]]>

30 juin 2009

Alastair Campbell : "Ségolène Royal est une candidate et un personnage très attirant mais son parti n'a pas résolu les grandes questions stratégiques"

Partager
Luc Mandret : Internet a bouleversé la façon de "discuter" avec les électeurs et les citoyens, la stratégie de Barack Obama le prouve aisément. Quels sont pour vous les principaux avantages et les principales difficultés de la communication online des hommes politiques ?

Alastair Campbell : Barack Obama et son équipe ont eu un succès énorme de ce point de vue. Mais à mon avis, ils se sont servi d'Internet et de tout ce qui est nouveau pour créer une campagne électorale assez 'old-fashioned'. C'est-à-dire avec une structure d'équipe très claire, des messages très clairs, souvent répétés, avec beaucoup d'organisation sur le terrain. J'ai un collègue qui travaillait comme bénévole pour Obama et qui m'a dit qu'en un seul samedi dans l'état de Caroline du nord, ils ont frappé à plus de 500,000 portes - avec une armée d'assistants organisée grâce à Internet, inspiré par son message. Obama a montré, et continue de montrer que même avec ces médias de plus en plus difficiles et chaotiques, les leaders peuvent occuper l'espace stratégique de leur choix. Internet en fait partie, mais c'est moins important que ce qu'il fait, ce qu'il dit, la manière dont il le fait, le dit, qui il est.


Luc Mandret : Avec votre regard de professionnel, comment analysez-vous les communications des hommes politiques français ? Quels conseils pourriez-vous leur donner ? Notamment à des personnalités comme Ségolène Royal, François Bayrou ou Nicolas Sarkozy ?

Alastair Campbell : Alors là je n'ai pas trop envie de répondre. Eux, ils le font. Moi, je n'ai pas envie de commenter. Je ne suis pas Français. Je ne suis pas dans la politique française. Pendant les élections présidentielles, j’ai dit que j'avais l'impression que Sarkozy savait 'faire l'agenda'. Vous, vous appelez cela l'hyper-activité. Moi, je dirais qu'il essaie d'occuper un terrain plus on moins stratégique. Je dirais de Ségolène Royal qu'elle est une candidate et un personnage très attirant mais que son parti n'a pas résolu les grandes questions stratégiques. C’est toujours plus important que les questions de communication.


Luc Mandret : On parle de l'intérêt que porte Tony Blair pour devenir "Président de l'Europe". Est-ce le mandat de trop ? Seriez-vous prêt à vous remettre à ses côtés dans cette bataille ?

Alastair Campbell : Je ne sais si cela va arriver. Je sais que je n'ai aucun intérêt à retourner à un poste de premier plan en politique. J'ai été très fier de ce que j'ai pu faire pour lui et pour le Labour, d'abord dans l'opposition, ensuite au gouvernement, mais j'ai fait dix ans et c'est assez.


Luc Mandret : L'avenir d'Alastair Campbell, quel est-il ? Quels rêves vous reste-t-il à accomplir ?

Alastair Campbell : Un de mes rêves vient d'être réalisé : la qualification en Première Ligue de foot de mon équipe, Burnley, après 33 ans. J'adore le sport. Je fais pas mal d'événements : j'ai un triathlon la semaine prochaine pour mon association caritative, leukaemia research. J'aimerais bien les aider à trouver les fonds nécessaires pour continuer la lutte et guérir cette maladie affreuse qui a emporté mon meilleur ami et sa fille. J'ai aussi envie d'aider la campagne contre la discrimination à l’égard de ceux qui ont des problèmes de santé mentale. C'est pour ça que j'ai toujours été transparent sur mes propres problèmes, pour essayer de monter que même si on a des problèmes de santé mentale on peut faire des choses. J'ai été touché par l’accueil du roman. J’ai été très content de le voir traduit en français. J'ai envie d'écrire d'autres romans. Je viens de finir le second qui sera publié chez nous en février. J'aimerais que mes romans soient adaptés en films. Peut-être j'ai encore un ou deux grands jobs devant moi mais je ne vois pas ce qu'ils sont. Je suis assez content d’avoir une vie très différente. J'ai beaucoup de liberté. Je passe beaucoup de temps avec ma famille. Je n'ai pas le même sentiment de mission que j'avais dans ma vie politique mais cette liberté m'est devenue très importante.

