]]>

30 juin 2008

Ségolène Royal rejoint François Bayrou

Partager
Ségolène Royal s'inspire de François Bayrou, un article de Marie-Anne Kraft à lire sur Mediapart. Marie-Anne Kraft revient sur la présentation de la contribution de Ségolène Royal en vue du congrès prochain du Parti Socialiste. Elle note les convergences entre ce texte et les idées de François Bayrou. Si Ségolène Royal venait à prendre la direction du PS, verrait-on un véritable pont se forger avec le MoDem ?

Extrait :

Le texte propose quatre « révolutions » : « L'économie au service de l'homme, la révolution écologique, l'État préventif et la révolution démocratique jusqu'au bout. ». Parmi ses propositions, on retrouve des thèmes chers à François Bayrou :

- système de retraites à points plus transparent, permettant de choisir à quelle âge on prend la retraite, de tenir compte de la pénibilité, etc,

- indépendance des médias,

- "révolution démocratique" instaurant plus de participation et de proportionnelle aux législatives,

- priorités données à l'écologie et à une politique éducative ambitieuse (priorité dans le programme de François Bayrou),

- lutte contre les inégalités

- suppression des niches fiscales (F. Bayrou proposait de les plafonner).

(lire la suite)

Libellés : , , , , ,

A vous qui me lisez

Partager
Durant quelques temps, et si j'arrive à tenir, ce blog risque d'accueillir beaucoup moins de longues notes. Moins de sujets à chaud, de réactions à l'actualité. Probablement plus de courtes réflexions, plus de photographies, plus de conseils de lectures de blogs.

Explications. Tout d'abord la recherche d'un travail. Malgré plusieurs centaines de mails envoyés et de nombreux contacts, je n'ai toujours pas repris d'activité. N'hésitez donc pas si vous entendez parler d'un poste qui se libère ou se crée, si vous êtes patron et si vous recrutez, vous pouvez m'envoyer un mail à l'adresse mandret@gmail.com. N'hésitez pas également à faire circuler mon CV. Pour rappel, je cible mes recherches dans la veille internet, la communication web, la presse et les médias en ligne, ou la politique.

Parallèlement à cette recherche d'emploi, je me replonge plus activement dans l'écriture. Deux projet en ébullition dans mon cerveau. Ma seconde nouvelle tout d'abord (vous pouvez lire ou relire ma première nouvelle, Le Sang d'une nuit d'été) devrait être achevée dans le courant du mois de Juillet. Un roman ensuite, mûri depuis bien longtemps, débuté et détruit régulièrement, mais désormais parfaitement clair dans mon esprit. Deux projets d'écriture très ambitieux et importants pour moi.

Libellés :

29 juin 2008

Tempête dans un verre d'eau

Partager

Libellés :

27 juin 2008

Nicolas Sarkozy peut sauver des vies

Partager

Libellés : , ,

26 juin 2008

Mal

Partager
Migraine. J'ai mal. Très mal. Rien n'y fait. Aspirine. Ibuprofène. Triptan. Paracétamol. La lumière me fait mal. Le bruit me fait mal. Les odeurs me font mal. Tous mes sens me font mal.

Rien à foutre de Sarkozy. Rien à foutre de la future ORTF. Rien à foutre des guerres au PS. Rien à foutre du MoDem. Rien à foutre de tout.

Je n'avais plus eu de migraines depuis plus de trois mois, je crois. Et elle revient. Quand on ne l'attend pas. Tout passe alors par la tête. Impossible de réfléchir, mais beaucoup d'idées surgissent en vrac.

Je n'aime pas me plaindre. Probablement cette note sera-t-elle détruite demain, ou pas. La migraine devrait être finie demain, normalement.

Libellés :

25 juin 2008

Nicolas Sarkozy et les terroristes

Partager
Dans une dépêche de l'AFP, je lis cette phrase : "M. Sarkozy s'en est aussi pris aux islamistes du Hamas, au pouvoir à Gaza, affirmant que la France ne discutait pas avec les terroristes". Le Président de la République déclare à ce sujet : "la France discute avec les hommes et les femmes courageux qui font de la politique et non pas du terrorisme. La France discute avec les hommes de paix et non pas les poseurs de bombes".

Tiens. Etonnant. Une allocution de Nicolas Sarkozy me revient à l'esprit. Celle adressée à Manuel Marulanda, le chef des FARC aujourd'hui décédé. Dans cette allocution, le Président le déclare lui-même : "je ne partage pas vos idées et je condamne vos méthodes, notamment les enlèvements qui plongent tant de familles dans le malheur".

Il y a quelques choses que je ne comprends pas. Les FARC, qui prennent des otages, qui se financent par le trafic de drogue, qui tuent des civils et posent des bombent, les FARC donc ne seraient pas des terroristes ? Ou alors on peut discuter avec certains terroristes mais pas avec d'autres ?

Libellés : , ,

La Goutte d'Or en fête

Partager
La Goutte d'Or fait sa fête, ça se déroule du 25 Juin au 29 Juin.

Plusieurs lieux : le parvis de l'église Saint Bernard, l'Institut des Cultures d'Islam, le Centre musical Fleury Goutte d'Or - Barbara, le bus de la Compagnie Babylone, l'école maternelle Richomme, le Square Léon, la salle Saint Bruno, les jardins partagés de la rue Laghouat, ...

Au programme : de la musique, du théâtre, du sport, des jeux, des expositions, un repas de quartier, du cinéma, ...

La Fête de la Goutte d'Or est organisée par les associations de la coordination inter-associative de la Goutte d’Or : Accueil Goutte d’Or, Accueil Laghouat, ADOS, ADCLJC, L’Anneau d’or, L’Arbre Bleu, ASFI, Cargo 21, Clair et Net, EGO, EGDO, Espace Jeunes Goutte d’Or, Gaby Sourire, Graines de Soleil, URACA, Paris Goutte d’Or, Paris Macadam, Saint Bernard de la Goutte d’or, La Soupape ailée et la Salle Saint Bruno.

Toutes les informations sur le site de la Goutte d'Or en Fête.

Si vous passez dans le coin, faites moi signe !

Libellés : ,

24 juin 2008

Luc x (Chatel + Mandret)

Partager
Invité hier soir à une rencontre de blogueurs autour de Luc Chatel, porte-parole du gouvernement. Un grand merci à Vincent Ducrey pour l'invitation.

Sans savoir de quoi il allait en retourner, je me présente à l'Hôtel Cassini, magnifique hôtel particulier qui abrite le porte-parolat du gouvernement. A l'intérieur les ors de la République, à l'extérieur la verdure d'un parc voisin de Matignon.

J'anticipe les questions.

Alors, il est comment Luc Chatel ? Il est gentil, il parle bien. Il n'a pas vraiment la carrure d'un ministre. Et pas très ponctuel : sur une soirée de 2 heures, il n'aura été présent que 40 minutes.

Et le cocktail, il était bon ? Franchement, j'ai vu mieux, il n'y a pas à dire, les fonds publics n'ont pas été englouti dans l'organisation de cet évènement. Des petits fours tièdes, probablement surgelés Picard. Des sandwiches et des cakes. Me concernant du Coca en boisson.

Y avait qui ? Une cinquantaine de blogueurs. Beaucoup de têtes inconnues, probablement des blogueurs de droite. Des têtes connues aussi : MIP MIP, Abadinte, Versac, Mry, Gilles Misrahi, la famille Quester-Séméon, Laurence Thurion, Palpitt, et d'autres dont je ne connais pas les noms ...

Et sinon, vous avez parlé de quoi ? Un blabla en guise d'introduction de Luc Chatel. Une présentation du futur site du porte-parole : ce sera porte-parole.gouv.fr, mais il n'est pas encore en ligne. Puis des questions-réponses. J'en retiendrai cinq.

Un blogueur interroge le ministre sur la différence entre son poste et celui de Thierry Saussez. Je résume la réponse : l'un communique, le second communique.

Versac donne son avis sur le nouveau site qui nous est présenté. Il s'amuse du côté "ma binette partout" et note la ressemblance du header avec le site de l'Elysée. Il apprécie la fonctionnalité de pouvoir faire des recherches. Le Ministre se marre.

Laurence demande avec humour si
porte-parole.gouv.fr est le site du porte-parole ou bien le site de Luc Chatel. Vous aurez compris qu'il y a beaucoup de photos de Luc Chatel.

