]]>

31 mai 2008

Le jour où Pascal Rogard flingua Jean-François Copé

Partager
Si vous ne connaissez pas Pascal Rogard, le directeur général de la SACD et puissant lobbyiste dans le milieu culturel français, vous pouvez lire ou relire une note que je lui avais déjà consacrée.

Pascal Rogard en fin diplomate et bon connaisseur des arcanes du pouvoir, manie également à merveille les subtilités de la langue française. Alors quand il s'énerve, cela se ressent à la lecture de son blog. Et quand il tape, il égratigne violemment.

Aujourd'hui, c'est Jean-François Copé qui fait les frais de l'agacement de Pascal Rogard, et ô combien je le comprends ! Le titre de la note donne le ton : "La coupure Copé". Et je ne peux m'empêcher de vous inviter à sa lecture :

Ceux, et j’en faisais partie, qui pensaient que Jean François Copé avait l’ambition d’être le modernisateur du service public de la télévision se sont trompés.

Son ambition est bien plus noble puisqu’il s’agit de contribuer au redressement du cours de bourse de Tf1 qui a dévissé de près de 50% en un an.


Pour être sur,de réaliser le programme qui figure dans le petit livre blanc qu’il lit pieusement chaque soir avant de se coucher et tous les matins avant d’avaler le grand verre de Coca cola qui rend le cerveau disponible, il a même consenti a accepter la fonction de rapporteur de la prochaine loi audiovisuelle.


La France qui souffre et peine à se faire entendre appréciera cette disponibilité aux sollicitations des puissants et riches hommes d’affaires qui contrôlent les médias privés.


Mais attacher son nom à une réforme dont les français pourront tous les soirs mesurer les effets, ne vaut il pas tous les sacrifices ?

Libellés : , , ,

Blogueurs de l’Ouest #2 : le 13 juin au Café Flesselles, à Nantes

Partager
Deuxième session des Blogueurs de l'Ouest. J'y serai, nantais d'origine que je suis, je suis content de revenir dans ma patrie !

Blogueurs de l'Ouest, c'est organisé par le camarade Simon Robic.

Plus d'infos sur :
- l'event Facebook.
- le groupe Facebook.

Pour vous inscrire, allez sur le Netvibes des Blogueurs de l'Ouest.

Pour le moment, seront présents à cette soirée : Simon Robic, Garry Poupin et Clémence Ladan, Antoine Boucherie, Julien Bourdeau, Macsym, Adrien Poggetti, Nicolas Doisy, Cath et Fred, Bene et Miwi.

Soirée sponsorisée par Doona, Moo, Dismoi.fr et Dwého.

Libellés :

Eye on France : les Français les plus influents

Partager
Quatrième question de la série Eye on France lancée par CNN International. On a parlé de l'image de la France, de la France dans 10 ans et de la culture française, voici la quatrième question : "Quels sont à vos yeux les Français les plus influents ?".

Les Français les plus influents exercent le pouvoir (qu'il soit économique ou politique) ou évoluent dans des milieux du lobbying.

Parmi les Français les plus influents se trouvent donc tous les patrons et principaux actionnaires des entreprises du CAC 40 et d'une centaine de grosses sociétés françaises, ayant un pouvoir presque divin sur l'avenir de notre pays, le faisant marcher économiquement bien sûr, créant de la richesse et des emplois, mais également ayant un pouvoir de nuisance et de chantage auprès des autres acteurs, notamment politique.

Pouvoir politique ensuite. Le Président bien entendu, le Premier Ministre également, j'ajouterai une poignée de ministres (défense, intérieur, éducation, justice), les Présidents de l'Assemblée Nationale et du Sénat, ceux du Conseil d'Etat, de la Cour des Comptes et du Conseil Constitutionnel. Quant aux autres hommes et femmes politiques, je pense qu'ils ont plus un pouvoir de nuisance (vis-à-vis du pouvoir en place) qu'une véritable influence.

J'aimerais pouvoir écrire que les journalistes ont une influence, mais ils sont rares. Et d'ailleurs, je doute que ce ne soit exactement l'objectif de leur profession. Quelques bons journalistes d'investigation peuvent arriver à déstabiliser untel ou une telle, parfois même à démonter l'ensemble d'un système. Mais ils sont rares.

Inconnus ils sont, mais leur influence est proportionnelle à leur discrétion, et ce sont les lobbyistes de tout genre. De ceux de l'armement à ceux des NTIC, en passant par les chasseurs ou les auteurs. Ils sont nombreux et bien organisés, bénéficiant de moyens non négligeables et un accès direct aux plus hautes strates du pouvoir.

Liste non exhaustive, bien entendue.

Libellés : ,

30 mai 2008

Eye on France : la culture française

Partager
Après l'image de la France, et après la France dans 10 ans, troisième réponse à la série de 5 questions posées par CNN International. Hier je parlais ici de l'image de la France. Aujourd'hui, je vais répondre à la troisième question : "Pensez-vous que la culture française soit encore vivante et dynamique ? Certains commentateurs ont souligné récemment la mort de la culture Française, cela est-il justifié ?"

L'expression "culture française" ne signifie pas forcément grand chose, je préfère parler des cultures françaises, tant mélanger les différents arts me semble aberrant. Englober dans une même expression le cinéma et la musique, l'architecture et le cirque, le dessin et le théâtre me semble bien impossible, voire dangereux.

Autant par exemple l'architecture française conserve une aura à l'international, autant il n'existe pas ou plus de cinéastes français de talent mondialement connus. Un Almodovar exporte la culture espagnole dans le monde entier, ou encore un Lars Von Trier pour le Danemark, mais en France rien. Le cinéma français préfère se regarder le nombril et de fait n'intéresse pas forcément un public non hexagonal. La Môme est un peu l'arbre qui cache la forêt.

Etablir un constat définitif sur la culture ne m'intéresse pas, tant par définition la culture évolue. Un pays sans rayonnement culturel aujourd'hui, pourra demain être à l'avant-garde du hype.

Par ailleurs, ce qui se vend ne représente pas forcément un gage de qualité à mes yeux. Un Marc Lévy vendant des millions de livres ne m'intéresse pas, et cette image de la culture française me désole. Un David Guetta, français mondialement connu, ne véhicule pas forcément selon moi une image correcte de la culture musicale française, tant elle ressemble à tout ce qui se fait partout.

Enfin, je reste très optimiste sur la culture française. Nombre de metteurs en scène innovent et proposent de nouveaux regards sur leur art. Nombre de musiciens travaillent dans leur coin, font bouger les choses, mais ne rencontrent pas encore le succès.

"Le public a aimé, et c'est bien le seul" - Cocteau.

Libellés : , , ,

29 mai 2008

Eye on France : la France dans 10 ans

Partager
Deuxième réponse à la série de 5 questions posées par CNN International. Hier je parlais ici de l'image de la France. Aujourd'hui, je vais répondre à la seconde question : "Comment voyez-vous la France dans 10 ans ? Pensez-vous que le pays jouera un rôle prépondérant sur la scène internationale ou qu'il sera amené à s'effacer ?"

Autant l'uchronie peut se concevoir et permet de s'amuser avec l'histoire, autant la politique fiction s'avère un exercice bien plus compliqué, tellement les politiques réservent de surprises.

