]]>

01 mars 2009

élections européennes 2009 : au PS, on se déchire, encore et encore ...

Partager
Au moment où nous aurions pu penser que Martine Aubry réussirait (enfin) à mettre en ordre de bataille son parti, suite à la présentation des candidats pour les élections européennes de Juin 2009, le Parti Socialiste nous prouve encore une fois que les batailles internes ont encore de beaux jours devant elles.

La Première Secrétaire du PS se réjouissait au moment de la conférence de presse, se félicitant d'avoir réussi à établir des listes satisfaisant tout le monde. Raté, les protestations n'auront tardé à se faire entendre, par voix de presse bien évidemment.

Tout d'abord Vincent Peillon,
tête de la liste socialiste dans le Sud-Est pour les élections européennes du 7 juin. Il déclare : "ce n'est pas un choix que j'ai fait. C'est un choix qui résulte des résultats du congrès" pour ajouter "c'est un choix fait par Martine Aubry, elle l'assume". Ambiance.

La liste de la région Sud-Est risque d'être un bon casse-tête pour le PS. Outre le mécontentement de Vincent Peillon (un proche de Ségolène Royal), d'autres protestations fusent. Bernard Soulage, proche de Bertrand Delanoë et eurodéputé sortant a refusé de figurer en 9ème position, et dénonce "le manque de concertation locale et la logique parisienne". Idem pour Thierry Philip, proche de Gérard Collomb, qui refuse la 3ème place de la liste socialiste.

Autre exemple, Safia Otokoré, une proche de Pierre Moscovici et vice-présidente PS de la région Bourgogne se retire de la liste européenne de la Région Est, dans laquelle on lui proposait la 9ème position. Dans cette région, Pierre Pribetich refuse égalemen sa 6ème place. Safia Otokoré critique le choix de la 3ème place attribuée à Aurélie Filippetti (une proche de Ségolène Royal) déjà députée de Moselle qui devra abandonner l’un de ses mandats si elle est élue députée européenne. Pierre Pribetich tape lui sur Arnaud Monetbourg affirmant "que la 4e place a été affectée à un autre illustre inconnu travaillant sur Lyon, pour plaire à Arnaud Montebourg".

Au Parti Socialiste, le masochisme semble vouloir devenir le programme principal. Tout le monde tape sur tout le monde. Et le parti renvoie l'image, une fois de plus, d'un parti déchiré, prêt à l'implosion. Les critiques fusent, les phrases assassines se multiplient, les clans se font et surtout se défont. Le vote par les militants pour approuver ou non ces listes risquent de médiatiser les guerres internes. En attendant, la France s'enlise dans la crise. Et le principal parti d'opposition prouve son mépris pour les vraies préoccupations des Français.


A lire ou relire à propos des élections européennes de Juin 2009 :
- élections européennes 2009 : 1 député européen sur 10 est blogueur !
- élections européennes 2009 : le MoDem dévoile ses têtes de liste
- élections européennes 2009 : TH!NK ABOUT IT ! (or not)
- élections européennes 2009 : le MoDem et les candidats à la candidature
- élections européennes 2009 : une vraie diplomatie en Europe ?
- élections européennes 2009 : être candidat du MoDem, et la modernité bordel ?
- élections européennes 2009 : comment gagner le scrutin ?
- élections européennes 2009 : une Europe très nationaliste
- élections européennes 2009 : le MoDem se prépare
- élections européennes 2009 : les députés européens du MoDem
- élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , , ,

9 Commentaires:

Blogger Titem dit ...

C'est sans doute symptomatique du Parti Socialiste, mais on pourrait en dire autant des autres partis, UMP en tête, qui nomment des personnes dans le seul but de leur attribuer un siège, et non en raison de l'intérêt pour la chose européenne (injure que l'on ne peut pas faire à Michel Barnier).

Et l'on s'étonnera ensuite que les citoyens se désintéressent des élections européennes !

01 mars, 2009 15:01  
Anonymous Nicolas dit ...

Dis donc, tu nous a pas raconté à peu près la même chose pour les listes Modem aux Européennes...? Il me semble que Quitterie Delmas a quitté le Modem parce qu'elle n'a pas obtenu la place qu'elle souhaitait (si j'ai bien tout compris).
J'attends le prochain article sur les divisions (bien plus violentes) au FN. Y a de quoi dire!

Quant à ton dernier paragraphe : ça ressemble beaucoup plus à un souhait qu'à une réalité.
"le parti renvoie l'image, une fois de plus, d'un parti déchiré, prêt à l'implosion. Les critiques fusent, les phrases assassines se multiplient" : ça me fait doucement rigoler...
Sans doute y a-t-il quelques aigreurs ici ou là mais franchement le PS a bien avancé ces dernières semaines, n'en déplaise au Modem qui voit ses perspectives aux européennes se réduire sans doute...

A part ça, c'est quoi le programme du Modem pour les européennes?