Gilles interroge le Ministre sur sa connaissance des blogs, et lui demande lesquels il aime lire. Réponse langue-de-bois. Je résume : le Ministre n'a pas beaucoup de temps pour lire les blogs. Je traduis : il était incapable d'en citer un seul.

Versac, décidément très en forme, rebondit sur le cumul des fonctions par Luc Chatel. Luc Chatel le porte-parole du gouvernement. Luc Chatel le Secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie et de la Consommation. Luc Chatel le maire de Chaumont. Luc Chatel le député de la Haute-Marne. Luc Chatel le conseiller régional de Champagne-Ardenne. Luc Chatel le mari et le père de quatre enfants. Ouf. Fini. La liste est longue. Le Ministre répond, je résume : il délègue beaucoup et a des équipes formidables qui l'aide beaucoup dans son boulot, ce qui lui permet de tout cumuler.


Bilan de cette soirée ? Une opération de comm réussie pour Luc Chatel. Il suffit pour cela de lire des notes un peu plus "objectives" et gentilles que la mienne : celles de Laurence Thurion, Natacha QS, Fabien Prêtre, Emmanuel Vivier et Patrice Vuillard. Et sûrement d'autres à venir ...

Libellés : , , ,

élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias

Partager
Eric Mainville se fait l'écho d'une étude de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) sur l'Europe à la télévision, et plus particulièrement dans les Journaux Télévisés des chaînes françaises. Le constat est édifiant : alors que 17% des sujets abordés par les JT du soir des 6 chaînes hertziennes traitent de l'actualité internationale, à peine 2,5% se consacrent aux institutions européennes.

En regardant le détail par chaîne, M6 fait figure de mauvais élève, avec seulement 27 sujets dans l'année 2007 (soit moins de 1% de l'ensemble des sujets de M6), France 2, Canal + et TF1 y consacrent respectivement 1,6%, 1,8% et 1,9% de leurs JT respectifs. France 3 fait un effort avec 2,3%. Et Arte prend la tête avec 6% de ses sujets, ce qui restent assez minimes pour une chaîne à vocation européenne.

La Grande Bretagne (884 sujets) et l'Allemagne (774 sujets) font partie des pays de l'Union Européenne dont les télévisions françaises parlent le plus. Suivies par l'Italie, l'Espagne et la Belgique. Surtout ne pas trop s'éloigner de notre pays. Avec moins de 5 sujets, la Slovaquie, la Lituanie et la Lettonie semblent être rayées de la carte des informations.

Quant aux institutions européennes, elles ne passionnent guère plus les médias français. Le nombre de sujets qui leur sont consacrées affiche même une baisse. 716 sujets en 2007 contre 737 en 2000.

Pour plus d'informations et de détails, vous pouvez lire le rapport complet.

Au delà de ce constat, il serait peut-être hâtif, mais probablement pas inexact, de rapprocher ce faible intérêt des médias pour l'Europe, et les critiques que les Français admonestent aux instances européennes. Et le rejet de l'Europe par les peuples européens, lorsque ces derniers sont consultés par referendum, peut y trouver ici l'une de ses explications. Comment voulez-vous que l'Europe passionne si l'on ne nous informe pas sur ses activités et actualités ?

L'année prochaine se tiendront, au moins de Juin 2009, les élections européennes pour élire le nouveau parlement européen. Le MoDem bien entendu présentera des listes pour ce scrutin des élections européennes. Et en tant que parti europhile, il serait intéressant de réfléchir à cette thématique de l'Europe et des médias. Deux propositions me viennent à l'esprit, à chaud.

Tout d'abord une chaîne européenne. Une télévision financée par l'Europe, les instances européennes et les Etats membres. Une chaîne multi-lingue, avec au minimum des sous-titres disponibles dans l'ensemble des langues parlées dans l'Union Européenne. De l'information, des reportages, des documentaires, des séries, le tout 100% européens. En faisant attention à ne pas en faire un média ouiouiste intégriste, mais avec une véritable liberté de paroles et d'opinions.

Ensuite, un quota d'informations européennes à respecter, applicable dans tous les pays de l'UE, pour tous les médias (télévisions, radios). Tout comme le CSA impose aux stations de radio un minimum de 40% de chansons d'expression française, pourquoi le CSA n'étandrait-il pas ces 40% aux chansons d'expression européenne ? Et appliquer cette même mesure aux JT ? Un minimum de 10% d'informations européennes dans les bulletins d'informations ?

Vous militants et sympathisants du MoDem, quelles mesures aimeriez-vous que le Mouvement Démocrate porte dans son programme lors des élections européennes de Juin 2009, afin de réconcilier les médias (et donc les citoyens) avec l'Europe ?

A lire sur l'Europe et les élections européennes de 2009 :
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , ,

23 juin 2008

Le "jeune juif" et les politiques

Partager
Je ne compte pas commenter longuement l'agression d'un jeune de confession juive ce week-end rue Petit dans le 19ème arrondissement de Paris. Je pense que l'actualité est trop brûlante et le sujet trop glissant pour me risquer maintenant à mes remarques personnelles.

Deux notes à lire cependant sur les blogs : la première d'Authueil, habitant du quartier qui nous fait part de son vécu : "La suite de l'article fait mention de bagarres régulières entre bandes rivales dans le parc des buttes chaumont. Personnellement, je n'en ai pas vu, ni même entendu parler, et pourtant, j'y vais souvent, dans ce parc, pour promener bébé. Je n'ai jamais assisté à la moindre scène d'agressivité antisémite. Samedi soir, tout était calme et paisible, sans la moindre inquiétude dans les bacs à sable des buttes chaumont. Comme quoi, entre la perception et la réalité, il y a une marge. Ce n'est pas pour autant que la réalité se limite à la perception qu'on en a !".

La seconde à lire sur Carnets de nuit, et je rejoins totalement sa conclusion : "Il ne s'agit pas ici de nier l'existence de tensions inter-religieuses ou inter-raciales, mais de n'être pas complice ou porteur de leur aggravation en adoptant, sans réflexion, un langage qui est tout sauf neutre, en confondant la cause réelle ou fantasmée d'une agression avec la “nature“ soit-disant profonde de l'agressé : le jeune homme en question est d'abord un sujet, un homme, avant d'être un objet de lutte religieuse. Tant qu'on ne remettra pas les choses dans cet ordre, la République une et indivisible est mal barrée".

Me concernant, je m'interroge sur la rapidité des réactions des politiques de tout bord. Au premier plan desquelles celle du Président de la République ; Nicolas Sarkozy "tient à exprimer sa profonde indignation après l’agression qui s’est déroulée hier soir dans le XIXème arrondissement de Paris.Il assure la victime et sa famille de son soutien et renouvelle sa totale détermination à combattre toutes les formes de racisme et d’antisémitisme". Le Premier Ministre François Fillon : "Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter sans relâche contre toutes les formes de rejet, de discrimination et de haine". La Ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, quant à elle affirme "sa détermination à lutter sans relâche contre toutes les manifestations de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie, qui bafouent les valeurs de la République". Le maire de Paris Bertrand Delanoë quant à lui condamne "avec la plus totale fermeté ces faits insupportables". Le parti d'Olivier Besancenot également : "La LCR dénonce fermement l'agression dont a été victime Rudy, le jeune juif, dans le XIXe arrondissement" ajoutant "quelles que soient les origines de cette agression, cette attaque a un relent d'antisémitisme aussi révoltant que les relents racistes qui accompagnent les agressions contre les immigrés".

Seule voix discordante, celle de Jean-Pierre Chevènement, président du MRC : il accuse Nicolas Sarkozy d'avoir "flatté successivement toutes les sensibilités [religieuses ou communautaires] sans exception, sans mesurer que cette manière était la façon la plus sûre de dissoudre l'identité républicaine de la France" et dénonce "une certaine complaisance au plus haut niveau de l'Etat".

Je m'interroge donc sur l'intérêt de rebondir aussi rapidement à cette agression. J'aurais tellement aimé que nos élus de la République en appelle au calme, à l'apaisement. Qu'ils attendent que l'enquête avance, que la police et la justice fassent leur travail. D'autant que l'enquête révèle de nouveaux faits en l'occurrence la mise en garde-à-vue il y a quelques mois de la victime pour des incidents et le port de poings américains.

Quant on voit que déjà sur Facebook se créent des groupes, appelant à la vengeance, j'aurais aimé un peu de sagesse venant de nos femmes et hommes politiques.