Je crains malheureusement que la puissance de la France ne s'amenuise, toujours et encore. J'imagine des pays d'Amérique du Sud s'organisant autour de leader de gauche charismatiques, devenant un vrai contre-pouvoir face aux Etats-Unis. J'imagine une Asie devenant le continent le plus puissant : économiquement, c'en est presque certain, mais de fait diplomatiquement également. J'imagine des Etats-Unis se renfermant de plus en plus sur eux-même, avec une économie en perte de vitesse relativement au reste du monde. J'imagine l'Europe entraînée dans la chute des Etats-Unis.

L'Europe. Elle sera ou non l'avenir de la France. La France face à la constitution des blocs asiatiques (Inde, Chine) devra se trouver une véritable base commune solide et élargie pour que chacun de ses pays existent. La France en elle-même probablement faible sur la scène politique. Mais la France forte sur la scène internationale grâce à une Europe forte, c'est un rêve plus qu'un espoir ...

Libellés : , ,

28 mai 2008

La télé du futur : comment y échapper ?

Partager
Je participerai ce jeudi 29 Mai par webcam à l’émission de La Chaîne Parlementaire « Ca vous Regarde », émission présentée par Arnaud Ardoin, en direct sur internet entre 19h00 et 20h00 (www.lcpan.fr) et retransmise entre 21h et 22h sur LCP Assemblée Nationale.

Le thème de cette émission : La télé du futur : comment y échapper ?

Cette émission se place dans le cadre du lancement des Assises du Numérique par Eric Besson afin d’élaborer un plan de développement de l’économie numérique qui sera présenté au Président de la République et au Premier Ministre avant le 31 juillet 2008.

Seront présents lors de ce débat : Frédéric Lefebvre (député UMP des Hauts-de-Seine),
Didier Mathus (député PS de Saône-et-Loire) Jean-Louis Missika (sociologue, adjoint au maire de Paris sur les nouvelles technologies et auteur de "La fin de la télévision") et Dominique Delport (Directeur Général de Havas média).

J'avais rédigé une note assez critique sur la tenue de ses Asssises du Numérique. Mais je serai présent demain à cette journée. Si vous y assistez également, n'hésitez pas à venir me faire un coucou. Par ailleurs, si vous avez des idées, sujets, documents quant au thème de cette émission (sur la télé du futur), je suis à l'écoute de tous vos commentaires.

Libellés : , ,

Eye on France : l'image de la France

Partager
CNN International va consacrer une semaine à la France du 2 au 8 juin 2008 à l'occasion du début de la présidence française de l'Union Européenne. L’antenne va poser un regard sur la France pour offrir aux téléspectateurs du monde entier une vision de notre économie, de la politique, de la culture Française...

A cette occasion, CNN nous interroge sur notre opinion de la France et des Français. Le concept s'appelle "Eye on France", et déjà des réponses sont diffusées sur le site.

Cette opération est notamment organisée par Heaven, et la charmante Violette de cette agence de communication m'a proposé d'y participer via mon blog. Proposition que j'ai bien naturellement accepté, trouvant l'idée originale et intéressante. Je vais donc donner mon avis quant aux 5 questions posées par CNN.

Première question donc dans cette cette note : "Pensez-vous que la France ait changé d'image ? Comment définiriez-vous ce nouveau visage ? S'agit-il pour vous d'un concept médiatique ou d'une réalité ?"

Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République, l'image de la France à l'étranger s'est brutalement dégradée. L'ère Chirac faisait médiatiquement de la France une puissance tournée vers les pays opprimés. Nicolas Sarkozy a clairement fait le choix d'un alignement de la politique étrangère française sur la politique américaine. En rupture totale avec les choix d'indépendance de la France depuis le Général de Gaulle, notre pays a emprunté le chemin de l'atlantisme primaire.

En refusant d'engager les troupes françaises en Irak, et en devenant le leader des pays non-alignés, le poids de la France sur la scène internationale devait beaucoup aux choix du Président Chirac. Sarkozy l'américain a rompu ce positionnement.

Malgré les annonces de Sarkozy quant à la politique étrangère en Afrique, il s'avère que la FrançAfrique compte encore de beaux jours devant elle. Le discours de Dakar en est la preuve la plus vivante. Et la France continue d'exploiter le continent africain, avec l'appui fraternel des dictateurs.

Depuis maintenant plusieurs années, la France perd de son aura en Europe. Le couple franco-allemand de plus en plus moribond, Nicolas Sarkozy ne semble pas être celui qui saura redonner à la France la grandeur de son histoire européenne : être le moteur de la construction et du dynamisme européens.

La France devient et restera probablement (et malheureusement) un petit état dans le monde. La France pays des droits de l'homme n'existe plus. La France médiatrice de premier plan dans les conflits internationaux se meurt.

Nicolas Sarkozy au pouvoir, et la France transpire l'image d'un pays aligné et faible face aux puissants. L'exception française se meut en vulgarité de l'argent roi.

Libellés : , , ,

27 mai 2008

Power Flower

Partager


Libellés :

26 mai 2008

Besoin d'air ?

Partager
Ventilateur

Libellés : ,

25 mai 2008

Faîtes des mères

Partager

Libellés : ,

24 mai 2008

Composition florale

Partager
Pissenlit

Libellés :

22 mai 2008

Un président mort dans ma boîte aux lettres

Partager
Je parlais le 3 Mai dernier de la sortie du livre de François Mitterrand. Agréable bonheur que de trouver dans ma boîte aux lettres cet ouvrage, François Mitterrand 2008, il revient....

Merci à Guy Birenbaum son éditeur chez Ramsay. Un grand merci à Tonton pour la dédicace personnelle, elle m'a beaucoup touchée et amusée !

Dès la fin de la lecture du livre, je vous en reparle. Mais les premières pages déjà englouties sont de très haut vol, drôles et bien écrites. Je m'y replonge !

Libellés : , ,

21 mai 2008

Sodomie : définition

Partager
Définition du mot "sodomie" selon quelques dictionnaires en ligne :

Larousse.fr : sodomie - nom féminin (bas latin sodomia, de Sodoma, Sodome) Coït anal.

Trésor de la Langue Française
e : sodomie, subst. fém. Pratique du coït anal (lors de relations hétéro ou homosexuelles). Crime de sodomie; condamnation pour sodomie. Si l'un prétend justifier la sod
omie, un autre justifiera l'onanisme, le vampirisme, le viol des enfants (...). Il n'y a aucune raison de s'arrêter. La révélation nous apprend de plus que ce vice est spécialement détesté de Dieu. Il est superflu de vous rappeler Sodome (Claudel, Corresp. [avec Gide], 1914, p. 220).

Littré : sodomie - nf (so-do-mie) Péché contre nature. La novelle 141 de Justinien est le premier rescrit impérial dans lequel on ait employé le mot sodomie. [Voltaire, Pol. et lég. Prix just. et hum. 19].

Wikipedia : La sodomie est un rapport sexuel qui consiste en une pénétration de l'anus du ou de la partenaire, généralement avec le pénis ou à l'aide d'un objet représentant un phallus. Le godemichet, éventuellement monté sur un harnais (appellé aussi « gode-ceinture »), permet à une femme de sodomiser un ou une partenaire.

Synonymes : sodomie, s - enculage.

Dictionnaire universel de la langue française (Bescherelle). Sodomie. s. f. (rad. sodome). Péché contre nature, coït infâme, pour l’accomplissement duquel l’homme dépravé préfère à l’organe destiné par la nature à recevoir la liqueur fécondante du mâle, cet organe voisin où s’opère la plus dégoûtante des excrétions du corps humain. La sodomie s’exerce aussi bien entre un homme et une personne de l’autre sexe qu’entre deux hommes.

