]]>

10 avril 2009

Rejet d'Hadopi : une bien triste nouvelle ...

Partager
La loi « Création et Internet » a.k.a. loi Hadopi a dont été rejeté par les (quelques) députés présents dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale. Les opposants à cette mesure se réjouissent, se félicitent, s'auto-congratulent : qu'ils retombent sur terre, certes ils ont exercé un poids pour informer, un minimum, les citoyens de la réalité et des incohérences de cette loi.

Mais le succès de cet échec n'en revient qu'aux députés eux-même, à l'absentéisme des parlementaires, au "coup politique" des députés de l'opposition, à la complicité du président (socialiste) de séance, à la non-prise de parole du député (socialiste) Patrick Bloche. Un coup politique, pas forcément très reluisant, mais de bonne guerre. En politique, tous les coups sont permis, ne faisons pas semblant de le découvrir.

On glosera également sur l'absentéisme des députés. Comme le dit si justement Maître Eolas, "je n'ai pas à ma disposition les agendas de tous les députés, mais ils ne jouaient pas à WoW. D'abord, certains députés ayant d'autres mandats électifs, ils ne peuvent pas être à la fois au four et au moulin. Si M. Montebourg était présent à l'assemblée, vous seriez tout aussi fondé à demander : mais où diable est le président du Conseil général de l'Ain Saône et Loire ? Oui, le cumul des mandats est critiquable, mais c'est légal. Et les élus étant attachés à leur siège, ce n'est pas près de changer". Que la droite et les persifleurs du coup du Parti Socialiste, et au premier rang desquels le Président de la République, prennent enfin en considération le cumul des mandats et fassent enfin une vraie réforme du statut des élus. Nicolas Sarkozy pourra toujours trouver des boucs émissaires (Jean-François Copé ? Christine Albanel ?), il se trompera en partie de cibles.

Quant au fond, je rejoins l'ami Juan de SarkoFrance : "Je regrette, n’en déplaise à mes ami(e)s blogueurs(ses), le rejet de cette loi. Mais c’est plus fort que moi. La gauche a gagné une manche, même si la loi est adoptée fin avril: la droite est incapable de défendre les artistes (ceux qui défendaient la loi)". Je me suis déjà exprimé sur le sujet : pas fervent défenseur d'Hadopi, j'en comprends pourtant totalement les intentions et la volonté des artistes de défendre leurs droits et leurs rémunérations.

Nicolas Sarkozy ne voudra probablement pas abandonner ce combat, son égo sur-dimensionné ne supportera pas qu'on lui résiste, cette loi repassera devant les parlementaires, et les groupes de pression de citoyens nés sur internet pourront prendre en considération la véritable portée de leur bataille, et de l'importance de leur lobbying ... Une sur-médiatisation pour rien, du temps perdu, une image inconsciente de la gauche réduite à des batailles de couloirs, une image catastrophique de la droite qui passe en force malgré un premier rejet et une forte mobilisation. Au final : une France encore plus divisée, et les véritables problèmes qui intéressent la très grande majorité des Français occultés par, fondamentalement, des sujets jugés futiles au regard de l'état de notre pays.

Libellés : , , , , ,

10 Commentaires:

Blogger souklaye.sylvain dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

10 avril, 2009 12:34  
Anonymous sabotage dit ...

T'as pas du lire la loi "Création et Internet", qui ne dispose absolument rien en termes de "rémunération des artistes".

10 avril, 2009 13:02  
Blogger Vincent dit ...

Loi liberticide (seul un logiciel "mouchard" agréé par le gouvernement et connecté en permanence à un serveur central peut te disculper aux yeux de la loi en cas d'erreur).

Loi basée sur un postulat grotesque : un téléchargement illégal = une vente manquée. L'équation est tellement plus complexe. Ex: "les 'chtis" = plus gros succès en salle / plus gros succès au téléchargement. Ex: les achats culturels se diversifient (jeux vidéo par exemple) alors que les budgets ne sont pas extensibles => on achète plus autant de CD.

Loi qui insulte l'Europe. Le parlement Européen a déjà voté 3 fois contre le principe de coupure à Internet, à une écrasante majorité.

Loi qui est inapplicable techniquement, sauf au prix d'un flicage et d'un filtrage de tous les contenus et flux de données, à un coût considérable, pour un résultat quasiment nul, car il sera toujours facile de télécharger en toute impunité. Les "pirates" auront toujours plusieurs longueurs d'avance sur HADOPI.