Libellés : ,

22 juin 2008

Olivier Besancenot, le danger de l'opposition

Partager
Olivier Besancenot, meilleur opposant à Nicolas Sarkozy. C'est un sondage OpinionWay pour Le Figaro qui le place devant Bertrand Delanoë, Ségolène Royal et François Hollande. Un autre sondage de BVA pour L'Express place le leader de la LCR comme troisième personnalité politique français que les Français souhaitent voir prendre de l'influence, juste derrière Bertrand Delanoë et François Bayrou, mais devant Ségolène Royal. En terme de popularité, Olivier Besancenot se place désormais parmi les 5 hommes politiques les plus appréciés des Français, dépassant allègrement les 40% d'opinions favorables.

La sympathie significative portée à Olivier Besancenot ? Un "effet Michel Drucker". Invité dans l'émission du meilleur ami de la ménagère de plus de 50 ans, Besancenot est dédiabolisé et rentre dans l'establishment des paysages médiatique et politique français.

Seconde raison de ce sursaut de popularité, la LCR est présente sur le front de tous les conflits sociaux, au combat contre toutes les actualités gouvernementales. Une Ligue à toutes les manifestations, une Ligue qui communique par dépêche à chaque nouvelle loi. Là où la gauche traditionnelle a déserté le pavé et le rôle d'opposant, la LCR trouve un boulevard dans le coeur des Français anti-sarkozystes.

Troisième raison, et non des moindres, Olivier Besancenot lui-même. Sur le papier un non-professionnel de la politique, qui médiatiquement n'hésite pas à montrer et crier qu'il continue, lui, à travailler, et de facto en devient plus proche des travailleurs. La professionalisation des métiers de la politique, au Parti Socialiste principalement, nuit gravement à l'image d'un parti proche des préoccupations du Français moyen.

En contradiction totale avec sa doctrine, Olivier Besancenot incarne seul toute la vie de la LCR. Seul leader de son parti. Les luttes de pouvoir aussitôt écrasées et étouffées. Le conflit interne, et là encore le PS s'avère à l'exact opposé de cette image, n'a pas lieu d'être et de transparaître.

Alors que la seule image véhiculée depuis des années par le Parti Socialiste est celle d'un mouvement n'arrivant pas à éteindre les flammes ardentes de luttes d'ego, l'extrême-gauche s'est trouvée un seul et unique porte-parole en la personne de Besancenot. Alors que le bruit médiatique renvoyé par le PS est occupé à 90% par des petits mots assassins entre camarades, celui de la LCR porte à 100% sur la lutte au gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Olivier Besancenot continue d'ailleurs sa route. Faisant de la LCR table rase, il crée son Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). Peu ou prou la même chose, mais la disparition des mots "communiste" et "révolutionnaire" ne peut être interprétée comme un hasard. Le nouveau nom gagne en légitimisation et devient symboliquement plus sage, médiatiquement et donc électoralement plus accessible, moins effrayant.

Le PS, comme si ses luttes pachidermesques ne suffisaient pas, crée donc un groupe de réflexion sur l'extrême-gauche. Avec la tête de cette commission Henry Weber, Daniel Vaillant et Bruno Leroux, le Parti Socialiste prouve une nouvelle fois encore son incompréhension de ce que les Français attendent de lui : être le principal opposant à Nicolas Sarkozy. Plus les leaders du PS gagneront en sympathie dans les rôles de combattants à la droite et d'alternative crédible à sa politique, moins le leader de la LCR sera audible. Taper sur Besancenot ne fera que le renforcer. Forcément, la gauche du PS se rebelle contre ce groupe de travail anti-Besancenot, devenant une nouvelle source de conflit entre socialistes. Et il est fort à parier que les médias de droite se délectent à l'avance de ces dissensions.

Principe des vases communicants. Le PCF est moribond. Le PS inaudible et sclérosé par lui-même. Les électeurs le regrettent. Et se retournent donc vers le NPA de Besancenot. Eparpillement des voix, donc difficulté pour la gauche dans son ensemble à constituer un véritable pôle face à l'UMP.

Plus Besancenot monte dans les sondages, plus la LCR prend de l'importance sur l'échiquier politique, plus Besancenot pensera être indispensable, accroissant de fait sa soif de pouvoir, revendiquant alors au moment des tractations électoralistes une plus grosse part du gâteau. La gauche peut se faire du soucis, elle n'en a pas fini de se taper la tête contre les murs.

Le PS d'une part ne réussira pas à trouver une position commune à adopter face à la montée de Besancenot. Alliance ou rejet ? Sans réfléchir à l'envers : que souhaite Besancenot ? Jouer avec les socialistes ou se la jouer perso ? Accepter des accords avec les socialistes, ou casser la gauche à cause de lui ? La LCR (ou le NPA), le temps venu si la gauche remporte un jour les élections nationales ou si la question se pose, acceptera-t-elle de participer à la gestion du pouvoir ? Protester, Besancenot y excelle ; gouverner, Besancenot devra faire des concessions. Le voudra-t-il, sachant qu'il se coupera alors d'une partie de sa base la plus extrême ?

La soif de pouvoir de Besancenot dépendra en parti de l'avenir de la gauche française, le PS n'étant pas prêt de s'enlever la balle qui gangrène son pied depuis des années. Nicolas Sarkozy a de beaux jours devant lui.

(Photo : Philippe Leroyer)

Libellés : , ,

Prendre son pied

Partager

Libellés : ,

21 juin 2008

Non-cumul des mandats des élus MoDem : c'est possible !

Partager
Après les militants socialistes demandant un mandat unique pour les parlementaires, les militants du MoDem se mobilisent pour combattre le cumul des mandats.

Dans le paragraphe 8.1 des statuts du Mouvement Démocrate, il est indiqué que "les adhérents bénéficient d’un droit de saisine de la Conférence nationale sur tout sujet intéressant la vie politique nationale et européenne. La Conférence nationale st saisie par au moins 1% des adhérents à jour de leurs cotisations".

Nous demandons donc la saisine de la Conférence Nationale du MoDem afin de statuer en faveur du non-cumul des mandats.

Nous proposons la motion suivante : "Le Mouvement Démocrate applique le mandat unique parlementaire. En conséquence tout(e) candidat(e) membre du Mouvement Démocrate prend par écrit, avant la ratification de sa candidature, l’engagement sur l’honneur de remettre sa démission de ses autres mandats électifs après son élection au parlement national ou européen. Un mandat régional, national ou européen ne peut être renouvelé qu'une fois".

Aux militants du MoDem : vous vous retrouvez dans cette motion ? Signez et faites signer cette pétition !

Merci à Werner Büchner pour le lancement de la pétition.
Ils en parlent sur leur blog : Quitterie Delmas, Hervé Torchet, Pascal Kammerer,

visuels sous contrat Creative Commons
© 2008 , Fanny Charrier & Fabrice Luraine

Libellés : ,

Benoit Hamon et les blogueurs : les photos

Partager
Hier vendredi rencontre de blogueurs autour de Benoît Hamon, député européen, membre du Parti Socialiste et également blogueur.

Un compte-rendu à venir en début de semaine prochaine. Plusieurs thèmes abordés : l'Europe, le PS, le non au referendum des Irlandais sur le traité de Lisbonne, le PS, la "directive retour", le PS, les entreprises, le PS, le cumul des mandats, le PS, les combats sociaux et ... le PS !


En attendant, allez voir les photos sur mon compte Flickr, ou celle de Richard Ying sur son compte Flickr.

Libellés : , , ,

Avis de recherche

Partager
Appel à mes lectrices et lecteurs adorés. Je recherche un endroit où passer un week-end. Conditions : se situer à deux ou trois heures en voiture environ de Paris, prix raisonnable, calme et volupté indispensables, bord de mer apprécié.

Alors vous connaissez un hôtel, un bungalow, un chalet, une maison, ou tout autre logement de bon goût, merci pour vos suggestions !

Libellés :

L'imbécile du jour (2) : Jorgo Chatzimarkakis

Partager
"Les blogs sont aujourd'hui un puissant instrument de communication et peuvent être considérés comme une forme avancée de lobbying. Et constituer, en tant que tels, une menace" - Jorgo Chatzimarkakis, député européen allemand.

Question : quid de la dangerosité et de la réglementation de tous les autres lobby ? Au premier plan desquels les lobbys de l'armement ...