Code pénal du Soudan (Loi n° 8 1991)98 - Articles : 148 Sodomie : tout homme qui insère son pénis ou son équivalent dans l’anus d’une femme ou d’un homme ou qui a permis à un autre homme d’insérer son pénis ou son équivalent dans son anus est réputé avoir commis la sodomie.

Libellés :

20 mai 2008

Maître Corbeau, sur une chaise perché

Partager
Maître Corbeau

Libellés :

19 mai 2008

La société de l'éphémère

Partager
Prêtre jésuite, Henri Madelin, ancien rédacteur en chef de la revue Etvdes, déclare dans une interview : "Nous sommes entrés dans une société de l'éphémère. Invités au "sacre du présent", nous sommes tournés vers la satisfaction fragile et frustrante de l'instant. Les hommes politiques ont du mal à traiter de l'avenir, à donner des repères de plus long terme".

Société de l'éphémère donc. Un constat que je partage pleinement. Un lieu commun peut-être. Mais en sommes-nous absolument et à chaque instant conscients ? N'acceptons-nous pas de fait cet état de notre paysage médiatique ? Qu'apporte à notre société cette course éperdue à l'instant ?

Il suffit d'écouter la tranche "infos" d'Europe 1, entre 11 heures et 14 heures. A longueur d'antennes, des faits divers. Faits divers, non pas au sens chiens écrasés (bien qu'ils occupent une partie non négligeable des actualités), mais faits divers des actualités politiques, économiques, internationales, etc. La petite phrase assassine de Martine Aubry à destination de sa camarade Ségolène Royal. Le mutisme de tel accusé lors d'un procès sordide. Le sauvetage de survivants lors d'une catastrophe naturelle.

Depuis le tremblement de terre en Chine, qui désormais se soucie des droits de l'homme dans ce pays. Oubliés les Robert Ménard, les "Free Tibet" et autres messages éphémères tant appréciés par les médias. Par les français, diront les responsables des médias. Et pourtant, ne devrions-nous pas nous interroger sur le comportement des responsables du gouvernement chinois pour faire face à ce tremblement de terre ? En pros de la comm', ils médiatisent avec perfection le plan de secours envers leurs citoyens. L'image donnée d'un pays qui accepte la main tendue de l'étranger. Un gouvernement proche de ses habitants. L'opinion publique ne se satisfait-elle pas de cette nouvelle et subite dorure sur le blason humaniste des "communistes" chinois ?

Les blogs, peut-être plus encore que les médias traditionnels, se vautrent dans l'instantané. Sur le graphique, le bruit médiatique de "l'affaire Arche de Zoé" et de son responsable Eric Breteau sur les blogs. Les deux parfaitement liés bien évidemment. Derrière tout "buzz" doit se cacher une âme le "buzzifiant" d'autant plus.

Parler de l'instant sur un blog, être le premier à parler de ce qui sera l'instant médiatique, est synonyme d'une forte fréquentation. Succès éphémères pour certains, parfois des coups de chance, un sujet venant à être sur-médiatisé sans que personne n'ait pu le prévoir. Succès plus mercantiles pour d'autres, à force de publicités ils deviennent des spécialistes de la "chasse au buzz", n'hésitant pas à utiliser les failles du référencement pour engranger d'autant plus de recettes.

Je serais malhonnête de dire que je ne me suis moi-même pas vautré sur ce blog dans cette course au scoop. Quoi de plus narcissiquement gratifiant que de voir plusieurs dizaines de milliers de visites en une seule journée sur son blog ? Parfois il est possible de s'amuser de cette société de l'éphémère, d'en faire une arme politique, d'attirer le poisson dans ses filets de mots-clés pour mieux diffuser un message que le lecteur n'attend pas. Il est fort à parier que cette stratégie sera de plus en plus puissante et généralisée, rendant conséquemment l'accès à l'information plus compliqué.

Nicolas Sarkozy, la société de l'éphémère, ses communicants en ont pris conscience très rapidement. Surfant sur l'émotion, voire le sentimentalisme, Sarkozy n'a eu de cesse durant la période 2002 à 2007 d'occuper personnellement chaque espace médiatique, récupérant toute actualité éphémère comme argument politique. Chaque fait divers devant un fait Sarkozy, les médias ont trouvé deux bons filons, et ainsi une bonne conscience, se cachant derrière l'étiquette "actualité politique" pour faire de l'audience. Là où Nicolas Sarkozy s'avère un animal du storytelling durant cette période, c'est qu'il a surfé sur cette facilité médiatique pour en faire un message politique sur le long terme : la rupture. Efficace et abêtissant à souhait.

Alors que la société dans son aspect général se vautre dans la sur-consommation (l'objet hype ne l'étant que jusqu'à ce qu'il soit grand public), la société médiatique se vautre dans l'éphémère. Quel avenir à cette situation ? Un raz-le-bol nous amenant vers un refus éveillé ou vers un refus poujadiste ? La poursuite du néantissement des masses, creusant le fossé entre les "vrais informés" et les "consommateurs" gavés par ces mêmes "vrais informés" ?

Libellés : , , ,

17 mai 2008

Aujourd'hui ... rien !

Partager
« Rien ne sort de rien » - Alcée de Lesbos.

Libellés :

16 mai 2008

Top 10 des hommes politiques français

Partager
Merci à toutes et tous pour vos réponses sur les dix femmes et hommes politiques français vivants les plus importants. Vous allez le constater, ces résultats vont me permettre une analyse politique très poussée et pertinente ..

Mais tout d'abord, les résultats. Un sondage digne des meilleurs de ceux produits par OpinionWay donne donc, sans surprise, deux vainqueurs ex-aequo : Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy (18 voix chacun). Plus surprenant, Olivier Besancenot s'empare de la troisième marche du podium (15 voix). Juste derrière, se trouvent le maire de Paris Bertrand Delanoë (14 voix), puis François Bayrou (13 voix) et François Fillon (11 voix). Terminent ce classement du Top 10 Manuel Valls (9 voix), Xavier Bertrand (7 voix) et à égalité Pierre Moscovi et Dominique de Villepin (6 voix).

Dans la suite du classement, avec 5 voix obtenues : Jean-François Copé et François Hollande. Avec 4 voix seulement : Jean-Marie Le Pen, Bernard Kouchner, Dominique Strauss-Kahn, Nathalie Kosciusko-Morizet, Daniel Cohn-Bendit et Jean-Louis Borloo.


Sur les 10 premiers hommes politiques cités, il est intéressant de noter qu'une seule femme est présente. L'équilibre gauche / droite est parfait : 4 de droite, 4 de gauche, plus Bayrou au centre et Besancenot à l'extrême-gauche. A remarquer également, le très faible nombre de ministres ou politiciens au pouvoir. Enfin, l'absence des "vieux" politiques, comme les anciens présidents Giscard d'Estaing ou Chirac, ou encore d'anciennes personnalités de premier plan comme Rocard, Jospin ou Raffarin.

Maintenant, l'utilisation de ce petit sondage. Un jeu en fait. Je vais utiliser les 10 premiers hommes politiques de ce classement pour les définir en 3 mots commençant par la première lettre de leur nom de famille. Etonnant, non ?

