]]>

26 mai 2009

La comm’ du Vieux : le vieillissement du FN, une histoire de communication ?

Partager
(note écrite par Cédric Rousseaux)

Non, ce n’est pas un rockeur du hit parade ni le dernier DJ in fashion. C’est Heinz-Christian (HC pour les intimes), notre Jean-Marie local en Autriche – bien différent non seulement par l’apparence, mais aussi par sa communication politique et par son électorat. Tous les jours, ses yeux bleus et son sourire de beau gosse charment des Autrichiens de plus en plus jeunes, citadins, riches. Aux dernières législatives autrichiennes, Heinz-Christian Strache était le premier choix des moins de 30 ans : 48% ont choisi l’extrême droite (les deux formations FPÖ et BZÖ confondues). Résultats similaires en Suisse pour l’UDC/SVP, ou encore en Flandre pour le Vlaams Belang.

En France au contraire, l’électorat du Front National ne compte que 11% de 18-24 ans. Les sondages de sortie des urnes ont dressé un portrait de l’électeur FN type : plus de 35 ans, provincial, pauvre et désintéressé de la politique. Totalement le contraire de ce qu’on observe ailleurs en Europe, où l’extrême droite séduit d’abord les jeunes citadins des régions les plus riches (elle perce à l’est de l’Autriche plutôt qu’au Tirol, au nord de l’Italie plutôt qu’au sud de la botte, à Oslo plutôt qu’en Laponie…).

(By the way, Marine Le Pen, si tu nous lis, arrête-toi là, la suite risquerait de te donner de bonnes idées pour déringardiser ton parti. Alors surtout arrête-toi.)

Aujourd’hui, l’extrême droite européenne s’est modernisée. Elle use de moyens émotionnels : les concerts, les soirées en boîte, les boissons gratuites, les tournois de beach-volley, et j’en passe. Elle nous fait vibrer – façon ‘lovemarks’ de Kevin Roberts. Et les candidats ne se contentent pas d’autographier les seins des blondes : leurs slogans sont frappants. Ils sonnent bien, ils riment, ils restent. Tous les matins, j’ai en tête les slogans de ce cher Heinz-Christian, qui me chantonne toute la journée, comme une mélodie qui passe bien : "Volksvertreter statt EU-Verräter" (représentant du peuple plutôt que traitre européen), "Asylbetrug heißt Heimatflug" (l’arnaque de l’asile pour fuir son pays). On pourrait presque en faire un tube.

La communication du programme politique est également totalement différente. Fini le politiquement poli. "Dehors les mosquées et minarets", "Vienne ne doit pas se transformer en Istanbul", … Ils assument, et ça marche. Leur discours entre dans les mœurs, se banalise, à tel point qu’ils finissent par former des coalitions avec la droite classique, voire avec les sociaux-démocrates. Rien à voir avec le Front National qui tente de donner une image édulcorée en se défendant de toute pensée raciste.

Fini aussi le refrain du protectionnisme social étouffant. "Social plutôt que socialiste" : en Europe centrale, les partis d’extrême droite mêlent savamment néolibéralisme antifiscal avec préférence nationale. Pas de contradictions semblables à celles du FN qui promet de "baisser les impôts" tout en prenant soin des "petites gens".

Deux seules constantes dans toute l’Europe : les partis d’extrême droite ne survivent pas au pouvoir, ce ne sont que des partis d’opposition ; et plus les gens sont éduqués, moins ils les plébiscitent.

Libellés : , , ,

5 Commentaires:

Blogger romain blachier dit ...

ca fait faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu de billet sur ce phénoméne.Merci.A voir aussi que le FPO et le BZO ont des attitudes de coalition différentes puisque le BZO reste un aprti hors coalition tandis que le FPO est plus un parti d'extreme-droite de gouvernement.

26 mai, 2009 11:35  
Blogger BA dit ...

Taux d’abstention aux élections européennes : entre 61 % et 65 % selon un sondage Ipsos.

A deux semaines du scrutin, l'institut Ipsos évoque une abstention supérieure à 60 %.

Au niveau des intentions de vote, le PS n'est plus crédité que de 20 %, son score le plus bas depuis le début de la campagne.

Plus la date du scrutin approche, et moins les électeurs semblent avoir envie de se déplacer jusqu'aux urnes.

C'est en tout cas ce que révèle un sondage Ipsos pour SFR/LePoint/20minutes rendu public mardi, qui prévoit un taux de participation situé entre 35 % et 39 % pour le 7 juin, soit deux points de moins en seulement une semaine.

http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes-2009/2009/05/26/01024-20090526ARTFIG00538-vers-une-abstention-record-aux-europeennes-.php

27 mai, 2009 00:05  
Anonymous Anonyme dit ...

Dans le genre sociologie de comptoir, on a rarement fait mieux. La connerie est la chose la mieux partagée en politique, de toute évidence.....

31 mai, 2009 18:14  
Anonymous Anonyme dit ...

"et plus les gens sont éduqués, moins ils les plébiscitent"

Disons que plus ils sont formatés par le système, plus ils soutiennent ce dernier. Jusqu'ici, rien de neuf à l'horizon...
Quant à vôtre manière de tutoyer Mme Le Pen, je trouve cela lamentable.

31 mai, 2009 18:45  
Anonymous DESTROY dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

07 juin, 2009 02:11  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home