Libellés : , ,

20 juin 2008

L'imbécile du jour (1) : Serge Dassault

Partager
"Prime pour l'emploi, et bientôt RSA... c'est quand même anormal de vouloir donner de l'argent de l'Etat qui n'en a pas beaucoup à des gens qui ne veulent pas travailler parce qu'on les paye trop et coûtent aussi beaucoup d'argent à l'Etat" - Serge Dassault devant la commission des Finances du Sénat.

Question : combien d'argent Serge Dassault et ses entreprises ont-ils reçus d'argent de l'Etat ?

Libellés : ,

19 juin 2008

Terra Nova bosse, et c'est tant mieux !

Partager
Terra Nova, la fondation progressiste lancée il y a un mois, publie régulièrement des notes. Très instructives. D'une part grâce à la rigueur des synthèses effectuées. D'autre part grâce au format, style note de cabinet, très rapide à lire, enrichissantes et instructives. Les notes de Terra Nova sont désormais pour moi un rendez-vous incontournable pour s'informer et obtenir des argumentaires clairs.

Ces deux derniers jours particulièrement, trois notes à lire absolument. La première sur le"Service public de télévision : un débat à reprendre", rédigée par un haut fonctionnaire de spécialiste de l'audiovisuel sous le pseudonyme de David Marlin. En quelques pages, on comprend le financement de la télévision publique française, les différentes options à disposition pour ce financement (redevance, publicité, mélange redevance et publicité, taxes) et les conséquences à connaître par rapport aux lois européennes sur le droit à la concurrence. La suppression de la publicité entraîne une baisse de plus de 800 millions d'euros pour la télévision publique, reste à savoir désormais où les trouver. Mais avant cela, à définir les contours de cette télévision publique de demain.

Seconde note, écrite par le rédacteur en chef d'Alternatives économiques, Guillaume Duval. "Derrière le miracle de la baisse du chômage" revient sur la baisse significative du nombre de chômeurs en France. Et contrairement aux auto-satisfactions du gouvernement et de la ministre de l'économie Christine Lagarde, Guillaume Duval nous expique, chiffres à l'appui, s'explique avant tout par le vieillissement de la population française (et donc une population active de plus en plus faible) et par le découragement de certains chômeurs à rechercher effecitvement un emploi.

Troisième papier enfin, "La pleine réintégration de la France dans l’OTAN : un jeu de dupes". L'auteur revient sur cette décision politique majeure pour l'avenir de la diplomatie française. La réintégration devant être validée au Sommet de l'Otan au printemps 2009 à Strasbourg, il reste moins d'un an pour se pencher sur la question. On peut regretter le fait que cette décision de Nicolas Sarkozy ne sera probablement pas du tout débattu par les Français alors même que "le traitement des questions touchant à l’indépendance, à la sûreté et au rayonnement de la nation doit privilégier la recherche du consensus des Français". Si les avantages de cette décision ne sont guère évidents, les inconvénients eux apparaissent au premier plan : "le signal politique sera interprété négativement par Moscou, Pékin ou les opinions publiques musulmanes qui une perception très négative de l’Otan". A noter également le coût financier de ce choix du Président de la République, la France devant "financer le millier de poste d’officiers expatriés qui devront être mis en place dans les structures otaniennes". Mais peut-être un moindre mal consisterait en la "constitution d’un pilier européen au sein de l’Alliance [qui] pourrait équilibrer sa gouvernance". Le pire restant à coup sûr qu'un retour en arrière et un retrait ultérieur de la France deviendrait presque impossible. Il reste moins d'un an ...

Libellés : , ,

Art de Yasmina Réza

Partager
Un peu de pub pour une pièce de théâtre : Art de Yasmina Réza.

Avec Simon-Pierre Boireau, Julien Le Provost et Christophe Canel. Mise en scène de Julien Le Provost, assisté de Brigitte de Sousa.

Trois représentations à l'Aktéon Théâtre (11 rue du Général Blaise - 75011 Paris). Jeudi 26 Juin à 20h, lundi 30 Juin à 19h30 et vendredi 4 Juillet à 20h. (Je serai présent à celle du 30 Juin).

Art de Yasmina Réza est la pièce de théâtre la plus jouée dans le monde, mais seulement une fois en France, il y a près de 15 ans.

Le résumé de cette pièce : "Serge, Marc, Yvan sont amis depuis dix ans. Serge, passioné d'art, achète un tableau blanc. Marc le voit blanc, complètement blanc, Serge non. Ils ne sont décidément plus amis..."

Vous venez ?

Libellés :

Orlando - Virginia Woolf

Partager
The beautiful, glittering name fell out of the sky like a steel–blue feather. She watched it fall, turning and twisting like a slow–falling arrow that cleaves the deep air beautifully. He was coming, as he always came, in moments of dead calm; when the wave rippled and the spotted leaves fell slowly over her foot in the autumn woods; when the leopard was still; the moon was on the waters, and nothing moved in between sky and sea. Then he came.

All was still now. It was near midnight. The moon rose slowly over the weald. Its light raised a phantom castle upon earth. There stood the great house with all its windows robed in silver. Of wall or substance there was none. All was phantom. All was still. All was lit as for the coming of a dead Queen. Gazing below her, Orlando saw dark plumes tossing in the courtyard, and torches flickering and shadows kneeling. A Queen once more stepped from her chariot.

Virginia Woolf - Orlando (1928)

Libellés :

18 juin 2008

Une heure avec Ségolène Royal : Proche Orient et communication politique

Partager
Plus d'une semaine après la rencontre avec Ségolène Royal, il est temps de revenir à froid sur cette heure passée à discuter avec elle. J'apprécie cette opportunité, après avoir fortement critiqué la candidate du Parti Socialiste lors de la campagne des élections présidentielles, pouvoir échanger directement avec Ségolène Royal me rendait curieux.

Un ami, à qui j'annonçais ce rendez-vous, et fin connaisseur des hommes et femmes politiques (mais pas vraiment socialiste) me disait la veille de cette rencontre : "tu verras, tu seras forcément séduit, c'est son métier". Finalement, pas vraiment. Ségolène Royal est cordiale, humaine, aimable et à l'écoute. Mais pas véritablement à l'aise, plutôt stressée (elle a durant tout l'entretien joué avec le fermoir de son bracelet de montre) et dans l'ensemble une grande adepte de la langue de bois. Un regard franc et sincère mais plutôt absent et préoccupé. Une parole facile et directe mais toujours trop maîtrisée et dictée.

J'avais prévu plusieurs questions, j'ai eu l'occasion d'aborder deux thèmes. Tout d'abord le conflit opposant Israël et la Palestine. Je l'ai donc interrogé sur sa vision de cette guerre et comment en sortir. Sur le statut de Jérusalem, capitale israëlienne, capitale palestienne ou capitale "multi-patride" ? Je revenais également sur la construction du mûr contruit par le gouvernement israëlien en Cisjordanie, contruction condamnée par la Cour Internationale de Justice de La Haye.

Voici sa réponse : "Vous savez, je me suis rendue en Israël et dans la bande de Gaza. Il y a beaucoup d'ailleurs de misères et de désespérances dans la bande de Gaza. Et puis j'ai rencontré les jeunes, parce que j'ai eu une conversation avec les jeunes israëliens et les jeunes palestiniens. Ce qui m'a frappé c'est la vision de la nouvelle génération : ils en ont vraiment assez de la guerre. Franchement. Et je ne suis pas sûre que la génération des responsables politiques aujourd'hui ait suffisamment conscience de cette soif des jeunes de vivre en paix, d'avoir des enfants qui vivent dans un monde de paix. Et moi je me garderai de toute prise de position à l'emporte pièce sur Jérusalem ou sur la condamnation d'Israël. Je pense qu'il y aurait vraiment un travail de médiation pour à la fois que les palestiniens ait un Etat et qu'Israël des frontières stables".

Ségolène Royal enchaine ensuite sur le Liban. J'aurais aimé que Madame Royal sorte de sa langue de bois, qu'elle réponde à ma question et pas seulement au travers de "la guerre c'est mal". Mais deux possibilités : soit elle connait mal le sujet (sinon probablement soutiendrait-elle la condamnation de l'ONU), soit elle ne souhaite pas se mouiller pour ne se mettre personne à dos sur un sujet aussi sensible.