Ségolène Royal : Réac - Rires - Rose.
Nicolas Sarkozy : Sournois - Seul - Salades.
Olivier Besancenot : Bambin - Béat - Bordel.
Bertrand Delanoë : Droiture - Dandysme - Direct.
François Bayrou : Brave - Béarn - Battu.
François Fillon : Faible - Fini - Famille.
Manuel Valls : Vipère - VRP - Virages.
Xavier Bertrand : Bonhomme - Banques - Bataille.
Pierre Moscovici : Mariage - Malin - Moderne.
Dominique de Villepin : Vilipendé - Vertu - Viril.

Essayez, l'exercice n'est pas si facile qu'il en paraît. Et je pense que vous pourriez avoir des surprises quand aux politiques que vos lecteurs trouvent les plus importants.

Libellés : ,

Les 10 hommes politiques français les plus importants

Partager
Très rapide note (peu de temps pour bloguer aujourd'hui), en l'occurrence une question : à vous toutes et tous qui passez par ce blog, pouvez-vous me dire qui sont les dix femmes et hommes politiques vivants les plus importants aujourd'hui ?

Vos réponses tout d'abord m'intéressent, et ensuite me serviront pour écrire une note ce soir.

Merci !

Libellés :

15 mai 2008

Sea, Sex and Sun

Partager
Sea, sex and sun

Libellés :

14 mai 2008

Un mercredi avec Jeudi Noir

Partager
Une après-midi avec l'association Jeudi Noir, défendant les galériens du logement, en pleine action dans le 3ème arrondissement de Paris. Les militants de l'association, après avoir réquisitionné un immeuble vide de l'impasse St Claude, se retrouvent sur le parvis de l'église rue de Turenne.

Invité par Mathilde à rejoindre le mouvement, j'arrive alors que les membres de Jeudi Noir se sont déjà barricadés derrière les grilles de l'église. Le curé refuse de les faire entrer, quelques paroissiens protestent également, ne pouvant se rendre à un office, certains déclarant même que les sans-logements n'ont qu'à payer un loyer comme tout le monde ...

L'action se passe durant quelques heures dans un bon esprit, quelques policiers un peu nerveux, mais dans l'ensemble aucun incident. Certains policiers autorisent un ravitaillement en eau, un des commandants rigole même avec des manifestants. Des élus sont présents : les conseillers de Paris socialistes Bruno Julliard (également adjoint au maire de Paris chargé de la Jeunesse) et Gauthier Caron-Thibault ou encore le vert Yves Contassot.

Puis les huiles de la police arrivent. Un policier en civil à côté de moi demandera à un de ses collègues qui est le "trois barrettes" qui vient de sortir d'une voiture. Haut gradé accueilli derrière son dos par quelques ricanements de la part de ses subordonnés. Une femme policier conclura d'un : "si il est là, c'est que c'est sensible".

Grosse averse obligeant les militants non enfermés sur le parvis de l'église à se transporter vers le café d'en face. Puis la charge de la police. Un ridicule sans nom. Alors même que des policiers avaient ouvert une grille sur le côté du parvis, d'autres policiers décident d'ouvrir la grille principale à l'aide d'une tronçonneuse. L'intérêt ? Aucun, sinon le symbole et la volonté de montrer qui sont les gros bras.

Les manifestants sont alors délogés avec la douceur que l'on connaît des policiers. Pas trop de grabuge cependant. Un manifestant un peu malmené au sol, et aussitôt embarqué par les forces de l'ordre, il sera le seul.

Quelques photos de cette journée, toutes les autres sur mon compte Flickr.



Libellés : ,

13 mai 2008

La GoogleMobile

Partager
Un cliché de la voiture (une Opel Astra) qui circule actuellement dans les rues de Paris. Prise en photo juste à côté de chez moi, la Google Mobile est équipée sur son toit de six caméras.

Cette voiture est utilisée pour le sytème Street View de Google, l'application accessible depuis Google Maps permettant une vision à 360° avec des clichés panoramiques.

Souriez, Google vous filme !

Libellés :

Terra Nova : la Fondation progressiste

Partager
Lancement aujourd'hui de la Fondation Terra Nova. L'ambition de ce nouveau think-tank : "fournir de l’expertise à la gauche progressiste et contribuer à la rénovation de sa « matrice idéologique »". Et ce grâce à plus de "250 experts et plus de 100 personnalités, universitaires, chercheurs, responsables associatifs et syndicaux, chefs d’entreprise, personnalités européennes et internationales". A la tête de cette Fondation progressiste, nous retrouvons un socialiste, Olivier Ferrand, passé par les cabinets de Lionel Jospin à Matignon, de Romano Prodi à la Commission Européenne pour atterrir comme proche collaborateur de Dominique Strauss-Kahn.

La Fondation Terra Nova dispose d'un "conseil d'orientation scientifique" présidé par Michel Rocard. Dans ce conseil, l'on trouve une grande partie de ce que la France compte d'intellos plutôt de gauche : des sociologues Dominique Meda et Michel Wieviorka aux économistes Elie Cohen et Jean-Paul Fitoussi, en passant par des politologues comme Olivier Duhamel ou Bruno Tertrais. Et également une tripotée de politiques : des proches de Ségolène Royal comme Jean-Pierre Mignard, mais aussi le fondateur des Gracques Bernard Spitz, ou encore un candidat du MoDem venu de la gauche en la personne de Jean Peyrelevade, sans oublier tous ceux qui gravitent dans le lobbying politiques, proches de la gauche, souvent passés par des cabinets ministériels, et dont l'influence n'est pas à démontrer comme Jean-Noël Tronc, Matthieu Pigasse, David Kessler, Denis Olivenne ou encore Daniel Cohn-Bendit.

Un think-tank qui se positionne à gauche de l'échiquier politique. Du moins à l'aile droite de la gauche, et qui souhaite influencer la gauche de demain. Le document de présentation est pour le moins ambitieux. L'objectif assumé est clair : devenir l'Institut Montaigne de la gauche, ou même le Center of American Progress français. La Fondation Terra Nova se positionne sur trois fronts : "favoriser la rénovation intellectuelle de la social-démocratie", mais aussi elle "analyse, élabore et accompagne la mise en œuvre de solutions politiques opérationnelles auprès des leaders politiques, des élus nationaux et locaux, de l’ensemble des administrations et des structures ou entreprises privées et publiques et partenaires économiques qui participent aux politiques publiques" et enfin un front européen pour "s’inspirer des réussites et des bonnes pratiques de nos partenaires européens, participer de l’influence intellectuelle de la France en Europe, contribuer à faire émerger une doctrine progressiste européenne". Ambitieux certes, un peu mégalo aussi ?

Double positionnement donc : vers les élus et les réseaux politiques principalement, mais vers le grand public également. Je pense que le lancement sera pas mal médiatisé dans les milieux qui comptent. Très certainement un beau succès à venir, et à coup sûr la fabrique à idées du prochain candidat socialiste. D'autant que la Fondation Terra Nova, à peine lancée, propose déjà deux notes prête à l'emploi : la première sur l’ouverture à la concurrence des jeux d’argent, la seconde sur la révision constitutionnelle et les droits de l’opposition, note dont les critiques, propositions et conclusions seront très certainement reprises par l'opposition tant le prêt-à-mâcher et à régurgiter est efficace.

La "gauche progressiste" est bel et bien en marche, organisée et en ordre de bataille : reste à savoir quel socialiste s'emparera de cette machine intellectuelle pour le moins impressionnante et certainement efficace. Reste à savoir ce que sera la riposte de la gauche des socialistes.

