]]>

04 avril 2009

Je suis amoureux de Brigitte Bardot

Partager
"C'est ma dernière première", la phrase que Brigitte Bardot prononce lorsqu'elle décide d'abandonner sa carrière d'actrice. Elle aura tenu parole. Fuir les caméras au sommet de sa célébrité. Se retirer de la scène à son apogée. Chapeau bas. Une grande dame.

Une grande dame, avec Marilyn Monroe, Brigitte Bardot aura été le premier sex-symbol mondial. Admiré par toute une génération, fantasmée par des multitudes d'hommes. Elle est le symbole de la libération de la femme, rebelle avant les féministes, impudique en femme fatale sans complexe dans une période d'après-guerre patriarcale et conservatrice. Détestée et censurée par les tenants de l'ordre moral, le début de sa carrière montre une femme qui se moque des standards et de la normalité.

Une femme anti-conformiste, consciemment ou pas, à travers les époques. Aujourd'hui encore, Brigitte Bardot reste celle qui défie l'ordre moral. Cette bienpensance de gauche aujourd'hui en fait forcément une ennemie de la société : préférant les animaux aux être humains, annonçant clairement ne pas voter aux élections présidentielles, se retirant bien loin de la civilisation parisianiste des beaux salons où l'on définit la juste pensée.

Brigitte Bardot se moque au final des apparrences, des "qu'en dira-t-on", une légende vivante qui assume son âge et la vieillesse. Elle si glamour, si sexuelle dans les années 60 devrait inspirer les actrices de notre époque : aucune chirurgie esthétique, pas de botox ou de lifting, elle est aujourd'hui la beauté incarnée de la femme mûre. Une beauté réelle et sans tabou.

Je ne parlerai pas ici de sa carrière, de ses chansons que j'aime tant écouter, de ses films cultes. J'admire la personne, la personnalité si rare et si intéressante. J'admire ses choix, ses coups de gueule et sa liberté de pensée. Une femme libre, hermétique au conformisme évolutif de la société. Etre contre l'ordre moral de droite dans sa jeunesse, être contre l'ordre moral de gauche dans sa vieillesse. Et tout cela en se respectant elle-même et sans calcul. Comment ne pas respecter cette sincérité ?

Libellés :

8 Commentaires:

Anonymous Bix dit ...

Le 1er avril c'était mercredi.

04 avril, 2009 17:20  
Blogger Luc Mandret dit ...

Bix >> oui bizarre que tu commentes du coup ;)

04 avril, 2009 17:52  
Blogger HERMES dit ...

Oui, la sincérité est aujourd'hui la vertu la moins répandue.
Oui, le conformisme -ordre moral de gauche comme de droite - est une prison bien surveillée...
Oui, BB quelques soient le nombre de conneries qu'elle a pu dire, reste une grande dame, pure dans sa liberté absolue.
Seul problème: je pensais jusqu'alors être seul à en être amoureux!

04 avril, 2009 18:13  
Blogger psinegre dit ...

elle est juste raciste, et marié avec un cadre du Front National.... moi je n aime pas Brigitte Bardot

04 avril, 2009 19:01  
Anonymous Anonyme dit ...

Moi je suis amoureux de Ségolène Royal, après les photos de Paris Match, avec sa djellaba bleu, la couleurs de ses yeux, aujourd'hui des photos dans Voici entrain d'embrasser son homme, le créateur du jeu de société très coquin sexy folies, je craque lol

04 avril, 2009 19:51  
Anonymous cyril bozonnet dit ...

Eh bien, mon vieux Luc, il ne te reste plus qu'a voter comme Brigitte bardot, ça m'arrangera bien, sur la Goutte d'Or...

Cyril bozonnet, DRH du Mal Absolu (Front National) sur ton bon arrondissement du 18e.

04 avril, 2009 21:41  
Anonymous Anonyme dit ...

[twitter] Je me disais justement, il y a quelques jours que nous étions nombreux à être amoureux de BB [/twitter]

05 avril, 2009 12:01  
Anonymous Anonyme dit ...

Euh ... Humour ?

06 mai, 2009 18:26  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home