Ma second question portait sur la communication politique, une des approches de la politique qui me passionne. Je commence par lui dire que je ne suis pas dupe, et que même si Ségolène Royal nous rencontre pour le plaisir, cet évènement est forcément un moyen de communication. Je reviens sur sa proximité avec Natalie Rastoin, directrice de l'agence Ogilvy. Je lui apprends que Ogilvy est une filiale du groupe de communication WPP, groupe possèdant également la société Hill & Knowlton. Hill & Knowlton, boîte de comm proche du gouvernement américain, ayant notamment participé à la communication autour de la première guerre en Irak. Je l'interroge sur la façon dont elle communique, si elle est entourée d'un spin doctor. Ce à quoi elle me répond avec humour : "j'aurais dû d'ailleurs". Je termine en lui demandant qui est son Alistair Campbell ou son George Stephanopoulos.

Voici sa réponse : "Je pense que je ne suis pas la plus mauvaise, vous voyez ce que je veux.dire Les conseils de communication que j'ai eus ... Par exemple, effectivement il y a une entreprise de communication qui m'a trouvé ce slogan, très banal d'ailleurs, la France juste et forte. Mais ce que j'ai trouvé moi, au contact des gens, parce que c'est souvent moi qui ai inventé les choses. Par exemple dans ma déclaration de candidature à la candidature - je ne dis pas que c'est le meilleur slogan car c'était celui de mon adversaire - dans le discours de Vitrolles et dans tous les meeting de candidature interne je commençais tous mes discours par : "seule je n'y peux rien, mais avec vous tout devient possible". Ca c'est le slogan qui a été repiqué, je pense qu'il a été revendu par une boîte de comm, par Nicolas Sarkozy. De même, Désirs d'Avenir, on n'a pas trouvé mieux ; ça dit tout ce que ça veut dire, Désirs d'Avenir : c'est pour la France, c'est pour chacun, c'est signe d'un progrès, c'est aussi le signe que si on n'a pas d'avenir on désespère. Donc finalement, c'est le slogan de campagne qu'on aurait du prendre. Ce que je veux dire par là, c'est que ce ne sont pas forcément les conseils d'entreprises de communication qui sont les meilleurs. Il y a des choses que l'on trouve et qui finalement correspondent à ce que l'on est, à ce qu'on pense, à ce qu'on a compris des gens. Quant à Natalie Rastoin, elle intervenait comme ça, c'est une amie de 15 ans, elle donnait des conseils de temps en temps. Sinon, il y avait une boite de communication, [elle cherche le nom] elle n'avait pas fait des trucs terribles d'ailleurs, qui a fait l'affiche de profil, c'était pas génial [un conseiller de Ségolène Royal donne le nom de l'agence : Benoit Devarieux]".

Réponse plus complète. Quelques regrets, quelques informations. Mais encore de la langue de bois : la communication au contact des gens, déjà vu.

Peut-être mes questions inspiraient-elles moins Ségolène Royal. Elle a répondu plus en détail à d'autres blogueurs présents, notamment sur le PS, sur les collectivités locales, sur l'économie solidaire, sur les SCOP, sur le RSA et la précarité.

J'en suis reparti avec finalement une image assez semblable à celle que j'avais de Ségolène Royal avant ce rendez-vous. Beaucoup trop de langue de bois, plus obsédée par le Parti Socialiste que par la France. Mais un personnage finalement sympathique et ouvert. Et une intuition : si Ségolène Royal arrive à prendre le PS, je pense qu'elle sera bien meilleure comme principale opposante à Nicolas Sarkozy que comme candidate.

Les photos de la rencontre avec Ségolène Royal.
Les conditions de cette rencontre.

Libellés : , , , , ,

Fais ce que voudra

Partager
Plus d'un an après, republication sur ce blog d'un texte que j'affectionne toujours autant.
(Illustration : Gargantua vu par Gustave Doré)

Toute leur vie était dirigée non par les lois, statuts ou règles, mais selon leur bon vouloir et libre-arbitre. Ils se levaient du lit quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, dormaient quand le désir leur venait. Nul ne les éveillait, nul ne les forçait ni à boire, ni à manger, ni à faire quoi que ce soit... Ainsi l'avait établi Gargantua. Toute leur règle tenait en cette clause :

FAIS CE QUE VOUDRAS,

car des gens libres, bien nés, biens instruits, vivant en honnête compagnie, ont par nature un instinct et un aiguillon qui pousse toujours vers la vertu et retire du vice; c'est ce qu'ils nommaient l'honneur. Ceux-ci, quand ils sont écrasés et asservis par une vile sujétion et contrainte, se détournent de la noble passion par laquelle ils tendaient librement à la vertu, afin de démettre et enfreindre ce joug de servitude; car nous entreprenons toujours les choses défendues et convoitons ce qui nous est dénié.

Par cette liberté, ils entrèrent en une louable émulation à faire tout ce qu'ils voyaient plaire à un seul. Si l'un ou l'une disait : " Buvons ", tous buvaient. S'il disait: "Jouons ", tous jouaient. S'il disait: " Allons nous ébattre dans les champs ", tous y allaient. Si c'était pour chasser, les dames, montées sur de belles haquenées, avec leur palefroi richement harnaché, sur le poing mignonne- ment engantelé portaient chacune ou un épervier, ou un laneret, ou un émerillon; les hommes portaient les autres oiseaux.

Ils étaient tant noblement instruits qu'il n'y avait parmi eux personne qui ne sût lire, écrire, chanter, jouer d'instruments harmonieux, parler cinq à six langues et en celles-ci composer, tant en vers qu'en prose. Jamais ne furent vus chevaliers si preux, si galants, si habiles à pied et à cheval, plus verts, mieux remuant, maniant mieux toutes les armes. Jamais ne furent vues dames si élégantes, si mignonnes, moins fâcheuses, plus doctes à la main, à l'aiguille, à tous les actes féminins honnêtes et libres, qu'étaient celles-là. Pour cette raison, quand le temps était venu pour l'un des habitants de cette abbaye d'en sortir, soit à la demande de ses parents, ou pour une autre cause, il emmenait une des dames, celle qui l'aurait pris pour son dévot, et ils étaient mariés ensemble; et ils avaient si bien vécu à Thélème en dévotion et amitié, qu'ils continuaient d'autant mieux dans le mariage; aussi s'aimaient-ils à la fin de leurs jours comme au premier de leurs noces.

Gargantua, livre LVII (1534) - François Rabelais.

Libellés :

17 juin 2008

La République des Blogs fête ses 2 ans

Partager
La République des Blogs fêtera ses deux ans. J'en serai bien évidemment. Car c'est grâce à ce rendez-vous que j'ai connu une bonne partie des blogueurs politiques dont je lis aujourd'hui les écrits avec passion, énervement, amusement, amitié, agacement, intérêt.

Venez donc, anciens ou nouveaux blogueurs, lecteurs ou commentateurs, anonymes ou influents.

L'inscription sur le wiki ou sur Facebook.

Libellés : ,

16 juin 2008

Comment j'ai dévoré un Président de la République ...

Partager
Je vous avais annoncé le retour de François Mitterrand 2008, le blogueur, au travers d'un livre chez Ramsay. J'avais reçu dans ma boîte aux lettres cet ouvrage, François Mitterrand 2008, il revient. Je prends (enfin !) le temps d'écrire ce que j'ai pensé de la lecture de ce livre.

Contrairement à ce que pense Jean-Michel Aphatie (qui n'a certainement pas lu le livre), la place de ces chroniques d'outre-tombe se trouve dans une bibliothèque et non dans une poubelle.

Commençons par les critiques négatives. Deux principaux reproches. Le premier plus qu'un reproche, un conseil. S'arrêter là. L'exercice (faire parler François Mitterrand durant la campagne des présidentielles) était une idée de génie. Le livre, son juste prolongement, propose un véritable regard sur la première année de Présidence du lointain successeur (ainsi est nommé Nicolas Sarkozy). Mais comme l'auteur l'écrit lui-même, on finit par se lasser. Nicolas Sarkozy lasse. Ecrire sur lui lasse. Et peut-être ne s'amuse-t-on et ne se révolte-t-on plus assez à force de l'observer.

