]]>

09 janvier 2009

La guerre annoncée au sein de l'UMP

Partager
Les réformes du gouvernement passent (quelques unes trépassent dans le tas), les décrets se multiplient, les annonces s'amoncellent. Et si l'opposition, de l'extrême gauche au MoDem en passant par le Parti Socialiste, proteste régulièrement contre des mesures symboliques, la fronde commence à bruisser au sein même de la droite.

Des élus locaux furieux contre la réforme de la carte judiciaire ou le redécoupage électoral par exemple, des parlementaires (députés et sénateurs) furieux contre un ordre du jour surchargé : le sarkozysme peut commencer à craindre la rébellion à venir.

Politique des chouchous : les favoris de Nicolas Sarkozy devenus indésirables et donc plein de rancunes, les néo-protégés dont leurs têtes aux égos surdimensionnés ne demandent qu'à être claquées par leurs camarades négligés.

La question ne se pose plus sur
si la révolte va arriver, mais quand elle va débuter. Qui sera le héraut de l'opposition interne à Nicolas Sarkozy ?

Un Dominique de Villepin qui affirme sur LCI que "
faire des images, c'est une chose, mais je crois qu'on a besoin de temps en temps de se recaler à la réalité. Donc je souhaite que le président reprenne contact avec la réalité nationale, avec les questions des Français" ? Un Jean-François Copé qui ne prêche pour le moment que par son discours pseudo-djeuns devant caméra à la façon : "ouèch les socialistes sont trop teubés et c'est trop nase de faire de l'obstruction au parlement" ? Un François Fillon, exilé dans son fief sarthois, qui ne supporte plus le mépris de Nicolas Sarkozy et ne rêve plus que d'un espace médiatique pour exister ? La jeune génération des élus qui doit trouver un angle pour propulser leurs aînés dans la retraite au moment de la chute de Sarkozy ? Les vieux barons de la droite qui détestent par dessus tout les méthodes sarkozystes, sa communication populiste et émotionnelle à outrance ? Certains vont-ils s'allier pour mieux prendre le pouvoir face à la clique sarkozyste ?

2009 risque d'être l'année de la débâcle de Nicolas Sarkozy : après avoir prouvé son échec total pour redresser la France, redonner une dignité aux Français et relancer le pouvoir d'achat, il se fera massacrer par ses propres camarades ...

Libellés : , ,

7 Commentaires:

Anonymous Anonyme dit ...

Et alors ?
Ce texte n'a aucun sens, ni direction, ni objectif.
Sur quoi se base ce post ? Une connaissance peut-être intime des acteurs cités ?

09 janvier, 2009 15:02  
Anonymous Nicolas dit ...

Et ça risque de s'aggraver avec la dernière lubie de l'egoprésident :
"Sarkozy veut faire de son fils Jean l'un des secrétaires généraux adjoints de l'UMP"

A lire sur le site des Echos :
http://www.lesechos.fr/info/france/300321789-sarkozy-veut-faire-de-son-fils-jean-l-un-des-secretaires-generaux-adjoints-de-l-ump.htm

09 janvier, 2009 15:44  
Anonymous Gilles dit ...

Bon billet Luc !

Seulement voilà ! Les parlementaires et élus UMP sont tout aussi fautifs de la situation que notre Sarkoléon ! En effet, pour sauvegarder leur pouvoir local, ils n'ont pas hésité à retourner leur veste et soutenir Sarkozy. Aujourd'hui, ils ne font que récolter ce qu'ils ont semé !

Qui plus est, à partir du moment où Sarko tient les rênes de l'UMP, un coup d'Etat me semble difficile sauf s'il venait à se faire trahir ! Mais part qui ?

Car 2012, c'est dans un peu plus de trois ans aussi...

09 janvier, 2009 20:21  
Anonymous Anonyme dit ...

sarkozy assure sa présidence ce sont ses ministres les mauvais
faudrait des gens du modem (non je déconne que pour la deuxième partie)

signé anonym-e.besson

09 janvier, 2009 22:35  
Anonymous romain blachier dit ...

c'est sûr que le coup du vice-président de lump, ça va faire hurler.Et puis les duels devant caméras entre membres du gouvernement se multiplient.

Luc,oublie pas ma chaine.

10 janvier, 2009 13:09  
Anonymous Anonyme dit ...

Front National : Carl Lang tente l'aventure solo sous le signe des « racines chrétiennes ».

Dix ans après le fracassant départ de Bruno Mégret, un autre cadre historique du FN, Carl Lang, s'est lancé samedi 10 janvier dans l'aventure en solitaire en faisant campagne pour les européennes dans le Nord-Ouest, où il affrontera la fille du chef, Marine Le Pen.

Dans un discours aux accents résolument droitiers, prononcés depuis un hôtel baptisé « Hôtel de la Croix Blanche » sur le Mont-Saint-Michel – « lieu qui symbolise les valeurs de la France éternelle et les racines chrétiennes de l'Europe » - Carl Lang a martelé qu'il représentait « le Front National réel ».

« Au moment où Sarkozy a lepénisé son discours, Marine Le Pen a délepénisé son père. Le Front National a abandonné ses thèmes historiques au nom d'une lubie de normalisation médiatique », a affirmé l'ancien secrétaire général du parti, opposé depuis des années à l'ascension de Marine Le Pen au sein de l'appareil.

Réaffirmant qu'il s'apprêtait à fonder un nouveau parti politique, dont il livrera les détails en février, l'eurodéputé sortant a affirmé inscrire son action dans la défense de la "majorité invisible" contre les "minorités visibles", désignant les jeunes issus de l'immigration.

« La France et l'Europe sont en phase d'être victimes d'une immigration de peuplement, qui va se transformer dans les années qui viennent en une immigration de remplacement », a lancé Carl Lang, reprenant la vieille phraséologie anti-étrangers qui avait fait le succès du FN.

« La France n'est pas terre d'Islam, et je ne crois pas que l'Islam soit soluble dans la terre nationale », a-t-il aussi dit, se présentant comme un opposant farouche à l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne.

« Idéologiquement, Carl Lang est à la droite de Le Pen. C'est un identitaire », affirme à son propos Jean-Yves Camus, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de l'extrême droite.

http://www.marianne2.fr/_afp_newsmlmmd.f8c8c514b04b01c2445ca0546d1dc8ed.351_pnewsmlmmd.f8c8c514b04b01c2445ca0546d1dc8ed.921_nnewsmlmmd.a0fcbe458ff980230aeaf5047bf69fea.491_r2

Dans les années qui viennent, la France va subir un triple choc sur son territoire :

1- la pire crise économique et sociale depuis 1929 ;

2- la montée de tensions entre les classes sociales ;

3- la montée de tensions entre les religions.

Que va-t-il résulter de ce triple choc ?

11 janvier, 2009 08:36  
Anonymous Denis dit ...

A la guerre à l'UMP, je n'y crois pas un seul instant. La sortie de Lefebvre sur la réforme des collectivités était, de mon point de vue, parfaitement coordonné.

N'attendons pas de ce côté pour une hypothétique défaite de l'UMP aux Européennes.

12 janvier, 2009 05:15  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home