Heureusement qu'il y a des artistes qui ne sont pas dupes. http://ecrans.fr/Lettre-ouverte-aux-spectateurs,6877.html

Ou regarde ce qu'en dit un musicien célèbre: http://is.gd/rmr3

Bref, ça devient saoulant :

A bas les pianos mécaniques
A bas la vente de partitions musicales
A bas les tournes disques
A bas la radio
A bas la TV
A bas les magnétoscopes
A bas les disques durs
A bas Internet

Les "ayants droits" ont toujours paniqué, alors qu'ils en ont toujours grassement profité.

10 avril, 2009 13:34  
Blogger dadavidov dit ...

Qu'est ce que c'est chiant, ces commentaires propagandistes copier/coller !

10 avril, 2009 14:24  
Anonymous Coeur Noir dit ...

Pfff... combien de temps faudra-t-il encore pour que les politiques et les majors acceptent enfin la seule réalité : le "marché" des échanges culturels vit une profonde mutation à la vitesse exponentielle du développement d'internet...

Le paquet Hadopi ne protège que les intérêts des "gros" acteurs du secteur culturel, ceux qui ont déjà le statut d'industries. Et c'est en cela qu'elle est criticable : son inéquité !

La contrefaçon (puisqu'il s'agit de cela et non de "piratage") est un délit déjà condamnable, Hadopi ne sert à rien sinon à faire de jolis cadeaux aux majors et aux FAI, qui savent très bien tirer profit du trafic immense généré sur le net par la musique et le cinéma !

Enfin Hadopi ne raménera pas les 16-25 ans dans les salles de cinéma, de théâtre ou de concert. Cette génération a grandi avec internet les téléphones portables et la Star-Ac' : sa priorité c'est le tout chez soi d'abord, tout en essayant de trouver du boulot ! Un peu moins de chômage, un peu plus de salariés non-précaires et - oh miracle - ne les verrait-on pas revenir ?

Voir mon blog pour des exemples argumentés...

10 avril, 2009 14:45  
Anonymous Djeby dit ...

Je vois que je ne suis donc pas le seul à trouver cette liesse un peu artificielle. Merci!

10 avril, 2009 15:30  
Blogger OochyKoochy dit ...

insupportable faux débat. marre que la SACEM, société privée, exerce son odieux racket pour engraisser céline dion, migraine, johnny et les daft punk...

quid des vrais artistes, ceux qui ne remplissent pas les stades ni les hit parades, qui ne trouvent pas leur justification d'existence médiatique grâce à l'argent colossal déboursé en marketing pour eux.

la différence entre la marionnette et le marionnettiste en somme.

10 avril, 2009 15:59  
Blogger OochyKoochy dit ...

en plus, pour avoir travaillé longtemps dans le secteur et pour avoir écrit un mémoire de master sur le sujet, je le connais très bien : il y a eu un renversement des priorités de dépenses des "jeunes", catégories privilégiées par les maisons de disques, majors en particulier... vers 2004, le budget "téléphonie" explose, celui "CD" régresse.

une dernière remarque. denis olivennes est un super hypocrite. lui qui se fait le chantre du téléchargement légal était plus bravache en 2004 quand il ironisait dans les colonnes de LSA "l"assassin n'habite pas au mp3"... et estimait l'impact négatif sur les ventes à 2 %. Source : L'Irréversible Mutation du Disque, in LSA, # 1865, 2004

et mon mémoire est consultable. abstract ou page dispo sur demande.

10 avril, 2009 16:13  
Blogger Hervé Torchet dit ...

Luc, ton titre est une évidente provoc, tu reproches aux politiques leurs facilités, tu en fais une, mais bof, c'est ton droit.

Sur Hadopi, s'il fallait massacrer un million de personnes pour sauvegarder un euro de droit d'auteur, le ferais-tu ? Bien sûr que non. Le déséquilibre est évident entre le mal et le remède : le remède est pire que le mal. Hadopi ne rapportera pas un centime aux artistes. Les majors, on s'assied dessus.

NON AU FILTRAGE !

11 avril, 2009 00:42  
Anonymous Anonyme dit ...

bien triste ? c'est un jour de victoire oui! Je travaille dans la production musicale depuis 20 ans, cette loi est une ânerie sans nom, inutile, inadaptée et ne vise en définitive qu'a nous priver, à terme, de notre liberté d'expression.

Moi je sable le champagne!

12 avril, 2009 21:09  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home