Second reproche. Mais là encore le reproche à peu à voir avec l'auteur du livre et l'ouvrage en lui-même. Je ne suis pas du tout Mitterrandolâtre (contrairement à l'auteur qui le revendique presque lui-même). Même, je porte François Mitterrand assez bas dans mon estime (mais là n'est pas l'objectif de cette note). Forcément alors, un Mitterrand moderne écrivant et se satisfaisant du passé politique d'un Mitterrand mort m'agace. Mes ricanements sont nombreux quant aux justifications sur les choix et mesures mitterrandiennes. Et l'envie de dire : "tu te fous de nous, Tonton !".

J'ai du lire un seul ouvrage de François Mitterrand dans ma vie, L'Abeille et L'Architecte. Et le souvenir que j'en garde se limite à une écriture très médiocre. Un style ampoulé et risible. Une qualité littéraire très incertaine. Autant le style Mitterrand à l'oral fonctionne à merveille, autant le style Mitterrand à l'écrit frise le grotesque. Mais le grand talent de l'auteur de
François Mitterrand 2008, il revient tient principalement au fait qu'il a trouvé le génie (je pèse mes mots) de réussir à écrire dans le style oral Mitterrand. Autrement dit, si François Mitterrand avait rencontré de son vivant François Mitterrand 2008, nous n'aurions pu que lui conseiller de l'engager comme nègre.

Principale qualité de ce livre donc : l'écriture. Un français parfaitement maitrisé, une langue avec laquelle l'auteur joue et s'amuse, émeut et séduit. J'espère vraiment que l'auteur de
François Mitterrand 2008, il revient reprendra le clavier de son Mac pour continuer à écrire. Je pense qu'un homme ou une femme politique de goût serait bien avisé de demander à l'auteur d'écrire ses discours.

Le fond du livre est un réel régal. Certes pas de théories politiques ou de critiques noblement constructives. Mais la politique vécue par le trou des serrures des palais de la République nous en apprend parfois autant, voire plus. Des anecdotes à la pelle, que ce soit sur le vécu de François Mitterrand ou sur les coulisses du pouvoir actuel. Une délectation pour celles et ceux pensant que la psychologie des politiques compte dans leur carrière politique. On parle de tout et de tous dans ce livre : de Rachida Dati à François Hollande, en passant par ceux qui occupent les médias. Une bonne rétrospective de cette année écoulée, sous la plume acide d'un Mitterrand plus en forme que jamais.

Plutôt que d'encore longs écrits, voici quelques extraits parmi mes préférés.

Sur le Parti Socialiste après l'échec de Ségolène Royal aux présidentielles : "Tels que je connais les socialistes, pourtant, les véritables leçons de ce scrutin ne seront pas tirées. On invoquera l'unité du Parti à préserver, la nécessité d'une réflexion à mener dans la sérénité, la rude exigence du devoir d'opposition qu'il faut assumer, bref, on procrastinera".

Sur Arnaud Montebourg lors la Fête de Frangy-en-Bresse : "Cette année, Manuel Valls était l'un des invités d'honneur. Montebourg-Valls, voilà un attelage qui devrait durer encore quinze jours, durée de vie moyenne des alliances conclues par Montebourg".

Sur François Bayrou et le Modem : "Pour aller loin en politique, il faut être doté d'une qualité qui, en cedomaine de l'action humaine, s'avère supérieure à toutes les autres : la persévérance. sans persévérance, on ne va nulle part. Le talent, le génie, l'intelligence, la culture, tout cela est bien joli mais ne sert à rien si l'on ne possède pas, chevillé au corps et à l'esprit, l'instinct de persévérance. Bayrou en est un bon exemple. En six mois, il a tout perdu. L'élection présidentielle, les élections législatives, son parti, ses élus, ses amis, ses fidélités... Il ne lui reste rien, hormis son parti croupion avec ce nom ridicule, le MoDem, Marielle de Sarnez, sa fidèle collaboratrice (autant dire un boulet qu'il s'est attaché au pied et qu'il va traîner longtemps, et sa persévérance. (...) Bayrou s'est autoproclamé candidat permanent à la Présidence de la République et il a bien raison, car c'est à force de persévérance qu'il finira par arriver à quelque chose. Ce trait de caractère lui permet d'espérer encore aujourd'hui, à la place qui est la sienne, là où tant d'autres de sa génération ont déjà été emportés par le vent de l'Histoire".

Dernier extrait, mon préféré, à propos de Nicolas Sarkozy : "Celui que les Français ont choisi cette année devrait réexaminer avec l'intérêt l'élection présidentielle de 1920. Cette année-là, la bataille pour la Présidence de la République opposa Clemenceau (76 ans) à Deschanel (63 ans). Deschanel fut élu par les parlementaires et on s'aperçut un peu plus tard qu'il n'avait pas toute sa tête. Il démissionna après quelques épisodes où le ridicule le disputa au tragique, parvenant même à tomber d'un train vêtu d'un simple pyjama, exploit jamais réédité à ce jour. Clemenceau, lui, avait déjà, bien avant cette lamentable issue, tiré les leçons de sa défaite : "Ils avaient peur d'un gâteux ; ils ont un dingue." En 2007, ils ont eu peur d'une femme."


François Mitterrand 2008, il revient...
Editions Ramsay. 257 pages. 17 euros.

Libellés : , ,

Amis socialistes : un mandat unique des parlementaires !

Partager
Les militants socialistes prennent (enfin) l'éléphant par la trompe et s'attaque au cumul des mandats. Plus que les querelles stériles dont les citoyens et militants PS sont abreuvés et dont personne n'a finalement que faire, je préfèrerais entendre tous les prétendants au poste de premier secrétaire du Parti Socialiste sur ce sujet.

Une pétition donc à signer sur www.pourlemandatunique.net. La demande de cette pétition est claire, elle demande que soit intégré ce paragraphe dans les statuts du PS :

« Le parti Socialiste applique le mandat unique parlementaire. En conséquence tout(e) candidat(e) membre du parti prend par écrit, avant la ratification de sa candidature, l’engagement sur l’honneur de remettre sa démission de ses autres mandats électifs après son élection au parlement national ou européen ».

Il faut que 15% des militants socialiste signent cet appel. Alors le Conseil National du PS autorisera peut-être une consultation directe des militants sur le sujet.

A lire également la tribune de mon amie Quitterie Delmas dans le Nouvel Obs : "Pas de modernisation sans non-cumul des mandats".

A signer par toutes et tous, la pétition sur le non-cumul des mandats.

Libellés : , ,

15 juin 2008

Framboise mon amour

Partager

Libellés :

La blogosphère de Nantes

Partager
Soirée des Blogueurs à l'Ouest ce vendredi. Direction le Flesselles, un bar au coeur de Nantes. J'y arrive le dernier. Je salue le sympathique Simon Robic, organisateur de la soirée. Encore merci pour cette soirée !

Sont également présents (je reprends la liste de Simon) Garry et Clémence, Antoine, Julien, Macsym et Constance, Gootier, Nicolas, Cathy et Fred, Béné, Miwi, Gael et Alexandre, Benoit, Henry et Pierre, Julien, Gauthier, Nicolas et Laurie, Nicolas, Antoine, et Jérémie.

Un grand plaisir de retourner dans ma patrie nantaise. Un bonheur de retrouver Macsym, en très grande forme. Une véritable rencontre que celle de Constance. Une joie d'enfin mettre un visage sur Cathy, l'adorable geekette. Un sadisme satisfait de flasher Béné (encore désolé). Une discussion très intéressante avec Stéphane, tagueur de cierges, à l'immaculée chemise.

Des discussions deci-delà, bien trop courtes, et c'est bien dommage. Une phrase entendue très souvent en saluant les participants et me présentant à eux : "Luc, le blog politique ?".

Quelques photos de la soirée sur mon compte Flickr.

Libellés : ,

13 juin 2008

Week-end nantais

Partager
A Nantes, dans ma famille, jusqu'à dimanche. Connexion internet limitée, voire inexistante.

Ce soir vendredi c'est la deuxième soirée des Blogueurs de l'Ouest.

Libellés : ,

12 juin 2008

All I can do is give what I really feel

Partager
"All I can do is give what I really feel" - Jimmy Scott

Un désir. Qu'un jour le site de Jimmy Scott ressemble à quelque chose.

Un souhait. Assister à un concert de Jimmy Scott. Etre au premier rang, et pleurer tout du long (inévitable chez moi à son écoute, dès la première mesure).

Un rêve. Jimmy Scott et moi. Seuls dans une église. Sa voix et mon écoute. Peu importe cinq minutes ou une heure ou une journée. Nul besoin de parler. Juste sa musique, ses chansons, nos âmes.