Libellés : , , , ,

7 Commentaires:

Anonymous Fx Lechat dit ...

"...mais c'est moins important que ce qu'il fait, ce qu'il dit, la manière dont il le fait, le dit, qui il est."

Ooops! J'avoue ne pas avoir compris cette phrase. Merci de m'apporter de l'aide.

Pour le reste, c'est très clair. Beau travail à tous les deux.

30 juin, 2009 18:56  
Blogger Made dit ...

Bonjour,

J'espère que vous transmettrez le message à Ségolène Royal.

Finalement, il y a qu'à l'étranger que l'on reçonnaît son talent et surtout pas au PS .Il suffit de se rappeler le congrès de Reims où elle a été sifflée ainsi que Jaurès et si certains avaient pu, ils lui auraient "craché" à la figure.

Souvent l'authenticité est insupportable mais on y revient toujours malgré tout.

Merci pour votre interview de grand talent

30 juin, 2009 19:26  
OpenID arnaudh dit ...

La phrase du spécialiste à retenir pour tous les opposants français à NS: "j'avais l'impression que Sarkozy savait 'faire l'agenda'. Vous, vous appelez cela l'hyper-activité. Moi, je dirais qu'il essaie d'occuper un terrain plus on moins stratégique."

Lorsqu'on oublie cette dimension du personnage, on élimine toute possibilité de le battre, y compris lors des élections intermédiaires de toute évidence...

PS: rien sur Gordon Brown, les LibDems, la victoire à venir des conservateurs? bou...

30 juin, 2009 19:44  
Anonymous Anonyme dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

01 juillet, 2009 00:42  
Anonymous Anonyme dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

01 juillet, 2009 16:07  
Blogger BA dit ...

Le premier palais volant de Nicolas Sarkozy livré vendredi 3 juillet à Villacoublay.

Cette fois, c'est fait. Le premier des deux Falcon 7X acquis par le ministère de la Défense pour la flotte gouvernementale sera livré à l'armée de l'air par Dassault vendredi 3 juillet. Il arrivera à l'aéroport militaire de Villacoublay dans la foulée.

L'information est conservée plus secrètement que le code de la bombe atomique, et ni les armées ni le constructeur Dassault n'ont accepté de la confirmer au Point. Nous pouvons préciser que le deuxième appareil du même type sera livré dans un an, chaque avion étant facturé environ 50 millions d'euros, aménagements spécifiques compris. Ces derniers sont notamment des équipements de communication protégés, le reste des aménagements intérieurs n'étant pas précisé.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, précisons que le Falcon 7X est une merveille d'avion, ce qui se fait de mieux au monde en aviation d'affaires.

http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-07-01/info-le-point-fr-le-premier-palais-volant-de-sarkozy/1648/0/357364

01 juillet, 2009 19:03  
Anonymous Anonyme dit ...

Royal, du talent?
Elle a surtout fait un beau hold-up sur le PS... mais qui n'a pas fonctionné sur l'electeur!

Elle a eu sa chance et après 12 ans de Chirac dont les 5 dernières années de son pouvoir de droite déjà très dure, elle a réussi à perdre l'election qui aurait dû être impossible à perdre pour le PS!!! Qu'elle assume et débarasse le plancher...

Car le résultat est désastreux, un peu à l'image du résultat Bush-Gore de 2000: Quand 2 nuls se présentent, l'electeur a du mal à les départager et on se retrouve alors avec le plus con-servateur des deux: La faute à la pyramide des âges inversées et au fait que plus on devient vieux, plus on est à droite.

24 juillet, 2009 06:26  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home