Libellés : , , ,

12 mai 2008

[Intervalle Libre] Vie quotidienne et politique du 18ème arrondissement de Paris

Partager
Un nouveau venu dans l'univers des blogs, et pas des moindres dans l'intérêt que j'y porte. Rares sont les blogs relatant la vie du 18ème arrondissement parisien. Parmi les plus actifs, dixhuitinfo que je lis avec assiduité. Intervalle Libre arrive donc en complément, avec le regard très personnel d'Axel sur la vie du 18ème arrondissement.

Au menu : de la vie locale ! Avec des enquêtes et des points de vue personnel. Dernière note en date par exemple : Les profs font grève et les enfants sont à la rue, revenant sur la non-application du service minimum dans les écoles du 18ème arrondissement. Ou encore une note sur le banc wifi du boulevard Barbès, une énorme communication de la part de Bertrand Delanoë lors de son lancement, mais un an après on ne peut dire que les résultats soient positifs.

Intervalle Libre a donc rejoint l'onglet "Paris 18" dans mon Netvibes. Et je pense qu'il deviendra un blog incontournable pour suivre ce qui se fait dans le 18ème arrondissement. Bonne continuation à Axel !

Libellés : , ,

10 mai 2008

Left & Center Citizens (LCC)

Partager
François Mitterrand, en fin stratège politique, a joué avec le feu. Voulant déstabiliser la droite républicaine, l'ancien président socialiste de la République voyait dans le Front National une occasion unique : diviser l'adversaire. Plus le FN remportait de suffrages, plus le nombre de voix pour le RPR s'asséchait. On peut considérer que l'instauration du scrutin à la proportionnelle en 1985 en est une preuve tangible, et l'une des causes de la démission de Michel Rocard du gouvernement.

Dangereux pari : diviser pour mieux régner, au risque de renforcer les extrémismes. Nicolas Sarkozy n'adopterait-il pas la même stratégie ? Après avoir récupéré les voix frontistes, ne veut-il pas faire d'Olivier Besancenot son Jean-Marie Le Pen de demain ? Plus Besancenot monte dans les sondages et prend des voix à la gauche traditionnelle, plus les partis de la gauche se fragilisent.

Dans les années 80, certains membres et cadres du RPR s'installent à l'aile droite du parti, n'hésitant pas à nouer des alliances avec le FN. Des députés RPR militent alors fermement pour la "dédiabolisation" du Front National. D'autres prennent la direction de régions avec les voix des conseillers régionaux frontistes.

A quoi joue donc l'aile gauche du Parti Socialiste ? Ne risque-t-on pas demain de voir des élus et cadres du PS s'allier avec la LCR ou LO ? Naïfs sont-ils pour ne pas comprendre que soutenir l'extrême gauche aide pleinement Nicolas Sarkozy dans sa stratégie de division.

Que ces socialistes, prêts à sympathiser avec la LCR, se souviennent : en 2002 Arlette Laguiller refuse de donner une consigne de vote pour le second tour, mettant idéologiquement Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen dans le même bateau. S'ils sont les meilleurs ennemis du monde, les divergences entre LO et la LCR ne tiennent plus volontiers à des raisons d'égo qu'à des raisons politiques.

Plus récemment, regardons du côté du Parti Socialiste. Ou comment un Bertrand Delanoë - refusant une alliance avec le MoDem dans le 5ème arrondissement de Paris - préfère assurer la réélection de Jean Tibéri. Bien que le MoDem ait sa part de responsabilité, Bertrand Delanoë n'a pris cette décision que par soucis de stratégie interne au Parti Socialiste. Alors même que nombre de socialistes critiquent sa politique trop droitière dans la gestion de Paris, le maire de Paris refuse les alliances avec le centre, pour marquer frontalement sa différence avec Ségolène Royal !

Sur des blogs de gauche, j'ai pu rencontrer le sectarisme de certains. Selon eux puisque je suis au MoDem, je ne serais pas de gauche. Sauf que, et je ne cesse de le répéter, je me positionne clairement à l'aile gauche du MoDem. Où commence le centre-gauche, où s'arrête la gauche ? Je pense que les notions de gauche et de droite ont encore beaucoup de sens. Mais que les partis politiques, eux, s'en sont éloignés. Que l'on peut être, tout en militant au MoDem, de gauche sur certains sujets et de droite sur d'autres ; que l'on peut militer au PS et être de droite sur encore plus de sujets.

Face au sectarisme d'une partie de la gauche, je propose donc de nous rassembler. De gauche, du centre-gauche, du centre. Construisons un véritable débat positif. Sujets après sujets, sur quoi nous retrouvons-nous ? Quelles sont nos valeurs communes ? Quelles lois pourrions-nous voter ensemble ? Dans nos programmes, quels sont les points de convergence ? La question n'est plus : comment travailler ensemble ; la question est : sur quels sujets ? Et je suis persuadé que les sujets sont nombreux.

Afin de regrouper celles et ceux souhaitant participer à cette réflexion, afin de proposer une alternative crédible et audible à la droite sarkozyste, nous avons décidé, avec mon camarade Ronald, de créer les LCC : Left & Center Citizens. Plus qu'un rassemblement de militants, un think-tank de citoyens, encartés ou pas, associatifs ou pas, blogueurs ou pas, vous êtes les bienvenu(e)s, dans le respect de nos parcours et de nos différences, dans la volonté d'avancer.

Left & Center Citizens (LCC) : le groupe Facebook.
Left & Center Citizens (LCC) : le groupe Google.
Left & Center Citizens (LCC) : le journal CoZop pour les blogueurs.

Libellés : ,

09 mai 2008

Prolétaires de tous les pays, caressez-vous !

Partager
A lire sur le très sérieux site la vie des idées, cette critique de Mathieu Trachman, sociologue. Dans cet article Une histoire de la « follie », il revient sur l’ouvrage de Jean-Yves Le Talec, Folles de France, Repenser l’homosexualité masculine, Editions La découverte. Extrait.

La politisation de l’homosexualité dans les années soixante-dix passe par une critique de la norme hétérosexuelle : ce n’est pas seulement l’intolérance vis-à-vis de l’homosexualité qui est dénoncée par des groupes comme le FHAR (Le Front homosexuel d’action révolutionnaire, fondé en 1971), mais encore l’imposition de modes de vie hétérosexuels normatifs. Dans cette configuration, la pertinence politique de la follie fait problème : alors que l’heure est à la revendication et à l’action, les jeux du camp, de l’implicite et du double sens semblent pauvres ; alors qu’il s’agit de rompre avec une norme hétérosexuelle, la féminité exacerbée des folles ressemble fort aux stéréotypes sexistes… Comme le montre Jean-Yves Le Talec, c’est précisément cette ambivalence qui permet de penser la politisation de la follie : celle-ci ne consiste pas vraiment en une proposition d’alternatives, mais en une reprise subversive des normes de l’hétérosexualité.

