de Pau. Avec presque 34% au premier tour pour la liste PS, contre seulement 32,6% pour la liste du Mouvement Démocrate, le résultat était attendu.

François Bayrou misait gros avec sa candidature aux municipales. Bien que les résultats devraient être serrés, et un écart de quelques centaines (dizaines ?) de voix devrait séparer les deux prétendants les plus sérieux.

Quel avenir pour le Mouvement Démocrate ? Quel avenir pour François Bayrou ? L'un et l'autre semble lié.

François Bayrou croit en son destin. Il a déclaré lui-même en 2001 qu'il serait candidat en 2002, qu'il ferait un score à deux chiffres en 2007 et serait président en 2012. Pour lui, un seul objectif : les présidentielles de 2012.

Désormais, le Mouvement Démocrate va devoir bosser. S'ouvrir vers la construction d'un véritable projet. Cesser les discours inaudibles. Ne plus se positionner sur du cas par cas. Mais se positionner avec un véritable projet de société, un programme économique sérieux, chiffré et cohérent. Etre une force de proposition face à la droite UMP, ce que ne fait pas le PS.

Le Mouvement Démocrate, si il veut exister médiatiquement, va devoir réfléchir à une communication sérieuse, innovante et originale. Et ne pas laisser uniquement François Bayrou et Marielle de Sarnez occuper toute la place médiatique.

Il est nécessaire que les cadres du MoDem, traditionnellement de centre droit, comprennent que la base militante de ce parti se compose plutôt de militants de centre gauche. Avec un PS incohérent, faisant le grand écart entre qui d'extrême gauche et qui de centre droit, le MoDem peut si il désire trouver un boulevard sur le centre gauche.

Libellés : ,

Que sont les électeurs du Front National devenus ?

Partager
On devrait se réjouir : le Front National semble en net recul. En effet, les listes du Front national ne peuvent se maintenir au second tour du scrutin municipal que dans sept villes de plus de 30000 habitants, contre 41 villes en 2001. Seulement 40 conseillers municipaux du parti de Jean-Marie Le Pen élu au premier tout, contre 107 en 2001. Un net recul également aux élections cantonales : un score inférieur à 5% contre presque 7% au précédent scrutin.

Mais si le Front National semble perdre en puissance aux élections, pour autant les électeurs eux existent encore. Mais alors, que sont les électeurs du Front National devenus ? Plusieurs hypothèses s'offrent à nous.

L'abstention. Nombre de citoyens français déposant un bulletin FN dans l'urne le faisaient par protestation. Protestation contre cette France à la dérive. Protestation contre un pouvoir confisqué par une poignée de vieilles élites hétérogènes. Ils votaient pour exprimer leur raz-le-bol. On peut supputer que des électeurs frontistes se sont fatigués d'un vote protestataire, et ont décidé de ne plus se mêler du destin politique de la France en ne se rendant plus dans les isoloirs des bureaux de vote.

L'extrême-gauche. Passer d'une extrême à l'autre peut sembler politiquement aberrant tant les messages et programmes véhiculés s'opposent. Cependant, il n'est pas rare de rencontrer des personnes naviguant ainsi. Un Jean-Marie Le Pen pouvant laisser sa place à un Olivier Besancenot. Des électeurs du Front National choisissant un bulletin LO ou PT. Attirés par la jeunesse, la gouaille et le discours abordable du leader de la LCR. Trouvant dans l'extrême gauche un vote moins stigmatisant et d'apparence plus démocratique. Mais un vote qui reste cependant un message clair aux politiciens, un cri contre la difficulté de survivre des classes les plus populaires, une sanction contre la hausse du pouvoir d'achat.

