]]>

16 janvier 2009

Marin Karmitz au conseil de la création artistique : le "Besson" du cinéma français

Partager
Le producteur et fondateur des cinémas MK2, Marin Karmitz, a accepté d'être le grand animateur du nouveau Conseil pour la création artistique, Le Président de la République avait annoncé lors des voeux au monde la culture à Nîmes la création de ce conseil, présidé par Nicolas Sarkozy et la ministre de la Culture Christine Albanel.

Un pantin, ce Marin Karmitz : il ne sert que de caution "cinéma" pour un machin. Un machin présidé par le Chef de l'Etat himself, comme si son emploi du temps le lui permettait. Un machin qui vient en plus d'un Ministère de la Culture, dont on se demande pourquoi il ne suffit pas pour cette réflexion sur la création artistique.

C'est donc la grande mode : les ministres ne font pas bien leur job ? On les assiste de machins inutiles pour communiquer sur l'importance des sujets dont les ministères n'arrivent pas à s'occuper. Le Haut Commissaire à la Jeunesse, Martin Hirsch, qui occulte le ministère de la Santé et des Sports de Roselyne Bachelot, et celui de l'Education Nationale de Xavier Darcos. Patrick Devedjian, Ministre de la Relance économique, qui supplante les Christine Lagarde ou les Eric Woerth, qui sont censés s'occuper respectivement de l'Economie et du Budget.

Mais le choix de Marin Karmitz est avant tout un choix stratégique. Ou comment faire fermer sa gueule à un mec qui l'ouvrait. Ou la démonstration du "comment acheter un homme de réseau prêt à tout pour un poste". Démonstration en lisant le blog du très respectable et (plus) puissant lobbyiste du cinéma français, j'ai nominé Pascal Rogard.

Le 9 décembre, Pascal Rogard publie une note Je retourn’ mon pantalon, dans laquelle il écrit à propos de Marin Karmitz : "après avoir il y a quelques jours au coté de plusieurs professionnels membres de la commission Copé critiqué le projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel public le camarade producteur distributeur et exploitant salue maintenant un projet de loi qui permet selon lui de sauver France Télévision". Et Pascal Rogard d'ironiser dans une note du 14 janvier intitulée La saison des soldes sur la nouvelle fonction de Marin Karmitz : "on connait maintenant le prix de l’envers de la veste du producteur Marin Karmitz , la présidence du conseil de la création artistique annoncé par Nicolas Sarkozy à l’occasion de ses voeux aux acteurs de la culture".

En politique, tout silence a un prix. L'âme de Marin Karmitz ne vaut pas bien cher : pour qu'il taise ses pensées quant à la réforme de l'audiovisuel public, il n'aura fallu qu'un siège éjectable dans l'une des nombreuses coquilles vides sous les ors de la République ...

Libellés : , , , , ,

4 Commentaires:

Blogger romain blachier dit ...

le titre est fabuleux

16 janvier, 2009 14:10  
Anonymous chr!s dit ...

rien à redire !!

16 janvier, 2009 14:11  
Anonymous Coeur Noir dit ...

Rrrhôôooo mince j'étais passé à côté de ça ! Mais quel avenir pour les salles de cinéma avec des ploucs pareils inféodés aux amis du grand schtroumpf...

16 janvier, 2009 15:51  
Anonymous Anonyme dit ...

Besson...le pantalon!

16 janvier, 2009 17:54  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home