L’exemple des Gazolines, les folles du FHAR, éclaire l’usage politique du camp et de la follie : critiquées à l’intérieur du groupe lui-même, accusées d’avoir contribué au délitement du mouvement, les Gazolines apparaissent pourtant comme une remise en cause d’un modèle gai dominant, qu’il soit celui d’une radicalité politique qui promeut le modèle du clone (qui met en avant des attributs virils : musculature imposante, pilosité abondante notamment), ou celui d’une homosexualité « présentable ». Le slogan des Gazolines, « Prolétaires de tous les pays, caressez-vous ! », vaut peut-être moins pour l’alliance célébrée entre Marx et la libération sexuelle que pour le décalage ironique qu’il fait subir à un discours marxiste alors dominant. Le choix de tenues vestimentaires extravagantes, trouvées dans des friperies, inverse les rôles de genre qui caractérisent les tenues hétérosexuelles, mais s’oppose également à une homosexualité de bon goût, qui affiche des tenues de marque plutôt que des paillettes. Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, fondées à Paris dans les années quatre-vingt-dix, reprennent cette stratégie dans le cadre de la lutte contre le sida [3]. C’est probablement le fait de rendre visible des stéréotypes, d’exacerber les différences sur un mode ironique que réside la force et la fascination qu’exercent les folles. Si la follie peut faire rire, il s’en faut finalement de peu pour que les folles dérangent.

Libellés :

08 mai 2008

Je suis un homme (au naturel, en somme)

Partager
Laurent m'a pris dans ses filets : il a récupéré une chaîne de blogs et a refilé son morpion à Tristan, Daniel, Guillermo, Loïc, Jules, CSP, Bix, Pep, Fred, Guillaume, Olivier, Mathieu, Pascal, Beur Boy, Anne, Marc, Cyprien et Grégory. Et à ma pomme. J'y réponds donc. Le thème de ce morpion : "Vos secrets de beauté". Vaste programme. Vous n'allez pas être déçus ...

Mon fond de teint : jamais essayé.
Un mascara : mon regard est assez perçant comme cela.
Une crème de jour : Mennen après-rasage anti-teint terne.
Une marque de produits : j'attends qu'on m'en offre (avis aux marketeux qui lisent ce blog ...)
Ma marque fétiche de maquillage : eau du robinet.
Un produit must : l'après shampoing Petit Marseillais ?
Mon parfum : Xeryus de Givenchy.
Mon magazine fétiche : Courrier International.
Tu pars sur une île déserte et tu emportes quoi (trois produits max, sans protection solaire ni rasoir) : un lecteur mp3 et un chargeur solaire.
La femme que tu admires pour sa beauté : Brigitte Bardot.
La femme dont tu envies le look : Brigitte Fontaine.
Je me damnerais pour : avoir le charisme et le talent de Mohammed Ali et de Jimmy Scott réunis.
Que signifie pour toi la féminité : rien.
Un dernier mot : amen.
Ton adresse blog fashion/beauté préférée : embruns.net.

Je refile le morpion à Nicolas J, Marc, Macsym, Antoine, François, Eric, Axel, Rimbus, Benjamin, Ron, Falconhill, Juan et Baptiste.

Libellés : ,

Le Rendez-Vous des Européens (Acte IV) : Rama Yade et les blogueurs

Partager
Voir toutes les photos prises lors du Rendez-Vous des Européens, en vous rendant sur mon compte Flickr.

A propos de Rama Yade, la Secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme a "jeté" un blogueur présent à cette journée. Sur leblog2roubaix, vous pourrez y lire les explications et commentaires de Bruno à l'origine de cette interview pour le moins avortée. Expérience pour le moins étonnante, vécue en live.

Rama Yade, certes elle ne vient pas des "quartiers", mais on ne doit pas lui poser de questions à son sujet, sinon elle vous snobe. Pour une représentante de la République, ce n'est au minimum pas très courtois, au pire totalement insultant pour les jeunes des quartiers.


Libellés : , , ,

Le Rendez-Vous des Européens (Acte III) : l'Europe et les médias

Partager
Atelier n °3 du Rendez-Vous des Européens : "Pourquoi l'Europe n'intéresse pas les médias ?" Sujet pour le moins passionnant. Intervenants : Philippe Cayla (président d'Euronews), Gottfried Langenstein (président d'Arte), Jean-René Lore (rédacteur en chef de Nord Eclair), Fernando Navarro (rédacteur en chef politique de cafebabel.com) et John Thornhill (chef du bureau France du Financial Times). Débat animé par une journaliste de France 24.

Avec regret, nous entendons les intervenants mélanger le NONisme avec le nationalisme européen, raccourci bien rapide, pointant le fait que les médias et les politiques ont laissé se propager le discours nationaliste engendrant le NON au referendum sur le TCE. Cependant, un constat intéressant : le OUI étant majoritaire dans les grands médias, le NON s'est développé sur les médias alternatifs, les français devenant ainsi majoritaires pour le NON par contestation de l'élitisme médiatique.

Un intervenant signale le fait d'ailleurs qu'aucun représentant des grands médias ne participe à cet atelier : que ce soit M6, TF1 ou France2. TF1 d'ailleurs n'ayant véritablement aucun journaliste européen à Bruxelles.

Quelques propositions fusent pour améliorer l'intérêt des médias à l'Europe. Certaines à développer et intelligentes : un enseignement de véritables bases solides pour les journalistes dans les écoles formant à ce métier. Mais aussi un enseignement plus abouti de l'Europe à l'école pour les enfants. Ou encore une meilleure connaissance des langues étrangères, des médias européens disponibles dans l'ensemble des langues parlées dans l'Union Européennes. J'ajouterai, pour ma part : que l'on parle normalement de l'Europe, en considérant le vote sur le referendum comme du passé, sans l'oublier mais en allant de l'avant ; que l'Europe se démocratise en ne donnant pas la parole qu'aux vieux européistes ouiouistes et aux technophiles insipides.

D'autres propositions (la majorité) me sembleront bien saugrenues. Un intervenant proposant une Star Academy avec des élèves de l'Europe entière, sur le modèle espagnol. Une femme de la salle faisant la promotion d'un CD sur l'Europe à destination des enfants. Une autre nous parlant des personnalités symboliques que l'on trouve sur les pièces d'euros (je les cherche encore). Le summum : un spectateur nous propose quant à lui l'esperanto comme langue européenne commune.

Qui des médias ou de l'Europe faut-il faire évoluer, sinon les deux ? Que les médias parlent plus de l'Europe, avec moins de parti-pris et de sujets soporifiques. Que l'Europe montre un visage plus tourné vers le citoyen, moins renfermé sur lui-même. I have a dream ?

Libellés : , , ,

07 mai 2008

Le Rendez-Vous des Européens (Acte II) : L'Europe politique est morte

Partager
Michel Rocard ce mercredi 7 Mai à Lille dans le cadre du Rendez-Vous des Européens : "L'Europe politique est morte, à 6 c'était difficile donc à 25 encore plus difficile avec la règle de l'unanimité. Le ratage est dans les textes initiaux, lié à l'entrée de la Grande Bretagne et la mutation du capitalisme : croissance à 5%, pas de crise financière. Tout est plus difficile depuis les années 90."
Plus d'infos sur cette journée sur Le Taurillon et Publius.

Libellés : , ,

06 mai 2008

Clarté, Courage, Créativité : pour un grand congrès socialiste ?

Partager
Après le congrès "utile et serein" de Ségolène Royal, Bertrand Delanoë contre-attaque et lance son site : "Clarté, Courage, Créativité : pour un grand congrès socialiste". Trop fort, ce Bertrand ! Ségo lance sa consultation auprès des militants socialistes avec deux adjectifs, utile et serein. Bébère doit trouver mieux : ce seront trois substantifs ! Delanoë, c'est plus que Royal !