Une reconnaissance éternelle à qui permettra la réalisation de ce rêve.

Après ça, ne pas en revenir et vivre.

Libellés :

I would prefer not to

Partager
"I would prefer not to"
Bartleby, Herman Melville

Libellés : , ,

11 juin 2008

Les Jardins d'Eole

Partager

Libellés : , ,

10 juin 2008

Une heure avec Ségolène Royal : les photos

Partager
Après vous avoir présenté rapidement les conditions de cette rencontre entre les blogueurs et Ségolène Royal, voici quelques photos de ce rendez-vous. Demain, un compte-rendu détaillé quant au fond et aux deux questions sur lesquelles j'ai interrogées Ségolène Royal, à savoir la communication politique et la politique étrangère.

Retrouvez toutes les photos sur mon compte Flickr.

Libellés : , , , ,

Une heure avec Ségolène Royal

Partager
Ségolène Royal. Dix blogueuses et blogueurs. Un lieu : le 95 boulevard Raspail, les locaux de Désirs d'Avenir. 60 minutes entre elle et nous. Plusieurs dizaines de questions posées.

Un compte-rendu plus complet à venir. Ici et chez mes camarades présents : Dagrouik (notre Gentil Organisateur), Marie-Isabelle Pichon, Richard Ying, Maxime Pisano, Abadinte, Lieutenant Casabaldi, Eric Mainville, Graziella de Michelle et Razzak Ellafi. Des socialistes, des gauchistes, des altermondialistes, des social-démocrates, des centristes, des précaires, un bel éventail !

Libellés : , , ,

09 juin 2008

La bonne question à se poser sur le remplacement de PPDA par Laurence Ferrari

Partager
Nonce Paolini, le nouveau patron de TF1, a décidé de remplacer l'ami Patrick Poivre d'Arvor à la présentation du JT de 20 heures de la première chaîne, pour installer dans le fauteuil du journal sa confrère Laurence Ferrari.

Les questions bruissent. Est-ce un souhait de l'Elysée ? Nicolas Sarkozy a-t-il contribué à ce bouleversement dans le paysage médiatique français ? Qui remplacera Laurence Ferrari sur Canal + ? Que deviendra l'autre blonde de TF1, Claire Chazal ? Sera-t-elle remplacé par le ténébreux Harry Roselmack ? Ou par le gendre idéal Laurent Delahousse ? Le Journal de la Une va-t-il prendre un nouveau tournant ? Quelles vont en être les nouveautés (ouh ouh Laulau, je suis là !) ?

Mais personne ne se pose LA vraie question. Celle fondamentale pour chacun des français. Celle que tout passionné de politique et des médias se devraient d'avoir dans chacune de ses phrases. Oui. Mais qui donc remplacera PPD aux Guignols de l'Info sur Canal + ? Oui, qui ? That is the question ! Hein ? Laurence Ferrari herself ? Ou bien mon ami Jean-Marc Morandini (il avait déjà occupé ce fauteuil en décembre dernier) ? Un David Pujadas ? Ou un Nicolas Sarkozy en personne ?

A vous qui êtes dans le secret des dieux de la chaîne cryptée, vous que chaque rumeur remonte jusqu'à vos oreilles inintéressées par ces potins, oui, vous, toi toi et toi, s'il-vous-plait, je vous en conjure, éclairez ma modeste lanterne.

Libellés : , ,

Mes 5 contradictions

Partager
Encore une chaîne, lancée cette fois par Juan. Simple : écrire 5 de mes contradictions. Autant dire, je dois faire le tri. Je me lance.

1/ Je suis agnostique cependant je me considère comme un pratiquant non croyant. Mystique et superstitieux. J'aime l'environnement religieux sans y croire.

2/ Je me positionne globalement à gauche et je suis militant au MoDem. De gauche sur les questions sociétales, du centre sur les questions économiques. Libertaire et soft-libéral.

3/ Je suis narcissique mais le narcissisme m'exaspère. J'aime au moins qu'il soit assumé donc (auto-)moqué.

4/ J'ai un besoin terrible d'être aimé et de séduire, mais il est très compliqué pour moi d'accorder ma confiance en quelqu'un.

5/ Je suis solitaire et sociable. Je suis timide maladif mais j'aime la découverte humaine.

Je balance le morpion à cinq blogueurs. Cinq parmi ceux que je trouve les plus contradictoires ... Donc : Mry, François Mitterrand, Benoît Raphaël, Vinvin et Autheuil.

Libellés : ,

08 juin 2008

L'arbre au bout du tunnel

Partager

Libellés : ,

07 juin 2008

Vous et la RATP : Station Château Rouge, ligne 4

Partager
Une idée lancée par mon camarade blogueur Abadinte. Il nous incite à parler de la RATP, suite au lancement du site "Vous et la RATP". Habitant de la Goutte d'Or, je fréquente principalement la station Château Rouge. Mais aussi les stations Marx Dormoy, La Chapelle et Marcadet-Poissonniers, et également la Gare du Nord pour prendre le RER.

Château Rouge donc. La place du Château-Rouge tient son nom du petit château, dit Château Rouge, construit pour Gabrielle d'Estrées, devenu bal public et démoli en 1875 (wikipedia). Station de métro énormément fréquentée. Et l'aménagement de cette station n'est vraiment pas à la hauteur.

Tout d'abord les abords. Bien que rénovée récemment, la place du Château Rouge fourmille, en raison du marché Dejean, mais également de la présence de vendeurs ambulants, des indiens vendant des marrons chauds aux femmes africaines du maïs grillé, de tous les vendeurs de produits de contre-façon (lunettes, parfums, vêtements). Le car de police présent presque 24h/24 ne fait pas grand chose pour réguler le flux. Car en effet bien souvent arriver jusqu'à l'accès de la bouche de métro se révèle un parcours du combattant.

Les difficultés ne font que commencer. Une seule et unique entrée pour accéder au quai. Tout d'abord des marches assez raides pour arriver au niveau des guichets. Puis un nouvel escalier pour le quai. Quand on est valide, pas de problème. Mais pour les femmes avec des poussettes ou les personnes âgées ou handicapées, un véritable parcours du combattant. Escaliers plus que glissants, prospectus en nombre non négligeable rendant le parcours encore plus dangereux.

Arrivés au niveau des guichets, seulement trois tourniquets pour passer, souvent l'un des trois en panne. Forcément les gens s'agglutinent, les bousculades sont plus que régulières. Autre incohérence aberrante : aucune porte pour les poussettes ou les personnes avec des valises ou encombrées. Ces personnes sont donc obligées d'attendre qu'une personne sorte du métro pour pouvoir passer en sens inverse via les portes à battant de la sortie. Bon courage aux heures de pointe ...

Il existe également un escalator, mais uniquement pour la sortie. Escalator en panne une fois sur quatre. Escalator à l'air libre, donc prenant totalement la pluie, et donc terriblement glissant. Il en est de même pour l'escalier principal d'accès aux guichets. En hiver, il n'est pas rare lors de fortes averses que la plateforme où se trouve les guichets soit presque inondée. L'eau dégouline dans les marches, arrive directement au niveau des guichets. Aucun abris pour se protéger ou retenir l'eau.

Les quais de la station Château Rouge sont un point de rendez-vous régulier pour les drogués du quartier. Il n'est pas rare de voir quelques personnes totalement défoncées. Même en pleine journée. Quand ce n'est pas un junkie qui se fait un rail de coke ou un autre qui fume sa pipe à crack. Rarement dangereux (mais parfois un peu "énervés"), je doute que la place des toxicomanes soient dans le métro, mais plutôt dans des centres de soins. Et le seul vigile avec son chien semble bien impuissant.

Propositions. Créer une nouvelle entrée supplémentaire, pourquoi pas du côté de la rue Custine. Avoir un accès avec escalator ou ascenseur, ou un plan inclinée. Augmenter le nombre de portillons d'accès. De même pour le nombre de guichets et distributeurs automatiques. Au moins les tripler. Un bon éclairage sur la place du Château Rouge aux deux sorties du métro. Sécuriser les marches de l'entrée principale, recouvrir efficacement ces marches pour protéger de la pluie. Un petit relookage du quai serait également la bienvenue, avec un éclairage moins blafard et plus chaleureux ...