01 mars, 2009 15:41  
Blogger Sophie dit ...

La composition de ces listes européennes est plus qu'incompréhensible...Le parisianisme a encore triomphé, les parachutages sont malheureusement toujours d'actualité...Comment comprendre l'"arrivée" de Peillon dans le Sud-Est si ce n'est par opportunisme ?!? Et d'Henri Weber dans le centre ?

Prenons aussi l'exemple de Safia Otokoré (vice-présidente de la région Bourgogne) et de Pierre Pribetich (eurodéputé sortant), respectivement en 9ème et 6ème position...Electrice dans le Grand-Est, je me vois mal voter pour cette liste PS avec 2 des quatre premières personnes n'ayant aucun ancrage local, et n'ayant aucune idée des préoccupations des habitants du Grand-Est à défendre au parlement européen...D'autant plus quand d'autres personnes auraient été bien mieux armés pour le faire !

Nous ne les connaissons pas, n'en avons jamais entendu parler et ne savons pas quelles sont leurs motivations !

Alors bien sûr il y aura la campagne pour qu'ils se fassent connaître mais la question restera néanmoins problématique :

Pourquoi sacrifier, par exemple, le député sortant Pierre Pribetich (pourtant très présent sur la scène européenne ET locale : www.lexpress.fr/actualite/politique/le-classement-des-100-eurodeputes-francais_531130.html) ?

Pourquoi reléguer Safia Otokoré au bénéfice d'Aurélie Filipetti coincée entre deux échéances électorales, européenne et législative ?

Et là je ne parle bien sûr que de la liste du Grand-Est qui me touche directement...Les manoeuvres et leurs conséquences doivent être tout aussi problématique dans d'autres régions...

Martine Aubry et ses proches se croient-ils au dessus de tout - et notamment des potentiels électeurs du PS- pour faire passer ses intérêts avant ceux des habitants de chaque grande région ? En ces temps de crise, on se demande bien quelle est la logique qui sous-tend ces prises de position et ces décisions pour mettre en place aussi rapidement des femmes et hommes politiques tant éloignés de nous ? Est-ce cela que nous souhaitons pour l'Europe ? Rien n'est moins sûr...

01 mars, 2009 15:47  
Anonymous KPM dit ...

Effectivement c'est symptomatique. Dieu sait si l'on a eu des déçus au MoDem, mais ça n'a pas déclenché un tel raffut.

01 mars, 2009 15:58  
Anonymous Titem dit ...

@Nicolas
Pour répondre à ton dernier paragraphe, je te conseille d'aller consulter cette adresse : http://www.leseuropeens.fr/

C'est en effet un peu facile de dire "il est où le programme" quand on ne prend pas le temps de chercher, sinon je pourrais poser la même question pour le PS, l'UMP, le NC etc.

Je le répète, les critiques sur les querelles de nomination valent pour tous les partis. J'ajoute que c'est même une faiblesse structurelle de ces élections européennes : en favorisant ce mode de scrutin de liste à la représentation proportionnelle, on donne l'impression que ce sont les partis qui choisissent les candidats, et non les électeurs.

01 mars, 2009 19:04  
OpenID Tefy dit ...

Et c'est que le début d'accord, d'accord...

01 mars, 2009 19:06  
Anonymous Nicolas dit ...

@ Titem :
Ok je me doute bien que le Modem a un programme, surtout sur les Européennes dont c'est un point fort.
Je voulais dire que malheureusement, je n'en entends pas du tout parler dans les médias (c'est d'ailleurs la même chose pour les autres partis, le PS a adopté un texte à la quasi unanimité - une performance!- et on n'en parle presque pas sauf dans Libé ce matin).
Mais merci pour le lien, j'irai voir.

02 mars, 2009 08:56  
Anonymous Anonyme dit ...

Mouais pas mal le blog. Faire gaffe aux fautes d'othographe, ça fout mal. Bonne continuation. C'était qui la personnalité politique de renommée "internationales" que vous avez suivi, je serais bien curieux de savoir.
infos-actu.space-blogs.com
LE BLOG de l'actu

02 mars, 2009 22:51  
Blogger souklaye.sylvain dit ...

Best of anticipation : le parti socialiste sera de droite ou ne sera pas
En cette veille d’élection démocratique, peu populaire et accessoirement européenne, faisons un point sur la véracité de la bipolarité politique et de ces chirurgies idéologiques qui décrédibilisent.
Pour notre étude cas, prenons par un exemple une entité de management de troupeau dépolitisé et de promotion sociale par trahison familiale.
Cette entreprise philanthrope est prisonnière de racines humanistes surfaites comme Mendès France et n’assumant pas ses penchants consuméristes pour l’économie de marché comme Mitterrand.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/21/best-of-anticipation-le-parti-socialiste-sera-droite-ou-ne-sera-pas/

22 mars, 2009 10:40  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home