L'UMP. Les cadres de la droite se réjouissent de la "disparition" du vote frontiste. Récitant à gogo que l'UMP a su séduire ces électeurs par un discours proche de leur préoccupation. Cependant, ils oublient une chose : si certains anciens électeurs frontistes ont voté Nicolas Sarkozy aux dernières élections présidentielles, ce n'en est pas pour autant eux les électeurs qui ont changé. mais peut-être et surement l'UMP qui a droitisé son discours. Doit-on se satisfaire d'une droite française véhiculant sur la scène démocratique française un discours qui séduise les électeurs du Front National ? Autrement dit : si une partie des électeurs du FN ont été phagocytés par l'UMP, l'UMP prend-elle un virage vers son extrême droite ?

Je n'apporte pas de réponse à cette question. Il serait bien compliqué, et surtout les raisons d'un changement de vote sont purement propres à chaque individu. Cependant, j'ai essayé de dresser trois grandes lignes. Il est fort à supposer que la vérité se retrouve dans une dispersion sur ces trois hypothèses. Reste à en connaître les proportions.

Libellés : , ,

15 mars 2008

Le nouveau portrait officiel de Nicolas Sarkozy

Partager
Trouvé chez Sarkofrance.

Libellés : , ,

14 mars 2008

Libérez Fouad Mourtada !

Partager
Journées bien (trop) remplies en ce moment. Très peu de sommeil. Je suis toujours à la recherche d'un emploi. N'hésitez pas à consulter mon CV.

Je diffuse également cette vidéo de soutien à Fouad Mourtada torturé, battu puis emprisonné dans les geôles marocaines pour avoir posté un profil Facebook fantaisiste.

Je vous encourage vivement à vous mobiliser pour sa libération. Plus d'informations sur le groupe facebook de soutien. Et surtout signez la pétition en ligne. N'hésitez pas à faire circuler l'information.


Libellés : , ,

12 mars 2008

Think Tank Watcher

Partager
Think Tank Watcher propose un décryptage, une analyse et une veille des think tanks internationaux. Encore une fois un outil très passionnant. On se souvient de l'Univers Netvibes sur les think tank, produit en collaboration de l'IRIS avec la Fondation Res Publica.

Le site Think Tank Watcher quant à lui est développé par RCA, un cabinet de conseil spécialisé dans la veille stratégique, et les stratégies d'influence appliquées à la communication et à la gestion des risques réputationnels.

Think Tank Watcher permet de connaître les travaux des think tanks internationaux, français, européens et américains. Mais également d'obtenir une analyse sur des sujets ou événements particuliers. La première note sur le site se consacre ainsi aux élections municipales, et constate ainsi que les think tanks "sont restés concentrés sur des thèmes nationaux et sur des problématiques européennes en vue de la prochaine Présidence française de l'Union" alors même que nous eussions pu penser que "les municipales auraient été l'occasion d'exercer pleinement leur fonction dans la société pour ces organisations productrices d'idées, de propositions politiques et animatrices du débat public". Constat implémenté d'une analyse et d'une revue de think tanks quant à cette problématique.

Plus d'informations sur www.thinktankwatcher.fr.

Libellés : ,

11 mars 2008

La vie chère

Partager

Merci à Fred2Baro pour cette découverte.

Libellés : ,

10 mars 2008

Brève de municipales (3) : Sylvie Noachovitch

Partager
Ma grande amie Sylvie Noachovitch se présentait aux électeurs de Villiers-le-Bel dans le Val d'Oise. Malheureusement pour elle, et malgré ses talents juridiques pour faire taire certains blogueurs un peu trop bavards, Sylvie Noachovitch est battue dès le premier tour.

L'avocate de Sans Aucun Doute ne recueille que 38,5% des suffrages, contre 61,5% pour le maire socialiste sortant, Didier Vaillant.

Sylvie Noachovitch est l'auteure de cette magnifique réplique : "j'appelle tous les électeurs à me rejoindre car aujourd'hui il faut absolument monter dans le train avec moi, je suis le train". Terminus, tout le monde descend, le train n'a pas trouvé sa locomotive.

Preuve en est que la notoriété télévisuelle ne suffit pas pour devenir maire. Nous attendons avec impatience les prochaines aventures de Dame Noachovitch.

Allez, au revoir !

Libellés : , ,