Revenons sur le site www.clarte-courage-creativite.com "Clarté, Courage, Créativité : pour un grand congrès socialiste" de Bertrand Delanoë. On apprend que le site est édité par Harlem Désir, l'un des lieutenants de Delanoë. Sur le fond du texte d'accueil : rien ! On s'ennuie terriblement. Delanoë s'essaye au participatif, mais sans poser les fondements. Du participatif foiré (pour le moment). On dégringole du "nous socialistes, on fera ça" au "nous socialistes, faut qu'on se réveille".

Et toujours les chevilles de Bertrand Delanoë ne désenflent pas : "nous sommes à un tournant de même ampleur qu’au moment du congrès fondateur d’Epinay en juin 1971". Traduisez : moi, Bertrand Delanoë, je veux en 2008 être le François Mitterrand de 1971 qui avait pris le Parti Socialiste. Ne soyons pas mauvaise langue, peut-être Bertrand Delanoë sera-t-il en effet président dans 30 ans ... En laissant la droite au pouvoir dans ce laps de temps !

Quant à la forme, un site déjà vieux. Une bannière de blog de la fin des années 90 (on croirait revoir celui de feu le blog de Lionel Jospin). Du rouge rouge afin de signifier aux militants socialistes que Bertrand Delanoë, lui, est vraiment de gauche. Une liste de soutiens dont finalement plus personne n'a que faire. Les rubriques de la colonne de droite, censée être quand même le centre névralgique du site (il s'agit du projet) d'une illisibilité épatante. Et je passe sur une énormité pour un site : impossible de trouver un flux RSS !

En résumé, sur la forme : "Clarté, Courage, Créativité : pour un grand congrès socialiste" manque justement ... de clarté, de courage et de créativité. Dommage.


EDIT :
le site www.clarte-courage-creativite.com "Clarté, Courage, Créativité : pour un grand congrès socialiste" de Bertrand Delanoë est désormais équipé d'un flux RSS, quelques heures après l'écriture de cette note. A noter cependant la laideur des URL en majuscules ...

Libellés : , , ,

Le Rendez-Vous des Européens (Acte I)

Partager
Demain mercredi 7 Mai à Lille pour le Rendez-Vous des Européens. Invité pour y "fêter l'Europe et débattre des valeurs et de l'identité commune des Européens". Le Rendez-Vous des Européens est une initiative de Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes (lire son blog).

Six ateliers au menu de cette rencontre : "La mobilité des jeunes en Europe, une affaire de riches ?" - "Enseignement supérieur : peut-on imaginer un Harvard européen ?" - "Pourquoi l’Europe n'intéresse pas les médias ?" - "La culture européenne peut-elle s’exporter ?" - "Européens d'hier, Européens d'aujourd'hui, quelle mémoire commune ?" - "Internet, vecteur d’une identité européenne ?".

Les ateliers sur l'Europe et Internet (dans lequel intervient Versac) et celui sur l'exportation de la culture européenne m'intéresse énormément. Mais je pense plutôt assister à celui sur l'intérêt des médias pour l'Europe, pour moi une priorité pour faire aimer l'esprit européen.

Deux rencontres sont également prévues : l'une avec Jean-Pierre Jouyet, la seconde avec Rama Yade.

Pour Jean-Pierre Jouyet, je prévois (si possible) de le questionner sur les moyens qu'il préconise pour rendre l'Europe "glamour" ? Comment intéresser les européens à l'Europe ? Comment casser la mauvaise image de l'Europe : nous entendons toujours un discours "c'est la faute à l'Europe" ; comment le transformer en "c'est grâce à l'Europe" ?

J'aimerais aussi avoir sa réaction à une note de Valéry Giscard d'Estaing. L'Ex y écrit qu'il aimerait "un ou une Présidente issu/e du pays de Robert Schuman et de Jean Monnet" pour l'Europe. Qui serait donc pour Jean-Pierre Jouyet le Français le plus à même pour incarner cette fonction ?

Enfin, j'apprécierais que le secrétaire d'Etat nous parle de l'élargissement européen. Jouyet se positionne en effet contre le referendum pour l'élargissement européen : n'est ce pas un moyen d'éloigner encore plus le citoyen de l'Europe ? Quelle est sa vision de l'Europe de demain ? Une Europe concentrique à plusieurs niveaux ? Un élargissement jusqu'où ?

Quant à Rama Yade, j'ai également réfléchi à trois axes. Tout d'abord son avis sur une Europe des Droits de l'Homme : quelle structure / quels moyens pour que l'Europe parle d'une seule voix des problèmes liés aux Droits de l'Homme ?

Plus encore, et il s'agit là d'un sujet qui me tient énormément à cœur, Rama Yade pourrait nous parler de diplomatie européenne : un "ministre européen" des Affaires Etrangères ? Comment faire pour que les relations internationales soient européennes et non nationales ?

Enfin, pourquoi pas aborder les thèmes de la diversité et de la parité dans les instances européennes : de plus en plus de femmes députées européennes, mais pas aux postes de responsabilités (vice-président du Parlement, questure, etc.). Il en est de même pour la diversité et les minorités visibles : est-elle pour une discrimination positive dans les instances européennes ?

Si vous voyez d'autres thèmes à aborder, n'hésitez pas à vous exprimer. Merci à Stan et à Matthieu de La Netscouade pour l'invitation. Ce passage à Lille sera également pour moi l'occasion d'y rencontrer Le Claviste. Mais aussi les amis blogueurs : Rony (encore !), Marc Vasseur (un Lillois !) et Pierre Catalan (enfin !).

Libellés : , , ,

05 mai 2008

6 Mai 2008 : un an après ...

Partager
Je récupère une idée de Juan, qui écrit une note Mon 6 Mai 2007. Qu'écrivais-je donc le 6 Mai 2007 sur mon blog ? Trois notes exactement.

Tout d'abord je faisais péter le bouchon de champagne le 6 Mai 2007 ! Un an après, et avec un jour en avance, je souhaite un bon anniversaire à mes camarades blogueurs : GuiM, Fred de Mai, Julien Augias, Zep et Laurent Guédon.

Le 6 Mai 2007, j'écrivais également une note sur le scrutin du second tour des élections présidentielles. Avec deux belles photos de Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal en train de voter, je mélangeais dans cette note du people (dont je ne suis pas forcément fier) et du personnel (mon bulletin accordé pour Royal).

Enfin, en ce 6 Mai 2007, je publiais une brève sur mon blog, annonçant la disparition de Nicolas Sarkozy. Racoleur, je l'accorde ...

Et vous, vous écriviez quoi sur votre blog le 6 Mai 2007 ?

Libellés : , ,

04 mai 2008

Quand les Jeunes Sarkozystes nous spamment

Partager
Un joli mail dans ma boîte de réception. Comme beaucoup de blogueurs, je reçois chaque jour un bon nombre de mails, qui me demande de parler d'une soirée à la con, qui exige que je fasse de la pub pour son blog... Parfois les mails sont bien tournés, et j'y réponds. Plus rarement, l'objet du mail m'intéresse et j'y donne suite.

Mais là, le summum. Et pas venant de n'importe qui : des Jeunes UMP ! Un mail m'invitant à une soirée autour du couple Glucksmann, père et fils, André et Raphaël. Je ne supporte pas le père, pour moi un imposteur seulement digne de l'oubli. Je connais mal le fils, mais ses apparitions médiatiques m'agacent au plus haut point.

