]]>

12 janvier 2009

Un Haut commissariat à la Jeunesse : où va-t-on ?

Partager
Nicolas Sarkozy créerait un Haut commissariat à la Jeunesse. Toujours le même processus du Président de la République, la même communication que celle du candidat (sauf qu'il a été élu entre temps !) : un déplacement, une annonce, occuper l'espace médiatique, créer l'agenda. Les médias doivent le suivre, les commentateurs commentent, l'opposition réagit, Sarkozy garde la main. Le grand perdant : la politique. Le grand n'importe quoi : créer des coquilles vides, faire doublon avec des instances déjà existantes.

On apprend que le but de ce Haut commissariat à la Jeunesse, souhaité par Nicolas Sarkozy, est de "s'intéresser aux problèmes de la jeunesse déscolarisée comme à ceux des diplômés qui entrent sur le marché du travail". Euh ... Et la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, elle sert à quoi ? Si Roselyne Bachelot n'arrive pas à accomplir sa fonction, ne faut-il pas plutôt la remplacer ? D'autant qu'il existe un pôle "jeunesse" au sein du cabinet de Madame Bachelot. Mme Isabelle Altamayer-Barnier, conseillère technique, ne fera-t-elle pas doublon avec le cabinet du Haut commissariat à la Jeunesse ?

Quid de Bernard Laporte, secrétaire d'Etat en charge des Sports certes, mais également de la Jeunesse (tout le monde semble l'avoir oublié). Un vrai camouflet pour celui-ci. Annoncé au gouvernement comme un coup médiatique, il est la preuve même du ridicule de cette communication du grand n'importe quoi.

Car qui dit Haut commissariat, dit une équipe : un Haut Commissaire à la Jeunesse bien entendu, mais également des conseillers, un chef de cabinet, une équipe de communication, des petites mains. Est-ce la priorité ? N'y a-t-il pas là un gâchis des fonds publics ? Quel est le prix d'une annonce de communication purement émotionnelle ?

Finalement, Sarkozy ne change rien. Un problème, une commission ou un haut commissariat ou autre nom qui sonne bien et qui fait croire que l'on se préoccupe des Français. Alors, pour les SDF, une commission sur le Grand Froid ? Un Haut Commissariat pour les Prisons ? Et quelle instance pour les patients morts d'infections nosocomiales ? Pourquoi pas un secrétaire d'Etat à la lutte contre l'obésité ?

Libellés : , , ,

10 Commentaires:

Anonymous vincent Jarousseau dit ...

Oui et tout cela au moment même où l'INJEP va disparaître...

12 janvier, 2009 11:45  
Anonymous Nicolas dit ...

Parfaitement d'accord avec cet article.
Le plus effarant, c'est que c'est le même type qui nous dit qu'il y a trop de fonctionnaires...

Y a pas un gars à caser, mmh? Ou alors un nouveau débauchage à gauche?
J'ai bien 2 noms en tête mais j'espère me tromper (indice : un vieux, un jeune...)

12 janvier, 2009 11:53  
Anonymous Nicolas dit ...

Ah j'ai à moitié perdu.
C'est Martin Hirsch qui s'y colle, selon Le Monde.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/01/12/martin-hirsch-accepte-le-poste-de-haut-commissaire-a-la-jeunesse_1140583_823448.html#ens_id=1088072

12 janvier, 2009 12:26  
Anonymous Eric dit ...

Martin Hirsch, Kouchner, Amara et autres zigotos: ils sont dans une drôle de galère!

12 janvier, 2009 12:29  
Anonymous Fred B dit ...

Tu as raison de souligner cette annonce,

Mais au delà des questions d'ajustements techniques, il faut d'abord se poser la question de savoir "pourquoi une politique de jeunesse". Dans le monde de la jeunesse et de l'éducation populaire, rien n'à bougé depuis Marie George BUFFET. Il n'y a plus de politique publique s'interessant à la jeunesse, de vision et d'objectif touchant les jeunes. La jeunesse est un petit secretariat bringebalé d'un ministère à l'autre, tantôt les sports, tantôt l'éducation nationale, aujourd'hui la santé.
OR un tel sujet ne peut etre que transversal, a traiter directement rattaché au premier ministre, sous le sceau de l'interministérialité.

La mission de Hirsch sera de poser les fondamentaux d'une grande politique de jeunesse, fondamentaux idéologique (engagement, bénévolat, bien être, insertion sociale, lutte contre la précarité) car nous avons là un public cible qu'il faut traiter à part. Il aura à bosser sur les fondamentaux, et à proposer des bases de refondation structurelle de l'administration en charge de cette problématique.
Ainsi, comme le souligne Vincent plus haut, la question du maintien ou de la réforme de l'INJEP se posera naturellement. Autant de question qui doivent se poser hors de toute polémique politicienne.

C'est une question d'efficacité pour une meilleure prise en charge de ces thèmes, avec une vraie priorité gouvernementale.

Pour ce qui est de l'articulation avec le cabinet de Bachelot, pour le moment, c'est le flou, mais en gros, à mon avis, si transferts des équipes il n'y a pas, HIRSCH s'attelera à l'approche globale, et en lien avec le cab de Bachelot, ils piloteront ensemble la mutation des services jeunesse et éduc pop (qui a déjà commençé).

En somme pour moi, il ne s'agit pas que d'affichage politique, mais d'ajustement technique pour assurer une refonte structurelle des choses. la Jeunesse n'avait rien à faire dans un secretariat d'état, il fallait qu'elle soit rattachée au Premier Ministre, c'est un sujet aussi transerval que l'est le Développement Durable

12 janvier, 2009 16:59  
Anonymous Zone Franche dit ...

Il n'est pas forcément idiot de nommer des gens avec des missions plutôt que des titres plus vagues dont on ne comprend pas bien les objectifs...Mais il faudrait alors supprimer le ministres en fonction de ces nouvelles nominations.
Cela serait : le management de l'Etat par objectifs...de qupoi rêver non ?

12 janvier, 2009 19:57  
Anonymous Laurent dit ...

plus le commissaire est haut, plus le gendarme de St Tropez est proche :)

12 janvier, 2009 22:08  
Blogger Luc Mandret dit ...

Gilles >> je ne sais pas si un Etat doit être gouverné comme une entreprise. Et l'on est en droit de se demander à quoi a servi Laporte, et à quoi sert Darcos ...

Laurent >> arrête le mojito ;)

12 janvier, 2009 22:51  
Anonymous Zone Franche dit ...

Darcos était ce midi aux "directs HEC" pour dialoguer en "live off "avec les anciens. Je l'ai trouvé trés honnête et trés convaincant.
Il nous a précisé que lui s'occupait des problèmes scolaires; et que le commissariat à la jeunesse allait plutôt se centrer sur le monde du travail et l'insertion dans le monde du travail. Il n'avait pas l'air de se poser trop de questions comme toi sur son job...
on verra bien.

13 janvier, 2009 16:45  
Anonymous Anonyme dit ...

mais comme le disait Stéphane Guillon ce matin sur France Inter cette nomination est due au gardiennage d'enfant que doit faire Bernard Laporte puisque la maman est très prise ... uhm, bon, je retourne me coucher.
Diane

14 janvier, 2009 10:29  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home