Si les blogueurs du 18ème arrondissement veulent donner leur avis, je pense que ce serait intéressant qu'il fasse une note. Je pense notamment à Pierre Guillery, Axel Calvet, Irène Delse, Laurent Guédon, Roxane Decorte, Rue Affre, Journal d'un chou, Rémi Bazillier, Fenua et Moïra, Lapinos, Cyril Bozonnet et tous les autres ...

Libellés :

06 juin 2008

Jean-Marc Morandini et le cake aux olives

Partager
Le jour j'écris sur Morandini, clin d'oeil à Jean-Marie Messier et je le surnomme J6M. Cette nuit je rêve de Morandini, qui me réveille brutalement à 5h47 ce matin.

Le jour j'envoie ma note sur Morandini à Marianne2.fr, qui décide de publier "J6M : Jean-Marc Morandini Moi-Même Maître des Médias" sur le site du journal dans la rubrique Les Blogueurs Associés. Cette nuit je tutoie Morandini devenu mon meilleur pote l'espace d'un "rêve".

Le jour Morandini rédige une note sur son blog vilipendant la note publiée par Marianne, en réaction à mes propos. Il m'y qualifie à deux reprises de journaliste. La nuit je fête avec Morandini et d'autres nouveaux potes mon nouveau statut de journaliste.

Rêve bref. Je suis à Nantes, dans la cuisine de mes parents. Nous sommes assis sur les chaises en bois peintes en bleu ciel. Ma mère ouvre une bouteille de vin rouge. J'ai encore le goût imprégné dans mes papilles, l'odeur de ce qui ressemble à un Pessac-Léognan bien ancré. Sont attablés à mes côtés Paul Wermus, Patrick Sabatier et mon nouvel ami Jean-Marc Morandini :
trois grands journalistes français. L'ambiance détendue, je surnomme mes trois comparses de petits noms affectueux, respectivement "ma caille", "coco" et "chéri chéri". Ma mère ne lésine pas sur le vin rouge ce qui ne lui ressemble pas (elle préfère le blanc moelleux, elle est toujours très réservée avec l'alcool). Ma mère est heureuse, son fils quitte officiellement l'ingrat statut de blogueur pour entrer dans la grande famille des journalistes.

Ma mère sort du four un magnifique cake aux olives doré ...

Je me réveille subitement. Il est 5h47. Le jour je suis blogueur. La nuit je ne suis journaliste que dans mes rêves grâce au blog de Jean-Marc Morandini. Tout est possible.

Libellés : , ,

05 juin 2008

2010, l'année du crash internet

Partager
A lire sur le blog de Politis, cette note de Christine Tréguier. Extrait :

"Si on en croit Jim Cicconi, vice président de l’opérateur de télécoms américain AT&T « au rythme où évoluent les habitudes de navigation et d’utilisation du Web, avec l’explosion de contenus multimédia générés par les usagers, le réseau ne pourra pas suivre et la bande passante risque de s’effondrer rapidement ». Selon lui l’échange de données en haut débit va être multiplié par 50 d’ici à 2015 et le point de rupture se situerait aux alentours de 2010". (lire la suite)

Libellés :

Le "no comment" du jour

Partager
Réponse de Pascal Nègre, PDG d'Universal France et du syndicat national de l'édition phonographique (SNEP), au journaliste François Sorel qui l'interroge sur le téléchargement illégal et la future loi Hadopi.

Pascal Nègre : « Ça ne se passe pas comme ça. C'est-à-dire que, Dieu merci, c'est pour ça que le Peer-to-Peer fonctionne, c'est que quand vous cherchez un titre, Dieu merci, il est pas très loin de chez vous. Parce que si vous allez le télécharger au Japon, avant que vous atteigniez le Japon et qu'il revienne, vous allez mettre trois jours avant de le télécharger. »

A lire sur PC inpact.
Via Olivier Azeau.

Libellés : , ,

04 juin 2008

J6M : Jean-Marc Morandini Moi-Même Maître des Médias

Partager
La baseline du blog de Jean-Marc Morandini se base sur une ambition : "Toute l'info médias en direct ... Et plus encore !"

Et parfois l'on constate ce que signifie le "plus encore" : une ôde à Morandini Jean-Marc himself.

Dernier exemple en date, une note sur un magazine inconnu : Doggy. Le blog de Jean-Marc Morandini ne parle de ce journal que pour une bonne raison : car Morandini Jean-Marc est en couverture de ce magazine Doggy qui nous parle des chiens et des célébrités.

En couverture de ce magazine Doggy, Morandini Jean-Marc donc, mais également Alain Delon. Doggy, le magazine des chiens et des people aux égos surdimensionnés.

Jean-Marc Morandini, un égo surdimensionné ? Si peu ... Son blog ne fonctionne qu'autour de son nom, visible absolument partout. Rien que sur la page d'accueil de son blog, on trouve plus de 15 fois le mot "Morandini" et 5 photos de lui.

Son émission sur Direct 8 ? Facile de trouver le nom ! Tout simplement : "Morandini !". Et là encore, sur la page internet de l'émission, 4 fois le mot "Morandini" et 3 photos de l'animateur.

Ecoutez également son émission du midi sur Europe 1. La speakerine Julie passe l'émission à répéter : "Jean-Marc Morandini" qui en retour passe son émission à ridiculiser cette pauvre Julie, contrainte à nous faire croire qu'elle en glousse de satisfaction. Dans son émission sur Europe 1, Jean-Marc Morandini n'a sans doute pas pu pouvoir utiliser son nom comme titre. Mais il se rattrape : bien que présent à l'antenne en direct durant 3 heures de suite, il n'en est pas moins officiellement aux manettes de deux émissions : "Le Grand Direct de la Télé" et "Le Grand Direct de l'Actu". Tout cela est forcément Grand car présenté par le Grand Morandini, et forcément avec des majuscules, il faut être à la hauteur de Monsieur Morandini, ben voyons ...

Plus que son égo surdimensionné, le cas Morandini m'agace car il est devenu en l'espace de deux années le nouveau monsieur médias de France. Tout ce que la France compte de directeurs d'antennes, animateurs ou journalistes ne peut refuser un passage dans une des émissions de Morandini. Il ne faut pas se mettre le grand manitou à dos. Retour en force d'un animateur qui se revendique journaliste, qui peut se permettre tout et n'importe quel jugement à l'importe pièce sans que jamais personne ne réagisse.

Tout le monde semble oublier le Morandini animateur sur TF1 de l'une des émissions les plus racoleuses et les plus vulgaires(Tout est possible) des années 90, marquant les débuts de la télévision poubelle. Son retour transpire l'amertume de celui qui n'a pas digéré son éviction de cette même télévision qu'aujourd'hui il vomit. Son nouveau fond de commerce. Pour mieux y revenir. D'une autre façon, il continue à nous vendre du papier toilette, sauf que l'étiquette "divertissement" a laissé place à l'étiquette "journalisme".

Libellés : ,

YMCA à Galle (Sri Lanka)

Partager

Libellés : ,

03 juin 2008

C'est la faute des socialistes ...

Partager
Article ahurissant du Nouvel Obs concernant la dernière sortie de la Garde des Sceaux, Rachida Dati. Ou plutôt discours ahurissant de Rachida Dati. En cause, l'annulation du mariage d'une jeune femme, cette dernière ayant menti sur sa virginité. Et pour Rachida Dati, la faute en revient aux socialistes, à l'échec de la politique d'intégration qui a conduit à un repli communautaire, ayant entrainé un abandon des jeunes filles aux mains des grands frères. Rachida Dati semble oublier que la droite gouverne le pays depuis 2002 ...

Mais Rachida Dati a raison ! Et nous pouvons élargir le débat, et lui trouver de nouvelles déclarations stupides à sortir en public sans se ridiculiser.

Les milliers de morts à cause d'un cyclone en Birmanie ? La faute des socialistes ! Le mauvais documentaire d'Emir Kusturica sur Maradona ? La faute des socialistes ! La collision d'un car scolaire avec un TER en Haute-Savoie ? La faute des socialistes ! Le mauvais temps pluvieux en ce début du mois de juin ? La faute des socialistes ! La hausse du prix du baril de pétrole ? La faute des socialistes ! Le départ de Jean-Pierre Elkabbach de la présidence d'Europe 1 ? La faute des socialistes ! La blessure de Patrick Viera à la cuisse gauche ? La faute des socialistes !

Et la nullité de Rachida Dati ? La faute des socialistes ?

Libellés : ,