Un dénommé Raphaël Goebel m'envoie donc un mail. Grosse boulette de sa part : le mail est envoyé à l'ensemble des blogueurs classés politiques figurant dans le classement wikio. Dommage. Et nous sommes rendu à une quinzaine de mails de retour à tout le monde. Forcément tout le monde se moque. Les Jeunes Pop n'ont toujours pas compris les fonctionnement de la "blogosphère". Que rien n'est plus insupportable que d'être pris pour un mouton, les blogueurs eux ne sont pas des veaux. Les Jeunes UMP n'ont donc pas demandé conseil à leur maître es communication avant de lancer leur invitation : Monsieur Tan-o-Tan, son Excellence Thierry Saussez. Les Jeunes Sarkozystes aussi nuls en communication que leur vénérable Président. Désormais, tout ce que la droite tente se transforme en cendre. Un conseil : faites-vous tout petits (devant une poupée, nommée Clara).

Avant que vous ne lisiez ci-dessous le mail reçu, je tiens à prévenir le cher destinataire du mail et les Gentils Organisateurs de cette charmante rencontre autour des Glucksmann : j'ai décidé de les aider dans leur opération de communication. Et comme je suis un charmant blogueur, j'ai donc forwardé ledit mail à mes amis anarchistes (oui oui, j'en ai) qu'ils soient du PT ou de la CNT ou autres mouvements qui, je n'en doute pas, seront très intéressés par l'ordre du jour de la soirée ...

Cher blogueur, chère blogueuse !

Le mercredi 7 mai à 19h00 aura lieu au café-restaurant LE BOUDUBAR (4, rue de Blainville, 75005 Paris) un Grand Débat autour d'André et Raphaël GLUCKSMANN organisé par l'équipe de « 40 ans plus tard ».


Ce rendez-vous aura pour thème une question qui a fait couler beaucoup d'encre pendant la campagne présidentielle : « Faut-il liquider l'héritage de Mai 68 ? »


Ne manquez pas de nous y rejoindre, ce sera une occasion unique de discuter et de débattre de « l'esprit de Mai » dont nous fêtons cette année le 40ème anniversaire!

Après un lancement repris par l'ensemble des médias, le mouvement « 40 ans plus tard » poursuit donc son action sur le terrain avec plusieurs rendez-vous organisés tout au long du mois de mai autour d'intellectuels et de responsables politiques de la Majorité.


Virtuellement vôtre,


L'équipe de « 40 ans plus tard »

http://www.40ansplustard.fr

P.S. Merci de confirmer votre présence à cette adresse : alexandre_brugere@yahoo.fr

Libellés : , ,

03 mai 2008

Mitterrand 2008, il revient (chez Ramsay)

Partager
"Mitterrand 2008, il revient", le titre d'un ouvrage présenté comme écrit par un "collectif". "Mitterrand 2008, il revient", le livre résultant du blog François Mitterrand 2007. "Mitterrand 2008, il revient" sort le 14 Mai aux Editions Ramsay. Souvenez-vous du blog : un véritable succès lors de la campagne des présidentielles de 2007. J'en avais été l'un des premiers et plus fidèles lecteurs. Et j'appréciais ô combien le style et le contenu. Je m'attends donc au même talent pour le livre "Mitterrand 2008, il revient".

Dans une note du 26 Avril, François Mitterrand donc annonce : "Le 14 mai prochain, mon retour sera effectif en librairie. Qu'il me soit permis de remercier les éditions Ramsay". La campagne marketing est lancée. Vous pouvez déjà trouver certaines des bonnes feuilles (tous les livres "à sensation" le font désormais) sur le site de Bakchich. Vous pouvez également commander "Mitterrand 2008, il revient" sur le site de la FNAC. 241 pages pour un peu plus de 16 euros.

Les bonnes feuilles sur le site Bakchich.info. Tiens donc. Si l'on se rend sur la page "Qui sommes-nous ?" dudit site, on trouve parmi les "membres honorables et honorés" un certain Guy Birenbaum (éditions Ramsay). L'ami Guy qui officie désormais sur le site LePost.fr (coucou Guy si tu me lis) après avoir fermé la boutique de son ancien blog NRV.

Mais pourquoi donc je parle de "Mitterrand 2008, il revient" ? Alors que j'ai pas (encore) lu ce livre ? Peut-être justement parce que je ne l'ai pas lu. Alors que les origines de la rencontre entre Guy et l'auteur de "Mitterrand 2008, il revient" ne me sont pas (et comment !) étrangères ... Mais j'ai promis d'être une tombe, et que je tiens mes promesses, y compris envers notre Président d'outre-tombe. Et je ne fais pas mien cet adage : "les promesses n'engagent que ceux qui les croient".

A lire : un président mort dans ma boîte aux lettres.

Libellés : ,

Frédéric Lefebvre : "copie médiocre, peut mieux faire"

Partager
Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, député des Hauts-de-Seine, s'énerve contre l'AFP. Les raisons sont stupides, Monsieur Lefebvre ne supporte pas que l'AFP ne fasse pas, pour chacun des communiqués de l'UMP, une dépêche. Et ça rend Frédéric Lefebvre furieux car la dépêche en question parle de Ségolène Royal et de sa condamnation.

Sur le fond, et cela m'importe finalement peu, je m'étais également offusqué de cette condamnation. Pierre Louette, le PDG de l'AFP se défend d'ailleurs très bien de ces accusations. Pierre Louette, que l'on ne peut par ailleurs accuser d'être un ennemi du pouvoir en place. Pas vraiment un gauchiste, lui qui a débuté sa carrière au cabinet d'Edouard Balladur. Mais Lefebvre arrive même à un résultat contre-productif : la SDJ de l'AFP a "dénoncé les tentatives de pressions politiques" suite à cette histoire. Pour un lobbyiste comme Frédéric Lefebvre, je me poserais des questions quant à la qualité de son travail ...

Mais outre les talents de Monsieur Lefebvre comme lobbyiste et comme porte-parole de l'UMP, je m'inquiète plus encore pour son français. Nous pouvons lire la lettre ouverte dudit sieur sur le site de l'UMP. Et Frédéric Lefebvre semble rencontrer quelques difficultés avec l'orthographe du nom de la candidate socialiste aux dernières présidentielles : "Segolène Royal" dans le premier paragraphe et "Madame Royale" dans le second. Pis encore cette jolie faute dans cette phrase : "je me vois contraint de rendre public la lettre que je vous adresse".

Par contre, sur le site de Frédéric Lefebvre, ces fautes sont corrigées. Mais les coquilles se multiplient et s'ajoutent à d'autres fautes, rendant la lecture du texte d'un comique terrifiant : "une excellente raison de ne pas sortir les cominuniqués rencus publiques" puis "une coriférence de presse" ou encore "explications que vous voudrez bien me doriner pour justiiier le choix".

Ca fait tâche, n'est-ce pas Monsieur Lefebvre ? Le Ministre de l'Education Nationale, Xavier Darcos a des raisons de s'inquiéter du niveau scolaire de nos chères têtes blondes. Mais peut-être devrait-il également envisager des cours du soir pour les députés de sa majorité.

Ils en parlent : Abadinte qui revient sur l'abus de pouvoir. Ronald a noté le changement de sexe de Monsieur Lefebvre devenu Madame Lefebvre. Hypos propose quant à elle une pétition pour défendre le droit d'expression inique.

En conclusion, un petit cadeau pour Frédéric Lefebvre.


Libellés : , ,